Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 06:56

Du 08 octobre 2010 au 23 octobre 2010

jazz-sur-son-31.jpg

La 24e édition de Jazz sur son 31 a été lancée hier soir par Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne, organisateur de la manifestation. L'événement s'est déroulé sous un chapiteau provisoire ingénieusement habillé de noir, avec un liseré bleu lumineux du meilleur effet. Cet écrin agréable, appelé Automne Club, a été inauguré par le Big Band 31 cadet (32 jeunes de 10 à 17 ans dirigés par Philippe Léogé) puis le quartet de Jean-Michel Cabrol. Une vingtaine de concerts y seront présentés jusqu'au 23 octobre. Beaucoup d'autres scènes accueilleront des soirées jazz, affichant souvent complet. C'est trop tard pour espérer voir Steve Coleman ce soir à Odyssud mais il reste quelques places pour Toots Thielemans lundi à Altigone Saint-Orens.

Jazz sur son 31, du 8 au 23 octobre.

Jazz sur son 31 fait déjà un tabac

jazz-sur-son-31-2.jpg

 Wayne Shorter jouera à Odyssud

 

Jazz sur son 31, 24e du nom, débute ce soir dans la cour du conseil général, à Toulouse, avant de partir rythmer les soirées de plusieurs villes du département jusqu'au 23 octobre. On ne sait pas encore si le millésime 2010 dépassera les 23 137 entrées de l'an dernier. Mais les organisateurs, au sein du conseil général, notent un enthousiasme « exceptionnel » au niveau des réservations. Plusieurs concerts sont complets depuis un moment (Coleman, Maalouf, Mc Coy Tyner, Scofield, Luc, Alexander, Big Band 31) et beaucoup d'autres devraient suivre le même chemin. Et la fièvre est identique en dehors des rendez-vous phares de 21 heures. Il n'y a plus de place pour les deux concerts de Jacky Terrasson et la journée « label ». « Une heure avec… Jean-Marc Padovani » fait aussi le plein (c'était gratuit mais il fallait réserver). De quoi réjouir l'intéressé, saxophoniste installé à Toulouse qui en profite pour inviter nombre de ses excellents amis musiciens.

« C'est génial, s'enflamme Jean-Marc Padovani. On retrouve la tradition des clubs, cette possibilité formidable, qui n'existe presque plus nulle part, de faire des séries ». Programmée sur 4 concerts, du 12 au 15 octobre (Automne Club, cour du conseil général), cette « Heure avec… » est une manière pour le saxophoniste de « montrer des facettes différentes ». « Le premier soir, il s'agira de retrouvailles. Le second, nous donnerons Sketches, un hommage à Mingus, Coleman, etc. avec notamment Claudia Solal au chant. Le troisième concert, Liqaa, touche aux musiques du monde, à l'inspiration arabo-andalouse. Enfin, nous conclurons avec une séquence nostalgie et un hommage à Éric Dolphy, saxophoniste hors norme, mort à 36 ans après une série de disques exceptionnels entre 1960 et 1964. »

Jean-Marc Padovani sera aussi l'invité du Big Band 31 pour la clôture, le 23 octobre. Il retrouvera un autre saxophoniste, Jean-Michel Cabrol, le même Audois de Gruissan qui fait l'ouverture ce soir, à 21 heures, avec son quartet (Automne Club). « Je remercie Philippe Léogé, le chef du Big Band 31 de m'offrir ces deux opportunités. C'est magnifique. Pour lancer le festival, nous jouerons mes compositions, influencées par Coltrane et quelques standards comme Et maintenant (Bécaud) ou La Belle vie (Distel). Il faut toujours offrir au public des repères, des airs qu'il connaît bien. »

Tarifs de 5€ à 50€. Tél.05 34 45 05 92 (www.jazz31.com).

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires