Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 06:49

Toulouse – Les Arènes romaines - Les riverains de l'héliport de Purpan au bord de l'insurrection

Nuisances. La nouvelle étude d'impact ne leur a rien appris : le bruit est infernal aux abords de l'hélistation. Il est même parfois plus important.
Les riverains de l'hélistation de Purpan sont au bord de l'insurrection. Depuis le déménagement de l'héliport sur le bâtiment Louis-Lareng, ils ne ferment plus l'œil et leurs jours sont pires que leurs nuits. Hier en fin d'après-midi, la présentation tardive d'une nouvelle étude d'impact, au CHU de Purpan, s'est déroulée dans un climat plus que houleux.
Produite par la Direction de la sécurité de l'aviation civile, l'étude se base sur une mesure de bruit qu'ils contestent puisqu'elle prend en compte le niveau sonore maximum pris sur une seconde. Or, le décollage ou l'atterrissage d'un hélicoptère prend plusieurs dizaines de secondes.
Pis : mêmes contestées, les mesures font apparaître selon les points de capture des niveaux sonores supérieurs aux précédents, avant le déménagement. « Vous nous avez prouvé que vous êtes hors la loi, estime Éric Peyrat, un riverain excédé. Nous voulons rompre le dialogue et déposer plainte. »
« Apocalypse now ! »
Hugues Ferrand, le directeur du CHU de Purpan comme les élus municipaux Pierre Lacaze et Élisabeth Belaubre le reconnaissent : les riverains vivent un cauchemar quotidien. 600 familles sont touchées. Jean-Claude Boubay habite rue de Cauterets. « Les hélicos font le point fixe sur ma maison. Ils montent, reculent de 70 mètres vers les arènes romaines et s'élancent vers la résidence des Peupliers. Quand il passe à 4 heures du matin c'est Apocalypse now ! En plus du bruit il y a le kérosène : tous les rideaux sont noirs ! »
Dans sa résidence des Peupliers, Pierrette se désole : « Malgré le double vitrage et le plus phonique, c'est infernal. Et la terrasse est pratiquement inutilisable. »
Jacques Lougarre, un autre voisin du site : « J'ai une chambre disponible chez moi. Venez dormir 15 jours, vous vous rendrez compte. Faut pas déconner ! Les hélicos planent à 20 mètres des toits ! Qu'ils montent à 100 mètres nom de dieu ! »
Stéphanie, elle, a déboursé 10 000 € pour un triple vitrage. Inutile l'été, d'ailleurs, quand on dort les vitres ouvertes. Elle enrage : « Je comprends très bien qu'une hélistation est d'intérêt général, mais à 50 mètres des habitations c'est absurde ! Dans ma cuisine, les meubles tremblent au décollage et à l'atterrissage. Sur la terrasse, en été, on ne s'entend pas parler. Et la maison est devenue invendable : elle s'est dépréciée de 30 % ! »
Gustave Guillem, ancien président d'une association de défense de l'environnement à Ancely : « Ce n'est pas en hélicoptère que vous nous menez, c'est en bateau ! Vous nous avez fait la démonstration qu'il y a plus de bruit qu'avant. En plus il n'y a pas eu d'enquête publique ; on a été mis devant le fait accompli.
N'en jetez plus !
« Pas de solution mais des pistes »
Vertement pris à partie, Hugues Ferrand, le directeur de l'hôpital Purpan a hérité de ce dossier brûlant à son arrivée. Le site de Pierre-Paul Riquet rejeté car pas aménageable avant 2012, le choix du bâtiment Lareng a été fait. Il précise par ailleurs que depuis la dernière houleuse réunion avec les riverains, l'an dernier, « un travail sur les trajectoires des hélicoptères a été accompli. Ils ne survolent plus les habitations autant qu'avant. Mais ce n'est pas suffisant. Je n'ai pas de solutions à proposer aujourd'hui », a-t-il avoué, mais il évoque quelques pistes. Rehausser l'hélistation pour limiter le bruit au moment de l'envol ; réduire le nombre de rotations en augmentant les moyens terrestres de transport ; une meilleure isolation phonique.
Interpellés également, les élus ont reconnu des « nuisances intolérables ». Pierre Lacaze n'exclut pas la possibilité pour la ville de « se porter partie civile si elle considère que la santé de ses habitants est en jeu ».
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires