Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 08:06

Il a empoché près de 7 milliards de dollars Comment Sawiris a pris l'Algérie à son propre piège

Djezzy.jpg

 

C'est le réveil du phénix. Après plus d'un an de bras de fer avec le gouvernement, Naguib Sawiris a finalement réussi à se sortir les pieds du tapis algérien. Et la tête haute par dessus le marché.

Il y a à peine deux mois, tout le monde donnait le milliardaire égyptien, première fortune d'Afrique selon le classement 2008 de Forbes, perdu. Sa filiale algérienne OTA, détentrice de la marque de téléphonie mobile Djezzy et première source de revenus de son groupe, était paralysée. L'Etat algérien réclamait 596 millions de dollars d'arriérés fiscaux, les transferts opérés par Djezzy vers l'étranger étaient bloqués. Alger refusait également d'avaliser la vente de l'opérateur au sud-africain MTN et menaçait d'exercer son droit de préemption sur la société.

Au même moment, Orascom Telecom avait d'autres problèmes. Le gouvernement italien avait également lancé un contrôle fiscal sur l'opérateur Wind, filiale italienne de l'Egyptien, et lui réclamait 60 millions d'euros. Du coup, avec un cours en chute constante depuis des mois, Sawiris trouvait de grandes difficultés à vendre ses actifs, pour faire face à son endettement (autour de 7 milliards de dollars en mai 2010).

Pour s'en sortir, Sawiris n'avait qu'une seule solution : trouver une porte de sortie d'Algérie. Devant le refus des Algériens de le laisser céder Djezzy à ses conditions, il a imaginé un autre scenario: la fusion de sa holding Weather Investments avec le russe Vimpelcom. Par cette opération, Vimpelcom, propriété d’un redoutable oligarque russe proche du Kremlin, devient actionnaire majoritaire d'OTA et c'est désormais lui qui entre en jeu en Algérie.

Non seulement Sawiris a réussi son retrait mais en plus il réalise une excellente opération. Dans la transaction, il devient actionnaire du cinquième opérateur mondial de téléphonie mobile, avec 4,8 milliards de dollars équivalent actions Vimpelcom, mais aussi 1,8 milliard en cash, soit près de 7 milliards de dollars en tout. Cerise sur le gâteau, il met les Algériens dans une situation embarrassante, désormais obligés de négocier directement avec les Russes, en meilleure position que lui pour obtenir des concessions d'Alger.

Source TSA

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 08:05

Football - CAN 2012 - Les Marocains jubilent

ballon de football

C’est un grand ouf de soulagement qu’ont poussé les supporters marocains après l’importante victoire glanée par les Lions de l’Atlas à Dar Es Salam face à une coriace équipe de Tanzanie

«Le mérite de cette victoire revient avant tout au groupe et aux joueurs. Donc, on a eu aujourd’hui une réponse positive par rapport à ce qu’on espérait. Ces trois points à l’extérieur sont importants pour la suite de la compétition. On va maintenant savourer cette petite victoire et continuer à travailler par rapport à la suite de la compétition, en abordant deux matchs amicaux pour améliorer ce groupe avec, peut-être, la venue de joueurs qui vont renforcer l’effectif.» C’est en ces termes que l’entraîneur adjoint, Dominique Cuperly, s’est confié à la MAP. Et d’ajouter: «Côté tactique, il y a eu une bonne application défensive et le but marqué a été très intéressant. Ce but a surtout mis en association Chamakh et El Hamdaoui sur l’action. Il faut garder la tête froide par rapport à la suite de la compétition et continuer de travailler sereinement et faire plaisir à tous les Marocains.»

De son côté, Youssef Hadji s’est, lui aussi montré soulagé: «Je pense que grâce à la concentration, le Onze national a pu ramener une victoire précieuse loin de ses bases. On a pris conscience qu’on devait réagir après le match nul concédé à domicile devant la Centrafrique, ce qui nous a donné plus de courage et de détermination pour réussir ce match. Maintenant, il reste beaucoup de chemin, mais on a confiance pour assurer la qualification à la prochaine édition de la CAN.»

Des propos corroborés par l’homme du match, le milieu de terrain Houcine Kharja: «C’est une victoire importante après le mauvais pas contre la République centrafricaine. Maintenant, il faut continuer sur cette lancée, car il est bien d’aborder le match contre l’Algérie avec un moral au beau fixe, surtout après cette victoire méritée contre la Tanzanie.» L’entraîneur tanzanien, Jan Borg Poulsen a, lui aussi, reconnu la supériorité marocaine: «L’équipe marocaine est très forte et a fait sortir un bon match. Elle a pu créer de nombreuses occasions et en a concrétisé une. La sélection tanzanienne a également bien joué et a eu sa part du jeu. Mais, malheureusement, les joueurs n’ont pas pu saisir les occasions offertes.»

C’est donc une victoire importante qu’a obtenue hier l’équipe nationale marocaine. Mais c’est plus sur le plan psychologique que ce succès est vital car la dernière victoire marocaine en compétition officielle datait d’octobre 2010!

Avec l’arrivée d’Eric Gerets prévue en novembre 2010, un nouveau chapitre dans l’aventure des Lions va s’ouvrir.

Source L’expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:50

Les pluies d’automne font 7 morts à Djelfa, Boumerdès et Alger

degat-des-eaux.jpg

 

Plusieurs routes ont été coupées à la circulation et les unités d’intervention de la Protection civile ont trouvé d’énormes difficultés pour arriver aux endroits sinistrés.

Les intempéries, qui ont touché plusieurs wilayas d’Algérie, ces derniers jours, ont causé la mort de sept personnes et d’importants dégâts matériels. Mais c’est dans la wilaya de Djelfa où le plus grand nombre de victimes a été enregistré avec la mort de cinq personnes dont trois ont été emportées par des eaux alors qu’elles se trouvaient à bord d’un véhicule taxi. Le véhicule, qui empruntait la RN46 à bord duquel se trouvaient six passagers, se dirigeait vers la localité de Dar Echouyoukh lorsqu’il a dérapé avant de se renverser dans un oued situé non loin du lieu-dit El-Maâlba. Trois victimes des occupants, âgées entre 12 et 40 ans, sont mortes noyées alors que trois autres ont été grièvement blessées. Dans le sud de Djelfa au niveau de la commune El-Kadid,  un jeune homme de 18 ans a succombé à ses blessures après qu’il eut été foudroyé.

Dans la même wilaya, un jeune berger âgé de 17 ans a trouvé la mort suite à des inondations qui ont frappé la localité Dhaya El-Kfoul. Par ailleurs, les inondations et les débordements des oueds qui ont isolé plusieurs localités de la wilaya de Djelfa ont détruit plusieurs habitations précaires. Des quartiers entiers ont été inondés dans plusieurs localités, notamment les quartiers Zariâ et El-Fos’ha au chef-lieu de wilaya et Dhaya à El-Idrissia où plusieurs familles dont les habitations menaçaient de tomber ont dû passer la nuit dehors. L’intervention des secours a été ralentie suite au nombre important de routes nationales, chemins de wilaya et chemins communaux qui ont été coupés à la circulation durant plusieurs heures.

À Belcourt (Alger), l’effondrement d’un mur d’un hangar sur une maisonnette de deux niveaux située à la rue Nacéra-Nounou a provoqué la mort d’une femme alors que deux de ses filles ont été grièvement blessées. Durant la matinée d’hier, un quinquagénaire a trouvé la mort suite à l’effondrement du mur de son habitation dans la wilaya de Boumerdès. L’accident a eu lieu hier vers 5h du matin au lieu-dit la cité El-Hammam dans la commune des Issers.

Selon la Protection civile, la victime qui allait quitter son domicile pour rejoindre son travail a été surprise par l’effondrement d’un mur du 2e étage de sa villa. Touchée grièvement à la tête, la victime a succombé à ses blessures quelques minutes seulement après son admission à l’hôpital de Bordj Menaïel.

Par ailleurs, un drame s’est produit hier au centre-ville de Baghlia dans la wilaya de Boumerdès lorsqu’un enfant âgé de 9 ans a trouvé la mort dans l’incendie d’une maison. Sa mère âgée de 39 ans ainsi que ses deux frères âgés respectivement de 11 et 12 ans ont été grièvement blessés lors de ce sinistre incident. Selon la Protection civile, les victimes ont été surprises par les flammes provoquées probablement par un court-circuit dû au mauvais temps. La gendarmerie a ouvert une enquête pour connaître les circonstances exactes de ce drame. Par ailleurs, on a appris que plusieurs routes ont été coupées à la circulation dans plusieurs wilayas du nord du pays durant plusieurs heures. Des coupures d’électricité ont été enregistrées dans plusieurs localités de la wilaya de Boumerdès notamment à Si Mustapha, Naciria, Zemmouri et Corso. Dans la wilaya de Blida, la circulation automobile a été perturbée notamment entre Blida et Médéa à hauteur de oued Chiffa. Des glissements de terrain ont aussi été enregistrés sur certains axes routiers dans plusieurs localités du Centre où les interventions de la Protection civile ont été nécessaires pour éviter le pire.

Défaillances ?

Certes, les intempéries ne sont pas du domaine du maîtrisable, mais on a toujours l’impression qu’il y a des défaillances à un certain niveau de responsabilité, qui se traduisent par des conséquences désastreuses.

Bien que les services météorologiques aient averti à l’avance que le temps allait radicalement changer en passant de la chaleur torride des derniers jours à des perturbations climatiques, marquées par des pluies torrentielles dans plusieurs régions du pays dès la nuit de samedi à dimanche, des dégâts, notamment humains, ont été causés par ces intempéries. Ces pluies, plus ou moins importantes du début de l’automne, provoquent à chaque fois des pertes en vies humaines, des effondrements de bâtisses et inévitablement des coupures de routes. Certes, les intempéries ne sont pas du domaine du maîtrisable, mais on a toujours l’impression qu’il y a des défaillances à un certain niveau de responsabilité, qui se traduisent par des conséquences désastreuses.

En effet, l’on constate toujours que les routes deviennent impraticables, car inondées en raison d’avaloirs bouchés par des ordures, jetées généralement par des inconscients de leur voiture, et que les services concernés des APC ont oublié de faire le travail de nettoyage au moment voulu, c’est-à-dire à la fin de l’été. S’il ne s’agissait que de ces impondérables, à l’origine de bouchons interminables dans toutes les villes, le mal est moindre, mais ce sont les dégâts humains et matériels, parfois de grande ampleur, comme ce fut le cas le 10 novembre 2001 à Bab El-Oued, qui sont le plus redoutés.

En dépit de toutes les mises en garde, et des promesses des responsables de structures censées accomplir les tâches préventives, les Algériens ont droit à ces scènes d’horreur dès que les chutes de pluie dépassent les quantités moyennes. Ne peut-on vraiment pas prendre les dispositions nécessaires au moment opportun pour éviter ces désastres, ou du moins pour en limiter l’ampleur ? Il suffirait, peut-être, que l’on fasse juste preuve de conscience professionnelle en se rappelant des missions que l’on a à remplir au poste de travail que l’on occupe, ou de la fonction dont on est chargé pour que les choses ne dépassent pas l’entendement.

Merzak Tigrine

Source Liberté M. T./S. Ouahmed

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:26

Onze départements ont été placés en vigilance orange jusqu'à lundi 16h, eu égard à de fortes précipitations et orages, a annoncé Météo France dimanche.

orage-montagne.jpg

 

Ce dispositif qui concernait déjà l'Ariège (09), l'Aude (11), la Haute-Garonne (31), l'Hérault (34), les Pyrénées-Orientales (66), le Tarn (81), le Tarn-et-Garonne (82), a été étendu au Gers (32), aux Landes (40), aux Pyrénées-Atlantiques (64) et aux Hautes-Pyrénées (65), soit onze départements du Midi. Initialement prévu jusqu'à 8H00 lundi il court finalement jusqu'à lundi 16H00.

« Un épisode pluvieux, orageux et venteux conséquent»

«Cette nuit, les fortes pluies orageuses sont arrivées sur le sud de l'Aquitaine. Elles se sont étendues aux régions pyrénéennes avec parfois de fortes rafales de vent sous les orages. Elles atteignent maintenant le Roussillon et Midi-Pyrénées», note Météo France selon lequel «il est déjà tombé souvent près de 15 à 25mm près des Pyrénées, localement 45mm sur l'est des Pyrénées Atlantiques et plus de 30 sur le massif pyrénéen».

«Les pluies ce matin (dimanche) s'intensifient maintenant sur l'Aude et sur la Haute Garonne» selon le communiqué. Il évoque «un épisode pluvieux, orageux et venteux conséquent et durable qui s'annonce sur les régions méditerranéennes. Au cours de la matinée, ces fortes pluies orageuses gagnent progressivement l'Hérault. Alors que sur l'Aquitaine, les pluies deviennent moins soutenues et moins orageuses, près du Golfe du Lion, au contraire, les pluies fortes vont perdurer en restant localement orageuses».

Source 20minutes.fr / AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:23

Le tram s'est arrêté hier à la future station d'Ancely

tram-ancely.jpg

 

Le père Noël lui-même avait fait le déplacement ! Samedi en fin de matinée, l'arrivée en douceur d'une rame du tramway Citadis à la future station Ancely est l'occasion d'une petite fête animée par les groupes basque et occitan Kuxkuxtu et Brankabodegaires. La manifestation est organisée dans le cadre du deuxième festival Fest'Arènes. Plusieurs dizaines d'habitants du quartier sont venues accueillir et visiter le tram flambant neuf. « Nous sommes très heureux que les travaux se terminent. Ce tramway est très beau, silencieux lorsqu'il roule », commentent Gérard et Aline. Habitants du quartier Ancely depuis 1968, Anne-Marie et Jean-Paul sont eux aussi enthousiastes. « Nous avons connu bien des ennuis à cause des travaux. Voir maintenant ce tramway fait plaisir. Il est magnifique », expliquent-ils. Résident du quartier depuis cinq ans, Thierry est monté dans la rame avec ses deux enfants, Marie et Mathieu, 6 et 3ans. « Ce moyen de transport va faciliter l'accès au centre ville. Il est plus pratique et rapide que le bus », dit-il. Mercedes, qui vit à Ancely depuis vingt-six ans, est sensible au confort de la nouvelle rame. « On se sent très bien à l'intérieur. Ce tram est très lumineux. Comme les sièges sont d'un beau bleu, on a l'impression que le ciel est avec nous ! »,assure-t-elle. Conducteur du jour, Olivier précise que ce tram « est très agréable » à piloter. « Le plus difficile, c'est le non-respect de la signalisation par les automobilistes. La vitesse maximale en ville est de 50 km/h. La rame s'arrête bien. À la différence d'un bus, on ne peut pas éviter un obstacle en le contournant », souligne-t-il. Piétons, cyclistes, automobilistes : tous devront bientôt compter avec le nouveau venu.

Inauguration le 27 novembre

La ligne T1 du tramway doit être inaugurée le 27 novembre prochain. Elle reliera Toulouse (à partir de la station des Arènes) à Beauzelle, via Blagnac. Longue de 10, 9 km, la ligne comptera dix-huit stations, dont Ancely et les Arènes Romaines. Le tram dessert également le centre hospitalier régional de Purpan. Une extension est prévue pour 2013, des Arènes jusqu'au Grand-Rond. Elle assurera une connexion avec la ligne B du métro.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:11

France 24 en arabe aspire à concurrencer Al Djazeera, BBC Arabic et Al Arabiya

France-24.jpg

France 24 en arabe commencera à diffuser à partir de demain 11h en non- stop. Son but est de concurrencer les autres chaînes d’information continue.

France 24, chaîne d’information continue appartenant à la Société audiovisuelle extérieure de France, diffusera en arabe et  en non-stop à partir de demain. «C’est, pour nous, un bond en avant dont nous sommes particulièrement fiers. Nous estimons important qu’une chaîne française s’exprime dans une des grandes langues. Une langue parlée par plus de 300 millions de locuteurs», a déclaré hier, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Sofitel à Alger, Christine Ockrent, directrice générale déléguée de France 24. Alger a été choisie comme première étape pour faire cette annonce.

Christine Ockrent a rappelé qu’Alain De Pouzilhac, président-directeur général de l’audiovisuel extérieur de France, et Nahida Nakad, responsable du pôle arabophone de la même société, s’étaient déplacés en Algérie le printemps dernier pour annoncer le passage à dix heures de diffusion du canal arabe de France 24, qui diffuse également en anglais et en français. «Alger est toujours pour nous la première étape dès qu’il s’agit de vous parler de France 24», a appuyé Christine Ockrent. Selon elle, la chaîne ne diffusera pas des programmes destinés au public algérien. «Aujourd’hui, dans le monde entier, les gens partagent les mêmes centres d’intérêt. Des gens qui ont envie de débattre sur les réseaux sociaux et dans les forums de discussion. Les télévisions ne peuvent plus imposer leurs programmes comme il y a 20 ou 30 ans. Il y a des choix », a-t-elle expliqué.

Des Algériens seront, selon elle, invités à des débats d’intérêt général. «Des débats basés sur des critères et des valeurs que sont les nôtres en tant que Français et Européens. Nous confrontons des points de vue qu’il s’agisse du statut de la femme, de la santé publique ou de microcrédits», a-t-elle relevé. D’après Christine Ockrent, France 24, qui revendique «un regard français» sur l’actualité mondiale, totalise 17% de téléspectateurs parmi les décideurs maghrébins. France 24 a des correspondants à Rabat et à Alger, mais pas à Tunis, Tripoli ou Nouakchott. France 24 s’appuie aussi sur les réseaux des correspondants de Radio France internationale (RFI) et Monté Carlo Doualiya qui sont sous la même tutelle, l’Audiovisuel extérieur de France. 

«Mais nous avons sur le terrain des pigistes. Nous avons aussi cette liberté de faire exprimer sur nos antennes des gens qui peuvent trouver des difficultés à parler dans leur pays. D’où l’intérêt de la chaîne d’apporter une liberté de débat. Il y a beaucoup d’endroits où la liberté d’expression est entravée», a souligné Christine Ockrent qui est également membre du conseil d’administration de Reporters sans frontières (RSF). Kamel Zaït, correspondant de France 24 arabe à Alger depuis une année, a déclaré que la chaîne couvre tous les événements.

«Nous ne faisons pas dans la surenchère. Nous voulons être raisonnables», a-t-il dit. Ahmed Tazir, ancien correspondant de France 24, vient de quitter la chaîne faute d’accréditation officielle des autorités algériennes. Des autorités qui lui reprochaient d’être trop critique. Pour Christine Ockrent, Ahmed Tazir a démissionné après son chagrin au lendemain du décès d’un de ses amis dans un accident de voiture. «S’agissant des difficultés des journalistes à se faire accréditer, vous en connaissez davantage la complexité», a dit sans trop de détails la responsable de France 24.

Interrogée sur l’audience de la chaîne en Algérie et au Maghreb, elle a évité de détailler, soulignant qu’il n’existe pas de mesures d’audience en Algérie. Pour rappel, France 24, qui aspire à être une CNN à la française, a commencé à diffuser le 6 décembre 2006. Elle souhaite bousculer l’audience partagée par Al Jazeera, Al Arabiya, BBC arabic, Russia Today, Euronews, CNN et Deutesche Welle. Au Maghreb, la présence de la tunisienne Nessma TV et la marocaine Medi 1 Sat complique davantage la concurrence. Les chaînes publiques, à l’image de l’ENTV, sont hors champ.

Source El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:10

CAN-2012 - L'Algérie humiliée à Bangui (2-0)

Il y a parfois des défaites salutaires… !!!

centrafrique-algerie.jpg

 

L'équipe Nationale d'Algérie a été battu par la sélection nationale de la République centrafricaine, sur le score de 2 à 0 (mi-temps: 0-0), en  match comptant pourla 2e journée des qualifications à la CAN-2012 (Groupe D) joué dimanche à Bangui.

Les buts de la RCA ont été inscrits par Audin Boutou (81) et Kéthévoama Therence (86) . La coéquipiers de Bougherra n'ont pas montré grand chose au cours de ce match.

Ils ont été surpris par des centrafricains très combatifs. Les verts ont été tout simplement humiliés par les centrafricains très entreprenants et très disciplinés dans le jeu.

Après cette journée, l'Algérie occupe la dernière place de son groupe avec un point, derrière la R.C Africaine et le Maroc (4 pts).  Le Maroc s'était imposé, rappelle t-on, samedi à Dar Essalam face à la Tanzanie  par 1-0.

Lors de la 3e journée prévue en Mars 2011, l'Algérie accueillera le Maroc et la RCA sera opposée à la Tanzanie. Les fennecs doivent imperativement gagner leur prochain match contre les Lions de l'Atlas s'ils veulent encore rêver de se qualifier dans cette compétition.

Déclarations

Antar Yahia (Cap.Algérie): Nous ne sommes pas fiers de ce résultat. C'est une  défaite inattendue, franchement, je ne peux rien dire tellement la déception  est grande.

Mohamed Raouraoua (Président de la FAF) : On est passé totalement à coté dans  cette rencontre. Les centrafricains ont mieux joué que nous et l'équipe de la  Centrafrique mérite amplement sa victoire. Rien n'est encore joué dans ce groupe  et il reste 12 points à prendre. Il faut profiter de la moindre occasion.

Jules Accorsi (Entraîneur Rep Centrafrique) :  Je ne m'attendais vraiment  pas à cette victoire. Maintenant on peut rêver à la qualification à la prochaine  coupe d'Afrique. Nous sommes premiers du groupe. Nous sommes honorés d'avoir  battu un mondialiste, mais l'Algérie reste tout de même une grande équipe.

Anzité (Rép.Centrafrique): C'est l'Algérie qui nous a offert la victoire,  on ne s'attendait guère à ce succès devant une équipe d'Algérie qui vient de  participer au Mondial. Maintenant nous sommes leaders, et nous ferons en sorte  de continuer sur cette dynamique. La Centrafrique est vraiment capable de prendre  part à la prochaine Coupe d'Afrique.

Magnanzi (Rép.Centrafrique): Nous sommes tous fiers de cette victoire oh combien  importante pour nous. Aujourd'hui nous étions de loin meilleurs que les Algériens,  désormais, nous devons absolument continuer sur cette lancée pour réaliser le  rêve de toute une nation, je souhaite bonne chance à l'Algérie lors des  prochaines rencontres.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 23:44

"Nous allons élaborer une loi cadre contre les violences faites aux femmes"

Reseau-Wassila.jpg

De gauche à droite : Soumia Salhi (membre du collectif et membre du comité d’organisation), Essia Abdelouahab (membre du collectif), Djema Soukehal et Zouina Tarikt (membres du bureau national de Association algérienne pour la planification familiale), Faïka Medjahed, coordinatrice du projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant» et Dalila Aberkane (directrice exécutive de l’AAPF).

Plus de dix associations (1) de tout le pays se sont fédérées en collectif pour élaborer d’ici un an et demi un projet de loi cadre contre les violences faites aux femmes en Algérie. Premier temps fort de ce projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant» : un colloque international se tiendra le jeudi 25 novembre à l’occasion de la Journée mondiale des violences faites aux femmes.

-Réussir à fédérer autant d’associations sur un tel projet est déjà une réussite à part entière. La preuve qu’un «réseau femmes» existe bien…

Faïka Medjahed : Cela fait quelques années que des associations, des chercheurs, des représentants d’institution dénoncent les violences faites aux femmes, chacun de la place qu’il occupe et après plusieurs tentatives menées pour capitaliser les actions menées par les différents intervenant(e)s, le projet  «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», initié par l’AAPF, tombe à point nommé pour articuler ces compétences plurielles et élaborer ensemble un plaidoyer en faveur des droits des femmes, pénalisant sévèrement toute  agression ciblant les femmes. Une loi dissuasive, identique à celle du port de la ceinture de sécurité en voiture !
-Cela signifie donc que la loi algérienne ne prévoit pas de sanctions contre ce type de violences ?

Soumia Salhi. Les sanctions existent mais elles sont morcelées, dispersées et ne sont pas spécifiques aux femmes. Les lois n’abordent pas non plus la question des violences morales, ou de tout ce qui relève de la sphère privée. Des juristes vont donc étudier l’arsenal juridique existant pour voir ce que prévoient le code pénal, le code civil, le code de la famille jusqu’aux conventions ratifiées par l’Algérie. En faire une lecture critique. Prenons par exemple le cas du harcèlement sexuel : la loi existe, mais la pratique nous amènera à l’interroger : il faut réexaminer la charge de la preuve, assurer la protection des témoins…   
-On sait par exemple qu’en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Mais en Algérie, on manque de statistiques fiables...

Faïka Medjahed : Le drame, c’est qu’en Algérie, chaque institution y va de ses statistiques, en outre chaque institution et chaque association possède un support d’information différent, d’où la difficulté d’avoir une idée claire sur ces violences, leurs gravités et surtout leurs périodicités. Il est absolument indispensable de se doter d’un observatoire des droits des femmes, dont l’une des missions est de collecter régulièrement les données statistiques des violences ciblant les femmes, permettant de nous renseigner sur l’ampleur et les types de violence que subissent les femmes, afin de les prévenir.
Essia Abdelouahab : Entre la police, les centres d’écoute, les services de santé… chacun produit ses propres chiffres, qui restent, de toute manière, bien en deçà de la réalité. Car on sait que toutes les femmes victimes de violences ne se présentent pas etmême si elles le font, en général, ce n’est pas présenté comme une violence. On lui dit : «Mais c’est ton mari/ton père/ton frère, donc ce n’est pas grave…»
Faïka Medjahed : D’où l’importance, par la suite, de former les intervenants (policiers, gendarmes, magistrats, professionnels de la santé et…) à l’écoute et l’accompagnement des femmes victimes. D’arrêter de se renvoyer la balle entre magistrat et médecin légiste sur le  nombre de jours notifiés sur les certificats médicaux l’ITT (Interruption temporaire de travail), prouvant ou non la culpabilité de l’agresseur et le tort causé ou non à la victime.
-Justement, le projet prévoit-il des formations ?

Zouina Tarikt : On constate aujourd’hui que les enfants, dont la mère est une femme battue, se mettent aussi à frapper leur mère. Ces enfants réagissent violemment parce qu’ils ont un exemple à la maison ! Il y a toute une éducation à faire dès l’école, puis après dans les universités. Des éducateurs se rendront auprès des pairs pour les sensibiliser. Cette jeunesse, ce sont les parents de demain et on les sous-estime, alors qu’il faut les prendre à bras-le-corps !
Djema Soukehal : Dans le cadre du projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», sont aussi prévues des formations pour les animateurs radio pour les convaincre de consacrer des émission spécifiques à ces questions de violence. Dans un premier temps, la formation a concerné les membres de l’Association algérienne pour la planification familiale.
-Finalement, c’est toute une approche de la violence qu’il faut revoir…
Faïka Medjahed : Le but de notre plaidoyer est aussi de déconstruire les stéréotypes et les  représentations et identifications qui glorifient les agresseurs et les poussent à croire que les femmes aiment à être violentées (blagues, films, chansons, manuels scolaires et autres us et coutumes).
Soumiha Salhi : Il faut comprendre et intégrer que la violence n’est pas un problème individuel, mais un problème social. La loi, par exemple, doit prévoir un article sur le signalement : les gens doivent pouvoir signaler la violence et ce témoignage doit avoir une valeur et être pris en compte. La loi et la pratique sociale sont deux choses qui marchent ensemble.
(1) L’Association algérienne de planification familiale, l’association de défense et promotion des droits des femmes, l’Association de l’émancipation de la femme, Amusnaw de Tizi Ouzou, l’Association d’aide aux victimes de violences faites aux femmes et enfants, le Centre d’information et de documentation des droits des femmes et des enfants, Djazairouna, les Femmes médecins, Femmes en communication, le Rassemblement algérien contre la hogra et pour la démocratie en Algérie, Tharwa Fathma
N’soumer, la Société de recherche en psychologie et le Réseau Wassila

En tête, l’Association algérienne pour la planification familiale

L’Association algérienne pour la planification familiale, initiatrice du projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», existe depuis 1987. Elle compte aujourd’hui 3000 volontaires dans tout le pays. Sa vocation : promouvoir les droits en santé sexuelle et reproductive et la planification familiale.

Concrètement, cela signifie défendre le droit de tous les jeunes à bénéficier d’une vie sexuelle saine et responsable, sans discriminations ni violences, favoriser la maternité sans risque, contribuer à la lutte pour l’élimination des infections sexuellement transmissibles, promouvoir les droits des femmes, etc. Contact : 021 44 76 67

Source El Watan Réseau Wassila

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 23:32

2.10 29 juillet - JeudiMusee de Cherchell

 

7h30 je me suis levé pour acheter croissants et gâteaux pour le petit déjeuner. 9h00 nous avons pris notre petit déjeuner et nous sommes rendus chez Rachid. Rachid, Pierre et Yanis sommes allés au marché ou nous avons pris le thé chez un ami à Rachid. Alain Anis et son cousin Rachid se sont joints à nous  Nous nous sommes rendus à 2 km à l’est de Cherchell (prés d’une station d’essence tenue par un cousin à lui) et nous avons fait des oursins. Un collègue à Rachid (Personne ne le connaissait 5mn plus tôt) a commencé à nous faire des oursins. Je n’avais ni palmes ni masque, ni sac…. juste ..et le couteau suisse. Muni de mes lunettes de piscine j’en fis tout de même quelques uns. Ils étaient bien pleins et nous nous sommes régalés. Le tout arrosé d’un petit vin blanc excellent…Cela faisait longtemps que je n‘en avait pas mangé autant. Après manger je suis retourné en faire un demi-sac car je savais que Chantal les aimait et c’eut été un crime que ne pas lui en ramener. Nous avions fait pas mal d’efforts et la fatigue des jours précédents s’accumulant, j’ai fait une sieste jusqu’à 4h30 de l’après midi. C’est une bonne chose car ce soir là une fête était organisée chez les Debbouche, en notre honneur. Tous les collègues ont été invités mais en plus de nombreux amis…Isma était au four et au moulin, Houria l’a bien secondée Rachid a mis la main à la pate enfin presque tout le monde s’y est mis….et ce malgré Isma qui ne voulait pas nous voir travailler…En fait, la fête débutait à 10h00 aussi avais je le temps d’aller faire un tour au port pour me baigner à la jetée nord…L’eau était si belle et la température si agréable que je suis parti au large pour m’y baigner plus d’une heure. Je me suis arrêté au niveau du camp militaire car il n’y avait plus personne et je ne voulais provoquer qui que ce soit. Je suis rentré et me suis arrêté chez Milou pour me doucher…cela était devenu une habitude. En rentrant Je rencontrai Alain et Chantal (entre autres). Alain venait de s’acheter urne magnifique djellaba…J’essayais de trouver la même, mais en vain …J’en achetais finalement une autre sans trop d’enthousiasme.. Rendus chez Rachid nous avons dîné…Il nous fallait tenir pour cette fête pendant laquelle nous remangerions certainement encore. Momo quant à lui était malade …certainement lui aussi un problème de transit comme la majeure partie des gens venant de France….Nous l’avons aidé à se soigner chacun allant de son médicament..Vers 1h00 du matin il allait déjà mieux.

Nous avons donc pris un dîner copieux comme d’habitude, dîner pendant lequel nous avons mangé de la Rechta ? (c’était délicieux)…Puis à 22h00 la fête a commencé. A tous les amis cités s’étaient jointes de nombreuses et belles Algériennes…mais qu’étaient devenus leurs époux (remarquez...on peut tout de même s‘en passer…..) Un petit orchestre s’est mis à jouer (un ‘synthé’, un batteur et un chanteur, Abdou un cousin à Isma, …Le tout était du meilleur goût et la fête battait son plein…De temps en temps Boualem s’est mis à chanter et Zorha s’est mise à battre du tambour. Les deux doublures étaient également parfaites. Comme les autres je me suis mis à ‘danser’ ou du moins me remuer (en cadence je l’espère). Comme je ne m’étais pas remué depuis longtemps…Je crois avoir dansé avec toutes les filles .Je ne sais si elles ont pris du plaisir mais moi j’ai pris un plaisir certain. Puis a eu lieu la séance du Henné ..Moi qui croyait que Isma allait me teindre les cheveux …Je fus un peu déçu.. mais telles sont les coutumes…Cela porte bonheur parait-il…Enfin ce fut la célébration de ‘anniversaire à Feriel …12 ans …elle ressemblait déjà à une jeune fille dont elle épousait d‘ailleurs toutes les formes…Rachid n‘aura pas de difficultés à marier sa fille…Un gâteau immense …et excellent nous était servi..Nous avons fait la fête jusqu’à 3h00 du matin puis nos sommes allés nous coucher chez Djamel, persuadés que nous ne revivrions pas un tel événement de si tôt. Arrivés chez Djamel nous n’étions pas au bout de nos peines, car La Mégane avait un problème d’alarme et ce n’est que vers 4 heures du matin que nous avons pu couper la batterie faute d’avoir réglé le problème d’alarme en lui-même et aller enfin nous coucher. Nous avons renvoyé le problème au lendemain car une si belle journée ne méritait pas une médiocre conclusion. Ce fut une journée mémorable. Cependant Chantal n’aura pas goûté les oursins que je lui avais péchés…Espérons que ce n’est que partie remise.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 23:19

Humour - Un Papy et une Mamie de 80 ans vont chez McDo par une soirée d'hiver.

les-vieux.jpg

e Papy et la Mamie passent à la caisse, paient le repas et vont s'installer à une table.

Sur le plateau de Papy se trouvent un hamburger, un paquet de  frites et un Coca.

Papy  déballe le hamburger et le coupe en 2, il fait la même chose pour les frites.

Il place une moitié devant sa femme et l'autre moitié devant lui. Il prend une gorgée de Coca et donne ensuite son verre à Mamie qui en fait autant .

L'homme entame sa part de hamburger, frites.

Un jeune qui observe la scène depuis leur arrivée pense qu'ils n'ont pas les moyens de s'offrir un vrai repas chacun, il s'approche de leur table et, un peu gêné, leur propose de leur offrir un autre repas.

Papy le remercie et lui répond que tout va bien et qu'ils sont habitués à tout partager.

Puis les gens autour d'eux s'aperçoivent que Mamie n'a encore rien touché et que de son côté, le mari est presque à la fin de son repas.

Le jeune homme les prie une dernière fois d'accepter.

Cette fois, c'est Mamie qui  répond que ce n'est pas  nécessaire, qu'ils sont habitués à tout partager.

A ce moment là, Papy a terminé son repas et s'essuie la   bouche.

Le jeune homme dit à Mamie :

- Madame, pourquoi ne mangez-vous pas ? Vous dites que vous partagez tout... je ne comprends pas !

Et la dame répond :- J'attends ses dents !!!

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0