Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 10:13

Toulouse – Football - Ligue 1. TFC : Gignac, le Messie toulousain

dede-gignac.jpg

Retour attendu. L'avant-centre international rentre ce matin de vacances. Casanova le voit rester cette saison.

«Dédé» Gignac tout sourire, c'était le 24 juin dernier. Le jour de son atterrissage d'Afrique du Sud, le numéro neuf des Bleus avait tenu à venir saluer ses coéquipiers de club au Stadium

Une Coupe du monde et trois semaines de congés après, André-Pierre Gignac revient au bercail aujourd'hui. Où son avenir au TFC s'inscrit de moins en moins en pointillés.

Le Barça a son Messi, le TFC aussi. « Je vous rappelle quand même qu'il y a un certain André-Pierre Gignac qui nous rejoint… »

Samedi, dans les sous-sols de Limoux, l'entraîneur toulousain, sans qu'on le force, s'est réjoui par avance que son attaquant-vedette vienne grossir les rangs violets à partir d'aujourd'hui. Stigmatisant, au sortir de ce qu'on a coutume d'appeler un bon 0-0 contre Montpellier, les carences en « animation offensive ».

Sondé la veille, Alain Casanova, le coach qui a redonné confiance à « Dédé », est intimement convaincu que « Gignac va rester. notre édition du 17 juillet).

Lié encore au TFC pour 3 ans, le meilleur buteur de la saison 2008-2009 (24 buts) avait passé un deal avec le président Sadran au plus fort de la tempête lyonnaise, l'été dernier, en paraphant sa deuxième prolongation de contrat. « C'est un gars vraiment réglo, nous expliquait Olivier Sadran le soir du dernier match de l'exercice, et je le suis aussi. Lorsqu'il s'est réengagé, on s'est dit que s'il y avait une proposition d'un niveau qui convenait aux deux parties, alors oui il pourrait partir. Dans le cas contraire, il restera ; et il sera ravi. » Les deux parties, au juste, ont convenu de se rencontrer dans la semaine, dixit Casanova, « afin que chacun puisse travailler l'esprit libéré, en bonne entente ».

Pour ne pas revivre le mauvais film de l'année passée (Aulas, l'homme fort de l'OL, faisant du Aulas ; Gignac, perturbé, séchant un entraînement). Pour (re)fixer également, on imagine, deux limites : une date-butoir, le montant du transfert.

Un seul être vous manque… Même si le club toulousain dit avoir anticipé depuis belle lurette l'après-Gignac, encore faut-il que le départ de l'intéressé se réalise dans des temps raisonnables. Rappelons que dans trois semaines le championnat aura déjà vécu sa première journée…

Deuxièmement, donc, le prix de Gignac. Il y a un an, Toulouse avait repoussé Lyon et une offre de 15M€ ; avant la Coupe du monde, on parlait d'une transaction estimée à 17M€. Aujourd'hui, on verrait bien la poire coupée net en deux : 16M€. Le retentissant fiasco des Bleus n'ayant a priori pas égratigné la cote de l'international.

N'empêche : le bon de sortie est assez dissuasif, eu égard à la morosité du marché. Casanova ne doit pas s'en plaindre…

« Je n'en ai rien à foutre de mon avenir ! Je n'y fais pas attention, nous n'avons pas la presse à l'hôtel. » André-Pierre Gignac, à Knysna - résidence des Bleus.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires