Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 09:05

Six membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués samedi dans un accrochage avec l’armée

Le-president-du-Yemen--Ali-Abdallah.jpg

 

Six membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués samedi dans un accrochage avec l'armée dans la province d'Abyane, un bastion du réseau extrémiste dans le sud du Yémen, selon une source au sein des services de sécurité.

Le parti au pouvoir à Sanaa a exclu un départ du président Ali Abdallah Saleh, déterminé à "résister" à ses adversaires qui réclament un changement de régime, alors que six membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués dans un accrochage avec l'armée samedi dans le Sud.

"Le pouvoir ne sera remis qu'à celui que choisira le peuple à travers des élections, le seul moyen pour une transition pacifique du pouvoir", a déclaré samedi à l'AFP Tarek al-Chami, le porte-parole du parti présidentiel, le Congrès populaire général (CPG).

Le bureau politique du CPG, qui s'est réuni vendredi soir à Sanaa sous la présidence de M. Saleh, a passé "en revue les positions obstinées du parti Al-Islah et de ses alliés (...) qui ont fermé la porte du dialogue et cherché l'escalade".

Parmi ces alliés, le bureau politique a cité les partis de l'opposition parlementaire, la rébellion chiite du nord du Yémen et le réseau Al-Qaïda.

La manifestation de soutien au président Saleh, organisée vendredi à Sanaa parallèlement à celle des protestataires, exprime "l'attachement (du peuple) à la légalité constitutionnelle", a estimé le bureau politique.

La manifestation de Sanaa a rassemblé "trois millions de personnes" et dix millions de Yéménites au total ont manifesté vendredi dans le pays pour soutenir le président Saleh, a affirmé le CPG. Des correspondants de presse ont fait état de leur côté de plusieurs centaines de milliers de manifestants à Sanaa.

"Le peuple a ainsi dit son mot. Il n'accepte que la légalité constitutionnelle", a expliqué le porte-parole du CPG, ajoutant qu'"en l'absence d'une entente nationale", rendue impossible par l'opposition, "nous nous attachons au processus constitutionnel, qui prévoit l'élection présidentielle en 2013".

"Il est inacceptable et illogique de passer outre la légalité constitutionnelle ou que la minorité puisse imposer sa volonté à la majorité des masses populaires", a souligné le bureau politique du CPG qui impute "la grave escalade de la crise (au Yémen) au parti Al-Islah et ses alliés".

Au pouvoir depuis 32 ans, mais de plus en plus isolé, après le désaveu de dignitaires religieux et de chefs tribaux, le président Saleh a affirmé vendredi qu'il n'était pas disposé à céder le pouvoir à une "minorité", et à des opposants qu'il a qualifiés "d'aventuriers et de comploteurs".

Une tentative de conciliation entre M. Saleh et l'homme fort de l'armée, le général Mohsen Ali al Ahmar, qui a rallié la contestation, a "échoué à désamorcer la crise ou à rapprocher leurs points de vue", avait indiqué vendredi à l'AFP une source proche des discussions.

Dans le Sud, par ailleurs, six membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués samedi dans un accrochage avec l'armée dans la province d'Abyane, un bastion du réseau extrémiste.

"Des activistes d'Al-Qaïda ont lancé samedi à l'aube une attaque armée contre une unité militaire en faction près d'une station électrique à Loder. Les militaires ont riposté, tuant six assaillants", a déclaré à l'AFP une source au sein des services de sécurité.

Ce bilan a été confirmé par une source médicale d'un hôpital de Loder.

Certaines régions du Yémen, notamment dans le Sud, échappent de plus en plus au contrôle du pouvoir central, notamment après la défection de chefs de l'armée ayant rejoint le mouvement réclamant le départ du président Saleh.

Ainsi, à Moudiyeh et à Mahfad, deux villages de la province d'Abyane, des hommes de tribus ont réussi ces derniers jours à prendre le contrôle de postes des forces de sécurité, évacués pacifiquement par leurs occupants après avoir déposé les armes, a affirmé un responsable local.

Source El Watan AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires