Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 08:55

A la découverte de Igli et d’El Ouata

Un-ksar-de-la-region-de-Bechar-et-Taghit-jpg

Depuis mardi 27 décembre, la région d’Igli, à 150 km au sud de Béchar, et 67 km de Taghit, vit au rythme du 12e Marathon des Dunes. Une manifestation sportive, culturelle et touristique organisée chaque année par Sport Events International (SEI).

Cette année, nous enregistrons un nombre élevé de participants de la région de Béchar, particulièrement de Igli, d’El Ouata et de Taghit. Cela permet de compenser la défection des étrangers. Nous avons eu des difficultés pour obtenir des visas pour les athlètes venant en dehors de l’Algérie», nous a déclaré Abdelmadjid Rezkane, directeur général de SEI. Une trentaine de participants n’ont pas pu faire le voyage de Béchar, en raison de la non-obtention de visa. Cela serait lié aux nouvelles restrictions décidées par les autorités algériennes après la recrudescence des actes de kidnapping de ressortissants européens dans la zone sahelo-saharienne. Malgré ces difficultés, le 12e  Marathon des Dunes est marqué par la présence de participants autrichiens, belges, français et des Algériens résidant en France.

Alliouat Yazin, 34 ans, ingénieur électronicien, a fait le déplacement de la Nouvelle Calédonie pour être au rendez-vous. Cet Algérien, originaire de Constantine, a supporté 22 heures de vol pour rejoindre la terre de ses ancêtres. «Ce marathon est un bon produit pour le tourisme. Certains secteurs étatiques peuvent faire quelque chose pour nous apporter leur soutien. Ici, la wilaya de Béchar nous a beaucoup aidés pour réussir l’édition de cette année (…), la compétition est également une opportunité de découvrir de nouveaux talents sportifs», a indiqué Abdelmadjid Rezkane.

Selon lui, la manifestation sportive est une occasion de mieux découvrir les vieux ksour et les richesses naturelles de Igli et El Ouata, l’oasis de Taghit étant plus connue. Des randonnées sont organisées dans ces régions. Mardi après-midi, les visiteurs ont découvert aussi bien l’orginalité que l’état de délabrement désolant du vieux ksar d’Igli, un bijou d’architecture en terre. «Nous appelons les autorités à sauver en urgence ce ksar», nous a déclaré Mustapha Benotmane, guide touristique et militant associatif. Sur le plan purement sportif, la course se déroule en trois étapes, deux à Igli et une autour de la palmeraie d’El Ouata. La remise des prix aux lauréats se fera demain, vendredi, au camp de jeunes (nouvellement ouvert) d’Igli.

Samedi, les marathoniens  feront une visite touristique à Kenadsa, avec une halte à la mosquée de Sidi M’hamed Bouziane. En soirée, le réveillon du nouvel an sera célébré au vieux ksar de Moughel. Lundi soir, Kamel Bouchama, ancien ministre et ancien ambassadeur a animé une conférence au camp de jeunes sur la récupération de «l’éventail» du Dey Hussein d’Alger. Ambassadeur d’Algérie à Damas, Kamel Bouchama a réussi à récupérer cet «éventail» auprès de la famille de l’Emir Abdelkader en Syrie.

«L’Emir Abdelkader, une fois impliqué dans la lutte opiniâtre contre l’envahisseur français, a décidé de récupérer tout ce qui pouvait constituer à l’avenir des repères pour revisiter l’histoire du pays, entre autres cet objet, devenu ‘‘l’instrument’’  qui a déclenché la grande polémique et ‘‘l’alibi’’ qui a servi de détonateur pour une guerre qui a duré dans le temps et dans l’espace», a-t-il précisé. «Le coup de l’éventail» avait été le prétexte de l’expédition française décidée par le roi Charles x contre l’Algérie en 1830, suivie de l’occupation du pays pendant 132 ans.

Le dey Hussein avait donné deux coups au consul de France, Pierre Deval, à Alger pour répliquer à des propos inélégants et peu diplomatiques. Kamel Bouchama, qui a consulté des spécialistes d’Irak, de Libye et d’Egypte, a révélé que «l’éventail» évoqué par les historiens français n’était en fait qu’un… chasse-mouche. Nous y reviendrons.
Source El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires