Recherche

Album photos

Voir tous les albums

Présentation

Archives

Images aléatoires

  • Avnt d\'arriver à Castrojeriz.jpg
  • beaux yeux
  • je t aime toujours
  • 2 Fete Vebre 23 juillet (38)
  • tramway oran
  • contrats chine france

Jeep Willys, aux origines du 4X4

Jeep.jpg

Conçue pour crapahuter sur tous les champs de bataille, elle est née en 1940 à la demande de l’armée américaine désirant une voiture de reconnaissance légère tout-terrain. Un cahier des charges draconien et totalement irréaliste : quatre roues motrices, une charge utile de 270 kg avec de la place pour quatre hommes et une mitrailleuse, le tout pour un poids à vide de 590 kg.
Le plus incroyable, c’est qu’il suffit de cinq jours à Karl Probst, l’ingénieur de la petite firme Bantam, pour en concevoir et dessiner les plans. Et 49 jours plus tard, le 23 septembre 1940, le prototype Bantam, piloté par Prosbt, fit son entrée au camp de Hollabird pour y subir une série de tests ! Bien sûr, le poids minimum imposé n’a pu être respecté, mais les performances sont concluantes. Dans la foulée, la firme Willys va de son interprétation et présente, en novembre, sa Ouad, très proche de la Bantam. Quant au géant Ford, jaloux de ne pas avoir été invité et flairant de juteux marchés, il rend sa copie, la Ford Pigmy. C’est Ford et Willys qui, au final, remportent la palme en juillet 1941, raflant les commandes convoitées ! Elle a connu toutes les guerres Datant de 1942, la Willys MB a donc connu le second conflit mondial avant de rempiler dans l’armée française : Indochine, Algérie ou plus tranquillement, une petite ville de garnison dans l’est. De sa jumelle Ford GPW, la Willys MB ne se distingue guère que par le couvercle plat de ses coffres sur les passages de roues arrière et la forme ronde de la traverse sous le radiateur. La calandre en tôle emboutie qui a succédé à la «slat grill» — aussi appelée grille en fer forgé — des tous premiers modèles sourit de toutes ses dents. Quelle bonne bouille avec ses deux petits yeux ronds abrités par le capot plat ! Deux crochets de fonte, et le capot dévoile le Go-Devil 4 cylindres au ronflement si caractéristique. Encore une trouvaille du «professeur» Probst : les phares basculent pour éclairer la mécanique. Pratique en cas de panne nocturne, à condition que ce ne soit pas, bien sûr, une panne de batterie... Ici, deux batteries : c’est une Jeep radio équipée en 24 volts. Du coup, pas de souci pour lancer le moteur d’un grand coup de godillots sur le bouton placé à la droite de l’accélération. On sonne le réveil du côté des cadrans et les aiguilles se mettent au garde-à-vous : essence, pression d’huile, ampère-mètre... Rembourrée en crin de cheval, la selle, ou plutôt chaise de jardin en toile qui sert de siège, ne maintient absolument pas et permet au coccyx d’enregistrer toutes les variations du revêtement que rapportent fidèlement les inflexibles lames de ressort. Il faut dire que la brave Jeep doit pouvoir supporter sur son dos quatre bidasses et leur barda. Etonnant, cette MB freine plutôt bien, et presque droit. A 50 à l’heure dans ce chemin roulant mais bosselé, le volant est doublement utile : d’abord pour conserver le cap malgré son imprécision, mais aussi pour éviter d’être jeté par dessus bord. Malheur au passager avant qui n’a qu’une poignée au-dessus de la boîte à gants. Quant à celui qui survole la mince banquette arrière, il apprend la nouvelle définition des troupes aéroportées... A l’arrêt, on tire la manette de gauche proche du levier de vitesses et voilà le pont avant enclenché. Comme l’escalade s’annonce rude, poussons vers l’avant l’autre manette fin de disposer des rapports «courts». La Willys rue des quatre fers et s’élance à l’assaut des Rocheuses. Ça grogne côté moteur, ça claque au rayon des lames de ressort et ça fume au niveau des pneus, mais la Jeep vaincra. La Jeep s’arrache en projetant terre et cailloux, son moteur ronronne, comme soulagé. Franchement, peu de 4x4 modernes, empêtrés par leurs jantes larges et pare éléphants chromé redémarreraient dans ces conditions... Une fois en haut, y a plus qu’à descendre. Merci de ne pas toucher les freins et l’embrayage pour éviter une descente en luge, surtout si le sol est glissant. Une belle descente s’aborde les deux pieds posés à plat sur le plancher.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés