Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 07:33

Bouconne, près de Toulouse, la forêt de

tous les fantasmes

Le jour, la forêt de Bouconne offre le visage qu'on lui connaît : paisible et rafraîchissant. Tout près de Toulouse, dans cet espace vert unique de 2 329 hectares, les gamins s'amusent, les adeptes de VTT s'en donnent à cœur joie et les coureurs usent leurs Nike Air. L'ambiance est familiale et détendue. On respire, on transpire, on est bien… Derrière ce tableau idyllique se cachent une réalité plus contrastée, des rencontres pas toujours bienvenues, des découvertes surprenantes. « Je viens ici pour courir, mais jamais seule, explique Sophie, jeune mère de famille de Lévignac. Récemment, un matin, un homme s'est dévêtu et a poursuivi deux de mes copines. Elles ont eu du mal à s'en débarrasser, il ne les lâchait pas. Elles ont eu peur. Dommage que de tels individus viennent gâcher un endroit si agréable ».
Le tee-shirt humide, le visage empourpré par l'effort, David vient de terminer un petit footing. Bouconne, il habite à côté et vient souvent en profiter. « Globalement, c'est tranquille, raconte-t-il. Mais, bon, c'est comme dans tous les bois, il se passe des trucs, euh, un peu spéciaux. Il y a trois semaines, je suis tombé sur un couple qui faisait l'amour dans sa voiture. Lui, la cinquantaine, elle, vingt ans de moins, blonde, assez jolie. Quand je suis passé devant, elle a ouvert la vitre et m'a proposé de participer. J'ai décliné poliment ». Les exhibitionnistes de tout poil fréquentent Bouconne sans se montrer agressifs. Certains riverains s'émeuvent d'une présence grandissante d'homosexuels la nuit venue, tout au bout de la forêt.
« C'est vrai que la fréquentation des parkings du coin semble en augmentation, constate Julien, du club Hippique d'Hounedis. Cela se passe de 21 heures à minuit. Il y a les appels de phares mais rien de plus voyant. Les gens restent courtois, donnent l'impression de faire partie d'un petit club privé. »
De son côté, la gendarmerie n'a noté « que quelques vols à la roulotte » et « aucune plainte alarmante ». Même son de cloche chez José Fernandez, le directeur de la base de loisirs. « Bouconne n'est pas le bois de Boulogne, tempère-t-il. Il y a bien quelques événements ponctuels et marginaux. Pour les homosexuels, il faut faire la part entre la réalité et le fantasme et dire très fort que c'est ultra minoritaire. Bouconne permet avant tout un travail de
fond au niveau social pour les enfants. Il ne faudrait pas tout mettre en l'air avec quelques rumeurs ».
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires