Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 16:13

Plus de 100 000 spectateurs présents à l'évènement

Rio-Locco.jpg

George Clinton : ses choristes, son danseur et son funk électrique ont enflammé la Prairie des Filtres jeudi soir

Le soleil a donné le coup d'envoi. Dès mercredi, le superbe site installé à la Prairie des Filtres, d'un pont à l'autre, s'éveillait doucement sous 31°, envoyant aux premiers visiteurs ses promesses de découvertes et de partages. Vendeurs d'articles exotiques et restaurants world-food déployaient leurs secrets en attendant les foules. Les premiers mélomanes n'avaient pas plus de 10 ans et dansaient au son de Los Patita de Perro. Le ton était donné : Rio Loco, c'est pour tout le monde.

Rayon musique, on s'est très vite consolé des remous liés à l'affaire Florence Cassez, en découvrant chaque jour des artistes de styles et d'horizons aussi divers que possible. Côté découvertes, le Bollywood Brass Band, les frères palestiniens du Trio Joubran, le rocker touareg Bombino, le chansonnier italien Gianmaria Testa, le prodige arménien Tigran Hamasyan, la délicieuse Réunionnaise Nathalie Natiembé et le superbe songwriter Prince of Assyria se taillèrent, à l'heure de l'apéro ou du digestif, de jolis succès sur la scène Village.

Bonheur des festivaliers

Quant aux têtes d'affiche, rien à dire : tous, de Los Lobos mercredi à Bonga hier soir, en passant par les incroyables Staff Benda Bilili, les « papys funkys » de l'Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou, le surpuissant rapper de Brooklyn Blitz the Ambassador et, bien sûr, le légendaire Funkadelic de George Clinton.

Il suffisait de se promener dans le Village pour mesurer le bonheur qu'avaient les Toulousains de retrouver « leur » festival. Si l'on a pu froncer les sourcils devant les prix affichés par certains restaurateurs, dont un nous confiera engranger près de 5000€ par jour, on s'est régalé d'expos décalées, d'espaces créatifs, de courts-métrages, d'ateliers écolos, de jeux, de « happenings » improbables (ah! la « Lucha Libre »!). Avec plus de 100 000 visiteurs sur l'ensemble de la semaine, le pari est relevé haut la main. Le prix d'entrée de 5€ par jour, la douce météo et l'impeccable programmation ont bien sûr facilité le succès d'Hervé Bordier et son équipe. L'esprit Rio Loco reste inchangé, mais on aura relevé une ambition, une hauteur de vue réjouissantes et très prometteuses pour l'avenir. Vivement 2012!

3 questions à Hervé Bordier, directeur du festival Rio Loco

Hervé Bordier était hier soir un homme épuisé mais heureux. Le tout nouveau directeur de Rio Loco vient de relever un sacré défi : reprendre un festival mythique, et gérer par ailleurs l'affaire du retrait du Mexique. Pari réussi.

Quel bilan tirez-vous de votre premier Rio Loco ?

C'est trop bien ! Les objectifs sont atteints, on a eu du monde, les concerts étaient fabuleux… J'ai ouvert les fenêtres avec la Valise Rio Loco, le Barrio Loco… et je veux continuer dans cette voie. Rio Loco, c'est LE festival de la Mairie, il doit rayonner autant que le Stade Toulousain !

Quels ont été les temps forts selon vous ?

Il y en a eu beaucoup ! Blitz the Ambassador, Clinton, le Trio Joubran, Staff Benda Bilili… Les arts visuels étaient exceptionnels, et puis l'ambiance générale, douce, conviviale…

Quelle sera la thématique de l'année prochaine ?

J'ai pensé que le festival pourrait voyager à travers une langue. J'ai choisi pour Rio Loco 2012, du 13 au 17 juin, le thème de la lusophonie. Le Portugal n'a jamais été invité et il y a pourtant une importante communauté de 13 000 Portugais en Midi-Pyrénées ! Alors, bien sûr, on invitera le Mozambique, l'Angola, la Guinée, Macao, le Brésil… Ce sera un très beau voyage….

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires