Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 09:42

Terrorisme: L'Algérie moins «risquée» que les Etats-Unis

terrorisme.jpg

 

Le risque terroriste est moins important en Algérie qu'aux Etats-Unis, la France ou la Grande-Bretagne. Selon le dernier classement publié par la société britannique Maplecroft, l'Algérie redevient progressivement un pays où le risque terroriste est moindre, sinon considérablement atténué, comparativement à des pays où ce risque reste élevé, particulièrement aux Etats-Unis, en France ou en Grande-Bretagne. En fait, l'Algérie est située dans la catégorie risque «moyen», loin derrière des pays comme la Grèce ou l'Espagne.

Le classement du risque pays effectué par la société spécialisée Maplecroft, se base notamment sur la fréquence et l'importance des attentats terroristes, dont l'Indice du risque terroriste (TRI) qui est établi chaque année sur la base du nombre et de l'intensité des attentats. Le «bon» classement de l'Algérie reflète en fait la maîtrise de la situation sécuritaire par les forces de sécurité, en dépit d'actes terroristes sporadiques dans certaines régions du pays. Mais, l'important, est que l'Algérie n'est plus dans cette liste noire de pays «infréquentables», «dangereux» et «où la circulation des étrangers» est fortement déconseillée par les chancelleries. Maplecroft classe l'Algérie à la 36e position, dans la catégorie risque «moyen», après les Etats-Unis classés 33e. La France est quant à elle classée 44e et le Royaume-Uni 47e. En haut de l'échelle, on retrouve la Somalie, qui est le pays à plus fort «risque terroriste», devant le Pakistan, l'Irak et l'Afghanistan. La Somalie a bondi en un an de la quatrième à la première place de l'indice, ayant subi 556 «actes terroristes» de juin 2009 à juin dernier, qui ont provoqué la mort de 1.437 personnes, a précisé Maplecroft, société spécialisée dans l'étude des risques naturels ou humains. Dans la même catégorie «risque extrême» le Pakistan, l'Irak, l'Afghanistan, et les Territoires palestiniens suivent.

En Europe, c'est la Grèce, qui est le pays européen au risque le plus important. Classée dans la catégorie «risque élevé», elle a bondi de la 57e place à la 24e, avec 180 attentats en un an, dépassant ainsi l'Espagne (27e). Le Canada (67e), l'Allemagne (70e), le Maroc (84), la Suisse (114) et la Belgique (117) sont classés à risque «faible».

La «relative» bonne place de l'Algérie dans ce classement dénote par ailleurs du caractère transnational du phénomène terroriste, ce que l'Algérie avait de tout temps dénoncé. Un phénomène qui est devenu une menace permanente pour la sécurité internationale, quel que soit le pays ou le degré de ses systèmes de sécurité. Pour autant, certains estimeront que ce type de classements est de nature à noircir la situation interne, politique et économique de pays «mal classés», alors que le risque d'une activité terroriste intense est souvent plus présent dans les grandes économies développées que dans les pays du Sud. C'est, selon des observateurs, le revers de la médaille de tout classement de ce type, qui mesure l'insécurité due au terrorisme selon le risque d'attentats.

Source Le Quotidien d’Oran Yazid Alilat

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 09:36

La valse à mille temps…

Manuel-Valls.jpg

Après la visite ratée, par la presse, de la Franco-Algérienne Fadéla Amara, secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, c’est au tour du député socialiste Manuel Valls, de s’annoncer pour une prochaine visite à Alger programmée pour le 23 novembre au CCF.

C’est à croire que le combat pour le soutien des ambitions françaises à l’échéance 2012 a d’ores et déjà commencé.

Manuel Valls est bien évidemment un spécialiste de la gestion de la ville.

En effet, à la tête d’un département conséquent, député-maire d’Evry (Essonne), il a toujours eu la réputation d’un langage franc, réaliste et direct.

«Les crises des banlieues, les quartiers populaires, dit-il, sont le cœur du pays, son avenir.» Il est connu pour ne pas être de ces hommes politiques français, de gauche ou de droite, qui renient l’existence du racisme, de la ghettoïsation et du communautarisme.

Il est aussi l’un des rares politiques français qui sont en faveur d’une régularisation historique avec l’Algérie. Il estime que les excuses et la repentance des crimes français à l’égard de l’Algérie sont le seul chemin qui abouti à de saines relations algéro-françaises.

Parler de la gestion des grandes villes, comme a l’intention de faire Valls au CCF prochainement, signer un protocole avec un ministre algérien, comme l’ont fait Fadéla Amara ou MAM, ne sont que des voiles qui cachent bien ce qui se trame derrière les murs.

Source Le Jeune indépendant Samir Méhalla

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:56

Humour – Il suffit d’y croire

une boite 100 plaisirs

Mademoiselle  Béatrice, l'organiste de l'église, était âgée dans  les 80 ans et n'avait jamais été mariée.   Elle était admirée pour sa douceur et sa  gentillesse envers tous.
Un après-midi, le  pasteur l'appela et lui rendit visite dans sa  petite
chambre toute paisible. Elle l'invita à  s'asseoir alors qu'elle
préparait le  thé.
Comme il était assis face à l'orgue  Hammond, le jeune ministre
remarqua un bol de  verre sur le dessus de l'orgue. Le bol était  rempli d'eau dans lequel flottait un  condom!!  Quand elle revint avec le thé et  des biscuits, ils commencèrent à jaser.
Le  pasteur essayait de résister à la curiosité mais  n'y tenant plus,
il lui dit:``Mlle Béatrice, je  me demande ce que cela veut dire`` en
pointant  le bol.
``Oh Oui!`` dit-elle, n'est-ce pas  merveilleux!!  Je marchais dans le
parc il  y a quelques mois et j'ai trouvé ce petit  paquet  par terre.
Les instructions  disaient de le placer sur l'organ, de le  garder
mouillé et que ça préviendrait ainsi  d'étendre la maladie. Savez-vous que ne n'ai pas  eu la grippe de tout  l'hiver?

Le Pèlerin

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:29

France - Remaniement: Sarkozy a accepté la démission du gouvernement Fillon

Sarkozy-Fillon-Colombey-copie-1.jpg

 

Nicolas Sarkozy et Francois Fillon à Colombey-Les-Deux Eglises, le 11 novembre 2010

 

…..Et mis fin aux fonctions du Premier ministre...

Le président Nicolas Sarkozy a «accepté (samedi soir) la démission du gouvernement et a ainsi mis fin aux fonctions de François Fillon» ouvrant la porte au remaniement, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Les dernières infos sur le remaniement par ici

La présidence de la République annonce dans ce communiqué qu'«en application de l'article 8 de la Constitution, François Fillon a présenté au président de la République la démission du gouvernement».

«Le président de la République a accepté cette démission et a ainsi mis fin aux fonctions de François Fillon», ajoute la présidence qui a précisé que la nomination du nouveau Premier ministre n'aurait pas lieu samedi soir.

Première étape du remaniement

La diffusion de ce communiqué est intervenue alors que le chef de l'Etat avait reçu en fin de matinée le Premier ministre avant de le recevoir de nouveau en fin de journée. François Fillon a quitté l'Elysée peu après 19h30 samedi soir.

Cette démission est la première étape du remaniement gouvernemental qui, annoncé depuis cinq mois, était prévu, selon des sources gouvernementales et à l'UMP, pour lundi.

L'hypothèse d'une reconduction de François Fillon à Matignon était donnée samedi, par des sources gouvernementales et à l'UMP, comme quasi certaine.

Un nouveau Premier ministre dès dimanche?

Le chef de l'Etat a décidé d'accélerer le calendrier, alors que depuis Bordeaux, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a annoncé implicitement son retour au gouvernement. Il devrait, selon des sources gouvernementales, prendre le portefeuille de ministre de la Défense.

Nicolas Sarkozy pourrait annoncer dès dimanche matin la nomination d'un nouveau locataire à Matignon, qui sera alors chargé de constituer la nouvelle équipe gouvernementale.

Source 20minutes.fr / AFP

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Information
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:22

Femmes, je vous aime !

je vous aime

Voir les films des autres, c’est utile, bien que ça ne rapporte pas gros. «Je suis une femme au foyer», dit une dame dans un téléfilm américain. Du coup, elle devient la vedette de cette soirée mondaine.

«Femme au foyer, ça doit être passionnant !» fait remarquer une des femmes en extase devant «la bourgeoise». Premier enseignement : la femme au foyer est une espèce si rare aux Etats-Unis, que la rencontre avec une «survivante» ne peut que susciter l’intérêt et la curiosité des gens. Cela dit, ça risque de changer dans l’avenir. Lors d’une soirée destinée à lever des fonds pour le compte d’une école chrétienne de Pennsylvanie, Sarah Palin, ancienne candidate républicaine à la vice-présidence américaine en 2008, ne s’est pas montrée très motivée pour devenir la première femme présidente des Etats-Unis. Pourquoi? A cause du «poids des responsabilités » ? Non, pas du tout, c’est parce qu’une candidature à l’élection présidentielle de 2012 impliquerait «de grands sacrifices» pour sa famille. Sarah Palin est l’égérie du mouvement ultra-conservateur Tea Party qui vient de faire une entrée remarquée au Congrès. Les femmes têtes d’affiche, d’ailleurs, c’est à la mode à travers le monde, même si les programmes et les politiques sont inchangés. Bernadotte aurait dit au Comte d’Artois, prince royal de Suède : «Il faut gouverner les Français, une main de fer recouverte d’un gant de velours.» Aujourd’hui, la logique est de gouverner les peuples d’une main de fer, camouflée par un joli minois de femme. C’est d’ailleurs mieux qu’une dame de fer tout court…

Source Le Soir d’Algérie Kader Bakou

bakoukader@yahoo.fr

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:20

Algérie - Suspendu deux ans par la FAF, Hannachi affirme que Raouraoua lui a demandé d’arranger un match en faveur des Egyptiens

Mohand Cherif Hannachi a accusé Mohamed Raouraoua de trahison vendredi 12 novembre au cours d’une conférence de presse à Tizi Ouzou. Le président de la JSK a affirmé que le président de la FAF lui a demandé de faciliter la tâche du club égyptien d’Al Ahly lors du match retour au Caire pour le compte de la phase de poule de la Ligue des champions d’Afrique. « Avant notre déplacement au Caire, le président de la FAF m’a appelé et m’a demandé de me présenter au siège de la FAF. Lors de notre rencontre, il m’a demandé de faciliter la tâche d’Al Ahly pour lui permettre de gagner le match pour renforcer ses chances de passer aux demi-finales. Il m’a expliqué que la JSK a assuré sa qualification et n’a pas besoin de points supplémentaires », a affirmé M. Hannachi.

Le président de la JSK, qui vient être suspendu deux ans par la FAF, a indiqué « qu’il n’a pas voulu divulguer le contenu de cette réunion avec Raouraoua par respect à la FAF ». Mais, a-t-il poursuivi, le président de la FAF, a dépassé les limites et j’étais dans l’obligation de rendre publique la demande de Raouraoua en faveur du club égyptien.

Hannachi a affirmé qu’il dispose de preuves et de témoins au sujet de ces accusations et qu’il est prêt à affronter Raouraoua devant les tribunaux. Le président de la JSK a estimé que « Raouraoua a cherché à aider les Egyptiens pour des intérêts personnels afin de se garantir le soutien de l’Egyptien pour une éventuelle candidature à la présidence de la CAF ». « Raouraoua a cherché à gagner la sympathie et le soutien des Egyptiens au détriment des intérêts, de la dignité et de l’image du football algérien », a poursuivi Hannachi.

Le président de la JSK a attaqué le président de la FAF sur le dossier du professionnalisme. « Raouraoua a commis beaucoup de fautes en raison de ses décisions unilatérales. Il nous a imposé le professionnalisme alors que ce projet n’a pas été suffisamment étudié », a-t-il di.

Hannachi a annoncé une réunion des présidents des clubs le 24 novembre pour faire des propositions concrètes.

Source TSA

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:18

"Attendez-vous à des provocations en Kabylie"

 Nordine Ait Hamouda

 

”taqbaylit tezwer tasertit” (la kabylité dépasse le cadre politique). Nordine Aït Hamouda a fait salle comble à Tizi Ouzou. Fidèle à lui-même, le député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a tenu à dire ses vérités à l’occasion d’une conférence publique animée, jeudi, au siège du RCD.

Dans une salle pleine comme un œuf, où l’on a remarqué la présence de beaucoup de femmes et de jeunes, le vice-président de l’APN n’a pas mâché ses mots pour clouer au pilori le Premier ministre qu’il a tourné en dérision. “Moi, je sais qu’Ouyahia est de Bouadnane (son village natal), mais lui ne le sait pas”, dit-il d’emblée, comme pour rappeler quelque expression de la sagesse populaire immortalisée par le chantre Lounès Matoub à l’endroit du chef du RND. “Ouyahia doit sa carrière au général Betchine”, a tenu à préciser l’orateur, non sans rappeler à l’assistance l’affaire des cadres injustement incarcérés à l’époque où Ahmed Ouyahia était chef du gouvernement. “L’arrestation des cadres est un crime qu’Ouyahia doit tôt ou tard payer”, objecte M. Aït Hamouda, qualifiant le Premier ministre et le président de la République de “deux faces d’une même médaille”. Aux yeux du conférencier, “M. Ouyahia est obligé de donner des gages d’antikabylisme pour rester au pouvoir”.

La loi sur la généralisation de la langue arabe, c’est l’œuvre d’Ouyahia, martèle Aït Hamouda, qui accuse au passage le Premier ministre d’avoir mis ses enfants à l’abri dans la lointaine Angleterre. L’impunité dans les assassinats en Kabylie, c’est encore lui. En 2001, en pleine révolte de la Kabylie, Ahmed Ouyahia était ministre de la Justice. Ce dernier, se rappelle le fils du colonel Amirouche, n’avait pas réagi et son département ministériel est resté silencieux devant les assassinats de jeunes de la région.

À propos de la Kabylie justement, l’intervenant appréhende une escalade dans la provocation dans un proche avenir. “Attendez-vous à des provocations en Kabylie. Bientôt, les provocations vont commencer, maintenant que l’après-Bouteflika est amorcé”, prévient le parlementaire du RCD.

Pour ce dernier, c’est désormais devenu une tradition ; chaque fois qu’il y a crise au sommet de l’État, c’est la Kabylie qu’on instrumentalise. Sinon, comment expliquer la stigmatisation de la région ? s’interroge-t-il, citant l’exemple de l’affaire des non-jeûneurs poursuivis en justice à Aïn El-Hammam et Ighzer Amokrane.

Selon le responsable du parti de Saïd Sadi, la Kabylie est appelée encore à faire face, certes dans l’adversité, à des plans visant sa stabilité. “La Kabylie doit retrouver son unité, par l’union de l’ensemble de ses enfants”, préconise le député de l’opposition, qui accuse le pouvoir de mener une guerre économique contre la Kabylie.

Pour étayer son propos, l’orateur révélera le projet d’un port international qu’un grand investisseur voulait réaliser à Dellys et que le pouvoir a proposé de délocaliser vers Oran ou Jijel, en dépit de son surcoût financier. Continuant son réquisitoire, le conférencier tombera ensuite sur “la smala que le Premier ministre actionne dans la région pour contrer le RCD”.

À Béjaïa, deux ou trois anciens militants du RCD, poursuivis en justice, sont “récupérés” par le chef du RND, notera l’orateur. “Voilà la clientèle sur laquelle s’appuie Ouyahia qui, à chaque fois qu’un escroc est exclu de nos rangs, le récupère et le recycle”, déclare le membre du secrétariat national du parti de Saïd Sadi sous un tonnerre d’applaudissements.

Et au fils du colonel Amirouche de conclure, en lançant un défi au Premier ministre : “On ne vous lâchera pas, si vous avez des dossiers, sortez-les !”

Source Liberté Yahia Arkat

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:13

Le moral des familles est au plus bas. A quelques jours de l’Aïd, les privations et les frustrations se succèdent.

mouton-aid.jpg 

«C’est l’enfer», s’insurge un chef de famille, à peine la cinquantaine. Rencontré au bureau de poste de Kouba à Alger, il donne l’impression d’être perdu. Il ne sait plus où donner de la tête.

«Imaginez-vous que je ne peux même pas retirer mon argent. Il n’y a pas d’argent dans le distributeur automatique», se plaint-il désabusé.

Venu de bon matin retirer sa paie pour faire ses courses, ce fonctionnaire repart les mains vides et le coeur lourd. «On ne va pas fêter l’Aid cette année», dit-il. En montrant du doigt la file interminable d’usagers qui attendent pour encaisser leur argent.

«Nous sommes pris en otage», s’indigne-t-il. Un retraité lui emboîte le pas: «Comment peut-on expliquer qu’un pays qui investit 286 milliards de dollars n’ait pas de liquidités?» s’interroge-t-il.

Exacerbé par l’attente, il libère sa parole pour vomir sa colère. «C’est bizarre, c’est honteux et même inadmissible qu’il y ait ce genre de problème à la veille de l’Aïd», déplore-t-il.

«Où va ce pays?», répète-t-il encore. Une question qui n’a pas laissé indifférent le fonctionnaire qui abonde dans ce sens pour dénoncer qu’on se bouscule pour un sachet de lait à 4 heures du matin.

Pour lui, il n’y a plus rien à dire. A moins de 72 heures de la fête, les familles sont prises en otage. Hier, les bureaux de poste étaient pris d’assaut dès les premières heures de la matinée. «Je n’ai rien acheté jusqu’à présent», affirme une jeune dame. «C’est la troisième fois que je retourne à la poste pour retirer mon argent, en vain», avance-t-elle déconcertée. «Nous sommes entre le marteau et l’enclume», intervient une vieille dame voilée. La fête de l’Aïd est compromise pour elle. «Nous n’avons rien acheté, ni les habits pour les petits ni le mouton», nous apprend-elle. «Cela fait une semaine que je cours pour retirer mon agent», a-t-elle tenu à préciser pour décrire son cauchemar. Pour le dernier week-end d’avant l’Aïd, la plupart des pères de famille ont passé la journée devant les guichets. Les plus chanceux ont réussi à encaisser leur argent et prennent la direction des magasins. «Ouf! C’est un parcours de combattant», soupire une jeune femme qui a réussi à toucher sa paie. Or, le calvaire n’est pas fini. Le plus dur reste à venir. Les prix donnent froid dans le dos. Une virée dans les magasins permet de constater la flambée des prix. «J’ai effectué des dépenses de pas moins de 5000 dinars rien que pour répondre aux besoins de mon enfant», confie une jeune maman, rencontrée dans un magasin de chaussures avec son fils, âgé à peine de trois ans.

«Je plains les familles nombreuses», reconnaît-elle. La dernière paire de chaussures est soldée à pas moins de 1000 dinars. Pour les habits, les prix montent en flèche. Pantalons, robes, chemises dépassent la barre des 1500 dinars.

De quoi avoir le tournis! D’ailleurs, la plupart des familles se renseignent sur les prix et rebroussent chemin.

Les signes d’angoisse et de désarroi étaient visibles sur les visages. Confrontés à des prix exorbitants et aux caprices de leurs enfants, les parents sont dans l’embarras. «On veut faire plaisir aux enfants, c’est leur fête mais les dépenses pèsent trop sur le budget», avoue un couple accompagné de trois enfants. «On a beau se serrer la ceinture, mais on n’arrive pas», commente la maman. Pour elle, même avec deux salaires, il est difficile de joindre les deux bouts.

Le mouton, les habits, les friandises et les courses sont les différentes dépenses qui grèvent notre budget. Rien qu’au marché des fruits et légumes, sur les étals sont affichés des prix inabordables. Les légumes et les fruits se lancent dans une folle surenchère. Le kilo de pomme de terre est cédé à 60 dinars. La laitue, la tomate et la courgette s’alignent sur la barre de 100 dinars. Les carottes et les navets sont à 80 dinars le kilo. Le prix de l’oignon oscille entre 40 et 50 dinars le kilo. Les fruits sont encore plus chers. Inutile d’espérer une baisse. Le kilo de clémentine est à 130 dinars et l’orange à 150 dinars.

La banane atteint 150 dinars. «Rabbi ikoun maâna» (Que Dieu soit à nos côtés), lance-t-elle dans un long soupir. Le sucre promet encore plus de surprises. Il est à 100 dinars le kilo mais son prix pourrait être augmenté de 15 dinars.

«Nous n’osons même pas parler de viande. Les légumes étant déjà inabordables», affirme une femme au foyer. Avec la crise du lait et le manque de liquidités, le moral des Algériens est au plus bas. Leur portefeuille ne se porte pas mieux.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:03

Plus que trois jours avant la joute amicale face au Luxembourg

metz-saint-symphorien.jpg

Le stade de mets Saint Symphorien

 

Le premier contingent de l’équipe nationale, sous la conduite du sélectionneur national  Abdelhak Benchikha et du chef de la délégation Benhamza, membre fédéral, a pris ses quartiers vendredi après-midi à l’Hôtel Sofitel de Luxembourg dans un froid glacial.

La température ambiante ne dépasse pas les 10° C au milieu de la journée et rechute jusqu’en dessous de zéro la nuit. Hier, un temps maussade régnait à Luxembourg. La pluie n’a pas non plus cessé de tomber durant toute la journée. Les organisateurs craignaient que ce climat durerait jusqu’au jour du match et dissuaderait du coup les Algériens à faire le déplacement. Malgré le froid, les Algériens de la région nord de l’Hexagone, notamment ceux de Metz, distante de 60 km de Luxembourg, semblent décidés à faire le déplacement en grand nombre surtout avec la fluidité de la circulation.

«Le stade Josy-Berthland de Luxembourg, d’une capacité de 7 000 places, risque de s’avérer exigu», nous dira un Algérien résident à Metz. Ce dernier a toutefois souhaité que le match se joue au stade Saint-Saimphorien de Metz d’une capacité de 40 000 places, comme cela a été le cas entre Luxembourg et la France pour le compte des éliminatoires de l’Euro 2012, pour permettre à un plus grand nombre de fans algériens de la région d’y assister. Un autre Algérien résidant à Metz enchaîne : «Les moyens de transport existent et il n’y a pas lieu de ne pas faire le déplacement pour assister au match et découvrir le nouveau visage des Verts post-mondial. Ce n’est tout de même pas tous les jours qu’on aura l’occasion de voir notre équipe nationale évoluer dans la région».

Vers un partenariat avec le FC Metz

L’adjoint-maire de la ville de Metz chargé des sports, M. Belhaddad, souhaiterait mettre en place un partenariat entre le centre de formation du FC Metz et l’Algérie. La proposition a été faite à la délégation algérienne le jour de son arrivée à Metz, mais l’initiateur du projet veut rencontrer à nouveau les responsables algériens, notamment le DEN Fodil Tikanouine et le sélectionneur national pour discuter des modalités du partenariat et éventuellement mettre en œuvre le projet. A rappeler que le Centre de formation du FC Metz est l’un des plus connus en France, sinon en Europe. Plusieurs joueurs algériens tels que Nacereddine Kraouche et Chadli Amri et d’autres joueurs étrangers qui font le bonheur des championnats européens, à l’image de Ribéry, Pires, Adebayor, Song… sont issus du Centre de formation du FC Metz.

Source El Watan Slimane Mekhaldi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 07:51

Hisser au plus haut niveau les relations économiques algéro-françaises

Jean Pierre Raffarin

La visite en Algérie de M. Jean-Pierre Raffarin, annoncée pour le 24 novembre, revêt une importance particulière pour les relations économiques algéro-françaises. Le chargé de mission pour les relations économiques du président Sarkozy aura, durant sa visite, des entretiens avec de hauts responsables algériens pour consolider les relations d’affaires entre les deux parties.

La relance de l’investissement français en Algérie et vice-versa sera le chapitre essentiel qui sera évoqué par Raffarin et ses homologues algériens. Le président français notait, dans une lettre de mission adressée à l’ancien sénateur M. Raffarin, que «la France demeure l’un des tout premiers partenaires économiques de l’Algérie.

Pour autant, nul acquis n’est définitif et nous devons veiller à maintenir et autant que possible accroître nos positions de marché». Mais, le président français évoque sans détour «la coordination pour la coopération économique franco-algérienne ainsi que le développement des investissements français en Algérie et algériens en France».

A noter que le 2 septembre dernier, M. Raffarin avait été chargé par le chef de l’Etat «d’identifier et de lever les obstacles entre la France et l’Algérie pour leurs investissements économiques respectifs», selon le sénateur UMP. D’autant que l’action diplomatique française veut «briser les barrières» des hésitations et doutes qui ont caractérisé ces derniers temps les relations entre Paris et Alger. Autour de cette action, il faut noter que les investisseurs français veulent se hisser davantage avec des projets porteurs à terme. Les Français comptent s’appuyer sur des secteurs déjà identifiés comme une plus-value au futur partenariat. Il s’agit en premier du secteur pharmaceutique comptant déjà plusieurs laboratoires de renom qui se sont installés sur le marché algérien.

Dernièrement, 14 grands fournisseurs d’équipements pharmaceutiques étaient à Alger pour prospecter les voies de partenariat. De même qu’il faut rappeler la décision toute récente du prestigieux laboratoire Sanofi Aventis qui compte construire une usine de production de médicaments en Algérie en partenariat avec des entreprises algériennes. Ce qui est déjà un signe annonciateur d’une volonté de «se débarrasser de la logique de la simple commercialisation». Le secteur de l’énergie n’est pas en reste puisque le groupe Total a décidé récemment de lancer un projet de pétrochimie avec Sonatrach dans le cadre d’un joint-venture entre les deux compagnies. Il en est de même pour le groupe Alstom qui a bénéficié d’un marché pour l’équipement des 20 tramways en sus du montage de locomotives.

Toujours dans le secteur du transport, le groupe Renault a fait un revirement spectaculaire en annonçant vouloir lancer un projet de montage de voitures en Algérie. Ces acquis, estiment les observateurs, sont des préalables pour «structurer un partenariat qui sera désormais axé sur un transfert de technologies et de savoir-faire» que la partie algérienne a exigé comme contrepartie.

Source Le Jeune Indépendant F. Abdelghani

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article