Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 09:21

L’Orage et …Le soleil

tout-pres-d-orlu.jpg

 

 

 

Ah l’orage….me voici enfermé derrière mes carreaux

Le voilà qui déverse fracas et feux multicolores

Ce brasier s’empare de moi et parcourt mon corps

 

Jupiter abat son courroux et nous prend ainsi d’assaut

 

 

Vous ne pouvez pas savoir combien j’adore l’orage

Assis tout près du feu, je jouis en bon sensualiste,

Je me sais à l’abri et je songe, quel égoïste. !

A ceux qui sont dehors, noyés par ce naufrage

 

Il me manque toutefois quelqu’un tout près de moi

Je sais bien des amis sous les ires de Jupiter

Cherchant le moindre abri ne serait ce que sommaire

Ils sont les bienvenus, je suis seul et plein d’émois

 

Parler rire et chanter à l’abri du tonnerre

Prendre mille plaisirs et non des moindres

Qu’à bien des retenues je ne puis me restreindre

Ne dénote-il pas un être un peu pervers?

 

En amour on peut tout et plus encore en virtuel

Le plus difficile ensuite c’est de le pratiquer

Si par hasard ensuite nous devions l’appliquer

Fidèle à nous, il nous faudrait assumer le réel

 

Il est bien tard et j’attends des amis pour dîner

J’écris ces quelques mots pour chasser ma tristesse
Heureusement que les mots s’enchaînent avec hardiesse

Car à la cuisine aussi il me faut m’adonner

 

La cuisine est un art réservé à certains

Pour moi il un moyen de recevoir des amis

D’échanger des recettes en bonne compagnie

Il y a tant de recettes chez les Nord-africains

 

Il est minuit passé et je n’ai pas sommeil

L’orage s’en est allé et avec lui bien des rêves

Je sens baisser en moi cet émoi, cette sève

Qui me tiennent souvent dans un demi éveil

 

Demain il fera jour, avec lui le soleil

Brillera sur Orlu, une pure merveille

Avant d’illuminer la montagne de Beille

Fleuron des Pyrénées et dont je m’émerveille

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires