Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 04:13

Pour le développement de l’agriculture dans le Sud

oasis-bechar-algerie

La création d’un conseil local pour la promotion de l’investissement et la poursuite des efforts pour le développement de l’agriculture dans le Sud du pays figurent parmi les principales recommandations des Assises régionales sur le développement local, qui ont pris fin, mardi soir à Béchar. Les participants à ces assises, regroupant les wilayas de Béchar, Tindouf et Adrar, ont proposé, lors de ces assises, l’augmentation des enveloppes allouées aux Assemblées populaires communales (APC) pour leur permettre de réaliser des projets d’investissement et répondre aux besoins socioéconomiques, en croissance permanente, des populations locales.
La promotion des investissements, notamment publics, dans les wilayas du Sud nécessite également la création d’un fonds local, placé sous l’autorité des walis, pour financer les surcoûts pouvant survenir pendant la réalisation des projets. La création de nouvelles zones industrielles et d’activités, ainsi que la pérennité des projets d’extensions touristiques et leur renforcement permettront, selon les participants, d’effectuer un «saut qualitatif» en matière de promotion de l’investissement dans les wilayas du Sud-Ouest et le reste du pays.Selon les responsables de l’exécutif, les élus locaux et les délégués du mouvement associatif qui ont animé les quatre ateliers de ces assises, le développement socioéconomique dans le Sud du pays «nécessite des dotations financières importantes et un encadrement qualifié capable de gérer la réalisation des projets». Il est désormais impératif, selon eux, d’adapter les programmes de développement et d’investissements publics aux besoins et aux particularités de ces régions par la concertation avec les représentants des habitants avant le lancement de tout projet. Concernant la réalisation des projets, les participants ont préconisé la réduction des prix des matériaux de construction par la subvention de leur transport à partir des régions du Nord, ainsi que le renforcement de l’outil local de réalisation, notamment par la mise à niveau des bureaux d’études privés et publics. Ils ont recommandé aussi un allégement des procédures d’accès aux marchés publics, surtout au profit des jeunes promoteurs, et la création d’antennes locales de la Commission nationale des marchés publics.Le développement local dans les wilayas du Sud exige, par ailleurs, une plus grande exploitation des richesses souterraines et une équité dans la répartition de la fiscalité pétrolière entre les régions du pays, selon les participants.S’agissant du développement de l’agriculture dans le Sud du pays, il a été recommandé la promotion de l’irrigation agricole par l’utilisation des énergies renouvelables, telles que le solaire et l’éolien ainsi que la préservation du système d’irrigation traditionnel des foggaras par un texte de loi.Avant de se lancer dans l’investissement dans ce créneau, il est indispensable, d’après eux, de réaliser des études techniques pour la localisation et l’évaluation des ressources hydriques disponibles et la vérification du degré de fertilité des terres.Pour atteindre le niveau escompté dans le secteur de l’agriculture, qui s’est avéré prometteur dans les régions du Sud au cours des dernières années, les participants ont appelé à l’accélération de la mise en œuvre des programmes de soutien et de crédits agricoles par la lutte contre la bureaucratie qui pénalise les agriculteurs.
Ils ont souligné, également, la nécessité de mettre en place des mécanismes pour assainir le foncier agricole dans le Sud et la réduction du prix de l’électricité utilisée dans l’activité agropastorale dans ces régions réputées pour l’élevage camelin.Les travaux de ces assises régionales, deuxièmes du genre après celles tenues dimanche dernier à Ouargla dans le cadre des concertations nationales sur le développement local, se sont déroulés en quatre ateliers portant sur des thèmes liés directement au développement local et à l’amélioration de la gouvernance des collectivités locales
.  

Source La Tribune APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires