Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 10:40

Toulouse - Rues piétonnes : les Toulousains sont conquis

toulouse-rue-du-taur.jpg

 

Des piétons hier à la sortie de la rue du Taur

En expérimentant depuis lundi la piétonisation, commerçants et riverains de la rue du Taur jusqu'aux Carmes sont plutôt ravis. Même si pour l'heure, beaucoup voient l'organisation comme « un peu floue ». Gaël, étudiant, n'a pas répondu au courrier adressé par la mairie : il était déjà d'accord sur le principe. Les commerçants de la rue du Taur sont plutôt enthousiastes : « Une rue plus calme et plus belle attirera davantage de promeneurs, donc de clients ». Marc Pépiton, gérant du bar L'Esquive, « milite depuis longtemps » pour la piétonisation. « Je suis complètement pour ! Avant les gens roulaient trop vite, le soir la rue devenait très dangereuse. » Désormais, les passants pourront déambuler sereinement : « C'est super ! » Même satisfecit rue des Filatiers : « J'ai été l'un des premiers à approuver la piétonisation, applaudit Stéphane Henault, commerçant. Avec une bonne organisation, c'est le concept idéal pour le centre-ville. Les passants ont un sentiment de sécurité et viennent donc plus nombreux. De toute façon, dans les esprits, cette rue était déjà piétonne ». « C'est un vrai plus, considère un passant. C'est plus calme, on ressent moins la pollution urbaine. » Plus loin, Juliette Bozon et Marlène Charbonneau, commerçantes aussi, sont un peu les pionnières du dossier de la piétonisation sur la rue. Au sondage effectué auprès des commerçants, usagers et riverains, les jeunes femmes ont recueilli près de 90 % de réponses positives : « Avec ses deux parkings, ses lignes de métro et sa station de vélos, la rue est bien desservie. À quoi bon les voitures ? Cette rue plateau sans trottoir avec ses façades classées mérite la piétonisation ».

Montpellier y est arrivé mais dans la douleur

Avec 70 hectares d'espace piéton, Montpellier serait la plus grande zone sans voiture de France, voire d'Europe. La principale opération s'est déroulée en septembre 2004 pour retirer 21 kilomètres de parcours automobile. « Le changement s'est fait aux forceps et dans la douleur. Les commerçants ne voulaient pas entendre parler de secteur piéton. Dans les réunions, c'était au bord de l'opposition physique. Nous étions loin du consensus. Nous avons adapté le projet avec notamment le changement de place de certaines bornes d'accès et nous avons autorisé l'accès des taxis » explique Serge Fleurance, premier adjoint d'Hélène Mandroux, maire socialiste de Montpellier. Aujourd'hui la piétonisation est installée et plus personne ne pense à la remettre en question, sauf pour des détails d'organisation, « et à condition de limiter l'ampleur des terrasses des commerces », ajoute Serge Fleurance. Montpellier nourrit deux projets d'extension de la zone sans voiture, au sud de la place de la Comédie et dans le quartier du nouveau palais de justice Gambetta.

Source La dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires