Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 17:36

Le “front social du Sud” continue de s’embraser  Ouvriers-algeriens.jpg 

 

Aux manifestations des chômeurs à Ghardaïa, Ouargla ou El-Oued, passées ou programmées pour les jours à venir, s’ajoute depuis hier une grève cyclique de la Fonction publique qui tend à… progresser vers le Nord puisque la protestation touche, cette fois-ci, les Aurès et les Hauts-Plateaux. Cela signifie, concrètement et simplement, que des dizaines de milliers de fonctionnaires demandent une revalorisation de leurs revenus. En d’autres termes, l’État, sur la brèche et toujours prompt à casser la tirelire depuis début 2011, n’a pas fini d’acheter la paix sociale. Loin s’en faut. Après avoir “distribué” l’équivalent de dizaines de milliards de dollars en un temps record, en augmentations de salaires octroyées avec effet rétroactif, en pensions généreusement rehaussées ou en crédits bancaires sans garantie réelle, l’on s’aperçoit que la potion est inopérante et qu’elle est juste bonne à… fouetter  l’inflation. De fait, celle-ci connaît une hausse d’autant plus inquiétante qu’elle continue encore de galoper, exposant, du coup, de nouvelles franges de la population à la pauvreté et aux privations. Soucieuse d’éloigner le spectre du Printemps arabe, un pays beaucoup plus riche, l’Arabie saoudite, avec une population d’à peine 20 millions d’habitants, a claqué durant la même période environ 100 milliards de dollars pour apaiser le front social. Aux dernières nouvelles, elle n’y est pas parvenue. Avec des ressources moindres et une population environ deux fois plus importante, l’Algérie ne pourra certainement pas venir à bout de la révolte populaire en recourant encore à la caisse.
Il faut pourtant satisfaire les revendications légitimes des chômeurs et des fonctionnaires. Un vrai dilemme pour le régime. À une année de la présidentielle, la tentation sera forte de dépenser inconsidérément. Suicidaire ? Certes. Mais, pour l’immédiat, c’est beaucoup plus pratique qu’une vraie lutte contre la corruption et la mise en branle de mesures concrètes et non populistes en faveur de la justice sociale. Une lutte déterminée contre la corruption et une justice sociale consacrée dans les faits, ce sont pourtant les deux seules monnaies qui puissent acheter la paix sociale.

Source Liberté Saïd Chekri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires