Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 13:05

Sud algérien: la ruée vers l’or
Cela va ressembler à Fort Knox ( ci-dessus)

 

Algérie : la ruée vers l’or, écrit par Frederic Powelton début 2009 L’or, ce métal précieux et valeur refuge, est de plus en plus prisé sur les marchés mondiaux. Il se traite à des niveaux de prix historiquement élevés. Dans la foulée de la crise mondiale actuelle, chaque découverte de gisement de l’or constitue une chance inouïe pour n’importe quel pays de la planète. L’enjeu de ce métal jaune est de taille, et la concurrence qu’il suscite entre les firmes internationales est très acharnée.
La dernière découverte en date fut celle de la Wilaya de Tindouf au sud-ouest algérien. Elle s’annonce très prometteuse. En effet, des opérations d’exploration effectuées par la société algérienne Sonatrach et des compagnies étrangères, suite à un appel d’offres national et international, ont décelé l’existence des gisements de l’or dans cette région. Les localités de « Blad Madani » et « Akilate Hedilal », situées au sud-est de Tindouf, recèlent des gisements d'or en plus d'indices sur l'existence d'hydrocarbures (pétrole et gaz) dans la localité de Chenachene, au sud-est du chef-lieu de cette Wilaya.
Différentes zones au sud de l’Algérie ont fait l’objet de plusieurs explorations. Elles suscitent une rude concurrence entre les firmes australiennes, canadiennes, chinoises, coréennes, sud-africaines, etc. Cette nouvelle découverte de gisement d’or ne manquera pas d’attirer de nouveaux opérateurs étrangers et d’accroître par conséquent la production aurifère algérienne.
Les principaux gisements aurifères algériens se situent principalement au Sud du pays dans la région du Hoggar. Le gisement de Tirek qui se trouve à 400 km de Tamanrasset contient des réserves géologiques d’environ 730.000 tonnes avec une teneur de 18g/t. Le gisement d’Amessmessa situé à 460 km à l’Ouest de Tamanrasset dispose de réserves en or à hauteur de 3.38 millions de tonnes avec une teneur moyenne de 18g/t. Le gisement d’Amessmessa est considéré comme le plus grand en Afrique en dehors du Congo. La compagnie australienne Gold Mines of Algeria (GMA), détentrice en partenariat avec Sonatrach de la joint-venture ENOR (l’Entreprise d’Exploitation des Mines d’Or), d’une licence d’exploration aurifère au sud du pays, a estimé que le gisement pourrait produire entre 200.000 et 300.000 onces d’or par an, et ce, dans les 3 à 5 années à venir. Selon les prévisions de cette société australienne, la production prévue du gisement est estimée à environ 8000 onces par mois; ce qui permettra d’atteindre un total de production de l’ordre de100.000 onces par an.
Le gisement de Tiririne situé à 450 km de l’Est de Tamanrasset, dispose de réserves géologiques estimées à environ 481.100 tonnes avec une teneur moyenne de 17g/t. Le gisement d’In Abegui contient des réserves évaluées à 2.807.000 tonnes avec une teneur de 3.59g/t. Selon les estimations officielles, les réserves mises en évidence sont de l’ordre de 100 tonnes. Quant au potentiel global, il est estimé à plus de 200 tonnes.
L'Algérie a adopté en 2001 une nouvelle loi minière qui encourage l'investissement des compagnies nationales et étrangères dans ce secteur de l'activité économique. Cette loi a marqué une étape importante dans le processus de libéralisation de l'économie, ce qui a permis d’accroitre les investissements consacrés au secteur minier et d’augmenter le nombre d’opérateurs nationaux et étrangers impliqués dans la production aurifère. supérieure en accélérant la cadence des opérations d’exploration et de développement de nouveaux gisements non exploités. Elle a mis en œuvre des partenariats avec de grandes firmes internationales et des entreprises privées algériennes. Ainsi, des travaux d’exploration et de mise en valeur des périmètres aurifères d’Isselfène Sud 1, Seldar et Iderksi situés dans le Hoggar au sud de l’Algérie ont été confiés à la société chinoise Travaux Hydrauliques Shaolin. La compagnie algérienne Sonatrach est partenaire de l’australienne GMA dans l’exploitation des gisements d’or de Tirek et d’Amesmessa situés dans le Hoggar. Par ailleurs, d’autres fouilles et opérations d’exploration sont en cours dans différentes zones de ce pays.
Cette ruée vers l’or en Algérie peut être expliquée par deux principaux facteurs. Le premier n’est autre que la libéralisation du secteur minier qui s’inscrit dans la nouvelle stratégie adoptée par ce pays. Elle consiste à dynamiser beaucoup plus le secteur minier, et impliquer les opérateurs algériens dans le développement de ce secteur pour attirer les compagnies internationales et les intéresser à s’engager dans la recherche minière et l’exploitation de gisements.
Depuis 2001, date de l’adoption de la nouvelle loi minière jugée très attractive en Algérie, la libéralisation a drainé beaucoup de capitaux étrangers qui ont donné un coup d’accélérateur à ce secteur. D’autant que le progrès technique et la mise en place du nouveau procédé de lixiviation en tas, qui permet le traitement massif du minerai à faible teneur, ont grandement changé les donnes et rendu les gisements exploitables et rentables.
Le deuxième facteur explicatif de cet engouement est la flambée des prix de l’or dans les marchés mondiaux qui ont atteint des niveaux inégalés, ce qui justifie largement les investissements colossaux dans ce secteur devenu illico très porteur et plus rentable.
Dans la perspective d’accroitre sa production d’or, l’Algérie est passée à la vitesse

 Source Algérie-Dz.com
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Pèlerin 17/11/2014 07:53

Sofian.223
Vous faites preuve d'éloquence

Alors 17/11/2014 02:33

Sofian.223