Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 05:19

Un chalenge pour Fadela Amara

Fadela-Amara.jpg

La Franco-Algérienne Fadéla Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville, sera aujourd'hui à Alger pour une visite officielle au cours de laquelle elle devrait être reçue par le ministre de l’Environnement, M. Chérif Rahmani, selon un communiqué des services de communication de l’ambassade de France. On apprend également qu’au terme de cette visite, l’envoyée officielle de la France animera une conférence de presse.

A la veille du premier remaniement lourd en France où Fillon fait figure de premier favori à Matignon (contrairement à ce que l'on pensait), beaucoup de questions peuvent se poser sur la nature de cette visite. La Franco-Algérienne a-t-elle été appelée à relever un quelconque challenge vis-à-vis des Algériens en contrepartie d’un poste conséquent dans le prochain gouvernement.?

Depuis sa nomination au gouvernement Fillon, cette fille d’immigré algérien a toujours adopté des positions similaires aux propos des voix officielles algériennes concernant les quelques différends d’histoire. Des sujets qui ont fait polémique.

En visite officielle en Algérie, en 2007, Fadéla Amara déclarait lors d’une conférence de presse à Alger : «Personnellement, je ne suis ni pour l’oubli ni pour la repentance. Je souhaite que la France reconnaisse qu’en Algérie des exactions ont été commises.»

Au même moment, à Paris, Mourad Medelci affirmait, concernant la repentance, qu’il «fallait laisser faire le temps» tout en orientant les intérêts de l’Algérie sur les investissements et la libre circulation des personnes entre les deux pays.

Trois ans après, comprenant l’enjeu et l’intérêt de la vision algérienne, le prochain gouvernement français a-t-il finalement décidé de tourner la page des «va-t-en-guerre» à la Kouchner et d’aller de l’avant ?

La France l’a bien fait avec la Chine. Une rivale de taille dans le continent africain.

La France, en crise, qui a reçu dernièrement le président chinois, voudrait bien brader un peu de ses Lumières pour sauver sa peau.

Fadéla Amara, cette enfant d’immigré qui connaît les quartiers et les souffrances de la communauté algérienne en France sur le bout des doigts, ne serait-elle pas dans ce cas l’interprétation d’une reconnaissance française et la promesse d’un autre pas vers l’avant ?

On en saura un peu plus demain.

Source Le Jeune Indépendant Samir Méhalla

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 00:25

Humour - Touristes, identifiez vous…

et-en-plus-c--est-vraii.jpg 

Un couple de campagnards monte à Paris pour faire un peu de tourisme.
A la Porte Maillot, il prend un bus pour aller au musée du Louvre.
Arrivé à la place de l’Etoile, le chauffeur lance :
- Charles de Gaulle !
Un grand monsieur descend du bus
Le bus prend alors la direction des Champs-Elysées et, à l’arrêt du rond-point, le conducteur crie :
- Franklin Roosevelt !
Un étudiant se lève et descend. A la nouvelle halte au niveau du Grand Palais :
- Georges Clemenceau !
Un vieux monsieur quitte le bus. Alors, la campagnarde dit à son mari : 
- On ne saura jamais où descendre… On n’a pas donné notre nom au
 chauffeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 00:16

Santé - Grippe : Comment l’éviter ?

grippe.jpg

En cette période de froid, notre organisme est fragilisé le rendant plus vulnérable au virus. Nous avons tendance à rester confiné à l’intérieur, plus proche les uns des autres, avec les fenêtres fermées, ce qui facilite la propagation du virus. Voici les bons réflexes à avoir pour passer entre les mailles du filet.

Si la vaccination constitue aujourd’hui le meilleur moyen de prévention contre la grippe, avec un taux de d’efficacité variant de 55 à 90%, elle doit être faite mois de novembre avant l’hiver pour une protection optimale car elle met deux semaines à être efficace. Quelques astuces pour passer entre les mailles du filet de la grippe :

Respectez les règles d’hygiène de base

Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour pendant 30 secondes au moins. Le virus se propage en effet par les mains, alors dès que vous touchez interrupteurs, poignets de portes, etc. se sont de véritables nids à microbes. Il est donc recommandé de se laver les mains avant et après chaque repas, après chaque sortie en retournant à son domicile, après être allé aux toilettes. Si vous ne pouvez pas vous laver les mains en journée, pensez aux gels antibactériens disponibles en pharmacie.

Conservez une bonne hygiène de vie afin de préserver votre immunité : manger équilibré, faire du sport, dormir suffisamment, limiter le stress sont autant de règles de base qui permettent d’être plus résistants face aux infections.

Ne partagez pas vos effets personnels avec votre famille : verre, brosse à dents, serviettes de toilette, etc. La bise est à proscrire avec les personnes malades, éviter de serrer la main également.

Evitez les endroits surchauffés afin de ne pas prendre un coup de froid lorsque vous sortez dehors. Egalement les pièces où l’air est à circuit fermé, et recyclé sont à proscrire. Les lieux publics, de rassemblement (transports en commun, centres commerciaux…) très fréquentés sont aussi des vecteurs de transmission. Enfin, certains médicaments antiviraux peuvent être administrés pour prévenir et / ou limiter les effets de la grippe, mais ils sont prescrits pour des cas particuliers. A voir avec votre médecin généraliste dès l’apparition des premiers symptômes.

Et pour éviter de contaminer vos proches ?

Evitez de tousser dans vos mains, préférez le coude, car c’est en touchant les objets après que vous allez propager le virus.

Préférer les mouchoirs à usage unique plutôt que celui que vous allez réutiliser maintes et maintes fois ce qui augmente la diffusion du virus dès que vous touchez quelque chose.

Ne laissez pas vos mouchoirs traîner partout dans la maison et aussi videz régulièrement la corbeille.

Nettoyez sur votre passage les poignets de portes, interrupteurs, etc. pour éviter de tout contaminer. Aérez régulièrement les pièces de la maison.

Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 08:01

Ariège – Pyrénées - Tarascon-sur-Ariège. Un campement de Roms en ville ?

Tarascon-xenophobie.jpg Sur le campement, les sympathisants peuvent signer l'appel citoyen contre la xénophobie

 

Contre les expulsions abusives d'étrangers et de Roms, la révolte citoyenne ne relâche pas la pression : depuis le 3 novembre, un collectif de près de trente associations lance une action de sensibilisation en forme de campement. « Nous avons choisi cette forme symbolique de regroupement, caravanes garées en rond, chaises et feu de bois, pour faire réagir les passants. Nous proposons sur le camp des informations sous forme de textes ou de films et jeudi nous lançons la première de nos soirées cinéma qui permettront à chacun de faire le point sur les projets de loi concernant l'immigration, d'analyser les discours aux relents racistes et xénophobes entendus récemment. » Cette caravane va sillonner l'Ariège pendant tout le mois, s'arrêtant dans les villes pour aller à la rencontre des personnes et prendre le temps de la discussion, sans aucune violence mais avec une grande détermination.

Des musiciens viendront l'enrichir, une exposition, des intervenants de qualité, qui tous n'ont qu'une ambition : réveiller les consciences pour faire respecter les valeurs de la République et rendre à la France sa générosité et sa dignité. Une marche de protestation est prévue le 13 novembre entre la gare de Pamiers et celle du Vernet, où le tristement célèbre camp « pour étrangers suspects » soulève encore des échos dans notre actualité.

Le débat

Après la projection du film de Tony Gatlif « Liberté », ils étaient plus de cent à suivre le débat orchestré par Christian Morisse, président de l'antenne ariégeoise de la Ligue des Droits de l'Homme. Certains ont évoqué des problèmes locaux, comme les aires d'accueil des gens du voyage, mais c'est surtout la loi Besson qui était décortiquée et analysée à la lumière de la conscience républicaine, voire de la simple humanité : « Cette loi fait des expulsions un véritable bannissement et une stigmatisation des populations ».

L'action de sensibilisation menée par le collectif des associations fera étape à Mirepoix, Foix, Saint-Girons et Lavelanet.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 08:00

Sud algérien - Tamanrasset : Les premiers flux de touristes...

region-tamanrasset.jpg

 

Tamanrasset, Djanet, des destinations qui grouillent de monde en cette période automnale vivent dans l’attente des longues processions des touristes européens surtout.

La saison ne fait que commencer, elle s’étale d’octobre à fin avril mais les Tours Les operateurs craignent «une année blanche», c’est le président de l’Association des Agences de voyages et de tourisme, M Hamdaoui, le patron de l’agence Takouba, qui donne le ton. Cette hantise est partagée par la plupart, pour ne pas dire la quasi-totalité des 83 agences qui sont en activité dans la région de l’Ahaggar à Tamanrasset. Ils sont relayés par les élus locaux, représentants de la wilaya à l’APN qui ne ratent pas l’occasion de faire part de leurs préoccupations sur le devenir de l’activité et ses répercussions sur les jeunes qui peuvent «verser dans la déviance».

Il y a d’abord, la donne sécuritaire au Sahel qui a découragé les agences étrangères de tourisme, les assureurs européens, français plus particulièrement, qui ont «doublé les primes de couverture», nous dit un opérateur, viennent ensuite les mesures internes de «fermeture de certains sites » et enfin la nouvelle réglementation sur les agences de voyages. Cela dit, rien que pour le 10 octobre, on attendait un premier groupe de 65 touristes venus d’Allemagne, les touristes continuent «à nous faire confiance», souligne fièrement un autre opérateur qui attendait, lui, des arrivées de Mulhouse. Pour M. Tabagou de l’agence Ouedenne et Regagda d’Issarène Voyage, le problème c’est qu’«il est difficile de tenir ses engagements». Il y va de la notoriété de ces agences qui activent depuis des dizaines d’années-1988-exactement pour Issarène- Et comment, s’insurgent-ils, il y a des sites qui viennent d’êtres fermés alors qu’ils «font partie de notre circuit traditionnel arrêté en commun accord avec nos clients».

Pour les responsables du Tourisme, «il s’agit d’une mesure momentanée», le programme des préparatifs d’accueil est suivi à la lettre avec plusieurs institutions. Quant aux textes qui viennent d’être promulgués, cela «résulte d’une incompréhension» sans plus (voir notre entretien ci-contre avec le directeur du Tourisme). Cela étant, la capitale de l’Ahaggar a l’air de sortir son épingle du jeu devant cette paranoïa alarmiste. En ville, nous avons rencontré quelques uns, des italiens, des Français. Certains, à l’instar de ces couples, à la recherche de bons souvenirs, à la Maison de l’artisanat. Il est vrai que l’image du touriste débarquant à vélo, traînant son sac de couchage est aujourd’hui, «un lointain souvenir». Faire un circuit à travers plusieurs pays «n’est pas du tout facile aujourd’hui», explique un gérant d’hôtel qui, plein de courtoisie, répliquait à une Philippine et à un groupe de Chinois que «c’était complet». Ces derniers venaient non pas pour un circuit touristique mais pour rejoindre leur entreprise au chantier de transfert d’eau d’In Salah à Tamanrasset.

«Les touristes aiment le Grand Sud algérien, l’Ahaggar et le Tassili encore plus», nous résume un Italien de Florence. Cela fait «trente ans que je viens ici», ajoute t-il dans un français pas du tout incorrect. Alors si le lien ombilical n’est pas vraiment coupé, pourquoi cette triste mine ? De plus, en sus de 83 agences agréées, on apprend que 23 autres sont en cours d’agrément par la direction du tourisme. Enfin au plan des infrastructures de nouveaux investissements par des professionnels sont aussi programmés. Le métier connaît des hauts et des bas, «ce n’est pas facile nous faisons du porte à porte», s’indignent les professionnels, une manière d’appeler les autorités à plus de souplesse.

3558 arrivées à Tamanrasset, les premiers mois de 2010

Si l’on se fie aux chiffres, «il y a une continuité en matière de flux touristiques depuis 1999 à ce jour», disent les responsables de la direction du Tourisme, ici à Tamanrasset. Et pour cause, on parle de 26.110 passagers qui ont transité par la frontière en 2009. C’est un chiffre brut, car il y a les touristes, les transitaires et les travailleurs. La distinction est de mise. En tout cas, les agences de tourisme, à elles seules ont assuré des séjours et des circuits pour 7850 dont 5200 touristes français suivis de 420 allemands, 845 italiens et 320 suisses. Pour l’année 2010, les 50 % sont déjà atteints puisque on compte 3558 arrivées à Tamanrasset, selon la direction du Tourisme. Un cadre chargé du développement de l’activité touristique est catégorique, «il n’y a pas lieu de s’alarmer malgré la campagne médiatique outre Méditerranée, les touristes savent discerner. Il y a une panique qui va du Golfe d’Aden à l’Atlantique» et puis «le Sahel est loin», ajoute t-il. Ils (les touristes) sont conscients que les enlèvements de 2003, sont dus à «l’imprudence de gens qui n’ont pas respecté les consignes». Probablement des faux, ceux qui ne sont là que pour «le trafic d’objets culturels». Et puis le passage par des professionnels, les agences, est indispensable sur le plan de la sécurité. Il permet aux touristes de «mieux connaître et apprécier les trésors de ce vaste territoire, les us et coutumes de ses populations», poursuit notre interlocuteur. Pour ceux qui connaissent bien les aléas du désert, rien ne vaut l’apport d’un guide chevronné. Il est plus efficace qu’un instrument tel le GPS (localisation par satellite). Ce responsable nous rappelle la prouesse de Bennounou, un guide, qui a pu remonter les traces du fils de Margareth Thatcher (premier ministre britannique) et «le retrouver sain et sauf grâce à la couleur du sable….».

N’empêche, malgré la richesse des sites à découvrir, tel l’Assekrem, inévitable halte pour les pèlerins, la plupart des 15 campings sont vides, en ce mois d’octobre, si l’on exclut la maison de jeunes qui a accueilli, pour trois jours, les hôtes de la conférence internationale sur les énergies renouvelables. Cette «oisiveté» n’a pas encouragé les agences à faire le plein en étant moins mercantilistes. La sortie est facturée en 4x4 à 10.000 DA. Ce n’est pas à la portée de nos concitoyens. Des invités au salon ont quand-même osé faire le sacrifice en cotisant pour le site le plus proche. Ce sera tout de même «trois heures de pistes minimum car les dernières pluies ont défoncé l’itinéraire», nous dit un responsable d’agence. Au retour, une Française racontait, émerveillée, sa sortie sur l’Assekrem, « la vue imprenable du coucher du soleil », le thé au petit matin et sa rencontre avec le père Edouard….

Mais c’est une goutte de sable dans le vaste désert. En attendant des jours meilleurs, la plupart des camps sont vides. Au pied d’Adrien, la montage à la fente dans le parler targui, au Caravansérail , à la Zériba en passant par le Feity, le Youf Ahakit ( des noms targuis ) ou encore le Gîte saharien, c’est le silence, le vide …

Source Horizons K. Daghefli.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:55

Economie - Marché des hydrocarbures - Le pétrole se rapproche des 90 dollars le baril

petrole et gaz

 

Dans son rapport annuel publié hier, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a estimé une hausse de la demande mondiale de pétrole à 18% d’ici 2035.

Selon l’AIE, la demande mondiale sera portée en grande partie par la Chine.Cette estimation a eu un effet direct sur le marché et les prix du pétrole ont pris un demi-dollar dans les échanges. L’AIE estime aussi que le prix du pétrole serait de 113 dollars en 2035.

A l’ouverture du marché, hier, le brent s’échangeait à Londres à 88,86 dollars le baril, tandis que le WTI à New York était à 87,51 dollars. En une semaine seulement, les cours du pétrole ont gagné plus de 5 dollars à Londres et 6 dollars à New York. Vendredi à la clôture, le cours du brent était à 88,11 dollars contre 82,53 dollars une semaine auparavant. A New York, le light sweet crude était à 86,85 dollars contre 80,85 dollars.

Les cours ont bénéficié de l’annonce par le Réserve fédérale américaine (FED) d’injecter 600 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine et de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire. La Réserve fédérale a décidé d’achats d’emprunts d’Etat pour 600 milliards de dollars qui seront mis sur le marché pour stimuler le crédit aux entreprises et aux consommateurs.C’est la deuxième opération depuis celle opérée durant la crise, en 2008. De plus, la FED s’est engagée à maintenir les taux d’intérêt à un niveau très bas, entre 0 et 0,25%. Ces mesures devraient stimuler la consommation et la croissance.

Une bonne nouvelle pour la demande en pétrole, dont les cours devraient être consolidés.De meilleurs chiffres de l’emploi aux Etats-Unis ont aussi soutenu les cours. Selon le rapport du département américain du Travail, les Etats-Unis ont créé, au mois d’octobre, 151 000 emplois de plus.Mais le taux de chômage reste tout de même important à 9,6%. C’est la première hausse depuis le mois de mai, avec une création de 159 000 emplois dans le secteur privé contre une suppression de 8000 emplois dans la Fonction publique. Le groupe financier JP Morgan Chase & Co a revu à la hausse ses prévisions des prix du pétrole brut pour 2011 à 89,75 dollars le baril contre 82,50 dollars auparavant.

JP Morgan et la Bank of America Merrill Lynch ont même estimé que le prix du baril de pétrole pourrait grimper à 100 dollars et plus l’année prochaine. Ces estimations ne sont pas étrangères aux déclarations faites par deux ministres du Pétrole de pays membres de l’OPEP. Le ministre saoudien, Ali Al Naïmi, avait déclaré la semaine passée qu’un baril entre 70 et 90 dollars était satisfaisant pour les producteurs comme pour les consommateurs, relevant ainsi la cible de 75 dollars qu’il évoquait avant. De son côté, le ministre libyen, Choukri Ghanem, a indiqué qu’il aimerait voir un baril à 100 dollars.

Le niveau préconisé par les ministres de l’OPEP est lié à la baisse du dollar, une monnaie dans laquelle se font les transactions du marché pétrolier. De plus, cette baisse du dollar risque de durer sur le plan conjoncturel avec les mesures prises par la Réserve fédérale. Sur un autre plan, l’OPEP a revu à la hausse la demande de brut pour 2015 à 91 millions de barils par jour. Dans un rapport publié jeudi, l’OPEP a augmenté ses prévisions de 800 000 barils par jour sur la demande pour 2015. Pour 2010, la demande est estimée à 85,5 millions de barils par jour, sans changement par rapport à l’estimation contenue dans le rapport du mois d’octobre.

Source El Watan Liès Sahar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:50

L’Union pour la Méditerranée (UPM), qu’on croyait morte mille fois, semble ressusciter.

upm2.jpg

 

Un sommet euroméditerranéen des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires, devrait s’ouvrir aujourd’hui à Rome, en présence de quelque 150 représentants de conseils des 16 pays de l’espace euroméditerranéen, dont l’Algérie. Le sommet annuel de deux jours, devrait débattre entre autres thèmes, la mise en place d’une assemblée des conseils et institutions de l’Union pour la Méditerranéen (UPM), selon le programme de la réunion.

Le débat autour de ce projet, prévu jeudi, devrait être conduit par le président du Conseil économique et social d’Algérie, Mohammed Seghir Babes, qui a été également désigné membre du groupe de travail chargé d’élaborer le projet de statut de cette future assemblée, selon la même source.

A cette occasion, une présentation du projet de statut de l’assemblée sera faite par des représentants des CES faisant partie de ce groupe de travail, a souligné l’agence APS. «L’initiative de créer une assemblée a été proposée par le Comité économique et social européen (CESE) et ses partenaires dans l’UE et dans les pays partenaires méditerranéens», a-t-on indiqué. Il s’agira de «fournir une structure institutionnelle permanente» pour le réseau existant des conseils économiques et sociaux et institutions similaires euro-méditerranéens, créé en 1995 dans le cadre de la Déclaration de Barcelone, selon ses promoteurs.

La future assemblée aura le statut d’un organe consultatif au sein de la structure institutionnelle de l’UPM, à l’instar de ce qui a été réalisé au niveau de l’Assemblée parlementaire de cette institution et de l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (Arlem). «L’idée d’une assemblée pour la société civile avait déjà été soulevée dans une résolution du Parlement européen du 19 février 2009, dans laquelle il est demandé d’assurer la participation de la société civile au sein de la structure institutionnelle appropriée de l’Union pour la Méditerranée», a-t-on précisé.

La proposition actuelle prévoit une présidence et un bureau rotatifs entre pays membres, ainsi qu’une «répartition égale» des sièges entre, d’une part, les CES nationaux ou institutions similaires de l’UE et le CESE et, d’autre part, les CES nationaux ou institutions similaires des 16 pays partenaires «afin de garantir un équilibre Nord-Sud», a-t-on indiqué.

Cela fait déjà plus d’une année que l’Union pour la Méditerranée est en mal de statuts et de missions. Lancée en grande pompe le 13 juillet dernier, l’UPM avait pour ambition de «transformer l’espace méditerranéen en région de ‘’paix et de prospérité’’ par le biais de réalisations concrètes, comme la promotion de l’énergie solaire, le transport maritime, l’éducation…»

Certains pays du sud de la Méditerranée, à l’instar de l’Algérie et de la Libye, ont exprimé des réticences à l’idée prônée par Nicolas Sarkozy, estimant que seuls les pays du Nord tireraient les avantages d’une telle opération.

 Alors qu’un coup dur a été donné lors de l’offensive israélienne à Ghaza, les tensions semblent, pour l’heure, apaisées. 

Source El Watan A.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:35

Algérie - Djezzy: Orascom pourrait recourir à un arbitrage international

Orascom

 

Le groupe égyptien Orascom Telecom Holding   (OTH) a indiqué mardi qu'il souhaitait régler "à l'amiable" ses différends sur   le rachat par Alger de sa filiale algérienne, l'opérateur mobile Djezzy, mais a   précisé qu'en cas d'échec, il recourrait à l'arbitrage international.

"Notre première priorité est de parvenir à un accord à l'amiable et nous ne   souhaitons pas avoir à recourir à l'arbitrage international, mais si nous   sommes obligés de le faire, nous allons y avoir recours", a déclaré le PDG   d'OTH, Khaled Bishara, sur la chaîne de télévision al-Arabiya.

M. Bishara a souhaité que les autorités algériennes "rachètent Djezzy   conformément à son prix équitable sur le marché". Mais, "jusqu'à présent, ce   que nous voyons dans la presse algérienne et les indications en provenance   d'Alger ne nous portent pas à l'optimisme", a-t-il ajouté.

Fin octobre, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a confirmé que son   pays était déterminé à racheter Djezzy à OTH, lui-même en cours de rachat pour   être intégré au groupe russo-norvégien Vimpelcom, "quels que soient les   obstacles".

"On spécule beaucoup sur la valeur de cet opérateur téléphonique", a ajouté   M. Ouyahia concernant le montant du rachat du premier opérateur de téléphonie   mobile du pays avec 15 millions d'abonnés. 

Source El Watan / AFP

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 07:34

Officiel : L’Aïd El-Adha, le 16 novembre en Algérie

 

L’Aïd al Adha -Fête du Sacrifice - Aïd al Adha ou Aïd el Kébir, appelée communément " Aïd el Kébir " (la Grande fête) en Afrique du Nord, aussi appelée

" Tabaski " en Afrique de l'Ouest, " Tafaska " chez les Berbères et " Kurban Bayrami " en Turquie.

aura lieu, cette année, le mardi 16 novembre 2010

Sources religieuses internet confirmées

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 04:11

Midi- Pyrénées – Gers - Le clip qui inquiète les éleveurs de canards

canards-du-gers.jpg

Les canards du Gers

Un clip sur le canard du Gers circule depuis une ou deux semaines sur internet. Ce n’est pas franchement une bonne image de marque qui est véhiculée sur le département et sur la filière des palmipèdes gras.

Depuis quelques jours ce clip est entré dans les meilleures diffusions du net. Le canard en est le personnage principal… et dès lors les choses ne vont plus. «C’est une vision négative qui ne peut nous faire aucun bien », analyse Philippe Baron président de l’association de défense du gras. En effet, bien difficile de dire s’il s’agit d’une véritable condamnation ou simplement de la volonté de choquer. L’auteur, Pierre Mathieu, ancien animateur sur Canal et M6. Ce garçon originaire de Maubourguet (65) et qui a vécu à Biarritz n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà défrayé la chronique par un clip où de jeunes et jolies femmes se promènent nues dans les rues de Paris. Mais sa dernière production est bien moins agréable. Elle s’ouvre sur une bande de canards en semi-liberté et sur un panneau du Gers, de ceux que l’on trouve à l’entrée du département. Pour la suite c’est une caméra à travers les méandres de l’hémoglobine qui suit le canard, à l’abattoir, dans toutes les étapes, avec de multiples gros plans sur les séquences de la découpe. Puis l’avion nous entraîne dans un restaurant parisien. Nouvelle série d’images cadrées serrées sur la préparation du magret. Puis la caméra se promène sur l’assiette et sa viande saignante… On termine dans une discothèque avec des danseurs et de jeunes oisons. «Rien ne nous a été épargné » commentait une critique.

«Il n’y a pas une seule allusion sur le gavage et c’est déjà une excellente chose. Mais pour le reste…» Philippe Baron a tenté d’en savoir plus. Mais Pierre Mathieu est un artiste bien difficile à joindre. Il en est de même pour sa maison d’édition, «Place blanche record» tout aussi compliqué d’entrer en contact… à moins d’accepter de laisser son mail sur «Face-book».

Qu’a voulu faire le Gascon Pierre Mathieu? Choquer, c’est certain. C’est une habitude chez lui. Pourquoi un abattoir de canard au cœur de son clip… « Son raisonnement est assez difficile à suivre. Veut-il défendre la cause animale au profit d’une nourriture végétarienne. Je ne sais pas, mais le message et choquant.» Sur le net certains commentateurs parlent d’un «clip glauque avec des canards morts ». Souvent le Gers est associé dans ces commentaires. C’est aspect des choses est également gênant et paradoxalement le clip se termine sur le slogan «J’aime la viande».

Si dans un premier temps les professionnels de la filière n’excluaient pas une action en justice, Philippe Baron, précisait qu’il n’en serait rien. «Tout en restant vigilant rien ne sera fait qui pourrait donner plus d’importance à ce clip et à son auteur. restons-en là.» Les connexions qui se multiplient depuis quelques jours ne sont pas forcément un gage de succès pour l’auteur qui ne bénéficie pas toujours des meilleurs jugements, de ses anciens téléspectateurs de M6. Affaire à suivre en souhaitant que le Gers et la filière n’y perdent pas trop de plumes.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0