Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 07:49

Un pays indécis quant à son avenir

Tunisie pression populaire

 

La stabilité politique et économique en Tunisie est partie pour plusieurs années. Si bien sûr le pays ne verse pas dans le terrorisme. Il ne se passe pas une semaine sans que de graves incidents éclatent ici et là. Encore une fois, la région de Siliana proche de la frontière algérienne a vécu de graves incidents lundi qui ont fait jusqu’à mardi une centaine de blessés parmi les manifestants et les forces de sécurité.
Après un calme précaire mercredi, des affrontements ont repris de plus belle jeudi opposant protestataires et policiers  dans cette région déshéritée où de graves violences ont obligé la police a user de grandes quantités de gaz lacrymogènes sur faire disperser quelques centaines de manifestants qui tentaient de s'attaquer à un poste de police. Trois personnes ont été blessées. Des manifestants qu'ils voulaient interpeller ont passé à tabac des policiers à coup de pied et de matraque. L'un d'entre eux, assommé et saignant de la tête, a été évacué par les pompiers.Alors que non loin de là, des milliers d'habitants manifestaient aux abords du gouvernorat (préfecture) pour réclamer encore et toujours le limogeage du gouverneur et désormais aussi le départ des policiers venus en renfort. “On réclame le départ de tous ces renforts, on n'accepte que les agents de police de Siliana”, a déclaré un des manifestants. Des manifestations ont aussi été émaillés de violences dans des localités proches de Siliana, même si les débordements semblaient moins graves que la veille.
Des manifestants ont incendié un poste des forces de l'ordre tunisiennes et deux de leurs véhicules à Kesra, à 40 km au sud de Siliana, Un représentant du parti islamiste Ennahda, au pouvoir, a dénoncé ces troubles provoqués, selon lui par les manifestants, y voyant la main de “contre-révolutionnaires”. “Les manifestations se sont transformées en violences et en attaques contre les symboles de l'État (...) et les acquis du peuple”, a déclaré en conférence de presse à Tunis Ameur Larayedh, qui dirige le bureau politique de ce parti. “Le peuple ne va pas permettre aux contre-révolutionnaires de revenir au pouvoir”, a-t-il ajouté. En fait la ville de Siliana avait décidé d’une grève générale suite à un conflit né de l’incident où une syndicaliste avait été giflée par le secrétaire du gouverneur. Après cela, plus de 7 000 personnes se sont rassemblés devant le siège du gouvernorat. Quelques pierres ont été jetées contre l’édifice, rien d’exceptionnel sur l’échelle de la colère. Alors la police réprima avec une violence incroyable les hommes et femmes réunis pour demander que leur région se développe. En tout cas, rien ne justifie l’embrasement sans précédent qui se produit à Siliana: la brutalité policière. Matraquaque, tabassage en règle d’individus, gaz lacrymogènes à volonté, descente nocturne à l’hôpital en salle d’opérations, tirs à la carabine (une arme fort peu policière) au visage des protestataires. Bilan : plus de 300 blessés, dont une trentaine transportée à Tunis afin de se faire soigner les yeux criblés de chevrotine. Certains ont perdu la vue. À cette répression, le Premier ministre Hamadi Jebali a répondu que “le ‘dégage’ c’est fini” et que les manifestants étaient soient des voyous soient des opposants politiques. Cette forme de non recevoir ressemble à celle de Ben Ali en janvier 2011 lorsqu’il faisait dire par certains journalistes de Watanya 1 que  la plupart des Tunisiens étaient choqués par cette violence des services de sécurité et, du coup, a suscité tout un débat à la Télé. Le plus étonnant est que six voitures de police débarquent à l’hôpital de Siliana durant la nuit, et que les agents du MI fassent irruption pour arrêter des blessés en cours d’opération. Depuis la fin de la dictature, ce genre d’attitudes semblait interdit. Le parti au pouvoir, Ennahdha, en a décidé autrement. En reléguant aux calendes grecques les élections (au mieux en 2014), en faisant traîner la rédaction d’une nouvelle Constitution avant la fin du mandat de l’Assemblée constituante. A un doigt, la Tunisie était au bord d’une seconde révolte populaire comme celle de janvier 2011. Si les choses continuent à ce rythme, la Tunisie risque fort de connaître une période qu’a vécue l’Algérie et que beaucoup de pays ne faisaient que regarder pour ne pas dire se frottaient les mains.

Source Liberté Imed O.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires