Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:27

340 000 enfants travaillent en Algérie

Travail-des-enfants-en-Algerie.jpg

 

La cérémonie de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants a été organisée, hier, au siège du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

Cette cérémonie a été caractérisée par l’absence d’enquête, de statistiques et de données fiables permettant de rendre compte de la réalité du terrain en Algérie. 340 000 enfants en Algérie sont exploités dans les différents secteurs. Ce chiffre avancé par Emmanuel Fontaine, représentant du bureau de l’Unicef en Algérie, demeure la seule donnée concernant le travail des enfants en Algérie. Questionné à ce sujet, le représentant de l’Unicef reconnaît le manque d’enquêtes sur le phénomène. Quant aux motifs de ce manque, Emmanuel Fontaine estime qu’une enquête sur le terrain est un travail énorme qui nécessite beaucoup de moyens et l’implication de différentes institutions notamment le ministère du Travail.

Le représentant de l’Unicef annonce tout de même le projet d’une enquête prochainement. Cette enquête portera sur l’ensemble des données relatives à la situation de l’enfant en Algérie. Dans son allocution, M. Emmanuel Fontaine a mis en garde contre les risques du travail domestique des enfants. «La vente des galettes dans les rues représente un danger sur les enfants», alerte-t-il. Pour rappel, ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur. Mais le nombre d’enfants touchés reste jusque-là ignoré. Les différentes interventions des différents organismes travaillant pour la protection de l’enfant en Algérie, à savoir la représentante du BIT au Maghreb, ainsi que la représentante du ministère de la Santé se sont limitées aux données mondiales, estimant que la situation de l’enfant en Algérie n’est pas préoccupante tout en reconnaissant l’absence d’enquêtes récentes.

«Toutes les données confirment que la situation en Algérie n’est pas inquiétante et que notre pays n’est pas concerné par des situations de pires formes de travail des enfants», affirme  Tayeb Louh, ministre du Travail, dans une communication lue par le secrétaire général du ministère. Mais ce discours n’est pas soutenu par Fatah Achoura, membre du mouvement citoyen des archs des Aurès qui alerte sur les conditions dont les propriétaires des carrières de T’kout recrutent les mineurs. «La plupart des tailleurs de pierre qui sont recrutés, leur âge varie entre 15 et 16 ans. 18 décès sont enregistrés jusque-là parmi les travailleurs ayant moins de 18 ans», déclare Fatah Achoura, soulignant qu’en période de vacances scolaires, on recrute même les enfants qui ne dépassent pas l’âge de 13 ans. Ces horribles formes de travail semblent omises ou plutôt ignorées par les représentants des organismes ayant pour tâche la protection de l’enfant en Algérie.
Source El Watan Djedjiga Rahmani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires