Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 06:35

Toulouse - Maurane, héritière de Nougaro...

maurane.jpg 

Maurane a encore des larmes en écoutant des chansons de Nougaro, et des sourires quand elle les chante. Entretien avec celle qu'il avait désignée comme héritière artistique.

Comment vous est venue l'idée d'enregistrer un « album Nougaro » ?

L'idée, je l'ai eue du vivant de Claude, parce qu'on était très amis, on en avait déjà parlé et il était d'accord, mais je vous avoue que quand il est parti, je ne me suis pas précipitée… Je suis quelqu'un d'assez pudique. C'est Hélène Nougaro qui m'a demandé de faire cet album pour célébrer ses 80 ans, comme s'il était encore en vie. Elle n'a pas eu à insister beaucoup. Elle m'a dit que Claude me considérait comme sa légitime héritière, il l'avait dit à quelques personnes, mais pas à moi. Lui aussi était pudique…

Votre rencontre avec lui ?

C'est une longue histoire, je la raconte dans mon spectacle. Au début j'étais vraiment une groupie, j'étais en pâmoison chaque fois que je le voyais en scène. Je n'arrêtais pas de lui envoyer des cassettes, et finalement, un jour il a répondu et on s'est rencontré. On est devenu amis, il m'a encouragé. Il avait toujours des critiques plein la bouche, mais il me trouvait du talent, et il m'a emmenée avec lui en tournée. J'avais à peine 20 ans, je chantais trois-quatre chansons à l'intérieur de son spectacle avec ses musiciens.

Comment avez-vous choisi les chansons de l'album ?

La volonté de la maison de disques était de me faire chanter des tubes, mais j'ai voulu choisir celles qui allaient de soi, des chansons qui me permettent d'apporter ma touche féminine, voire même ma belgitude dans la prononciation… Par exemple, je n'ai pas voulu Nougayork, qui n'est pas ma préférée, même si elle a permis de le faire connaître aux jeunes…

Et « Toulouse ? »

Je ne voulais pas chanter « Toulouse », parce qu'elle est intouchable, c'est un monument. Mais il y avait eu ce concert d'hommage à Claude place du Capitole, pas le premier, mais celui avec Diam's, M et Mouss et Hakim

[ndlr : en septembre 2006] …Il y avait 20000 personnes, un public très jeune qui n'était visiblement pas venu pour moi. En entrant sur scène j'ai cru que j'allais me faire lyncher, or j'ai chanté « Toulouse » et l'écoute a été très respectueuse. Ce soir-là, cette chanson m'a sauvé la vie ! Par contre, on ne vous a pas vue au dernier concert du Capitole, en septembre 2009… Pourtant j'étais là, je venais de donner un petit concert à la Fnac. Mais Olivia[Ruiz] ne m'a pas invitée sur scène, ce qui m'a fait de la peine, parce que je l'aime beaucoup et que je me serais bien vue faire un duo avec elle. On a en parlé ensemble plus tard, c'est la vie… Aimez-vous Toulouse, la ville ? Je ne me serais jamais permis de chanter cette chanson si je n'adorais pas Toulouse, le centre ville et la table du « Bon vivre »…Cette ville est faite pour moi, par son côté « appendice de l'Espagne », comme l'écrit Jean-Paul Dubois. Je viens du Nord, mais j'ai une passion pour le flamenco et les accents du soleil. Vous souvenez-vous pourquoi vous étiez radieuse en 1993, à « Alors… Chante » à Montauban ? C'est parce que j'étais enceinte de Lou, et très heureuse de l'être ! je peux même vous dire que j'avais fait un spectacle piano voix habillée dans une robe noire avec par-dessus un truc sans manche dans les tons rouges. Je ne sais pas pourquoi mais être enceinte ça tenait du miracle, c'était impossible que ça me tombe dessus ! Vous avez rencontré son père dans le Sud-Ouest ? Non, j'ai rencontré Pablo à Bruxelles, où il prenait des cours de chant avec une amie. Elle me téléphone et me dit il y a un Espagnol qui reprend tes chansons…Cette année là, on venait de se marier quand il est venu à Monclar d'Agenais pour répéter « Les années twist » avec Roger Louret. J'ai loué une petite maison avec une petite piscine à Frégimont et on a lié l'utile à l'agréable. Une petite maison pour un grand bonheur… Pas exactement. J'étais très heureuse d'être enceinte mais je craignais que ça ne marche pas. Pour vérifier que tout allait, j'ai refait une échographie à Agen et j'ai vu battre le cœur de mon bébé. Je vous rassure, ça s'est calmé après, ce bébé a seize ans aujourd'hui et c'est une sacré bonne femme.

 

ses coups de cœur

gran torino

Ce film de Clint Eastwood est magnifique. Comme réalisateur, il n'a pas raté beaucoup de choses, c'est un tout grand.

J'espère que vous irez voir «La tête en friche», de Jean Becker, qui sortira le 2 juin, avec Depardieu et Gisèle Casadessus, et moi dans un rôle de bistrotière... Une comédie avec un peu de drame. 

la tete en friche Les victoires

Plutôt qu'un coup de gueule, j'ai eu un coup de blues... aux Victoires de la Musique. On fait son métier avec passion et tout à coup on se retrouve en compétition avec des gens qu'on aime, Olivia Ruiz, Charlotte Gainsbourg et Emily Loizeau...Etre meilleure? Ce genre de classement, franchement, ça me dérange.

 

Sacrée mama

Si Claude Nougaro a fait entrer le swing dans la chanson, Maurane, de son vrai nom Claudine Luypaerts a réussi la fusion entre musique classique et chanson en un seul morceau : son « Prélude de Bach ». On a peine à employer le terme de tube la concernant, tant sa démarche suit depuis trente ans et près de vingt albums, une progression plus artistique et personnelle que commerciale. Le succès enrobe pourtant cette « voix d'or francophone » (belge) révélée par la maison Saravah de Pierre Barouh, encouragée par Nougaro, invitée par Michel Berger sur la scène de Starmania. Dans un répertoire en énergie et en tendresse (qui n'empêche pas les coups de gueule comme « Tu mens »), la chanteuse de « Toutes les mamas » offre avec les seize titres de l'album Nougaro (dont « Tu Verras » avec Calogero), un bel hommage à l'un de ses « papas ».

Maurane sera en concert au Casino Théâtre de Toulouse, mardi 27 et mercredi 28 avril. LocationS lieux habituels.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Geneviève HALET-SABATIER 19/04/2010 09:56



J'aime MAURANNE et NOUGARO. Elle l'interprete formidablement bien. Je regrette, que vers TOULON, nous soyons un peu démunis de beacoup d'excellents artistes. Mon époux est fan de Clint.
Nous avons tous ses films en DVD, et aussi "GRAN TORINO", très bon. Nous attendons maintenant le dernier dont je ne me souviens plus le nom. GH-S



Le Pèlerin 19/04/2010 21:51



Re bonsoir Geneviève,


Je dois vous avouer que je ne connais qu'assez peu Maurane...Oh sacrilège...!!!


J'étais un fan de Nougaro


Le point commun..C’est Toulouse...la délaissée....la Dynamique.....Une citée que j'aime
après l'avoir longtemps détestée tant elle était loin de mes racines...


Mais je vais m'informer sur Maurane et essayer de comprendre et peut être aimer ensuite...Je
vous remercie de m'avoir sensibilisé sur cette chanteuse qui me semble admirable


Cordialement,


Le Pèlerin