Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 23:00

Aéronautique - Toulouse aura son musée de l'aviation

Toulouse-aeroscopia.jpg

 

43 avions sont exposés à l'Espace Flight Heritage à Saint-Martin du Touch avant l'ouverture d'Aéroscopia à Blagnac

A deux pas du tarmac de Toulouse-Blagnac, une quarantaine d'avions exposés préfigurent ce que sera le parc de découverte aéronautique Aéroscopia. A découvrir dès le 19 septembre.

Dominés par l'imposant Super Guppy, ancêtre du Béluga, quarante-trois avions civils et militaires trônent majestueux sur 15 000 m2 de terrain goudronné, à quelques centaines de mètres, à vol d'oiseau, de la piste de l'aéroport de Toulouse Blagnac. Cette exposition inédite, proposée par Airbus avec le concours des associations Flight Heritage et Ailes anciennes donne un avant-goût du futur parc de découverte aéronautique Aéroscopia.

Pour les 40 ans d'Airbus

Le 19 septembre, lors de la journée portes ouvertes d'Airbus qui fêtera ses 40 ans, le public pourra découvrir cette installation en avant-première. Il sera toutefois nécessaire d'être invité, ce jour-là, par un membre du personnel de l'entreprise. Le grand public aura tout le loisir de s'y rendre dès le mois d'octobre par le biais d'Airbus Visite.

Cette étonnante collection d'aéronefs donne à voir des pièces rares ou emblématiques comme le mythique Concorde, l'impressionnant Super Guppy, l'élancé Mirage Dassault et un grand nombre d'avions militaires provenant du monde entier.

« Il ne s'agit pas de l'histoire de l'aviation toulousaine mais d'une présentation d'engins français, russes, suédois, américains ou autrichiens », explique Patrick Dabas, de l'association des Ailes anciennes. « Ceux à usage militaire nous ont été donnés par l'armée des pays concernés. Les autres proviennent d'échanges et d'achat parfois. Une collection vaut par sa rareté, son originalité ou par la décoration particulière et inédite de certains engins. »

Dans les entrailles de l'A 300

Pour l'instant, le point fort de l'exposition est la visite de l'A 300 réaménagé. Le tout premier avion de la famille Airbus, lancé en 1972, se visite en transparence. Mieux que dans les chaînes d'assemblage, le public pénètre à l'intérieur d'un aéronef où, du sol ou plafond, toutes les parois ont été remplacées par du plexiglas avec une vue imprenable de l'intérieur des soutes ou du cockpit, notamment. Très prochainement, l'accès au Concorde sera aussi proposé au public sur le site de l'Espace Flight Heritage à Saint-Martin du Touch. Cette exposition sera ensuite transférée dans le nouveau parc de découverte aéronautique Aéroscopia, à l'aube de l'année 2014.

Aéroscopia prend son envol

Capitale européenne de l'aéronautique, berceau de la Caravelle, du Concorde et d'Airbus, Toulouse se devait d'avoir un musée de l'aviation. Après plusieurs années d'attente, le projet porté par le Grand Toulouse, Airbus et les associations Terre d'Envol, Flight Heritage et Ailes Anciennes est sur le point d'aboutir.

« Le financement d'Aéroscopia est bouclé à plus de 80 % », indique Jacques Rocca, directeur d'Airbus Heritage, un département que l'avionneur vient de créer pour la conservation du patrimoine. « Dès que le conseil général aura voté sa subvention, il restera 400 000 € à trouver. Nous avons des pistes liées au mécénat. » Il y a trente ans déjà, La Cité des ailes avait été imaginée par quelques passionnés qui ont ouvert la voie à Aéroscopia. Ils sont aujourd'hui confiants. « J'ai espoir que la première pierre soit posée d'ici la fin de l'année », commente André Rocaché, président de l'aérothèque. « Nous avons obtenu un terrain proche de l'usine Lagardère à Blagnac et les choses avancent bien. » Hier, lors de la présentation du festival Des étoiles et des ailes, Bernard Keller, maire de Blagnac, et président de la commission économique du Grand Toulouse, a annoncé que le projet Aeroscopia serait soumis « au vote du prochain conseil communautaire le 30 septembre, avant l'approbation par le conseil municipal de Blagnac, le 7 octobre prochain », la ville se voyant attribuer la délégation de maîtrise d'ouvrage. Prévu pour une mise en service fin 2013, début 2014, Aéroscopia se développera sur le site de Pinot, près d'Aéroconstellation.

Le chiffre : 13

millions d'Euros> Pour financer Aéroscopia. Le financement du futur parc de découverte aéronautique est pratiquement bouclé. Les fonds proviennent du Grand Toulouse (3,750 millions d'euros), d'Airbus (3,5 millions), du conseil régional (1,875 millions), du conseil général (1,875 millions, pas encore délibéré), du Feder (Europe, 1,5 millions) et de l'aérothèque (100 000 €).

« Pour aller plus vite, nous avons transféré la maîtrise d'œuvre du projet à la ville de Blagnac qui accueillera Aéroscopia. » Alain Fillola, vice-président de la communauté urbaine du Grand Toulouse.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires