Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 09:11

Sud algérien - Tamanrasset : Terre d’asile et de transit

01-mars-2007--1-.jpg

 

Tamanrasset est aujourd’hui, un grand chantier, «tout cela attire», nous dit un cadre de la direction du commerce qui donne le chiffre des établissements de commerce, des petites industries ouvertes récemment. Il y a du travail et de la place pour tous.

Terre d’aventures, de découvertes, de passage des caravanes, des rallyes les plus illustres, Tamanrasset garde toujours cet attrait pour les profils les plus divers. Elle entretient, de ce fait, ce cachet cosmopolite qu’on lui connaît, un cachet digne des grandes villes. Ce n’est pas l’odeur du pétrole seulement qui attire les gens, ici, qu’ils soient à la recherche d’un emploi, d’un commerce à exercer ou autre. Chacun son histoire, son destin. On y trouve de toutes les régions du pays, de tout le continent africain.

«C’est le point de chute pour les populations des quarante-huit wilayas du pays en plus des ressortissants de plus de quarante pays du continent», nous dit un élu local, comme pour mieux souligner la pression qui s’exerce sur cet espace. Il n’en est rien, chacun se débrouille comme il peut pour gagner sa vie, survivre pour d’autres. La sécheresse qui sévit depuis des années au Sahel a poussé à l’exode de familles entières fuyant les conditions intenables dans leurs régions, au Mali, au Niger, au Burkina Faso. C’est pour eux, une terre d’asile. On ferme les yeux, solidarité oblige mais pour éviter une dégradation de la situation, sociale et sécuritaire, la prolifération de la criminalité, on réagit promptement. «On les reconduit jusqu’aux frontières mais finissent par se retrouver de nouveau en ville», souligne un officier de la police judiciaire. Pour la majorité, c’est un combat continu contre la détresse et peu importe si l’on arrive à bon port. «Là bas, on ne veut pas échapper à la faim uniquement mais à la mort», nous dit un Nigérien qui travaille comme serveur dans un café. Les autres trouvent des petits boulots. Au pire des cas, on se contentera bien de «la saddaka», c'est-à-dire l’aumône. La mendicité a gagné en ampleur. On les voit partout tendre la main, le visage innocent et pathétique. Ce sont des femmes et des enfants, seuls, abandonnés lâchés par un mari ou un père perdu. Des candidats à l’émigration clandestine qui n’ont plus donné signe de vie. C’est tout ce que savent dire ces enfants envoyés par leurs mamans, dans les restaurants, les cafés, les mosquées. On les reconnaît à leur parler le «haoussa», un dialecte nigérien. C’est le paradis en tous cas pour beaucoup de populations de l’Afrique subsaharienne.
L’Eldorado, ça l’est aussi pour nous nordistes. Il n’ y a pas longtemps, les jeunes venaient, ici, de gros commerçants du Nord, à l’occasion de l’Assihar, grand rendez-vous commercial annuel pour «faire des affaires, acheter des cigarettes de contrebande, des produits de l’électroménager», nous dit un gérant de pizzeria d’Alger. Mais avec l’ouverture économique des années 90, cet affairisme a perdu beaucoup de son importance. «Vous pouvez trouver tout ça aux marchés de Dubaï (Alger) au Hamiz, à El Eulma». «Cela ne justifie plus le déplacement qui coûte les yeux de la tête», explique t-il. Alors pourquoi est-on toujours tenté par ce lointain territoire ? Il paraît que le commerce de la restauration, du tabac, des cosmétiques marchent bien. Et puis, on nous chuchote que c’est «plus facile d’avoir des avantages dans le cadre de l’emploi des jeunes, des crédits…». Personne ne vous dira qu’il en a été l’heureux élu. Mais dans chaque commerce, vous allez rencontrer des têtes qui vous disent quelque chose».
Dans les autres secteurs, l’apport des régions du Nord est très apparent. Deux jeunes de Meftah semblent heureux derrière leur boutique de fast-food. «Avec mon diplôme de TS en électromécanique et un stage en entreprise, j’attends toujours de pouvoir décrocher un boulot», dira ce jeune de 21 ans. «Mieux vaut ça que le chômage qui vous ronge au nord». On travaille avec les jeunes du service national qui apprécient ce plat italien. Tamanrasset est aujourd’hui, un grand chantier, le projet d’adduction d’eau qui est piloté par les Chinois, l’entrée en production des gisements d’or à Amessmessa et à Tirek, «tout cela attire», nous dit un cadre de la direction du commerce qui donne le chiffre des établissements de commerce, des petites industries ouverts récemment. Les chiffres parlent d’eux–mêmes, il y a du travail et de la place pour tout le monde et pas seulement dans la fonction publique ou les stations services de Naftal. Les deux Syriens qui sont descendus du Nord vers le Sud pour ouvrir des petits ateliers de confection pour l’un et de pâtisserie orientale pour l’autre, nous le confirme. Ce sont, en tout, 7000 commerçants inscrits au registre de commerce, sans compter l’informel et ceux qui s’adonnent
au troc de produits aux frontières. 25 grossistes se sont installés récemment …. Les divers produits sont soutenus par l’Etat qui prend en charge les frais de transport pour les pâtes, l’huile jusqu’ au ciment pour ne pas pénaliser davantage les citoyens du Sud.
Le troc : «des échanges qui ne servent plus nos intérêts»
La région a toujours vécu grâce au troc de produits dont la liste est arrêtée par le ministère du Commerce. Ceux qui l’exercent sont agrées par les services compétents. Avec l’eau qui va bientôt couler à flots à Tam, il y aurait possibilité de «traiter les fruits exotiques tels les mangues, ananas que nous échangeons avec les pays voisins», dit-on. La plupart sont jetés faute de moyens de conservation. «L’installation d’une unité de production de jus ou confiture», sera la panacée, dira un responsable du commerce. Elle aura à créer beaucoup d’emplois. Certains cadres, les «expatriés» ne sont pas d’accord avec «cette vision trop édulcorée», selon eux. Le Sud n’est pas vraiment l’Eldorado pour tous notamment les chefs de famille. Malgré des avantages, les fameuses primes et indemnités d’isolement, «la vie en famille est dure», nous dit un directeur d’un centre spécialisé. Si les enfants arrivent à s’acclimater, il faut compter avec «les prix qui sont hors de prix surtout pendant le Ramadhan, les légumes frais sont au double par rapport au Nord et des fois la qualité laisse à désirer», ajoute notre interlocuteur. Nous avons pu vérifier ces assertions au marché de la ville. Seule la viande cameline à 430 DA et bovine d’origine subsaharienne fait le bonheur de certaines bourses.
Le plus difficile à surmonter, poursuit un autre père de famille, c’est «lorsque vous avez affaire à des spécialités médicales, des radios, échographies qui n’existent pas ici à Tamanrasset». Ce dernier nous rappelle le coût d’une virée à Alger, pour juste une échographie pour sa femme. Au prix de 3000 DA, celle-ci m’est revenue finalement à près de 80.000 DA puisque le billet aller-retour est à près de 30.000 DA rien que pour une personne. Or, s’il fallait ajouter la nuit d’hôtel, le taxi hôtel – ville, «il y a de quoi virer de bord», s’exclame-t-il.

Source Horizons K Daghefli.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article

commentaires