Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 06:33

Algérie - Wilaya de Tipasa – Arboriculteurs en colère

Tipaza agriculture

 

Les arboriculteurs de la wilaya de Tipasa sont en colère. Ils déclarent être contre «la décision prise à notre insu pour nous obliger à procéder à l’arrachage systématique des millions d’arbres fruitiers que comptent nos vergers».
Il convient de rappeler qu’une redoutable bactérie, appelée le feu bactérien ou Erwinia Amylorova continue de faire des ravages dans des centaines de vergers, provoquant la colère des arboriculteurs de la wilaya de Tipasa. Un membre de l’association des arboriculteurs nous affirme que «près de 30 000 ha sont contaminés ou constituent des cibles potentielles, pour ce redoutable fléau qui a déjà contaminé, dans les wilayas du Centre algérien près de 17 000 ha de vergers, soit plus de 20 millions d’arbres fruitiers à l’instar du pommier, du poirier, du néflier et du cognassier. Dans les Hauts-Plateaux et à Djelfa, les surfaces contaminées avoisinent les 6 000 ha, soit plus de 7 millions d’arbres fruitiers». Ahmed Touhami, docteur vétérinaire, grand propriétaire arboricole et président de l’association des arboriculteurs déclare : «L’arrachage massif des arbres fruitiers est un non-sens. Cela ne règle pas le probléme. Car la bactérie est un transfuge, qui colonise les arbres à travers leur blessure, par les fleurs ou par un excès d’irrigation. Il existe d’autres méthodes moins radicales, qui consistent à stimuler les défenses naturelles des arbres et à replanter des variétés d’arbres moins sensibles à la bactérie.» S’inscrivant dans le sens de l’application stricte des recommandations ministérielles, des sources autorisées nous ont informé qu’«il a été mis sur pied un comité de suivi de la mise en œuvre du programme de lutte contre le feu bactérien décidé par le département ministériel de l’agriculture, un comité, auquel participent les représentants de tous les instituts nationaux spécialisés liés à l’agriculture pour un suivi au niveau local des mesures prises. L’Etat s’est impliqué totalement dans cette lutte. Que veut-on de plus ?» C’est à ce titre que Sid Ali M’Barek ingénieur et arboriculteur de Koléa, se situe en porte-à-faux avec l’arrachage massif et déclare à ce propos rejeter carrément cette méthode en précisant qu’«il existe des méthodes plus souples de traitement des arbres contaminés, notamment le sectionnement des branches et il faut procéder à la diminution de l’irrigation des vergers. Il convient, par ailleurs, d’homologuer certains produits phytosanitaires de lutte contre cette bactérie et d’importer des variétés d’arbres fruitiers plus résistants à cette dernière». En marge de ces déclarations, le conférencier, qui a animé la journée d’étude organisée par la chambre d’agriculture de Tipasa, rappelle à l’auditoire que «le feu bactérien ou Erwinia Amylorova qui est la plus dangereuse maladie bactérienne des arbres fruitiers à pépins ne constitue pas une tragédie, du fait que le Maroc voisin et la France vivent avec des arbres infectés par cette bactérie. Dans plusieurs pays où la bactérie est responsable de l’infection, il est institué une lutte obligatoire et permanente contre ce fléau.» Mais ce que refusent ces arboriculteurs de Tipasa en colère, selon M. A. Touhami, c’est «la décision prise de procéder à l’arrachage des arbres fruitier et de prévoir une prime d’indemnisation de 35 000 DA/ha qui sera octroyée aux agriculteurs ayant subi des dommages déclarés aux services phytosanitaires de la wilaya.» Quant à Sid Ali M’Barek, ingénieur et arboriculteur de Koléa, il cite la possibilité de prévoir les attaques de ce fléau, «à l’instar des Etats-Unis ou du Canada, qui utilisent des logiciels de prévision conçus par l’Université du Maryland ; ces logiciels Cougar Blight et Mary Blight modélisent des données régionales en déclenchant des alertes, sachant que l’infestation par la bactérie Erwinia amylovora est favorisée par des conditions climatiques (hygrométrie supérieure à 65% et une température située entre 18 à 24 degrés). L’Algérie se situe donc dans l’œil du cyclone». Ainsi et en marge de ce constat, les travaux des ateliers organisés au sein de la chambre d’agriculture de Tipasa, qui se sont déroulés la semaine dernière, ont été axés sur la sensibilisation des arboriculteurs au problème induit par la bactérie. Mais au cours de la séance plénière, les agriculteurs ont été plutôt offensifs en estimant inadmissible l’arrachage massif des arbres. «Qu’on nous donne un délai de 2 années supplémentaires avant d’arracher !» Un autre arboriculteur de Hattatba plus concis proposera une solution étonnante : «Au lieu de nous indemniser à raison de 35 000 DA l’hectare d’arbres arrachés, soit 12 00 arbres, qu’on nous indemnise à raison de un million de dinars l’hectare.» Cette surprenante proposition a eu quand même un écho favorable au sein de l’auditoire. Le docteur Ahmed Touhami proposera une solution médiane, qui est celle de détruire le verger si et seulement si plus de 50% des arbres par verger sont infestés, car au-delà de cette proportion, garder le verger est anti-économique».

  Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires