Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 05:25

Parcs de l’Ahaggar et du Tassili: L’Algérie dénonce « la biopiraterie »
hoggar-peintures-rupestres.jpg

La ministre de la Culture, Khalida Toumi, dénonce le phénomène de « biopiraterie » qui est « un impérialisme vert, dont on a connu que les premiers effleurements », à l’occasion des journées d’information sur la conservation de la biodiversité dans les parcs de l’Ahaggar et du Tassili inaugurées hier à Tamanrasset.
Dans une allocution lue (en son nom) par Mourad Betrouni, directeur de la protection légale et de la valorisation du patrimoine culturel, les efforts des experts et des agents des Offices des deux parcs ont été salués dans leur mission de protéger ce patrimoine. Contre l’écologisme ambiant, Mme Toumi a affirmé que la diversité biologique, animale et végétale, recouvre, pour le cas de l’Ahaggar, des significations qui ne sauraient être vues sous le seul prisme de l’écosystème. La ministre égratignera au passage quelques experts sourcilleux. « Lorsque nous parlons de l’Ahaggar et du Tassili, nous semblons oublier que nous sommes dans les wilayas de Tamanrasset et d’Illizi et que cette réalité cache une signification que les experts étrangers ne comprennent pas le plus souvent. Le développement économique de ces régions ne saurait être antinomique avec la préservation des valeurs culturelles », assènera-t-elle en se prononçant contre le pillage, le gribouillage et les graffitis ainsi que l’arrachage de parois peintes ou gravées.
Lancée en 2005, la première phase du projet de la conservation de la biodiversité, qui préconise la conservation et l’utilisation durables des parcs précités, est en voie d’achèvement. Touchant en priorité cette région, considérée comme la plus grande zone contiguë en Afrique, le projet préconise une approche basée sur le développement de nouvelles formes de gouvernance locale permettant d’évaluer les conséquences de l’insalubrité écologique sur les écosystèmes désertiques et de proposer des mesures de gestion de la biodiversité. Mamadou Mbaye, représentant résident du Programme pour les Nations unies pour le développement (PNUD) précisera : « Un groupe d’experts indépendants évaluera le travail effectué par l’Algérie (première phase) qui nécessitera, si besoin est, le lancement d’une deuxième phase. »
Source El Watan Nadir Iddir
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires