Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 13:08

Toulouse - Puces de Saint-Sernin : la bataille des brocs - polémique

les-puces-Saint-Sernin.jpg

Vendeurs à la sauvette et les déballages clandestins de produits de récup sauvés des poubelles. Pour ce samedi au moins. Car les puces de Saint-Sernin ne sont jamais longtemps les mêmes. Il y a quelques années, elles s'étalaient rue du Taur où de nombreux vendeurs précaires qui souhaitaient gagner quelques sous en vidant leurs tiroirs. Dans ce bric-à-brac géant, d'autres avaient trouvé leur place et il n'était pas rare d'y voir écouler en toute impunité de la marchandise volée ou des cartouches de cigarettes venus d'Andorre. Aujourd'hui, sous la pression des brocanteurs qui voudraient bien en faire leur pré carré et de la municipalité, ce rendez-vous hebdomadaire des chineurs s'est assagi et ne dépasse guère le périmètre du pourtour de la basilique. Mais pour les professionnels de l'ancien d'occasion, ce n'est pas encore assez et la présence de vendeurs non patentés continue de les déranger. « L'activité d'achat et de revente est devenue un sport national et se pratique sur internet comme dans les vide-greniers. Pour nous, c'est un métier et un moyen de subsistance. Nous demandons à ce que le marché du samedi matin soit réservé en priorité aux brocanteurs et le plus encadré possible », revendique Gilles Massip, président du syndicat des brocanteurs et antiquaires de la Haute-Garonne et du Sud-ouest.

Certains pointent du doigt l'arrivée des « auto-entrepreneurs », ces vendeurs improvisés qui selon eux font baisser la cote du marché. « Ils déballent de tout, des fringues, de l'électroménager, des meubles qu'ils ont récupérés dans la rue et revendent 50 cts. Si on ne fait rien, on va glisser vers le bas de gamme », s'inquiète Claude, collectionneur d'objets publicitaires. Aux brocanteurs d'être plus « assidus », répondent certains placiers, bien obligés d'élargir leurs critères pour remplir les « trous » du marché. Après 23 ans sur le marché de La Faourette, Habib a obtenu l'autorisation de vendre ses vêtements d'occasion le samedi matin à Saint-Sernin. Stigmatisé depuis son arrivée, il y a un an par quelques exposants récalcitrants, ce fripier doit résister pour garder sa place. « Il y a de la place pour tout le monde, témoigne un brocanteur en place à Saint-Sernin. Le métier ne marche pas fort en ce moment et cela réveille des jalousies ».

Priorité aux brocs

Comme le précise Mama Hammou-Mohamed, conseillère municipale déléguée en charge des droits de place, « la consigne a été donnée aux placiers de n'accepter que des brocanteurs sur le marché Saint-Sernin ». Mais certains vendeurs à la sauvette résistent à la pression et sont difficiles à déloger de l'aveu même des placiers. La majorité des emplacements sont attribués en commission et les places vacantes le sont le jour même selon « l'ancienneté et la régularité » des vendeurs.

Pour exposer sur le marché, il faut avant tout contacter le service du droit de place pour demander le règlement intérieur puis se présenter aux placiers à 7 heures le samedi devant le parvis de la basilique, muni d'une carte de commerçant (brocanteur) et d'un Kbis ou bien d'une carte auto-entrepreneur avec la feuille Insee et la mention brocanteur.

Le chiffre : 2,20

Euros C'est le tarif du mètre linéaire. La plupart des exposants du marché Saint-Sernin sont installés sur des emplacements de 5 mètres linéaire.

Source la Dépêche du midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires