Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 23:47

Inhumation des victimes du massacre de Houla, en Syrie

Enterrement-des-victimes-Houla-Syrie.jpg

 

Les civils toujours en première ligne. Plus de 13 400 personnes sont mortes dans les violences en Syrie depuis le début, mi-mars 2011, de la révolte contre le régime du président Bachar Al-Assad, a estimé vendredi 1er juin l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Parmi les 13 410 victimes, l'organisation basée au Royaume-Uni décompte 3 205 membres des forces du régime, 770 déserteurs et 9 435 civils, "y compris les civils ayant pris les armes contre le régime". 

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé la communauté internationale à soutenir le plan de Kofi Annan et à enquêter sur les violations en Syrie, notamment sur le massacre de Houla, afin d'éviter un "conflit total" dans le pays qui représenterait un "grave danger" pour la région. 

Douze ouvriers exécutés près de Qousseir

Un ultimatum fixé par des responsables de la rébellion au régime du président Bachar Al-Assad pour que celui-ci mette fin à la répression expirait vendredi à 11 heures (heure de Paris). Dans le même temps, les opposants appellent à manifester en hommage aux 49 enfants tués à Houla le 25 mai. 

De nouvelles exécutions ont par ailleurs été dénoncées vendredi par des militants basés près de Qousseir, dans le centre de la Syrie. Les forces gouvernementales auraient abattu douze ouvriers alors que ceux-ci rentraient jeudi de leur travail dans une usine de fertilisants. "Les forces du régime ont lié leurs mains derrière leur dos et leur ont tiré dessus", témoigne Salim Kabbani, membre des Comités locaux de coordination, qui organisent la contestation sur le terrain.

Selon Salim Kabbani, les exécutions sommaires sont devenues fréquentes à Qousseir, bastion de la rébellion. "Le point de contrôle où les travailleurs ont été tués est dangereux, et les gens y sont souvent torturés", indique-t-il.  Le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a appelé les observateurs de l'ONU déployés en Syrie à se rendre à Qousseir et à enquêter sur ces exécutions.

Source FTVi avec AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires