Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 23:16

«Le Nord est la région la plus exposée aux tremblements de terre. Cela est dû au rapprochement des grands continents.»

seisme.jpg

 

Cette affirmation a été faite par le directeur du Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique. Selon le Docteur Abdelkrim Yelles, le séisme «n’est pas un phénomène aléatoire» en Algérie. «C’est un phénomène qui se produit de façon continue puisque nous enregistrons 60 à 80 microsecousses par mois soit une moyenne de 2 par jour. La plupart ne sont pas ressenties par la population», a-t-il souligné. Selon la cartographie que le Craag est en train d’élaborer, l’ensemble des séismes se produit dans la région Nord de la partie marine à la partie continentale jusqu’à la plateforme saharienne. «La partie côtière tellienne est plus exposée par rapport à la partie des Hauts Plateaux ou l’Atlas saharien», précise le Dr Yelles. Suite à ces résultats de nombreuses années de recherche, le Dr Yelles, qui intervenait ce matin sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, estime que la sismicité de la région Nord du pays doit être prise en compte dans le développement du pays. «Nous avons des projets de développement et il faut à tout prix intégrer cette notion de risque à tous les niveaux. Il faut une application stricte des règles parasismiques. Il faut également réaliser des études de sol avant la réalisation de tout projet. Elles sont très importantes car la stabilité d’un édifice vient à travers des études de sol en conformité avec la réglementation», a-t-il insisté. Ces études de sol permettront, explique le docteur Yelles, de choisir les matériaux adaptés à la construction dans les zones sismiques. «Dans les zones sismiques (nord), on peut réaliser de grands ouvrages mais il faut juste les adapter aux règles parasismiques. Il faut avoir toute la rigueur nécessaire pour réaliser des ouvrages pareils dans des zones sismiques. Il faut connaître la qualité des sols, paramétrer l’ouvrage par rapport à la force sismique générée dans cette zone, et utiliser les techniques de constructions parasismiques qui permettront de supporter la secousse mais il faut également adapter les matériaux. Il faut que tous les maillons de cette chaîne soient pris en compte», a-t-il recommandé. «Il y a toute une succession d’éléments qui vont nous permettre d’avoir un bâti correct par rapport à une zone qui présente des particularités précises», a-t-il expliqué. L’habitat précaire étant le plus vulnérable aux séismes, le directeur du Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique estime qu’il faut l’«éradiquer car cela participe à la réduction du risque». En outre, le Dr Yelles insiste sur la sensibilisation dans les milieux éducatifs

Source Infosoir Brahim Mahdid

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires