Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:25

Algérie - Le pouvoir tunisien confronté à un exode et à la démission du chef de la diplomatie

Tunisie-exode-de-clandestins.jpg

Alors que la Tunisie se prépare à fêter la chute du régime de Ben Ali, le gouvernement de transition se trouve confronté à un exode de clandestins à la recherche d'emplois en Europe et à un nouveau couac avec la démission de son ministre des Affaires étrangères.

L'arrivée massive de clandestins tunisiens sur la petite île italienne de Lampedusa, à 138 km des côtes tunisiennes, vient cruellement rappeler au gouvernement l'ampleur de la réponse à apporter à la détresse de nombreux habitants au chômage, un mois après la chute du régime, le 14 janvier, du président Zine El Abidine Ben Ali.

Quelque 5.000 clandestins sont arrivés à Lampedusa en cinq jours, pour la plupart des Tunisiens expliquant avoir fui un "pays à la dérive", comme en écho aux centaines de personnes qui manifestent tous les jours en Tunisie pour réclamer un emploi, un meilleur salaire ou un toit.

"Nous passons par une période exceptionnelle et les forces (de la garde maritime) font beaucoup d'efforts pour essayer d'arrêter le flux" qui inquiète l'Italie, a assuré dimanche une source proche du gouvernement, indiquant que "des renforts ont été envoyés" pour enrayer ces départs des côtes tunisiennes.

Des centaines de jeunes originaires des villes de Zarziz, Ben Guerdane, Tataouine, Médenine (sud) et de Gafsa (centre), marquées par un fort taux de chômage, ont ainsi pris dans la nuit de vendredi à samedi le chemin de l'exode en payant aux passeurs 2.000 à 2.500 dinars (1.003 à 1300 euros), a déclaré à l'AFP un syndicaliste de la centrale UGTT à Ben Guerdane, Hassin Betaieb.

"Je voulais partir pour trouver un emploi. A cause des troubles, la situation est difficile, des sociétés ont fermé et j'ai voulu tenter ma chance en Europe", a raconté le survivant d'un naufrage, Abdelhamid Betaib, 18 ans, diplômé en mécanique.

Selon des sources sécuritaires citées par le quotidien Effadah, les autorités ont arrêté ces derniers jours 1.000 à 1.500 candidats à l'émigration.

A Ben Guerdane, les syndicats ont appelé les familles à surveiller leurs enfants pour les empêcher de partir, alors qu'en Italie les débarquements se sont poursuivis dimanche "à un rythme incessant".
Rome, qui craint une crise humanitaire, a réclamé le déploiement d'une mission Frontex pour patrouiller au large de la Tunisie et entend demander le déploiement de ses policiers en Tunisie.

Mais l'idée d'un déploiement de policiers italiens a été jugée "inacceptable" par le porte-parole du gouvernement tunisien, dans une déclaration à la télévision Al-Arabiya.

Le porte-parole, Taïeb Baccouche, a ajouté que le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni, qui avait évoqué cette possibilité, appartenait à "l'extrême droite raciste".

A Bruxelles, la Commission européenne a affirmé examiner les mesures qu'elle pourrait prendre pour aider l'Italie.

Le sujet devrait être évoqué lors d'une visite à Tunis lundi de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, qui doit rencontrer le Premier ministre Mohamed Ghannouchi.

Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini est également attendu à Tunis lundi.

L'exode des clandestins intervient alors que le chef de la diplomatie tunisienne Ahmed Ounaïes a présenté dimanche sa démission, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Une démission qui arrive au plus mauvais moment et constitue un nouveau couac pour le gouvernement qui semble dépassé, au point qu'opposants et observateurs se demandent de plus en plus qui commande.

Cet ancien ambassadeur de 75 ans avait été critiqué pour ses propos tenus lors de sa visite à Paris le 4 février et accusé à son retour de "déni de révolution".

En France, dont le ralliement tardif à la révolution a fait grincer des dents à Tunis, il avait salué en son homologue Michèle Alliot-Marie "avant tout une amie de la Tunisie". Au même moment, cette dernière était sommée de s'expliquer sur les largesses d'un grand patron tunisien lié en affaires avec le clan Ben Ali et pour avoir proposé au régime vacillant le "savoir-faire" des policiers français alors que la répression battait son plein.

Dans ce contexte d'incertitude et d'inquiétude, les Tunisiens s'apprêtaient à célébrer le premier mois de la chute du régime.

Source El Watan AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires