Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 10:15

Toulouse - Le "train du jaune" fait un tabac…

le-train-du-jaune.jpg

 

Les courses faites, les habitués rentrent vers Toulouse en début d'après-midi./Photo DDM, P. C.

À Toulouse-Matabiau, le TER de 6 h 50 part pour Latour-de-Carol. Mais presque tout le monde descend à l'Hospitalet pour prendre le bus vers l'Andorre. Attention, ligne « sensible » : c'est « le train du jaune ».

Ils sont six. Cinq hommes et une femme tenant salon en habitués. « François, il va monter à Saint-Agne ? » interroge l'un. « Hier, il y était avec José » répond l'autre. Le plus âgé déplie son journal. Elle sort un livre… Il est 6 h 50 et tous tiennent visiblement à ce rituel imitant un départ quotidien au turbin. Sauf que ceux-là sont trop cabossés pour aller bosser.

Maigreur et teint hâve partagés… Elle ? Elle parle trop fort. Surjoue la vulgarité. Code sans pitié de la débine pour montrer qu'on en est. « Elle va travailler ? Nous, on va glander », lâche-t-elle ainsi à la salariée passant dans la travée. Mais finalement juste sur le ton du triste constat.

Petits trafics entre amis

Car compter au plus serré pour leur « conso perso » et pour le petit bénef'à tirer des deux cartouches de cigarettes et deux bouteilles qu'ils ont prévues chacun de rapporter, c'est leur métier, désormais, à ces six-là. Et au bout de la ligne, l'Andorre leur paradis pour l'exercer. Là-haut, les 200 blondes sont à 25 €, le pastis à 6,39 € le litre en promo et « il y a même un hôtel à 11 € la nuit, petit-déjeuner compris » se rappelle-t-on. Si d'aventure l'un doit y rester, trop « artillé ».

De fait, Matabiau-Foix-Latour- de-Carol avec retour à 16 h 16 à Toulouse… « C'est le train du jaune » résume un autre habitué. « Le train de la misère » corrige une passagère, « parce que le matin, ça va à peu près, mais l'après-midi, bonjour les dégâts quand certains ont picolé en soldes » précise-t-elle. Sans se mélanger. Elle fume trois paquets par jour : « alors je ne fais pas ça pour trafiquer. »

Certes, mais à environ 40 € l'aller-retour, quel bénéfice ? « Non, c'est gratuit, c'est la Région qui paye » répond alors candidement une troisième, tandis qu'à 9 h 17, presque tout le monde descend à l'Hospitalet et qu'ils sont donc une soixantaine à s'engouffrer dans le bus pour l'ultime montée à 3 € vers l'Andorre.

De fait, « le Conseil régional finance 60 voyages gratuits par an pour que les demandeurs d'emploi puissent chercher du travail dans tout Midi-Pyrénées. Alors certains en profitent et d'autres prennent la carte « Loisir » qui donne d'intéressantes réductions » explique Jeff, contrôleur sur cette « ligne sensible »… où circule donc toute une clientèle de « fourmis » fauchées rapportant des cigarettes à leurs commanditaires de Toulouse et d'ailleurs.

La part des choses

« Certains nous ont avoué 100 € de revenus par trajet », confie alors Jeff. Des passagers avec lesquels « il faut cependant savoir faire la part des choses » dans ce « train de désœuvrés » ainsi que le qualifie Hervé Geffroy, chef divisionnaire des Douanes de Midi-Pyrénées Sud. La loi dit « franchise » pour 15 paquets de 20 cigarettes et 1,5 litre d'alcool fort par personne ? à trois voyages par semaine et en restant dans les clous, « ça laisse environ 80 € de bénéfice illégal s'ils revendent, un petit revenu de complément » calcule-t-il. Et concernant ceux qui tentent de passer plus, « je demande que les règles soient respectées et appliquées ».

Deux fois par semaine, les douaniers contrôlent donc le train. Et ponctuellement des opérations plus larges sont menées en partenariat avec la gendarmerie, parce que « mettre du bleu » à bord apaise aussi les alcoolisés du voyage retour. Mais pas de saisies majeures sur le « train du jaune » : le gros du trafic passe surtout de nuit, par la route…

« Oui, certains détournent ces billets gratuits et en profitent, mais c'est une minorité et il ne faut pas stigmatiser tous ceux qui sont en difficulté et pour lesquels ces billets sont indispensables » souligne pour sa part Laurent Saint-Upéry, délégué régional CGT des contrôleurs. Lui ne veut pas se tromper de cible. « L'essentiel, c'est que la sécurité des usagers et de nos collègues soit assurée. »

100 euros par voyage.

C'est le revenu que reconnaissent certains « habitués » de la ligne, lorsqu'ils rapportent des cigarettes d'Andorre.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires