Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 05:38

Il a averti les leaders arabes que la démocratie est irréversible

ministre-tunisien-au-Sommet-arabe.jpg

 

Les explications fournies par les nouvelles autorités tunisiennes devant le sommet n’ont certainement pas été rassurantes pour les autres membres de la Ligue arabe.

La Tunisie, membre fondateur de l’organisation panarabe, est représentée à Charm el-Cheikh par son ministre des Affaires étrangères Kamel Morjane, reconduit à son poste dans le gouvernement de transition, a informé, lundi soir, ses homologues, lors d'une rencontre à huis clos sur la situation dans son pays. Il n’a pas été rassurant en leur affirmant que “le peuple tunisien a dit son mot et est sorti vainqueur de ce soulèvement populaire” et que le but du gouvernement de transition de son pays est clair, organiser le processus de démocratisation revendiqué par les Tunisiens, avec la participation de toutes les parties. Et pas question ni de revenir en arrière, comme l’a souhaité Kadhafi, ni de passer outre les exigences populaires. Quant au chaos que prédisent des voix arabes, il est réfuté par de nombreux spécialistes.

Pour la Tunisie, le redémarrage est difficile mais possible. La Tunisie a toutes les conditions et atouts pour mieux ancrer son développement : une solide industrie touristique axée autour d'attraits géographiques merveilleux, un islam modéré qui a, entre autres, permis l'émancipation des femmes par le travail, des liens économiques étroits avec plusieurs pays d'Europe, des partis d'opposition certes  embryonnaires parce que longtemps interdits, des syndicats de travailleurs… Plus encore, des acteurs d’une économie moderne, la plus moderne dans la région. Et par-dessus tout : une population politisée, au sens patriotique aigu et qui veut tourner la page de la dictature et du populisme pour instaurer la démocratie universelle. La Tunisie, observée avec attention, pourrait tracer la voie à ses frères qui n'ont pas de régime démocratique, c'est-à-dire, tous les autres pays de la Ligue arabe.

Par ailleurs, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal a affirmé, hier, que le président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, réfugié dans le royaume depuis sa fuite vendredi sous la pression de la rue, y était “interdit de toute activité” contre son pays. Son accueil “ne peut conduire à une quelconque activité (de Ben Ali) sur la Tunisie depuis le territoire saoudien”, a-t-il affirmé dans un entretien avec la télévision d'État saoudienne. La présence du président déchu dans le royaume s'accompagne “de conditions et de restrictions. Aucune action ne sera autorisée (contre la Tunisie)”, a-t-il ajouté. “Son accueil répond à une tradition arabe : accorder la protection à celui qui la demande”, a déclaré le prince Saoud. “Le royaume a agi selon une politique suivie depuis longtemps. Je ne crois pas que cela nuise au peuple tunisien et à sa volonté, comme cela ne représente pas une ingérence dans les affaires internes de la Tunisie”, a-t-il encore dit.

Source Liberté Djamel Bouatta

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires