Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 03:41

Tipasa : Chacun a eu sa part

 Hadjout-kiosque-jpg.jpg

A Hadjout (ex Marengo), l’ambiance de la journée d’avant-hier, à l’instar des autres villes et villages du pays, était imprimée de joie. Au sortir des mosquées après la prière de l’Aïd, les citoyens de la ville s’échangeaient des accolades fraternelles qui n’ont d’égal que l’impatience des enfants d’assister enfin au sacrifice des moutons.
Sur l’avenue du 1er novembre, la grande artère de la ville, deux frères, hauts comme trois pommes, pressent le pas,  tout en se tenant la main pour regagner leur maison, située seulement à quelques pas d’ici. Ramel l’aîné des deux, veut à tout prix voir son père égorger le mouton. Nazim, son petit frère, tente tant bien que mal de suivre la cadence imposée par le premier. «Je veux aider mon père. Je lui ai promis», lance le premier à ses voisins. A priori, l’effervescence a gagné tous les enfants de Hadjout. Pour eux, assister au sacrifice du mouton… c’est sacré. D’ailleurs dans tous les quartiers et cités visités, tous les enfants sont pour ainsi dire en premières loges pour assister au rite du sacrifice. « Malheureusement et faute de moyens, ce n’est pas tout le monde dans le quartier qui a acheté des moutons. Cela dit, ceux qui en ont vont le partager avec les autres. C’est ça aussi l’Aïd, et c’est ça aussi la coutume chez nous », confie un père de famille de Hadjout de la Cité Cnep. Avant que son voisin lui emboîte le pas dans le même sens : « nos traditions exigent des nantis et ceux qui ont les moyens de partager la joie de l’Aïd avec leurs voisins démunis sur le plan financier. Ils se doivent de partager leurs moutons avec eux».

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 03:37

L’Algérie fortement concurrencée

champ solaire algerie Champ de production d’électricité à partir de panneaux solaires

 

La Banque mondiale classe l’Algérie parmi les quatorze pays à revenu intermédiaire qui ont élaboré des programmes pour rééquilibrer leurs sources d’énergie en investissant dans les projets d’énergies renouvelables à grande échelle.

Cependant, cette institution de Bretton Woods rangeait —jusqu’ici — l’Algérie et la Libye, deux membres de l’OPEP, parmi les pays de la région MENA qui investissent moins dans l’énergie renouvelable. Une nouvelle cartographie des pays investissant dans les énergies renouvelables vient d’être établie par la Banque mondiale, à la veille de la tenue de la Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, prévue du 29 novembre au 10 décembre à Cancun (Mexique). Dans la région MENA, l’Algérie est concurrencée notamment par la Tunisie, le Maroc, l’Egypte et la Jordanie, considérée comme étant un leader des énergies renouvelables. Le pays a pour but de produire 7% de son électricité à partir des énergies renouvelables d’ici à 2015 et 10% en 2020. La réunion du Comité du fonds pour les technologies propres (FTC), tenue lundi dernier à Washington (Etats-Unis d’Amérique), a été donc l’occasion de faire le bilan des réalisations inscrites au terme d’une première série de projets d’énergies renouvelables engagés par certains pays.

Le concours du FTC, un fonds géré par la Banque mondiale dans la réalisation de ces projets, est estimé à 2,4 milliards de dollars. La Banque mondiale a annoncé, en septembre dernier, qu’elle allouera à cinq pays de la région MENA, dont l’Algérie, une enveloppe de 5,5 milliards de dollars afin de financer des projets d’énergie solaire qui devraient être opérationnels à l’horizon 2015. Les pays concernés par le concours de la Banque mondiale sont l’Egypte, la Jordanie, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie. Le but étant de générer, à l’horizon 2015, une capacité de production de 9000 mégawatts (MW). Pour le cas Algérie, le Fonds pour les technologies propres (encore  dénommé Fonds d’investissements climatiques), cite, entre autres projets à l’actif du pays, les trois centrales solaires hybrides CSP (Concentrating Solar Power) de Naâma, Hassi R’mel et Meghaïr. La centrale électrique hybride de Hassi R’mel, dont la réception est prévue pour janvier 2011, est connectée au 5e plus important gisement gazier au monde et devrait produire une capacité électrique de 150 MW. Quant au projet de la centrale hybride solaire CSP/gaz combinée à Meghaïr, l’étude de faisabilité a été lancée en 2010 pour une centrale qui aura une capacité installée de 470 MW, dont
70 MW pour la partie solaire. Pour la centrale hybride de Naâma, des études d’identification de sites pour la production d’électricité à partir de l’énergie solaire dans le cadre du projet Empower ont été lancées.

D’après les experts de la Banque mondiale, certains pays de la région MENA ont déjà accompli des avancées considérables en matière de développement des énergies renouvelables. Près du Golfe de Suez, l’Egyptien a mis en place un parc éolien d’une capacité de 1000 MW. Le pays ambitionne de porter à 20% à l’horizon 2020 la part de l’énergie renouvelable dans la production de l’électricité. Le Maroc est le pays le plus ambitieux dans la région MENA, d’après les estimations de l’institution de Bretton Woods. Le royaume chérifien envisage de porter la part de l’énergie solaire dans la production de l’électricité à 42% à l’horizon 2020. Le Maroc a déjà inauguré à Tanger la plus grande ferme éolienne en Afrique, dont le coût de réalisation est estimé à 250 millions d’euros, tandis que sa capacité est de
140 MW. Le gouvernement marocain prévoit un investissement supplémentaire de l’ordre de 2,8 milliards euros pour le développement de l’éolien, tandis qu’une autre enveloppe, d’une valeur de 7 milliards euros, sera consacrée au développement de l’énergie solaire. La Tunisie, elle, prévoit d’installer un parc éolien d’une capacité de 180 MW à la fin de l’année 2011. Le pays prévoit de commencer ses exportations vers l’Italie de l’électricité produite à partir de l’énergie renouvelable en 2018. L’Algérie se fixe comme objectif celui d’augmenter la part de ces dernières à 30% d’ici à 2030-2040. Le pays ne produit actuellement que 6% de son électricité à partir de sources d’énergies renouvelables, alors qu’il dispose d’un gisement solaire important.
Source El Watan Ali Titouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 03:31

Algérie - Fric, foot et subventions

ballon de football

 

Alain Michel menace de quitter le Mouloudia d'Alger. L'entraineur de l'équipe la plus populaire du pays, champion d'Algérie en titre, risque de jeter le tablier pour une histoire d'argent. Le club lui doit 47.000 euros, sans compter les salaires de la nouvelle saison.
Pour un club européen d'envergure, une telle somme représenterait à peine une semaine de salaire de l'entraineur. Pourtant, le Mouloudia d'Alger n'arrive pas à honorer ses dettes, ni envers l'entraîneur, ni envers les joueurs. Alain Michel a d'ailleurs clairement affirmé qu'il est contraint de bricoler pour motiver ses joueurs, car ceux-ci ne sont pas payés. «Je ne peux pas travailler gratuitement. J'en ai marre des promesses. Ce système ne peut plus fonctionner. Je dois toucher mes 47.000 euros, sinon je pars», a déclaré Alain Michel.
A Sétif, l'entraineur Solinas a été contraint d'annuler plusieurs séances d'entrainement. Les joueurs ont menacé de faire grève pour réclamer leur du. Des solutions partielles ont été trouvées pour débloquer la situation au sein de cette équipe qui dispose pourtant du budget le plus élevé du championnat, avec près de 500 millions de dinars (50 milliards de centimes). Mais Abdelkader Laïfaoui, un des internationaux de l'équipe, ne veut toujours pas reprendre. Il réclame ses arriérés, primes et salaires, jusqu'au dernier centime.
Au Khroub, l'entraineur Mohamed Tebib est en train de changer de métier. « On n'est plus dans le football. On fait tout sauf préparer une équipe de football professionnelle », a-t-il brutalement reconnu. Là encore, les raisons sont financières. Des joueurs ont été recrutés à prix d'or, et de folles promesses leur ont été faites. Mais au moment d'honorer la facture, on s'est aperçus que les caisses étaient vides.
Cette succession des crises a révélé une faille sérieuse dans la transition vers le professionnalisme : le volet économique a été largement occulté par les dirigeants des clubs. En fait, des dirigeants qui avaient pour habitude de gérer les subventions se sont installés à la tête des nouvelles entreprises sportives, et pensent continuer simplement à vivre de la subvention. D'autant plus que le ministère des sports avait fait miroiter un prêt de dix milliards, et un certain nombre d'avantages matériels très alléchants. Il suffisait de devenir propriétaire du club pour toucher le pactole.
Dans cette course au butin, les anciens dirigeants se sont taillés la part du lion. Abdelhakim Serrar s'est montré le plus efficace et le plus ambitieux. Il n'a pas hésité à prendre trois nouveaux joueurs qui avaient brillé à Tlemcen, pour près de sept milliards de centimes, sans compter Abdelmoumène Djabou, qui coûte lui aussi une fortune. Avec quel argent ? Aujourd'hui, les joueurs de Sétif révèlent qu'il n'ont perçu qu'une partie de la première tranche de leur prime de signature ! Un peu partout ailleurs, comme à Sétif, certains joueurs n'ont même pas perçu les salaires de la saison précédente.
En fait, le système Serrar s'est effrité avec les changements opérés dans l'administration locale. Car l'administration joue un rôle clé dans les finances de Sétif, comme dans les autres clubs. Le schéma général est décrit par un ancien président de club: quand l'argent manque dans les caisses, l'administration offre certaines subventions. Si cela ne suffit pas, le wali peut réunir des patrons d'entreprises pour les inciter à aider le club. Ceux-ci savent qu'ils sont largement dépendants des commandes publiques. Ils sont contraints de se montrer généreux. Et si le président du club est ambitieux, il peut monter la barre très haut, en se finançant sur un argent hypothétique. C'est une reproduction du système Madoff, jusqu'au moment où la machine se grippe. C'est alors la descente aux enfers, avec de mauvais résultats, des actes de violence et de vandalisme.
« Serrar a acheté trois joueurs venant de Tlemcen avec de l'argent qu'il n'avait pas. Si la wilaya de Sétif finance cet achat, par un biais ou un autre, pourquoi la wilaya de Tlemcen ne financerait pas le contrat de ces mêmes joueurs pour les garder ? », se demande un proche du club de Tlemcen, qui considère que le jeu est faussé par la mauvaise combinaison entre argent public et sociétés privées.
Beaucoup de présidents de club n'ont pas encore assimilé la nouvelle donne. « Ils se comportent comme des présidents de parti ou d'association. Ils pensent que l'argent public est encore là, et pour longtemps, car aucun wali ne peut se permettre la chute d'un club. Cela fait partie de son bilan », estime un dirigeant d'un club algérois.
Pour un président de club, ce poste est une vitrine, et une clé pour accéder aux plus hauts responsables du pays. Rares sont ceux qui ont un projet sportif et économique. « Ils n'ont ni budget prévisionnel, ni tableau de bord. Ils dépensent au jour le jour ». En fait, nous déclare un joueur, le président le plus habile est celui qui «manipule le mieux les dettes. C'est celui qui sait faire patienter joueurs, staff technique et créanciers», dit-il.
Avec un tel tableau, il faut bien convenir, avec Rabah Saadane, que Oum Dourmane a été un miracle. Qui ne risque pas de se répéter de si tôt. Du moins tant que la transition n'aura pas été achevée, avec l'établissement de nouvelles règles où les présidents courront moins derrière la subvention et gaspilleront moins d'argent public.

Source Le Quotidien d’Oran Abed Charef

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 00:17

Humour – Chapeau… !!!!

Chapeau_Chic.jpg

Mon oncle a perdu son nouveau chapeau et il a passé des jours à le chercher.
N'ayant pas les moyens de s'en acheter un autre, il décide d'aller à l'église, dimanche, et d'en voler un pendant la messe.
Le dimanche, il se rend à l'église et s'assoit à l'arrière. Pendant le sermon, le curé parle des 10 commandements. Au lieu de voler un chapeau,
comme prévu, il rencontre le curé.
Monsieur le curé, je suis venu ici aujourd'hui voler un chapeau pourremplacer celui que j'ai perdu. 

Mais après avoir entendu votre sermon sur les 10 Commandements, j'ai changé d'avis.  J'aimerais vous remercier.
Soyez béni mon fils. Est-ce que vous avez changé d'avis quand j'ai commencé
à prêcher sur le ' Tu ne voleras  pas ton prochain ' ?

Non, c'était sur le commandement portant sur l'adultère.  Quand vous avez commencé à prêcher sur ce sujet, je me suis souvenu ou j'ai laissé mon chapeau!

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 10:44

Luxembourg – Algérie (0 – 0)

Luxembourg-Algerie-0-0.jpg

 

L'équipe nationale algérienne de football et son homologue du Luxembourg se sont neutralisés sur le score de 0 à 0, en match amical international disputé mercredi au stade Josy Barthel à Luxembourg, dans le cadre de la préparation des deux sélections aux prochaines échéances officielles.
Cette rencontre constitue pour les « Verts » une bonne opportunité en prévision des éliminatoires de la CAN-2012, notamment leur prochain match contre le Maroc, le 25, 26 ou 27 mars prochain à Alger, pour le compte de la 3e journée du groupe D.

Fiche technique
Match international amical, Luxembourg – Algérie (0 – 0), stade Josy Barthel (archicomble – 8000 spectateurs), bonne pelouse.

Arbitrage du trio allemand: Peter Sippel, Thorsten Scnhiffner, Wamlter Hofmann
4eme arbitre Alex Krueger (Luxembourg)

Composition des équipes:

Algérie: M’Bolhi (87 Zemmamouche), Mostepha Mehdi Sebaa (Meftah 69), Medjani,
Anther Yahia, Mesbah, Lemouchia, Lacen (Metref 69), Ziani (Aoudia 76), Boudebouz,
Djabou (Mesloub 46), Benyamina (Zerdab 80)

Entraîneur: Abdelhak Benchikha
Luxembourg: Joubert, Kintziger,Blaise,Hofmann, Schnell, Kettenmeyer (Da mota
46), Joachim (martino 64), Bettmer, Payal, Leweck (yanish 82), Mutsh (cap)

Entraineur : Luc Holtz.

Source Algérie360.com

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 10:37

TransAsia (Taiwan) commande 8 Airbus

Airbus-x.jpg

 

La compagnie taiwanaise TransAsia Airways a passé une commande ferme de deux gros porteurs A330-300 et de six appareils monocouloirs A321, annonce mardi Airbus, filiale d'EADS .
L'avionneur européen, qui ne précise pas le montant de la commande, souligne dans un communiqué qu'il totalise à ce jour plus de 1.100 commandes fermes pour son A330.
"TransAsia Airways (...) exploite des appareils Airbus depuis 1995", souligne Airbus.
"Aujourd'hui, le transporteur exploite cinq A321 et deux A320 sur ses lignes intérieures et régionales, dont 13 dessertes à destination de la Chine continentale."
EADS a par ailleurs indiqué qu'il visait une croissance moyenne des revenus d'Airbus supérieure à 5% par an sur les cinq prochaines années grâce à la hausse du trafic aérien attendue dans les prochaines années.

Source Le Figaro.fr

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 10:22

Les 5 clés d’une mémoire d’éléphant

alzheimer.jpg

Une bonne mémoire, ça se bichonne ! Découvrez les 5 clés pour l’entretenir à tout âge.

Bougez , Dormez !, Amusez-vous !,Nourrissez votre cerveau !, Evitez l’alcool.

Bougez !

La clé numéro Un de la mémoire est l’exercice physique. C’est prouvé : des chercheurs ont observé que l’entrainement physique, chez la souris, augmentait la naissance de nouveaux neurones, et améliorait l’apprentissage. Et comme l’activité physique n’a que des avantages sur les autres fonctions de l’organisme, n’hésitez plus. Pas besoin de devenir une sportive émérite si vous n’en avez pas le goût ni l’habitude : une demi-heure de marche par jour, à vive allure, suffit.

Dormez !

La consolidation de la mémoire à long terme s’effectue en partie durant le sommeil. Le sommeil paradoxal ou sommeil des rêves correspond à une activité cérébrale intense au cours de laquelle a lieu le traitement des données acquises durant la journée.

C’est aussi durant le sommeil que se produisent les remodelages synaptiques, synonymes de consolidation de la mémoire. Pour bien dormir, misez sur les moyens naturels : literie de qualité, exercice dans la journée, lait chaud ou tisane avant de dormir, et pas de somnifères ! Ceux-ci perturbent l’architecture du sommeil, notamment le cycle des rêves.

Amusez-vous !

Les loisirs et la socialisation sont des amis de la mémoire. Plus vous verrez d’amis, participerez à des activités de clubs, multiplierez vos sources de lectures, plus vous entretiendrez votre mémoire ! Cet entraînement est d’autant plus profitable s’il démarre avant l’âge de 40 ans. L’essentiel est de privilégier ce qui vous fait plaisir : jardinage, voyages, lecture, jeux de cartes, échecs, informatique, apprentissage d’une langue étrangère… tout est bon !

Nourrissez votre cerveau !

Le cerveau est très dépendant des aliments qui sont indispensables à son fonctionnement. Il a besoin en priorité de protéines et d’acides aminés, de lipides, d’acides gras et de vitamines. Attention aux régimes hypocaloriques qui réduisent drastiquement la part de sucres (ceux que contiennent les céréales et les féculents) : celui-ci est nécessaire au fonctionnement cérébral (manquer de sucre, c’est s’exposer à voir ralentir ses reflexes cérébraux).

Important aussi : manger tous les jours viande, poisson et/ou œuf, pour assurer au cerveau sa ration de protéines. Privilégiez les cuissons à la vapeur (qui préservent mieux les vitamines), les aliments bio, et les crudités si vous les digérez bien : et ajoutez à chaque fois une matière grasse riche en acides gras polyinsaturés Omega 3 et oméga 6 (soja, colza)

Evitez l’alcool

C’est un puissant toxique pour le cerveau. Parmi les alcools, seul le vin a bonne presse, s’il est consommé très modérément (1 verre par jour pour une femme, 2 pour un homme). A petite dose, certains composants antioxydants du vin, les polyphénols, protègent le cerveau contre le déclin cognitif. Certaines études ont conclu à une diminution du risque de 20%… quand les personnes ont par ailleurs une alimentation riche en fruits et légumes, eux aussi riches en anti-oxydants.

Source Algerie360.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:20

Le médicament aurait causé au moins 500 morts...

Mediator.jpg

 

Le Médiator c’est quoi?
Du chlorhydrate de benfluorex, un médicament autorisé depuis 1976. Initialement, il a été présenté comme un hypolipidémiant (un traitement chargé de faire baisser les lipides dans le sang). En 1987, les laboratoires Servier qui le commercialisent obtiennent que Mediator reçoive l’autorisation d’être employé comme adjuvant dans les régimes pour les patients qui ont trop de triglycérides. En 1990, une nouvelle indication est autorisée: le diabète de type 2. Il est cependant fréquemment présenté comme un médicament «coupe-faim».

Pourquoi est-il interdit?
Des cas de valvulopathies ont été rapportés. C’est pour cette raison que le médicament est interdit depuis novembre 2009. Un rapport de la Cnam rendu lundi à l’Afssaps estime que 500 personnes au moins sont mortes en 33 ans à cause du Mediator. Le benfluorex a une structure chimique apparentée à celle des dérivés del’Isoméride, coupe-faim des laboratoires Servier retiré de la vente en 1997 en raison de risque d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). La revue médicale Prescrire réclamait l’interdiction de son cousin Mediator depuis plusieurs années.

Que doivent faire les patients qui ont pris du Mediator?
L’Afssaps a recommandé à toute personne ayant suivi ce traitement pendant au moins 3 mois entre 2006 et 2009 de consulter son médecin. De son côté, le nouveau ministre de la Santé Xavier Bertrand a appelé tous le patients qui ont pris du Mediator à se rendre chez leur médecin.

>> Tout ce que vous devez savoir si vous avez pris du Mediator est par ici.

Depuis quand sait-on qu’il est dangereux?
Pour l’Afssaps, le premier cas de valvulopathie a été identifié en 2006, et le second fin 2008. Avant cela, trois cas avaient été rapportés sans qu’ils puissent être attribués au Mediator. Au total, 42 cas ont été étudiés, pour la plupart déclarés courant 2009. Depuis la suspension de commercialisation, l’Afssaps a eu connaissance de 19 autres cas. Irène Frachon, pneumologue à Brest, dénonce depuis 2006 ce qu’elle estime être un «désastre sanitaire». En juin dernier, les laboratoires Servier ont même assigné en référé l’éditeur de son ouvrage Mediator, combien de morts? Et ont obtenu le retrait de la mention «combien de morts?»

Source 20minutes.fr  Julien Ménielle

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 05:21

Algérie - Saïfi : « J’étais pour la venue de Courbis »

Rafik-Saifi.jpg

 

Rafik Saïfi, l’attaquant de l’équipe d’Algérie, estime que Rolland Courbis aurait fait un bon sélectionneur pour les Fennecs. Finalement, c’est Abdelhaj Benchikha qui a hérité du poste. « J’étais pour la venue de Rolland Courbis, a confié le buteur d’Amiens sur RMC. J’ai déjà travaillé avec lui (à Ajaccio ndlr). Sur le terrain comme en dehors, c’est un meneur d’hommes. C’est quelqu’un qui connait la mentalité algérienne. En plus, c’est un méditerranéen. Pourquoi ne pas faire une association entre un entraîneur européen et entraîneur du bled ? Ça peut être une bonne solution. »

Source 20minutes.fr Julien Ménielle

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 00:57

Quand il te semble qu'il y a « trop » de choses dans ta vie, quand 24 heures ne te semblent pas suffisantes, rappelle-toi du pot de mayonnaise et du café.

pot-de-mayonnaise.gif

 

Il était une fois un professeur de philosophie qui, devant sa classe, prit un grand pot de mayonnaise vide et sans dire un mot, commença à le remplir avec des balles de golf. Ensuite, il demanda à ses élèves si le pot était plein.

Les étudiants étaient d'accord pour dire que OUI.

Puis le professeur prit une boîte pleine de billes et la versa dans le pot de mayonnaise.

Les billes comblèrent les espaces vides entre les balles de golf.

Le prof redemanda aux étudiants si le pot était plein. Ils dirent à nouveau OUI.

Après, le professeur pris un sachet rempli de sable et le versa dans le pot de mayonnaise.

Bien sûr, le sable remplit tous les espaces vides et le prof demanda à nouveau si le pot était plein.

Les étudiants répondirent unanimement OUI.

Tout de suite après le prof ajouta deux tasses de café le contenu du pot de mayonnaise et effectivement le café combla les espaces entre les grains de sable.

Les étudiants se sont alors mis à rire.

Quand ils eurent fini, le prof dit : Je veux que vous réalisiez que le pot de mayonnaise représente la vie.

Les balles de golf sont les choses importantes comme la famille, les enfants, la santé, tout ce qui passionne.

Nos vies seraient quand même pleines si on perdait tout le reste et qu'il ne nous restait qu'elles.

Les billes sont les autres choses qui comptent comme le travail, la maison, la voiture, etc...

Le sable représente tout le reste, les petites choses de la vie.

Si on avait versé le sable en premier, il n'y aurait eu de place pour rien d'autre, ni les billes ni les balles de golf...C'est la même chose dans la vie.

Si on dépense toute notre énergie et tout notre temps pour les petites choses, nous n'aurons jamais de place pour les choses vraiment importantes.

Faites attention aux choses qui sont cruciales pour votre bonheur.

Jouez avec ses enfants (ou petits enfants !!), prenez le temps d'aller chez le médecin, dîner avec son conjoint, faire du sport ou pratiquer ses loisirs favoris.

Il restera toujours du temps pour faire le ménage, réparer le robinet de la cuisine

Occupez-vous des balles de golf en premier, des choses qui importent vraiment.

Établissez des priorités, le reste n'est que du sable...

Un des étudiants leva alors la main et demanda ce que représente-le café...

Le professeur sourit et dit : C’est bien que tu demandes.

C'était juste pour vous démontrer que même si vos vies peuvent paraître bien remplies, il y aura toujours de la place pour une tasse de café avec un ami.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0