Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:02

33 membres de la famille de Ben Ali arrêtés pour crimes contre la Tunisie

Famille-Ben-Ali.jpg

 

Des images de très nombreux bijoux, montres et cartes bancaires internationales saisis lors de ces arrestations, ainsi que des stylos permettant de tirer des balles réelles, ont été diffusées par la télévision tunisienne qui n'a toutefois pas précisé les circonstances des arrestations, ni les noms des 33 membres du clan Ben Ali interpellés.

C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui une source officielle qui n'a pas voulu être identifiée. L'Agence tunisienne de presse (TAP) a également annoncé que les ministres RCD avaient «démissionné de leurs responsabilités au sein du parti», comme l'avaient fait, mardi dernier, le président par intérim, Foued Mebazaa, et le Premier ministre du gouvernement de transition, Mohammed Ghannouchi.

Cette série de décisions arrive au lendemain de la promesse faite, hier, par le président de transition, Foued Mebazaa, qui s'est engagé à «une rupture totale avec le passé, alors que des milliers de Tunisiens ont de nouveau exigé le retrait des figures de l'ancien régime du gouvernement provisoire, affaibli par le départ d'un parti d'opposition». Quatre ministres, trois syndicalistes et le président du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) ont auparavant démissionné du gouvernement d'union nationale, formé lundi dernier, en raison de la présence de caciques du parti du président déchu Zine El-Abidine Ben Ali aux postes clés du gouvernement. «Je m'engage à ce que le gouvernement de transition conduise une rupture totale avec le passé», a déclaré, hier soir, M. Mebazaa à la télévision d'Etat. Il s'agissait de sa première intervention publique depuis qu'il assure l'intérim de la présidence. Le président s'est engagé à «satisfaire toutes les aspirations légitimes du soulèvement pour que se réalise cette révolution de la liberté et de la dignité».

Il a notamment promis une prochaine «amnistie générale», la «liberté totale d'information», «l'indépendance de la justice» et «la séparation entre l'Etat et le parti», en référence au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Ben Ali, symbole de corruption et de répression, dont des manifestants exigent chaque jour depuis vendredi le bannissement de la vie politique.

La mainmise de membres du RCD sur les postes-clés du gouvernement (Intérieur, Défense, Affaires étrangères, Finances, notamment) avait provoqué la démission, mardi dernier, des trois ministres issus de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), puis celle hier d'un chef de l'opposition. «Il nous est impossible de participer à un gouvernement qui intègre des symboles de l'ancien régime», a répété hier le secrétaire général de la Centrale, Abdessalem Jrad. Le nouveau ministre tunisien du Développement rural s'est, de son côté, engagé hier à démissionner si des «élections libres et justes» n'étaient pas organisées dans les prochains mois.

Source Infosoir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires