Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 07:23

Le sud du pays préoccupe le gouvernement

ghardaia

 

Dans un contexte sécuritaire difficile, causé notamment par les conséquences de l'instabilité de la Libye et la guerre au Mali, en plus de l'agitation sociale enregistrée au niveau de la wilaya de Ouargla et le retour de la  "fitna" à Ghardaïa, une réunion est convoquée aujourd'hui  à Ghardaïa. Cette rencontre regroupera les représentants des quatre wilayas du Sud en l'occurrence, Ghardaïa, El Oued, Ouargla, Biskra et Laghouat.

Celle-ci sera présidée par les responsables de plusieurs ministères, à savoir l'Agriculture et le développement rural, l'Intérieur et les collectivités locales ainsi que le ministre des Ressources en eau, sachant que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s'est déjà déplacé à Ouargla où il a donné l'ordre de promouvoir le secteur de l'Agriculture. Cette rencontre-débat, dont le processus de préparation a été engagé, il y a quelques mois, est programmée avant même le déclenchement des derniers incidents entre les deux communautés mozabite et arabe, mais ces affrontements en plus de la montée du risque sécuritaire dans le Sud, aurait motivé l'organisation de cette réunion en attendant une autre qui regroupera les wilayas du sud-ouest, Tamanrasset,  Béchar, Tindouf et Adrar au niveau de cette dernière. D'après le département ministériel  de Rachid Ben Aissa, cette rencontre régionale de "concertation" sur le développement local, se tiendra aujourd'hui,  dans la capitale du M'zab (Ghardaïa) pour discuter des programmes de développement mis en place pour les wilayas du Sud. La même source ajoute que cette rencontre "est une occasion supplémentaire de rapprocher tous les acteurs pour réduire les distances, favoriser dans la participation, l'amélioration de la mise en œuvre des programmes de développement engagés en faveur des wilayas du Sud". Il est ajouté que les  débats seront animés par les ministres de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, des Ressources en eau, Hocine Necib, et le Secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Abdelkader Ouali. A cette occasion, la délégation ministérielle rencontrera des représentants du secteur agricole (agriculteurs, éleveurs,...)  participeront également à cette rencontre, des opérateurs économiques, des investisseurs, ainsi que des notables et les représentants de la société civile des wilayas du sud-est du pays (Ghardaïa, El Oued, Ouargla, Biskra et Laghouat). Dans ce contexte, le communiqué du ministère de l'Agriculture, indique que cette conférence-débat, marque le début d'une série de rencontres régionales, et permettra d'"évaluer" l'impact généré par les actions prises en faveur du Grand Sud algérien de manière à "impulser" le développement économique et social de ces régions. Il s'agit aussi de l'opportunité d'impliquer les acteurs locaux, dont la société civile, dans le processus de développement économique du pays. Dans ce cadre, en  2012, les pouvoirs publics ont accordé une enveloppe supplémentaire de 79 milliards DA au développement de l'agriculture dans le Sud. Ces montants sont destinés notamment au développement des régions pastorales situées aux frontières  sahariennes à travers la réalisation des forages, des puits, des unités de production fourragère et agro-alimentaire. Il est à rappeler que l'intérêt des pouvoirs publics pour le Sud, n'est pas nouveau mais cette région est toujours en quête de prospérité avec la montée du taux de chômage et le besoin de l'amélioration du niveau de vie des citoyens.  Ce constat a été relevé dans le cadre des concertations sur le développement local initié par le président Bouteflika et mené par le Conseil économique et social, mais avec la montée du risque sécuritaire, cette région devient la plus sensible, car l'Algérie doit désormais  compter sur sa population et ses moyens contre toute menace.

Source Les Débats Nacera Bechar

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog