Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 07:55

Il n'existe pas un seul mais plusieurs types de vertiges.

vertiges.jpg

 

Ils peuvent être symptôme de maladies : AVC, tumeur, problèmes oculaires, maladie de Ménière ou hypoglycémie... Que cache la sensation de "tête qui tourne"? Les réponses du Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL, chirurgien de la face et du cou, membre de la SFORL.

Vertiges : il peut s'agir d'un AVC ou d'une tumeur

"Il existe deux causes de vertiges centraux, c'est-à-dire dont l'origine se situe dans le cerveau lui-même : l’accident vasculaire cérébral et la tumeur. Toutefois, dans ces cas, la plupart du temps, on assiste plus à des pertes d'équilibre qu'à de vrais vertiges", souligne le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.
Ceci ne concerne pas la fracture du rocher, une fracture de la base du crâne qui touche l'os temporal, qu'on appelle le rocher.
Attention : un vertige d’apparition brutale avec maux de tête violents doit faire craindre une hémorragie cérébrale.

Vertiges : attention à la maladie de Ménière

"La maladie de Menière est caractérisée par une augmentation de pression du liquide dans l'oreille interne", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"On ne sait pas exactement pourquoi cette augmentation survient, mais elle provoque une perturbation du message transmis au cerveau puisque les parois des canaux se trouvent distendues par la pression. Cette hyperpression provoque également une baisse de l'audition, une sensation d'oreille bouchée comme en avion. La maladie se manifeste par crises qui peuvent durer quelques heures et revenir pendant des jours ou des mois," précise le médecin.

Solution : "Le traitement consiste à prescrire un anti-vertigineux, des diurétiques qui accélèrent la baisse de pression des liquides et un régime pauvre en sel," rapporte le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : herpes et zona parfois liés

"Les informations apportées par les modifications de pression dans les canaux de l'oreille interne sont transmises au cerveau par le nerf vestibulaire", souligne le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"Il peut arriver qu'à la suite d'une agression, le plus souvent virale, celui-ci soit détruit ou endommagé d'un seul côté, ce qui perturbe le cerveau, qui ne reçoit plus que les informations de mouvement du coté sain. On parle alors de névrite vestibulaire. La personne, pendant quelques jours au moins, est extrêmement handicapée : les vertiges sont très importants qu'elle soit couchée ou debout, empêchant tout déplacement et provoquant des nausées qui l'empêchent de se nourrir, ce qui peut obliger à une hospitalisation," explique le médecin

Solution : "A part les antivertigineux, ou des anti-viraux spécifiques s'il s'agit d'un zona ou d'un herpès, il n'existe pas de traitement. Le nerf peut parfois se régénérer; lorsque ça n'est pas le cas, le cerveau finit de toutes façons par compenser," précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertige paroxystique : une question de cristaux

Le vertige paroxystique positionnel est un vertige bref (moins d’une minute), mais intense. Il se manifeste lors des changements de position (lorsque l'on lève la tête par exemple) et lorsque l'on se couche d'un côté.

"Dans le vertige paroxystique, sans que l'on sache pourquoi, des petits cristaux se détachent dans l'un des canaux semi-circulaires situés dans l'oreille interne, et, à chaque mouvement, se déplacent comme les flocons dans une boule à neige, provoquant une stimulation excessive des cellules qui transmettent au cerveau le mouvement des liquides", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Solution : le traitement consiste à allonger le patient et à le faire basculer brutalement d'un côté à l'autre afin de "repositionner" ces cristaux.

Vertiges : chute de tension ou hypoglycémie sont parfois en cause

Certains vertiges se manifestent très couramment dans le cas de chutes de tension ou d'hypoglycémie.

"Le vertige se définit par la sensation d'être en mouvement alors que l'on est immobile", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"Ils peuvent entraîner des troubles de l'équilibre mais on peut très bien souffrir d’importants troubles de l’équilibre sans vertige. De même certains patients qualifient de vertige des sensations de malaise, d'éblouissement, de vide, de sentiment d'être à la limite de la perte de connaissance."
Attention : "Toutes ces manifestations sont ce que l'on appelle dans le jargon médical des faux vertiges. Ils n'ont pas de liens directs avec l'oreille", précise le Dr Jean-Marc Juvanon.

Vertiges : fréquents après un traumatisme violent

Le rocher est la partie de la boîte crânienne dans laquelle s'insère l'oreille interne. "Sous l'effet d'un choc violent, le rocher peut se fracturer et entraîner une rupture brutale de l'oreille interne", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"On peut observer dans certains cas un saignement par l'oreille dû à une rupture du tympan, mais c'est surtout la survenue brutale de vertige et d'une grosse surdité qui alerte," poursuit le médecin.

Solution : "Le traitement des vertiges repose sur des antivertigineux mais là encore, le cerveau compensera le déséquilibre entre les informations données par les deux oreilles," conclut le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : ce peut-être un nystagmus

"Lorsqu’une personne souffre de vertige, l'examen des yeux est très important", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"En effet, lorsque le vertige trouve son origine dans l'oreille, il est associé à des mouvements involontaires des yeux appelés nystagmus que l'on peut également retrouver dans les AVC. L'œil se déplace brutalement d'un côté et de l'autre. Parfois, ces mouvements ne se détectent pas facilement car ils peuvent cesser lorsque le patient fixe son regard. Les ORL disposent d'un appareil qui permet de plonger les patients dans le noir afin leur regard ne puisse rien accrocher de précis et d'observer les mouvements oculaires grâce à une caméra infrarouge".

Vertiges : l'arthrose serait hors de cause

"On a longtemps associé certains vertiges à l'arthrose cervicale", note le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"De fait, il existe dans la nuque, des petits muscles dont l’étirement est perçu et transmis au cerveau. Ainsi lorsque l'on tourne la tête, le cerveau le sait. On pensait donc qu'une perturbation au niveau musculaire pouvait provoquer des vertiges, puisque les patients souffrant d’arthrose ont des douleurs en tournant la tête. Toutefois, le lien n'a jamais été clairement établi de façon scientifique entre l'arthrose et les vertiges", décrit le médecin

Vertiges : pourquoi ça tourne?

Pour que nous soyons en équilibre, le cerveau doit connaître en permanence notre position dans l'espace. Pour cela, il dispose d'informations apportées notamment par la vue et par l'oreille interne.

"Dans l'oreille interne se situent trois petits canaux semi-circulaires, perpendiculaires les uns par rapport aux autres, donc situés dans les trois plans de l'espace, et remplis d'un liquide. La paroi de ces canaux est tapissée de cellules qui captent la pression du liquide et, via le nerf vestibulaire, transmettent l'information au cerveau qui, en fonction, déduit notre position et les mouvements de la tête", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : lors de vertiges, la captation, la transmission ou le traitement de l'information est altérée

Vertige périphérique et central : quelle différence ?

Les médecins classent les vertiges en fonction de la localisation de leur origine (cerveau ou oreille).

"Si le vertige vient d'un problème de l'oreille moyenne ou interne, on parle de vertige périphérique; s'il vient d'un problème de commande au niveau du cerveau, on parle de vertige central", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : ces termes ne donnent pas en eux-mêmes d'indication de gravité. Ainsi, par exemple, certains migraineux peuvent se plaindre de vertiges qui seront alors considérés comme centraux, alors qu'ils sont parfaitement bénins.

Vertiges : quels examens réaliser ?

Outre l'observation d'un éventuel nystagmus, le médecin ORL, procède à d'autres examens en cas de vertiges.

"Lorsque la personne arrive au cabinet et que la crise est passée, nous essayons de reproduire le vertige en changeant la température dans les oreilles. Par irrigation d’eau chaude / eau froide car la différence de température peut entraîner des vertiges. Nous pouvons aussi placer le patient sur un fauteuil rotatif. Les techniques d'imagerie médicales, scanner et IRM, sont également précieuses", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : "Le vertige positionnel paroxystique typique est, lui, si courant qu'il ne nécessite pas d'autre examen que l'examen clinique", précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : quels examens réaliser ?

Outre l'observation d'un éventuel nystagmus, le médecin ORL, procède à d'autres examens en cas de vertiges.

"Lorsque la personne arrive au cabinet et que la crise est passée, nous essayons de reproduire le vertige en changeant la température dans les oreilles. Par irrigation d’eau chaude / eau froide car la différence de température peut entraîner des vertiges. Nous pouvons aussi placer le patient sur un fauteuil rotatif. Les techniques d'imagerie médicales, scanner et IRM, sont également précieuses", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : "Le vertige positionnel paroxystique typique est, lui, si courant qu'il ne nécessite pas d'autre examen que l'examen clinique", précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL

Source Medisite Hélène Mendigot

Journaliste santé - Validé par Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL, chirurgien de la face et du cou, membre de la SFORL.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires