Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:45

Toulouse - Tramway : Beauzelle-Arènes en 33'51'' chrono

interieur-essai-tram-toulouse.jpg

 

Récit du trajet montre en main, de Beauzelle aux Arènes.

Top départ. La rame s'ébranle doucement dans une zone encore en chantier. Des conducteurs s'entraînent sur d'autres rames. 73 anciens chauffeurs de bus suivent une formation de trois semaines pour être habilité à manœuvrer un tramway.

2' 40" : Andromède. Comme la plupart des 18 arrêts de la ligne, la station est encore dans sa housse de plastique. Abris et distributeurs de billets ont été installés. Il manque les quatre œuvres d'art (dont une, lumineuse, qui suivra la rame) et les panneaux d'information.

6' 10" : place Georges-Brassens. L'air est climatisé, la conduite fluide. Christophe Soula, le conducteur, accélère doucement puis laisse la rame glisser. La conduite est « manuelle à vue » : des indicateurs de limitation de vitesse jalonnent le parcours. « La vitesse maximum est de 50 km/h ; en tenant compte des arrêts dans les stations, on évalue la vitesse commerciale à 20 km/h », explique Jean-Paul Bodin, directeur exploitation et maintenance des bus et des tramways. On se tient à la barre : le freinage est un peu raide.

8' 30" : Patinoire. Direction le centre de Blagnac, la rame traverse la circulation automobile. Pas de feu pour le tram' mais des barres blanches : horizontale, il doit stopper ; verticale, il peut passer. En revanche, voitures, motos et vélos doivent être attentifs aux feux rouges clignotants. Comme le train, le tramway est prioritaire partout.

13'35 : Pasteur. Avec plus de six cents mètres, la Route de Grenade est la zone mixte la plus longue. Tram, autos et riverains empruntent la même voie. C'est assez chaud. Aux stations, le conducteur jette un coup d'œil sur les caméras qui balaient arrière et côté de la rame.

25': Toulouse-Purpan. La rame traverse l'hôpital. Dans sa cabine, le conducteur exerce sans arrêt avec son pouce des petites pressions sur le côté de sa manette. C'est le principe de la veille automatique ou de « l'homme mort » : il ne doit pas appuyer plus de dix secondes ni relâcher plus de deux secondes sinon le système s'arrête.

Au sol, entre les rails, le gazon est vert et épais. Un arrosage intégré l'entretient en permanence.

26' 37" : Cartoucherie. Pierre Cohen observe le chantier de la Cartoucherie et la démolition des anciens bâtiments du Giat. « Le tramway transforme le paysage urbain. On n'en mesure pas encore toute l'ampleur. » Sur la droite, un scooter freine brutalement à l'approche du tram. Le conducteur donne trois coups de klaxon.

33' 51" : terminus aux Arènes. Mission accomplie. Les passagers s'engouffrent dans le métro  

Le tram pour désengorger Purpan

L'arrivée du tramway à l'hôpital Purpan va changer la vie de beaucoup de gens. Mélissa, employée en pédiatrie, prend tous les matins sa voiture pour venir travailler. Elle habite à Cornebarrieu. « Je pars vers 8 heures, et j'arrive entre 8 h 15 et 8 h 25, selon le trafic. » Grâce aux hôtesses Tisséo présentes toute la journée, hier, devant le futur arrêt du tramway au CHU, elle a pu s'apercevoir qu'en tram, elle mettrait environ 25 minutes pour relier les stations Beauzelle et Purpan. « Je vais étudier la question de près », conclut la jeune médecin. Jean-Paul, lui, habite Tournefeuille. Il ne prendra pas le tram. Pourtant, une ligne de bus, le 46, relie Tournefeuille au terminus des Arènes. « Mais avec le bus et le tram, je mettrais trois fois plus de temps ! Là, comme je commence à 7 heures, je mets 10 minutes en voiture. Et je repars à 15 heures, donc j'évite les bouchons. » « Nous espérons que le tram drainera au moins la moitié des 10 000 personnes qui travaillent au CHU, note la direction. À l'arrêt Purpan, qui sera en 2012 le cœur du CHU, avec l'ouverture du nouveau bâtiment Pierre-Paul Riquet, mais aussi à la station Arènes Romaines, qui dessert tout le nord du CHU, voire à Ancely. » Trente mille voyageurs par jour sont attendus à la station Purpan, qui sera l'une des plus fréquentées de la ligne.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires