Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 18:03

Algérie – NA Hussein-Dey - Un nouveau départ

100_0555.jpg

L'ancien stade fétiche le Zioui

 

Après leur exploit vendredi dernier face au SAM à Mascara, les Sang et Or se sont remis au travail pour préparer leur deuxième déplacement de suite à Skikda, pour affronter l’équipe de JSMS. Le coach El-Kourdi, qui a dit qu’il rendra des comptes à partir de la 6e journée, semble bien tenir ses promesses.

Son équipe étant revenue de fort belle manière aux devants de la scène en réalisant deux succès d’affilée. Les joueurs ont eu droit à une prime à la fin de la rencontre de Mascara, laquelle récompense a été offerte par le dynamique dirigeant Sofiane Bouderouaia, qui avait pourtant annoncé sa démission deux jours avant le match contre le SAM. Une manière peut-être de provoquer le déclic chez la direction du club et de pousser les camarades de Hafid Rabah à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les trois millions de centimes remis à chaque élément viennent ainsi récompenser un groupe qui commençait à s’impatienter à propos de son dû, allant jusqu’à menacer de faire grève. C’est M. Laâqab, un autre dirigeant, qui a promis de régulariser la situation financière des joueurs, et ce, avec la contribution du nouveau sponsor Jutop. Entre-temps, la formation des Sang et Or poursuit sa préparation pour le prochain rendez-vous à Skikda. La formation husseindéenne s’est entraînée hier à Zioui en présence de tout l’effectif, contrairement à la séance de dimanche, organisée à la forêt de Bouchaoui et qui a été marquée par la présence de 11 éléments seulement et ce, à cause des embouteillages provoqués par les intempéries dans la capitale, le même jour. M. El-Kourdi a programmé un match amical contre Baraki hier dans le fief de cette dernière, et ce, en vue d’apporter les dernières retouches et de trancher la liste des 19 joueurs qui feront le déplacement à Rusicada. Avec 12 points au total, les Sang et Or comptent continuer sur la même lancée. Revenir avec un bon résultat de Skikda est possible, sachant que les V noirs sont dans la tourmente en ce début de saison.

Source Le Soir d’Algérie A.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 18:00

Airbus réussit une percée historique au Japon avec son A380

a380.jpg

Airbus confirme des négociations pour la vente d'A380 à une compagnie japonaise. La commande porte sur quatre exemplaires et deux options.

C'est une annonce surprise qui a réveillé hier l'archipel nippon. Une compagnie japonaise est sur le point de passer une commande de quatre A380 assortie de deux exemplaires en option. Il s'agit de la petite compagnie Skymark Airlines qui n'opère pour l'instant que des vols domestiques au Japon. Mais elle envisage sérieusement de se lancer dans des vols internationaux un peu à l'image de ce qu'a fait la compagnie britannique Virgin Atlantic. Skymark a confirmé que le contrat définitif pourrait être signé au printemps avec l'avionneur européen pour un montant de deux milliards d'euros. à Blagnac chez Airbus, on est plutôt discret sur ce deal. « Nous confirmons que nous nos équipes commerciales sont bien en négociation avec Skymark » s'est borné à déclarer un porte-parole. Mais une source proche du dossier glisse qu'Airbus est bien sûr le point de décrocher son premier contrat d'envergure au Japon face à Boeing. Car l'Américain, aidé par des liens diplomatiques et militaires puissants entre les états-Unis et l'Archipel, concentre 95 % de parts de marché. Aujourd'hui, la calamiteuse situation financière de Japan Airlines pousse le petit opérateur Skymark à avancer ses pions au cas où une faillite surviendrait. « C'est habile de la part de cette compagnie : elle prend des options pour occuper des créneaux de livraison d'A380 et des créneaux d'atterrissage au Japon » analyse la même source.

Le très gros porteur d'Airbus pour l'instant boudé par les grandes compagnies aériennes nipponnes atterrit cependant déjà quotidiennement au Japon, sous les couleurs des compagnies Singapore Airlines, Air France et Lufthansa. Par ailleurs hier, Airbus a annoncé hier avoir enregistré 369 commandes nettes d'avions depuis début 2010, soit nettement moins que son concurrent américain Boeing qui fait état de 480 commandes nettes au 2 novembre. La filiale du groupe EADS a enregistré 421 commandes brutes, 369 nettes après 52 annulations.

Qantas garde le superjumbo au sol

La compagnie australienne a confirmé que des fuites d'huiles anormales ont été repérées sur les moteurs Rolls Royce des trois A380. L'inspection portant sur les trois autres superjumbos de Qantas se poursuivent aujourd'hui. Les six A380 doivent restés au sol encore «72 heures» selon la compagnie

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 17:53

“Keolis contrainte de se retirer de l’Algérie”

Tramway.jpg

En réponse à des informations parues dans la presse algérienne, Keolis tient à apporter les précisions suivantes.

Au terme d’un appel d’offres international, Keolis a été nommée attributaire du tramway d’Alger en septembre 2008. Le contrat, portant sur l’exploitation pendant 10 ans du tramway d’Alger, a été signé entre l’Entreprise du métro d’Alger (EMA) et Keolis le 8 avril 2009.

La mise en vigueur de ce contrat dépendait de l’immatriculation auprès du Centre national du registre du commerce (CNRC) de la société créée pour exploiter le tramway, Keolis tramway d’Alger (KTA), filiale à 100% de Keolis.

Or, le cnrc a indiqué le 17 août 2009 ne pas pouvoir immatriculer KTA en raison de l’ordonnance du 22 juillet 2009 (loi de finances complémentaire) qui fait obligation aux investissements étrangers d’être réalisés via des partenariats à actionnariat national résident d’au moins 51%.

Les statuts de KTA ayant été signés et publiés en juillet 2009, Keolis a évoqué la non-rétroactivité de la loi pour obtenir cette immatriculation. Dans ses démarches, Keolis a été soutenue par EMA.

Pendant toute cette période et sans attendre l’immatriculation de KTA, les experts de Keolis détachés en Algérie ont commencé a assister EMA dans la phase préparatoire à l’exploitation du tramway. Ils ont notamment participé à des réunions internes, contribué à la rédaction d’un rapport sur la billettique, sélectionné des candidats destinés à occuper les postes de formateurs prévus au contrat.

Pourtant, le 11 février 2010, Keolis a reçu une notification de EMA l’informant de la “résiliation aux torts exclusifs” de Keolis de la convention “non mise en vigueur à ce jour”.

Alors que EMA vient de relancer l’appel d’offres pour l’exploitation tramway d’Alger, Keolis tient à préciser que c’est contre son gré qu’elle a été amenée à se retirer de l’Algérie et à interrompre le travail entamé.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 17:43

Algérie - Le nouveau Renault Master débarque en Algérie

le-nouveau-Renault-Master.jpg

 

Annoncé depuis plusieurs semaines, le nouveau Renault Master débarque enfin chez les concessionnaires de Renault Algérie.

C’est au niveau de ses ateliers de réparation, sis à la ZI de Oued Smar (Alger), que la marque au losange a procédé, mercredi soir, au lancement du nouveau fourgon Master, leader incontesté du marché VU, et ce, en présence de plusieurs responsables à l’international entre autre Jean-Jacques Azuar, directeur Renault du programme fourgons. Le design affirmé de ce nouveau venu préfigure déjà les nouvelles orientations stylistiques des fourgons Renault. Ses lignes sont volontaires et expressives, tout en reflétant la robustesse et la fonctionnalité d’un grand fourgon.

Sa large calandre et ses grands phares expressifs et techniques dévoilent une face avant volontaire et audacieuse. Les ailes musclées et le capot en forme de «museau» expriment la puissance. Des marchepieds ont été intégrés dans le bouclier avant, afin de permettre un accès facile au pare-brise.

A l’arrière, on retrouve la découpe de vitre asymétrique, signature visuelle de Master. Les trois feux de stop triangulaires, identifiables de loin, renforcent l’identité lumineuse du véhicule. A l’intérieur, le nouveau Master offre un confort proche de celui d’une berline. L’ergonomie du poste de conduite a été travaillée pour apporter un confort de haut niveau, même sur les longs trajets.

Le conducteur peut également profiter des nombreux rangements disponibles sur ce nouveau véhicule. Ces rangements, conçus spécifiquement pour accueillir les objets du quotidien des clients professionnels, sont ergonomiques et totalement intégrés.

On peut citer, à titre d’exemple, une grande boîte à gants réfrigérée de 7,6 l, pouvant contenir deux bouteilles de 1,5 l, un grand bac de portière compartimenté avec un espace dédié pour une bouteille de 1,5 l, divers vide-poches pour les clés, gants, cigarettes, parapluie pliable et grand rangement sous banquette accessible en relevant l’assise des sièges passagers. En termes de nouveautés intérieures, une tablette porte-documents escamotable a été installée sur la planche de bord, conçue pour ne pas gêner la vision. On peut y clipper des bordereaux ou des documents.

Le conducteur peut également profiter de la nouvelle tablette pivotante orientable, placée au dos du siège central qui peut contenir un ordinateur portable et pouvant servir d’écritoire, deux porte, gobelets et un rangement pour le matériel de bureau. Dans son intervention, Jean-Jacques Azuar a précisé que le nouveau Master est propulsé par un nouveau moteur 2.3 DCi, de 125 CV développé spécifiquement pour les besoins des véhicules utilitaires.

Il est identique sur les versions traction (monté en transversal) et sur les versions propulsion (monté en longitudinal). Ce nouveau moteur consomme 1 litre de moins (7,1 l/100 km (187 g CO2/km) que l’ancienne version. Le nouveau Master est associé à une boîte manuelle de six rapports. La chaîne de distribution est garantie à vie, selon l’orateur.

La structure autoporteuse (châssis intégré à la caisse) hautement résistante du Master à propulsion permet, selon l’intervenant, d’alléger le véhicule, de gagner en maniabilité, de proposer un seuil de chargement plus bas et d’augmenter la charge utile. «C’est le seul véhicule qui existe sur le marché en versions traction et propulsion», affirme le directeur du programme fourgons chez Renault. L’ensemble des versions du nouveau fourgon est équipé d’un ABS dernière génération avec répartiteur de freinage. Les versions propulsion, quant à elles, reçoivent l’ESP adaptatif en option et en fonction de la charge garantissant une meilleure tenue de route et une stabilisation du véhicule, quelles que soient les conditions de charge.

Le blocage de différentiel, disponible en option, facilite la mobilité sur terrain meuble ou sur chaussée glissante. Grâce aux nouvelles versions propulsion, la gamme s’enrichit d’une quatrième longueur (volume utile jusqu’à 14.9 m³), de versi ons roues jumelées

3,5 t. Le nouveau Master en une gamme d’une dizaine de caisses (fourgon, châssis simple et double cabine, bennes basculantes, grands volumes),4 longueurs (4 empattements et 2 porte-à-faux arrière), 2 hauteurs, une double offre traction / propulsion (avec roues simples et roues jumelées), un poids total à charge de 3,5 t (roues simples et roues jumelées) et une capacité de remorquage jusqu’à 3t. Le nouveau Master 2.3DCI de 125 CV est facturé au prix de 2 006 000 DA pour le L1H1, 2 059 000 DA pour le L2 H2 et de 2 184 000 DA pour le L3 H2 (nouvelle taxe non comprise).

Source El Watan Nadir Kerri

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:59

Algérie - Intempéries  - Nouvelle alerte de Météo Algérie

pluie-neige-froid-algerie.jpg

 

Des vents moyens de secteur ouest de 60 à 80 km/h, accompagnés de rafales pouvant atteindre ou dépasser les 90 km/h, affecteront aujourd’hui l'ensemble des wilayas côtières, a annoncé hier l'Office national de la météorologie, dans un bulletin météorologique spécial (BMS).

Selon la même source, les wilayas concernées sont Tlemcen, Aïn- Témouchent, Oran, Mostaganem, Chlef, Tipasa, Alger, Boumerdès, Tizi-Ouzou, Béjaïa et Jijel. La validité de ces prévisions s'étend d’hier 15 h à aujourd’hui 18 h.

Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:40

Algérie Poste rassure

algerie poste

 

«A l’approche de l’Aïd El-Adha, tout le monde pourra retirer son argent», a déclaré, ce matin, Omari Bouteldja, directeur général d’Algérie Poste. Les propriétaires de comptes CCP, dont les salariés constituent la majeure partie, pourront donc disposer de l’argent nécessaire pour faire face aux grosses dépenses de cette fête religieuse. Toutefois, rien ne dit que le problème ne se posera pas de nouveau. Une solution définitive doit être trouvée.

Cette situation a été à l’origine de nombreux désagréments pour les propriétaires des comptes CCP. Et à l’approche de l’Aïd El-Adha, période de grosses dépenses, l’inquiétude des salariés, qui craignent la persistance de cette indisponibilité de l’argent, s’est accentuée. Invité ce matin de la Chaîne III de la radio nationale, Omari Bouteldja, directeur général d’Algérie Poste, s’est voulu rassurant. «A l’approche de l’Aïd, tout le monde pourra retirer son argent. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour que l’argent soit disponible et en quantité suffisante», affirme-t-il. Algérie Poste a, explique-t-il, travaillé en étroite collaboration avec la Banque d’Algérie, seul fournisseur en la matière, et des décisions ont été prises pour que tous les bureaux de poste au niveau national soient approvisionnés. «Nous avons trouvé une solution à court terme. La Banque d’Algérie a fait des réserves suffisantes pour les clients CCP. C’est une priorité, car il s’agit de virement des salaires des citoyens. De notre côté, nous nous sommes organisés de manière à répondre en temps réel au niveau central et au niveau local. Quand la BA n’a pas les moyens d’acheminer l’argent, on utilise les moyens d’Algérie Poste et quand la BA doit acheminer l’argent via les avions, on se rapproche des aéroports pour faciliter cette tâche. Cet effort considérable est à même de régler momentanément le problème de manque de liquidités», a encore précisé l’invité de la radio nationale. En outre, M. Omari a estimé que Algérie Poste n’est responsable en rien dans la persistance de cette situation préjudiciable. «Algérie Poste n’est qu’un simple canal. On ne fait que virer les salaires. Nous avons besoin des liquidités pour effectuer notre travail, mais ce n’est pas à Algérie Poste de régler ce problème de manque de liquidités. La Banque d’Algérie est la seule structure habilitée à imprimer les billets pour parer à ces lacunes», souligne-t-il. Algérie Poste fait également des efforts en matière de convoyage des fonds, afin d’alimenter ses différentes structures au niveau local. «Algérie Poste dispose aujourd’hui de son propre système de convoyage et on travaille avec nos propres moyens en sous-traitance avec les privés et nous utilisons, en plus de cela, plus de 500 véhicules pour les courriers. Et les grandes wilayas sont chargées d’alimenter les régions limitrophes en la matière. Par exemple, lorsqu’il y a un manque à Tizi Ouzou, c’est la structure de la wilaya d’Alger qui lui vient en aide...», précise le même responsable. Par ailleurs, M. Omari a insisté sur la nécessité de moderniser les moyens de paiement, seule solution pour mettre fin à des situations similaires. «Si les citoyens pouvaient payer le mouton par chèque, les bureaux de poste n’auraient pas à subir toute cette pression. Nous avons douze millions de comptes CCP et il est inadmissible qu’on continue dans cette manière de retrait d’argent ou de paiement», conclut-il.

Source Infosoir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:27

«Les Algériens ont gagné 13 ans de longévité par rapport à 1980»

quotidiens algeriens

 

«En l’espace de 20 ans (1990/2010), l’Algérie a réalisé des résultats prodigieux dans le développement humain», selon le rapport mondial du PNUD présenté, hier, lors dune rencontre organisée par le CNES, par M.Mamadou Mbaye, représentant du PNUD à Alger, en présence de l’un de ses rédacteurs du bureau sur le développement humain, M. José Pineda Salazar.

Le pays a progressé en effet dans ce domaine qui constitue, dit-il, la vraie richesse d’un pays, avec un taux de 41,7 %, soit presque du simple au double, en termes d’accès aux soins, à l’éducation et au revenu. Sur un total de 135 pays, l’Algérie occupe  la 9e place, grâce, dira, le représentant du PNUD, à la nouvelle orientation de la politique publique mise en œuvre.

L’indice de développement humain  (HDI) version 2010 a démontré que l’Algérie a connu une augmentation sensible en termes de qualité de vie, de santé, d’éducation et de revenus, de l’ordre de 53 % entre 1980 et 2010. Selon le rapport du PNUD, l’Algérie qui n’a rien à envier aux pays développés, dans le développement humain, a connu une progression fulgurante dans  l’espérance de vie. «Les Algériennes et les Algériens ont gagné 13 ans de longévité par rapport à 1980», a-t-il ajouté. Le taux de mortalité infantile a aussi reculé grâce à l’amélioration et la généralisation de la qualité des soins prodigués à la population dans sa globalité et diversité (urbaine et rurale). Le secteur de l’éducation a connu également  une hausse en termes notamment de qualité et de gratuité de l’enseignement ainsi que de la démocratisation de l’accès à l’école.

M. Abdelhamid Temmar et Djamel Ould-Abbès, ne sont pas satisfaits pour autant, eu egard à leurs propos soulevés lors des débats. Le gouvernement algérien a fait plus d’efforts et  selon eux, dans le développement humain et la croissance économique. M. Temmar  s’étonne même comment le PNUD a fait pour obtenir de tels chiffres, qui ne reflètent pas, dit-il, la totalité des réalisations algériennes dans le domaine de la santé, de l’éducation et des revenus.

Le gouvernement algérien s’est investi et a investi des sommes colossales dans le développement humain, qui n’a pas d’égal, dit-il, dans la rive sud de la Méditerranée. Il ne comprend pas que le PNUD ne s’alimente pas à la source pour relever des statistiques fiables et vérifiables. M. Ould-Abbès est également monté au créneau pour donner d’autres chiffres sur le développement dans le secteur de la santé.

Lui aussi a mis l’accent sur la généralisation des soins dans les hôpitaux et l’accès aux médicaments pour la catégorie de la population démunie. Ce à quoi M. Mohamed Seghir Babès est intervenu pour remettre les pendules à l’heure, en annonçant une prochaine rencontre avec le PNUD à Alger avec l’invitation, dit-il, de son secrétaire général. «Nous allons ouvrir la boite noire du PNUD à cette occasion», a-t-il ajouté à la fin de la cérémonie organisée par l’institution qu’il présidé, le Conseil économique et social (CNES).

Source Horizons Meziane Atmani.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:20

Algérie - Mouvement associatif à Tipasa - Des universitaires «écolos» se mobilisent

universitaires-ecolo.jpg

 

Un groupe de jeunes volontaires, amoureux de la nature, se sont regroupés autour d’une association pour la préservation de l’environnement.

C’est un mouvement timide, mais significatif d’un trio de jeunes universitaires, originaires de l’ex-Césarée, qui avait décidé au départ d’agir en faveur de la protection de leur plage (Tizirine, ndlr), en créant avec leurs moyens dérisoires une association. Mare nostrum, qui signifie «notre mer», tel est le nom de cette association.

Celle-ci s’est engagée déjà dans la promotion et la sensibilisation des jeunes filles et garçons pour la préservation de l’environnement au sens pluriel du terme.

A présent, l’association, agréée par la wilaya de Tipasa depuis le mois de septembre 2010, compte 20 membres et une centaine d’adhérents. Tous ces jeunes qui avaient rallié Mare nostrum partagent les mêmes idées en matière de sauvegarde de l’environnement naturel. Nettoyage des plages, randonnées culturelles en compagnie d’un guide et excursions éducatives sont les premiers pas déjà entamés par «ces jeunes Verts» depuis la mise en application de leur programme.

Fethi Chennaoui, 32 ans, est le leader de cette association. Il affiche sa satisfaction quant au travail réalisé par ses pairs, sans tambour ni trompette.

Le plan d’action de cette association est très riche. Ambitieux et téméraire, ce mouvement de jeunes «éboueurs des plages» a pourtant besoin d’un soutien matériel et d’un lieu pour regrouper en permanence les membres de leur association. La protection de l’environnement, notamment du littoral, est une tâche perpétuelle.

Les universitaires de Mare nostrum de l’ex-Césarée, qui ne sont pas bavards, passent leur temps à proximité de la mer, leur espace d’évasion, de rêve, pour atténuer les agressions contre le littoral, en attendant l’arrivée des grands moyens d’une part et d’autre part, la présence et la mobilisation sans complaisance des élus communaux et leurs «satellites locaux», afin de protéger les paysages paradisiaques de cette partie de la côte de la wilaya de Tipasa.

Source El Watan Hamri Med Amine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:19

Algérie - Marketing touristique - La destination Algérie a besoin de visibilité

 

Il est nécessaire de reconfigurer les supports documentaires et virtuels pour les adapter aux exigences du marché.

porte du sud

 La porte du Sud

L’Algérie a un déficit d’image, sur le plan touristique, à combler. C’est l’une des déductions faites lors des premières Journées internationales du marketing touristique, organisées par RH Communication. Il faut plus de visibilité pour que la destination Algérie puisse prétendre à devenir émergente.

Kechroud Mohamed Bachir, secrétaire général du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, se voulait pertinent en déclarant : «Les potentialités à elles seules ne suffisent pas, car pour espérer s’imposer, il y a lieu de faire aussi bien, sinon mieux que de nombreux concurrents, tous animés de la volonté de bien faire et d’accaparer l’attention des touristes.»

Ahmed Bouchedjira, directeur général de l’Office national du tourisme (ONT), a souligné que le plan marketing de la destination Algérie vise «un nouveau positionnement et à identifier les marchés les plus porteurs». Il s’agit d’opérer les adaptations qui collent aux nouvelles tendances de la consommation et de la demande internationale, de tenir compte de l’existence de la forte demande de la clientèle nationale et de concilier durablement les demandes nationale et internationale.

Trois types de clientèles ont été distingués : traditionnelle à fidéliser, potentielle (euroméditerranéenne et golfique) et lointaine (Canada, Asie, marchés en pleine expansion). Chaoui Mustapha, assistant du président du directoire chargé de la promotion et du marketing de Gestour, a déclaré : «Le groupe Gestour s’est attelé à desserrer les contraintes et placer les entreprises du portefeuille sur des logiques de développement. Notre souci est que les programmes retenus arrivent à dégager des effets, des synergies susceptibles d’amener nos structures progressivement vers la performance et la crédibilité professionnelles.» En réalité, Gestour a une mission délicate : valorisation de l’image du pays et promotion de la destination Algérie auprès des milieux professionnels, de la presse spécialisée, voire des milieux d’affaires encore fortement marqués par certains préjugés ou par l’amplification démesurée de faits se rapportant à l’aspect sécuritaire.

Parmi les actions menées pour améliorer la situation figure la reconfiguration des supports documentaires et virtuels pour les adapter aux exigences des marchés. «Les sites web ont fait l’objet d’une attention particulière pour permettre une actualisation et un redimensionnement régulier», a-t-il ajouté.

Parmi les projets profitables qu’il a cités, on note l’opération de mise à niveau de 9 hôtels du Sud avec un financement à taux bonifié de 2 milliards de dinars (prêt Trésor), le programme de réhabilitation totale de l’hôtel El Aurassi (450 chambres) dont les travaux sont en cours pour un montant de 6,6 milliards de dinars. L’hôtel les Zianides a bénéficié d’un programme particulier dans le cadre de «Tlemcen, capitale islamique 2011» pour 640 millions de dinars.

Source El Watan Kamel Benelkadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:18

La joie hier après l’énoncé du verdict...

tribunal-akbou-non-jeuneurs.jpg La joie hier après l’énoncé du verdict à la sortie du tribunal d’Akbou

 

Poursuivis pour atteinte à l’un des préceptes de l’Islam, les 8 jeunes prévenus, arrêtés le 31 août dernier dans la localité d’Ighzer Amokrane, 60 km à l’ouest de Béjaïa, ont bénéficié d’une relaxe pure et simple au terme d’un procès qui s’est tenu hier au tribunal correctionnel d’Akbou.

C’est en vertu de l’article 144 bis 2 du code pénal qu’ils ont été poursuivis mais, selon leurs avocats, la cour, ayant constaté le défaut d’infraction et l’absence d’éléments légaux, a estimé qu’elle ne pouvait condamner des citoyens pour non-observation du jeûne, car cela relève de la conviction intime.

C ’est vers 9h que s’est ouvert le procès avec une forte présence de militants de partis politiques, d’adhérents de la Ligue algérienne de la défense des droits de l’homme (Laddh) et de citoyens venus apporter leur soutien aux prévenus. La foule compacte était massée aussi bien dans la salle des audiences qu’en dehors des grilles du tribunal. Une fois les formalités de vérification d’identité des prévenus expédiées, le juge s’est attaché à reconstituer les circonstances exactes de leur arrestation par la police. Le magistrat s’est également évertué à savoir si des appels publics, par le biais d’affiches ou de panneaux, ont été lancés aux citoyens pour venir se restaurer.

L’audition des prévenus a prouvé que non. Il s’agissait plutôt de cas personnels de citoyens qui utilisaient un bâtiment de locaux commerciaux neufs comme abri pour siroter un café ou griller une cigarette. Les policiers, ayant opéré une descente dans ces lieux, ont embarqué tous ceux qui s’y trouvaient avant de les auditionner au commissariat de la ville. Cela a fait dire à l’un des avocats que «cette dérive policière ne devait nullement entraîner une dérive judiciaire». Dans quel cas peut-on exactement parler de dénigrement ou d’atteinte à l’un des préceptes de l’Islam ? Telle est la question que se sont posée les nombreux avocats qui se sont relayés à la barre pour défendre des prévenus sagement alignés devant le juge.

L’instruction menée par le président du tribunal a, d’ailleurs, démontré que la plupart de ces jeunes gens ont été arrêtés dans des circonstances qui ne prouvaient absolument pas la non-observation du jeûne dans un endroit public et encore moins l’atteinte à l’un des préceptes de l’Islam.

Les plaidoiries des avocats se sont axées principalement sur l’interprétation controversée du fameux article 144 bis 2 et sur la défense des libertés individuelles, étant donné que l’observation ou la non-observation du jeûne relève plutôt de la sphère personnelle et de la conviction intime. «Le Ramadhan est une affaire entre Dieu et ses créatures. L’Etat n’a pas à s’immiscer là-dedans», dira l’un des avocats.

D’autres ont plaidé que ce genre de procès, qui relève plutôt de l’inquisition, ne fait que ternir l’image de l’Algérie et de l’Islam, donnant ainsi du grain à moudre à tous ceux qui veulent coller au pays et à sa principale religion une réputation d’intolérance.

Au terme de plaidoiries qui auront duré un peu plus de deux heures, la cour a annoncé son retrait pour délibérer. A son retour, le juge a prononcé la relaxe de tous les prévenus au milieu des applaudissements nourris de la salle. Une grande démonstration de joie a eu lieu à l’intérieur même du tribunal de la part des présents, notamment des militants du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), présents en force. Pour Saïd Salhi, de la Laddh, l’un des artisans de la mobilisation autour des prévenus : «C’est un procès historique qui fera date. L’arbitraire a reculé devant la mobilisation populaire.»

Ainsi, après le procès des non-jeûneurs de Aïn El Hammam, c’est la deuxième fois, en quelques semaines, que la justice refuse d’appliquer à la lettre le fameux article 144 bis 2 dont l’interprétation se caractérise par une grande opacité et une certaine élasticité. Fruit de la mobilisation populaire et médiatique ou clairvoyance des magistrats, le refus de suivre le parquet dans l’application d’un article controversé et liberticide ne peut que conforter les libertés individuelles et la liberté de culte.

Source El Watan Djamel Alilat

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0