Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 00:37

Toulouse 3e ville de France en 2020
toulouse-centre.jpg
Toulouse centre

Population. Avec 6 100 habitants de plus par an, la Ville rose pourrait, au rythme actuel, dépasser Lyon d'ici 10 ans. Et la Haute-Garonne atteint des records de démographie depuis 1999.
INFOGRAPHIE -- 439 453. C'est le nombre officiel des Toulousains, selon l'Insee (1). La quatrième ville de France ne comptait que 390 301 habitants en 1999. La progression en dix ans est donc considérable. La Ville rose a gagné durant cette période quelque 6 100 habitants par an. À ce rythme, on peut estimer que les Toulousains sont aujourd'hui au nombre de 458 000.
Dans dix ans, si ce boom démographique est maintenu, Toulouse dépasserait le demi-million, atteignant le chiffre record de 519 000 habitants.
En 2020, Toulouse rentrerait ainsi dans le trio de tête des communes les plus peuplées de France. Loin derrière Paris et Marseille, mais devant Lyon. La capitale des Gaules ne gagne en effet que 3 400 habitants par an. L'écart de population entre Toulouse et Lyon se resserre. Lyon ne compte en 2007 que 33 000 habitants de plus que Toulouse.
Au-delà de la satisfaction un peu cocardière de gagner une place, l'entrée dans le trio de tête des villes françaises pourrait aussi avoir des conséquences comme l'apparition de véritables arrondissements dans Toulouse, à l'instar de Paris, Lyon et Marseille.
Le boom toulousain a, par ailleurs, des explications très naturelles. Le dynamisme de la capitale régionale, le poids de son université (la deuxième ou troisième de France en nombre d'étudiants) ou de l'aéronautique, n'expliquent pas tout.
La commune de Toulouse est une des plus étendues de France, équivalente en superficie à celle de Paris, alors que Lyon ou Bordeaux, par exemple, ont des territoires beaucoup plus contraints. Les possibilités d'extension toulousaine sont encore énormes alors que Lyon, déjà dense, ne peut gagner qu'en hauteur. La volonté des élus toulousains est en outre de « densifier » la Ville rose afin de lutter contre l'étalement urbain, avec tous les inconvénients qui l'accompagnent sur le plan transports et infrastructures.
Des secteurs entiers de Toulouse, tels que la Cartoucherie, Borderouge-Nord, Montaudran, Paleficat ou Marcaissonne restent à urbaniser.
L'agglomération (2) toulousaine (850 876 habitants) occupe seulement la sixième place, loin derrière les agglos de Paris (plus de 10 millions d'habitants), Marseille et Lyon au coude à coude autour de 1,4 million, mais talonnant Lille-Roubaix-Tourcoing (1 million) et Nice (940 017), devant Bordeaux (803 117) ou Nantes (568 743). Avec 13 000 habitants gagnés par an, Toulouse rejoindrait Lille (+2 000 hab./an) et Nice (+7 500) en 2022, devenant alors la quatrième métropole de France.
1-En 2007 : les derniers chiffres Insee de population s'arrêtent à 2007. Ils complètent l'étude de l'Insee menée entre 1999 et 2006 sur la démographie en Haute-Garonne. Pour 2008 et 2009, voire 2010, on ne peut parler que d'estimations. 2-L'Insee parle d'unité urbaine, « ensemble de communes présentant une continuité du tissu bâti (pas de coupure de plus de 200 mètres) ». Le Grand Toulouse compte environ 650 000 habitants.
Portrait-robot du nouvel arrivant
Il est jeune. La Haute-Garonne est très attractive pour la tranche d'âge 18-24 ans et en gagne 549 par an pour 10 000 jeunes résidants. L'âge moyen de la population a augmenté, passant de 37,3 ans à 37,8 ans entre 1999 et 2006. Mais le Haut-garonnais, qui reste en dessous des 40 ans, est plus jeune que la moyenne française (39,3 ans).
Il est plus actif qu'ailleurs. En 2006, les 585 000 actifs recensés en Haute-Garonne représentent 60 % de la population de plus de 15 ans. Cette part est plus forte que dans les autres départements de Midi-Pyrénées. Les cadres représentent 21 % des actifs, plus que la moyenne nationale (15 %).
Enfin, la part des retraités (21 %) est moins importante qu'ailleurs.
Il habite surtout à Toulouse. La Ville rose a gagné en moyenne 6 800 habitants par an entre 1999 et 2006, puis 6 100 entre 1999 et 2009. Seule Paris dépasse Toulouse avec 7 900 habitants de plus chaque année.
L'agglomération toulousaine capte l'essentiel de l'afflux des jeunes migrants, 6 sur 10 s'installant dans la ville centre. Le taux de migration y est de 910 pour 10 000 jeunes résidants.
Il vient d'Île-de-France. Le département gagne en moyenne chaque année 73 habitants de plus pour 10 000 résidants (record de France). La Haute-Garonne est excédentaire dans ses échanges avec toutes les régions françaises hormis la Corse. C'est avec l'Ile-de-France qu'elle gagne le plus d'habitants (11 200 entre 1999 et 2006).
3 questions à Claude Raynal
Claude Raynal est président de l'agence d'urbanisme de l'agglomération toulousaine, président délégué du Grand Toulouse.
Le statut de Paris, Lyon et Marseille, découpés en arrondissements, peut-il s'appliquer à Toulouse ?
C'est la loi PLM (Paris, Lyon, Marseille) de 82 qui a fixé ce régime. Elle ne prévoit pas d'application à d'autres villes. Il n'y a pas de seuil de population à partir duquel elle pourrait se décliner. Seule une demande volontariste de l'État en accord avec la ville pourrait le décider.
Vous y croyez ?
Ce n'est pas d'actualité. La loi PLM était une loi d'opportunité qui répondait à une problématique de l'époque. La question ne se pose plus comme ça. On s'intéresse moins au découpage des communes qu'à la liaison des communes autour. Rien n'empêche la ville centre de se doter de structures de démocratie de proximité (Toulouse a ses six secteurs-NDLR).
De nouvelles communes pourraient rejoindre le Grand Toulouse ?
Certaines ont engagé cette réflexion. Nous ne savons rien des bases de la valeur ajoutée, qui permettra de remplacer la taxe professionnelle supprimée, cela entraîne un report à un ou deux ans de ces extensions possibles. La réflexion est devant nous.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jackisère 16/01/2010 10:39


Coucou Henri,
Jolie photo de la Place du Capitole à Toulouse (si je ne me trompe pas ) notre belle ville rose !
Excellente journèe à toi  et gros poutous
Jacky


Le Pèlerin 17/01/2010 06:51


Salut Jacky,
Le déraciné que je suis a détessté Toulouse pendant 35 ans...
Maintenant je suis un de ses plus ardents défenseurs et j'aime la ville
j'aime déambuler dans le vieux toulouse ...Certes je suis bien en ariège mais Toulouse me manque
Je te souhaite une bonne journée aussi et te fais de gros poutous
Amicalement,
Henri