Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:20

La France à prix cassés et des projets dans le tourisme : Paris réussis pour Air Méditerranée et Atlas Tours

air-mediterranee.jpg

Les deux partenaires français viennent de réaliser le rêve de milliers de voyageurs en reliant la capitale de l’Hexagone, Paris, et sa dauphine, Lyon, à la ville algérienne de Chlef.

En effet, les voyageurs en question, des émigrés pour la plupart, n’auront plus à transiter par les aéroports d’Alger ou d’Oran pour rallier l’ancienne Orléans-Ville. Désormais, c’est la fin de la galère pour eux. Air Méditerranée, le transporteur aérien, et Atlas Tours, chargé de la partie commerciale de l’opération, ont mis à la disposition de ces membres de la communauté algérienne en France, originaires de la région de l’Ouarsenis, deux vols réguliers par semaine, afin de leur permettre de se déplacer dans les meilleures conditions possibles. En maîtrisant le système de réservation en ligne, les deux partenaires proposent la France à des prix défiant toute concurrence (219 euros, soit 21.900 DA).
Ainsi, cette initiative contribuera de manière certaine à redynamiser l’aéroport international de Chlef, qui, pour le moins, ne fonctionne pas à plein régime. Effectivement, en dehors de la période estivale, on enregistre un trafic très faible de deux vols seulement par semaine en direction de Marseille. L’un assuré par Air Algérie et le second par Aigle Azur. Sachant, toutefois, que l’aéroport en question n’accueille pas les vols des lignes intérieures.
Ainsi, les deux vols inauguraux, Paris-Chlef et Lyon-Chlef, ont coïncidé avec le premier jour de l’été. En ce jour le plus long, la ponctualité était de mise. Il faut dire que la compagnie et le
tour-opérateur n’ont pas lésiné sur les moyens pour assurer parfaitement le lancement de leur programme. Tout s’est déroulé dans les normes et en fanfare. En plus des journalistes conviés à cet événement, l’EGSA  (Entreprise de gestion des aéroports algériens) a chargé deux de ses meilleurs techniciens pour s’enquérir du bon fonctionnement de cette initiative et noter par là même les améliorations à apporter. MM. Benslimane et Toualbia (respectivement directeur commercial et directeur des opérations) ont veillé à la mise en place de la partie logistique, permettant le meilleur accueil possible de nos ressortissants.
Parti de Lyon Saint-Exupéry, l’Airbus A 321 d’Air Méditerranée, avec à son bord 220 passagers, était le premier à atterrir sur le tarmac de l’aéroport Aboubakeur-Belkaïd. Une heure plus tard, c’était au tour des Franciliens, partis de Roissy CDG, de fouler le sol algérien. Pour cette première, qui constitue un événement pour la ville de Chlef, le wali en personne était à l’accueil. M. Djamaâ s’est longuement entretenu avec les passagers des deux vols, qui n’ont pas tari d’éloges à l’égard d’Air Méditerranée, l’unique compagnie leur permettant de rallier directement Chlef aux deux plus grandes villes françaises. La ponctualité et le service à bord impeccable, fourni par un personnel jeune et dynamique, ont été, ainsi, relevés par ces voyageurs.
Pour rappel, Air Méditerranée dessert certaines villes d’Algérie, à l’image d’Oran, Tlemcen et Béjaïa, depuis 2008. Après avoir fonctionné en mode «charter», la compagnie a instauré un programme de vols réguliers depuis le mois de juillet 2009. En plus des quatre rotations hebdomadaires Paris-Oran, le transporteur aérien compte en ligne régulière Paris-Jijel, Montpellier-Oran, Montpellier-Alger, Lyon-Jijel et Mulhouse-Jijel.
Un programme que le transporteur compte développer en se déployant sur le marché algérien avec des investissements dans le domaine du tourisme. «Notre objectif est de développer le trafic aérien entre les deux rives de la Méditerranée, en proposant des tarifs attractifs, une ponctualité effective et un service irréprochable. Nous ne cherchons en aucun cas à instaurer une concurrence déloyale avec les compagnies en place. Notre but et de travailler avec un esprit de complémentarité pour satisfaire la clientèle. L’aéroport d’Alger compte en moyenne un million de voyageurs en provenance de la France. Celui d’Oran comptabilise environ trois cent mille. Avec un meilleur rapport qualité-prix, et de nouvelles dessertes pour les autres aéroports du pays, nous parviendrons à augmenter ces chiffres», nous a déclaré M. Belkacem Belghaouar, directeur général de Atlas Tours et premier vice-président de Air Méditerranée, avant de nous faire part des projets touristiques des deux partenaires en Algérie. «Il n’y a pas que le transport aérien qui nous intéresse dans le marché algérien. Nous voulons aussi contribuer au développement du secteur touristique. Notre projet consiste à offrir un package abordable comportant le transport aérien, l’hébergement et des circuits bien déterminés. Pour cela, nous allons investir dans le domaine de l’hôtellerie avec un nouveau concept. Lors de nos différentes visites, nous avons constaté un manque criant en infrastructures hôtelières», a-t-il conclu.
Atlas Tours, créée en 2004, compte plus de 1.200 agences et travaille en étroite collaboration avec d’autres tour-opérateurs à travers le monde. Pour sa part, Air Méditerranée, créée en 1997, dispose d’une flotte de 10 appareils (1 Airbus A320, 8 Airbus A321 et un Boeing 737). La moyenne d’âge de ses appareils est inférieure à 10 ans. Les deux partenaires attendent les autorisations pour pouvoir assurer la desserte d’autres aéroports algériens.

Source Horizons Rédha Maouche.

Le Pèlerin        

Partager cet article
Repost0

commentaires