Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 00:17

La réalité du terrain à la recherche de lois adéquates

Femmes hassi-messaoud

Depuis Lundi, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes, Rashida Manjoo, est l’invitée de l’Algérie. Durant le séjour de la responsable sud-africaine, qui durera une vingtaine de jours, il sera question d’évaluer la situation des violences faites aux femmes et de s’enquérir aussi des suites données, par les autorités algériennes, aux recommandations faites, en 2007, par la précédente rapporteuse spéciale, Yakin Erturk. Des recommandations qui, pour la plupart, sont restées lettre morte. Pour mener à bien son travail, Mme Manjoo s’entretiendra avec les instances nationales en charge du dossier de la femme, ainsi qu’avec des associations et organisations de la société civile, dans la capitale, mais également dans d’autres régions du pays, plus particulièrement à Constantine, Oran et Hassi-Messaoud.

La mission de Rashida Manjoo intervient au lendemain de la création, en Algérie, du collectif Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant. Un collectif constitué par plus de 10 associations nationales, qui revendique une harmonie entre les lois et la réalité du terrain, notamment en matière de pénalisation des auteurs des agressions et de “garanties légales” aux victimes des violences conjugales, des viols, d’abus sexuels ou de harcèlement sexuel en milieu professionnel, ainsi qu’à ceux qui s’opposent à ce phénomène. En outre, la visite de la rapporteuse spéciale de l’ONU survient quelques mois après la constitution du collectif défense et solidarité, qui rassemble 15 associations et ONG, dont la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (Laddh), suite à l’agression de femmes travailleuses à Hassi-Messaoud. Hier, la sociologue et membre actif du Réseau Wassila, chargé de la réflexion et des actions en faveur des femmes et des enfants victimes de violence, Dalila Iamarène-Djerbal, s’est exprimée sur la violence dont sont victimes les Algériennes, un problème de “santé publique” selon l’OMS. L’invitée de la rédaction de la radio chaîne III a passé en revue les différentes formes de violences qui se manifestent dans la société et dans les familles, à partir des insultes aux violences physiques et sexuelles, en passant par les menaces et les chantages. La coordinatrice du Réseau Wassila a observé que la violence morale et les violences dans les familles ou dans tout ce qui relève de la sphère privée sont tolérées, voire non condamnées par les lois en vigueur, ce qui renforcerait le sentiment d’impunité.

Par ailleurs, Mme Iamarène-Djerbal a insisté sur le morcellement actuel des lois et l’absence de “spécificité” concernant les violences faites aux femmes, non sans préciser les graves conséquences de la violence conjugale sur les victimes et leurs enfants. La sociologue a également critiqué le code de la famille qui, loin de contribuer à la réhabilitation de la justice, de la dignité et de la citoyenneté, continue plutôt à maintenir le déséquilibre dans la répartition du pouvoir des sexes et à inciter à la violence.

Source Liberté Hafida Ameyar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires