Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 09:39

La capitale de Tin-Hinan sort de sa torpeur

11-mars-2007--17-.jpg

Face au déclin du tourisme, les voyages organisés restent le meilleur moyen pour attirer les touristes et relancer l'activité du secteur.

La wilaya de Tamanrasset vit une fin d'année 2013 et un début d'année 2014 riches en couleur, en sonorité, en activité sportive, culturelle, économique et autre commerciale. Les vols à destination de la capitale de Tin-Hinan affichent désormais complet sur les deux compagnies, Air Algérie et Tassili Airlines. Avec l'organisation du Festival national de la musique et de la chanson amazighes dans ses différents genres kabyle, chaoui, targui, mozabite et chenoui, d'une part, et la tenue du 14e Salon national de l'artisanat qui regroupe quelque 130 exposants venus de 30 wilayas d'Algérie en plus des 10 communes de la wilaya de Tamanrasset, l'organisation du cross scolaire et surtout l'événement le plus attendu par la population locale en cette dernière ligne droite de la fin de l'année 2013, en l'occurrence la tenue en cette période même, des journées culturelles du Sud qu'organise l'Office national de la culture et de l'information (Onci) et l'Entreprise publique de télévision (Eptv).
Une bouffée d'oxygène pour les agences de voyages.
Les agences de voyages qui ont traversé ces derniers temps des passages à vide en matière d'activités touristiques en
raison de la baisse sensible de celles-ci, soufflent un tant soit peu avec l'arrivée des Nordistes en cette période de fin d'année pour prendre part aux différentes activités programmées. «Il est vrai que nous avons passé des périodes creuses ces dernières années en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans le Grand Sud, il faut tout de même reconnaître qu'avec l'organisation de ce genre d'activités culturelles nous soufflons un tant soit peu», nous déclare un opérateur dans le domaine avant d'ajouter: «Il est temps d'encourager le tourisme domestique qui pourrait nous être très utile et surtout qui pourrait provoquer le déclic pour le retour en force des touristes étrangers.»
En outre, même si l'ouverture des portes du Tassili durant la saison touristique 2011-2012 a été accueillie avec soulagement par les agences de voyages locales, il n'en demeure pas moins que les touristes étrangers ne se rendent pas en nombre comme cela fut à une certaine période. «C'est grâce au tourisme et autres activités commerciales que nous avons pu retenir tout un pan de jeunes à l'écart du banditisme et autres trafics. le tourisme est pour eux une fenêtre sur le monde», nous déclarent à l'unisson quelques actifs de la société civile. Comme les agences de voyages, les hotels et autres campings qui sont, eux aussi, durement touchés respirent à pleins poumons cette année avec l'organisation de différents événements culturels. Tant mieux, pourvu que ça dure!
L'Assekrem et Affilal: hauts lieux du tourisme
Face au déclin du tourisme, les voyages organisés restent le meilleur moyen pour attirer les touristes et relancer l'activité du secteur. Pour les touristes nationaux, c'est beaucoup plus des virées à l'Asskrem en marquant une halte à Affilal. En effet, les touristes se rendront, selon le programme, au mont de l'Assekrem (2700 m d'altitude), pour vivre et contempler l'un des plus beaux levers et couchers du soleil au monde, en plus de l'organisation de circuits à travers la zone humide Affilal, le tombeau de Tin-Hinane (reine des Touareg), qui se trouve dans la région d'Abalessa (près de 80 km au nord de la ville de Tamanrasset). Ils se rendent aussi pour découvrir des paysages naturels féeriques, des gravures et dessins rupestres et autres vestiges plus que millénaires dans la région touristique de Tagmaret à 20 km à la sortie nord du chef-lieu de wilaya. En outre, ces randonnées à travers ces sites touristiques, ces Algériens du Nord découvrent aussi les différents arts culinaires traditionnels, à l'instar du taguella, la maynama et autre merdhoum.
En faisant le tour de la ville de Tam, il est aisément constatable que la capitale de Tin-Hinan croule sous les ordures que broutent des troupeaux de chèvres. «La saleté gagne du terrain chaque jour sans que les autorités ne lèvent le doigt», nous déclarent quelques citoyens rencontrés au centre-ville. Même si la ville de Tamanrasset est épargnée des grandes pollutions atmosphériques propres aux villes nordiques, les déchets ménagers, non dégradables biologiquement, demeurent pour elle un véritable casse-tête chinois, à l'instar des autres grandes villes d'Algérie.
C'est dans cette optique justement que la présidente de l'Association «sauver l'imzad», en l'occurrence Mme Sellal, a organisé, dans le cadre de la préservation et de la sauvegarde de ce patrimoine mondial et de son environnement, l'événement Idaghdagh - Kafanamazbal, en lançant, dans une opération de grande envergure, un concours de ramassage des déchets, notamment en matière plastique (sachets, bouteilles..) à Tamanrasset. Cette opération a connu un large succès et a été une réussite totale.
Secteur de la santé: un déficit en infrastructures
Tamanrasset, la capitale de l'Ahaggar et de la wilaya de Tamanrasset qui est la plus grande wilaya d'Algérie en termes de superficie, fait face à un déficit en infrastructures lourdes (hôpitaux, CHU..) pour atteindre la norme nationale en matière de santé, soit un lit pour 1000 habitants. En effet, le seul hôpital de la ville de Tam, renforcé par deux polycliniques, ne peut pas répondre à la demande croissante de la population. Le manque d'agents paramédicaux retarde le bon fonctionnement de l'hôpital et les deux polycliniques. Tamanrasset est peut-être la seule wilaya où aucune clinique privée n'est encore implantée. La wilaya a besoin aussi d'une infrastructure mère/enfant qui aura à prendre en charge l'obstétrique, la gynécologie et la pédiatrie. En bref, les habitants de la capitale de Tin-Hinan attendent, à travers les autorités de la wilaya, une enveloppe budgétaire conséquente pour combler le retard en matière de lits d'hôpitaux. Par ailleurs, concernant les officines de pharmacie, le chef-lieu de wilaya frôle la saturation. L'implantation répond largement à la norme nationale qui est de 1/5000 habitants.
Les ordures ménagères, un casse-tête chinois
En outre, en plus du déficit en matière d'infrastructures, la population qui est estimée à 176.637 habitants d'après le recensement de 2008, enregistre aussi du retard en matière de spécialités; chirurgiens-dentistes, médecins spécialistes, voire même de généralistes.
Sonelgaz: la DD/SDC se modernise
La direction de distribution d'électricité et gaz de la société de distribution du centre (DD/SDC) de la wilaya de Tamanrasset est à la page en matière de modernisation de sa gestion en lançant l'opération «Aâlamni»...(informe-moi). Cette opération commence d'abord par la collecte d'informations de la clientèle en optant essentiellement pour le numéro de téléphone. Elle consiste à se rapprocher davantage du client en l'informant sur tous les événements qui se déroulent au niveau de la boîte (coupures, rencontres de sensibilisation...). «Le mode de fonctionnement de cette opération se fait par l'envoi des SMS» nous informe M.Djouadi Mohamed, directeur de la direction de distribution de la wilaya de Tam. Le 2ème aspect de modernisation est relatif au relèvement des compteurs. Tous les clients moyenne tension (administration, industriels...) sont télé-relevés par un système à partir d'un bureau à travers tout le territoire de la wilaya. «Ce système qui permet de télérelever toutes les informations contenues dans les compteurs d'énergie permet de consulter, d'analyser et d'assister le client dans le mode de fonctionnement de son unité», nous renseigne M.Djouadi.
L'autre point est lié à la consultation des factures des clients à tout moment à travers le site Web www.sdc.dz. En outre, la wilaya de Tam compte 46.000 clients en énergie électrique et 3000 en gaz concentrés essentiellement dans la région de In Salah. Avec l'arrivée du gaz à Tam, le taux de couverture atteindra les 80% à la fin du 1er trimestre 2014, nous informe le premier responsable de la distribution à Tam.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Pèlerin 07/03/2018 18:57

Bonjour Yahiaoui
Je suis désolé mon Cher, mais je ne suis ni employeur, ni membre d'une quelconque administration
Je suis un retraité vivant retiré dans les Montagnes de l'Ariège
Vous avez un profil qui intéressera certainement un employeur...Vous faites preuve de volonté.....Ne lâchez pas, vous trouverez certainement un emploi
je sais qu'en Algérie c'est difficile ...Bien souvent, il faut des relations....si vous en connaissez, sollicitez les
Rendez-vous à la willaya....N’hésitez pas à leur poser des questions
Je vous souhaite bonne chance
Cordialement,
Le Pèlerin

yahiaoui 06/03/2018 16:09

j'ai l'honneur de venir réspectueusement de solliciter de votre haute bienveillance bien vouloir m'accepter ma demande du travail et d'emploi et de la sécurité sociale de l'entreprise sonelgaz algériens ,je porte à votre connaissance que je suis né,le dix-zéro un-mil neuf cent quatre vingt dix neuf à setif et ai diplo^mé du bt en science humaine -cuisine collective au cfpa j'ai éffectué la pratique stagiaire à l'école supérieure de para médical aokas j'attends votre réponse avec patience,dans l'éspoir que ma demande sera prise en considération,weuller,agréer,monsieur le responsable l'éxpression l'hômage de mon profond réspectueux sigature de l'interressé yahiaoui-