Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:03

Ils ne veulent plus être marginalisés

touareg

 

Les Touareg du Hoggar affirment ne reconnaître que l’amenokal comme porte-parole. Dans une plateforme de revendications adressée au président de la République, ils regrettent «l’exclusion» dont ils font l’objet. Ils exigent un quota de postes ministériels, de membres de l’Exécutif et de hautes fonctions de l’Etat au profit de leurs enfants. Ils demandent aussi l’adaptation du dispositif d’aide aux jeunes aux spécifités de la région et revendiquent l’enseignement de tamazight avec les lettres en tifinagh.
Les chefs de tribu touareg et les notabilités de l’Ahaggar ont adopté hier matin, lors de leur rencontre avec l’amenokal Ahmed Edabir, à son domicile à Tamanrasset, une longue déclaration adressée au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. La trentaine de tribus de Touareg du Hoggar étaient représentées pour faire de ce rassemblement, le plus important depuis le dernier, tenu en 2008, et sanctionné par une motion de soutien au Président pour un troisième mandat. Hier, l’heure n’était pas à «la politique partisane ou électorale», nous dit-on, «mais plutôt à des mises au point pour couper l’herbe sous le pied de ceux qui parlent au nom des Touareg de Tamanrasset».
La plus importante est celle de ne reconnaître comme porte-parole de la communauté que l’amenokal Ahmed Edabir. Le reste est contenu dans une plate-forme de revendications qui s’apparente à un véritable programme d’action politique, sociale, économique et culturelle. Les chefs des tribus rappellent que «les événements que vivent les pays de la région obligent l’Algérie à renforcer son unité nationale et à faire face à toutes les menaces intérieures et extérieures».
De ce fait, «il est du devoir de chacun de revenir aux références traditionnelles ancestrales de les réactiver pour qu’elles puissent jouer leur rôle (…). Le rôle qu’a joué l’amenokal au Hoggar est un modèle exemplaire à travers l’histoire, notamment durant la guerre de Libération, en se dressant contre les plans du colonialisme visant à séparer le Sahara de l’Algérie». Pour les Touareg, l’organisation ancestrale entourant l’amenokal a également «participé» à la construction du pays après l’indépendance et «fait face à toutes les crises», surtout celle de la décennie noire, et «constitué une barrière» contre le terrorisme durant cette période. Néanmoins, «l’amenokal, les notables et les jeunes expriment leur regret de constater aujourd’hui une exclusion volontaire ou involontaire de l’autorité traditionnelle et l’apparition de personnes étrangères s’autoproclamant porte-parole de la communauté en dénaturant son histoire. Ce qui constitue un réel danger sur l’identité de notre région, qui fait partie intégrante de l’identité nationale».
Et d’ajouter que les Touareg, «au nom de toutes les composantes de la société, à leur tête l’amenokal, nous refusons catégoriquement ces atteintes aux principes de nos valeurs que nous considérons comme une ligne rouge infranchissable et inviolable de quelque manière que ce soit». A ce titre, tout en réitérant leur attachement à l’unité nationale et à la préservation de la sécurité de la région, les Touareg font état d’une série de revendications. Sur le plan politique et vu la détérioration de la situation sociale, sécuritaire et économique dans «les pays limitrophes qui appellent à la protection de l’Algérie de toutes les menaces qui l’entourent et à barrer la route à tous ses ennemis de l’intérieur et de l’extérieur, aux corrompus et aux corrupteurs devenus un lourd fardeau pour la société qui exige la réhabilitation des symboles de la communauté et la reconnaissance de l’organisation sociale comme unique porte-parole de la région, rejetant ainsi toutes les personnes importées et autoproclamées représentantes de la population du Hoggar».
Les Touareg de Tamanrasset demandent par ailleurs que leurs enfants puissent bénéficier d’un quota de postes ministériels, de walis, de directeurs de l’Exécutif, d’ambassadeurs, de consuls, de représentants d’ONG internationales à l’étranger, mais aussi des postes au sein de toutes les institutions sécuritaires. Ils revendiquent la révision des procès de tous les élus poursuivis et une grâce au profit de ceux ayant été condamnés, en arguant du fait que «ces poursuites ont été engagées sur la base de règlement de comptes personnel».
Ils exigent du gouvernement de ne plus continuer à considérer la région comme un réceptacle des cadres sanctionnés et de lieu de stage pour les débutants. «Nous voulons que la langue amazighe soit instituée et enseignée à Tamanrasset, avec ses lettres historiques du tifinagh, tout comme nous voulons que l’université de Tamanrasset puisse ouvrir des départements spécifiques à la région, notamment de géologie, de tourisme, de pétrochimie et d’environnement (…), il est demandé aussi la création d’une direction centrale consacrée au tourisme saharien, la révision à la hausse du quota de carburant dont bénéficient les éleveurs de cheptel et les agriculteurs, le renforcement du tourisme saharien, et la révision de tout le dispositif d’aide à l’emploi Anjem, filet social, Ansej et Cnac, pour le réadapter à la spécificité de la région, notamment l’éloignement, et faire en sorte que les élus locaux gèrent ces aides (…), de même qu’il est exigé l’accompagnement du développement des structures par celui de la ressource humaine afin qu’elle puisse participer au progrès.»
A noter qu'un «conseil des tribus de l'Ahaggar a été créé à l'occasion.
Par ailleurs, des délégués devront être désignés pour représenter l'assemblée et porter la plateforme de revendications devant les hautes instances du pays.
Source El Watan Salima Tlemçani.

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires