Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 23:05

Naturisme ne rime pas forcément avec sexualité débridée

naturisme-cap-agde.jpg

 

Les résidents du Cap d'Agde, venus profiter de la vie au grand air supportent de plus en plus mal les dérives sexuelles du camp naturiste.

Le vieux débat entre les purs naturistes et les libertins du Cap d'Agde vient de ressurgir. Les simples résidents qui veulent vivre nus au soleil ne supportent plus l'ambiance « sexuellement débridée » du camp naturiste pendant la saison, devenu le grand rendez-vous international des touristes libertins.

Les protestataires ont exprimé leur exaspération au dernier conseil municipal, réclamant un retour aux valeurs de base du naturisme. « La notion même de naturisme n'est pas respectée. Il y a pratiquement plus de gens habillés, surtout le soir. Et quand vous êtes simple naturiste, on vous regarde comme une bête curieuse », explique ce résident qui décrit, pêle-mêle, le folklore nocturne des accoutrements sexuels, les happenings sur la plage ou sur les terrasses et le va-et-vient incessant des jeunes gens qui viennent chercher ici du sexe facile.

« Aujourd'hui, pratiquement tous les commerces du camp sont axés sur le sexe. Nous sommes devenus une destination purement sexuelle et plus du tout familiale », déplore l'employée d'une agence de location qui rêve d'un environnement préservé pour ses enfants.

Insécurité

Elle met en avant une forte augmentation du sentiment d'insécurité, voire une hausse de la criminalité. « Nous ne supportons plus le vacarme des bars de nuit, les sifflets à roulette des gogos danseuses jusqu'à 2 h du matin. Au mois d'août, nous préférons fuir la station », ajoute ce retraité qui passe pratiquement quatre mois dans son appartement de Port Nature. Surtout, ces résidents ne peuvent plus supporter l'image déplorable véhiculée par leur quartier. « On reçoit nos amis exclusivement hors saison. Pendant l'été c'est trop chaud », explique cette habitante à l'année depuis plus de vingt ans.

« Lorsque nos amis nous rejoignent en vacances, ils vont poster leurs cartes postales le plus loin possible, pour ne pas avoir à s'expliquer sur leur présence au Cap », ajoute un autre naturiste désabusé.

« On n'a pas inventé le libertinage »

Gilles d'Ettore, le député-maire de la commune d'Agde, a sa propre lecture du camp naturiste. « Cet été, je n'ai pas recueilli de plainte. Et en général la criminalité est moins importante chez les naturistes qu'ailleurs dans la station. Quant aux attaques contre le libertinage, je réponds que la pratique sexuelle est une affaire strictement personnelle. On n'a pas inventé l'échangisme ou le libertinage au Cap cet été », estime l'élu, qui met en avant exactement le même dispositif de sécurité que pour l'ensemble de la station qui peut accueillir 250 000 touristes en pleine saison dont seulement 40 000 au centre naturiste. Les CRS, policiers municipaux et nationaux y seraient aussi nombreux. « Et nous avons mis en place une brigade équestre pour empêcher l'intrusion dans les dunes de la réserve naturelle du Bagnas », poursuit le maire qui entend bien « ne pas refaire au Cap Les gendarmes de Saint Tropez avec un policier derrière chaque naturiste ».

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 15:15

L'excellence au service de la santé publique.

CHU-de-Toulouse-sur-la.jpg

 

En France, c'est dans la Ville rose que l'on se soigne le mieux. La 14e édition du classement des 50 meilleurs hôpitaux publics de métropole, réalisé par l'hebdomadaire Le Point, place en effet le CHU (centre hospitalier universitaire) de Toulouse sur la plus haute marche du podium. L'établissement toulousain était déjà très bien classé l'année dernière, puisqu'il était second du palmarès derrière le CHU de Lille, qui perd une place. Le CHU de Bordeaux arrive, lui, en troisième position. Quant aux établissements parisiens, ils s'enfoncent un peu plus dans la crise, leur meilleur représentant, l'hôpital Cochin, ne se classant que 14e. La version 2010 du classement du Point a pris en compte les performances des hôpitaux dans 58 domaines médicaux.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:50

Le trésor caché de la Kabylie

eau-kabylie.jpg

L’Algérie qui s’est engagée dans la bataille de l’eau recèle un véritable trésor en Kabylie surtout que les conflits qui marqueront les prochaines décennies auront un rapport direct avec l’eau. Tous les stratèges le disent.

Un milliard de m3 d’eau par année. Des potentialités hydriques à en revendre dorment à Tizi Ouzou. La wilaya recèle des capacités à même d’alimenter aussi bien les populations locales que toutes les autres wilayas du pays. Plusieurs wilayas du pays sont connectées à ces sources d’or bleu et plusieurs autres peuvent encore s’y approvisionner. Les populations locales à travers les 67 communes pourraient être alimentées quotidiennement et à satiété.
Selon un document émanant de l’APW dont L’Expression détient une copie, les quantités mobilisées ne sont estimées qu’à un volume de 191.930.000 m3/année. Une quantité non négligeable qui, sous d’autres cieux, aurait permis d’alimenter plusieurs dizaines de fois la wilaya de Tizi Ouzou. L’équivalent de 65 hm3 du volume global estimé à 181 hm3 des ressources du barrage de Taksebt sont réservées pour les communes de la wilaya. Pourtant, des villages crient encore leur détresse quant au manque d’eau potable.
Il va sans dire que le problème ne réside guère dans les moyens mis par l’Etat afin d’assurer aux populations ce service vital qui, dans d’autres pays, relève du luxe. Des enveloppes financières faramineuses ont été mobilisées dans cet objectif. Pourtant, dans certains villages éloignés, les citoyens recourent encore à l’âne pour s’alimenter depuis les sources traditionnelles, elles aussi abandonnées. La mobilisation des pouvoirs publics ne s’estompe pas pour autant. Plusieurs projets de barrages sont encore en phase d’étude et de finalisation. A Azeffoun, l’étude du barrage de Sidi Khelifa est terminée. Il ne reste que la réalisation dont les travaux débuteront en 2012. Il sera d’une capacité de 21,40 hm3 selon les prévisions de l’Agence nationale des barrages, et transferts en charge du dossier. Dans la commune de Mekla, l’eau de l’oued Boubhir sera retenue dans le barrage de Bounachi. En étude de faisabilité, l’ouvrage sera doté d’une capacité d’alimentation de 30,50 hm3. Pas moins de 43,60 hm3 sont également prévus pour le futur projet de barrage de Zaouïa.
Le projet est localisé dans la commune de Makouda. Rappelons que cette région, qui ouvre sur le littoral, souffre le martyre en matière d’alimentation en eau potable. A l’exception de quelques villages bien lotis à Attouche, tout le reste des populations de cette commune, Boudjima entre autres, souffrent du manque de ce liquide vital.
Par ailleurs et parallèlement à ce foisonnement de projets structurants en matière d’eau, les services concernés trouvent d’énormes difficultés à concrétiser sur le terrain l’application de leurs promesses. Certains chantiers attendent depuis des décennies. Les obstacles ne résident pas dans l’attribution des enveloppes financières nécessaires mais, bien ailleurs. Pour illustrer ce fait, le barrage de Souk N’tleta est l’exemple type. Prévu en 1984, ce dernier demeure encore au stade embryonnaire. Jusqu’à hier, les citoyens concernés par les opérations d’expropriation sont encore en conflit avec la direction de l’hydraulique et l’Anbt. Bientôt trente ans d’attente et les familles n’ont pas encore trouvé écho auprès des parties en question. Alors que les responsables concernés par le projet, estiment que les opérations d’expropriation sont conformes aux lois en vigueur, les citoyens, eux, considèrent qu’ils sont lésés dans leurs droits aux indemnités. Ces aléas, qui bloquent la réalisation de plusieurs projets, s’avèrent avec le temps, nuisibles pour le développement local voire national. Un litige de ce genre n’arrive pas ordinairement dans d’autres pays à retarder la réalisation d’un tel projet pendant une trentaine d’années. Parallèlement à ces aléas, dont la responsabilité est indéniablement partagée entre les représentants des pouvoirs publics et les populations, d’autres facteurs participent, de leur côté, à la mise en veille de toutes les initiatives de redynamisation de la machine économique locale. Dans plusieurs localités, le réseau d’alimentation en eau potable n’a pas été réalisé à cause des oppositions de citoyens. A ce titre, l’exemple le plus édifiant est donné par la région littorale de Tigzirt qui reste encore sans eau. Son alimentation en eau et en gaz de ville se trouve encore compromise par des oppositions de citoyens dans la commune de Makouda.
Dans d’autres communes ce sont les élus locaux, manquant de volonté, qui ne sont guère mobilisés pour se défaire de ce problème épineux. Procédant à des bricolages incessants sur les vieux réseaux, les pertes en eau qui s’en va dans la nature, sont incalculables. C’est pourquoi donc, certaines voix n’hésitent plus à lancer un appel non seulement aux responsables locaux, mais à toutes les populations afin qu’ils prennent conscience du défi qui les attend. Le siècle qui vient sera celui des guerres de l’eau.
L’Algérie qui est en train de réaliser des barrages à travers tout le territoire national aspire à une autosuffisance en la matière. Cela lui garantira son indépendance en la matière. Mais pour relever ce défi, la responsabilité des pouvoirs publics comme des citoyens est engagée. L’eau, c’est la vie et le défi est celui d’un combat pour la vie ou la mort.

Source L’Expression Kamel Boudjadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:49

Ces grandes marques qui investissent le marché algérien - Un problème de foncier récurrent

supermarche.jpg

 

L’Algérie assiste à l’ouverture de ses premiers hypermarchés. Ces grandes surfaces augurent l’émergence d’un nouveau mode de consommation pour une partie des Algériens. Et d’un commerce très transparent, garantissant la traçabilité, la sécurité et la qualité des produits. Finies les appréhensions sur l’origine et les craintes de contrefaçon. On s’aligne sur les normes internationales. L’Algérie tente ainsi de rattraper son retard, en dépit d’un environnement contraint. Grâce à l’initiative d’entrepreneurs privés aux grandes ambitions, représentatifs de cette Algérie qui bouge et qui aspire à une meilleure place dans le concert des nations. Ces pionniers jouent le rôle de lièvres, susceptibles de drainer dans leur course d’autres investisseurs. Mais, n’oublions pas que le développement des hypermarchés reste suspendu à la levée de différentes contraintes. En premier lieu, la question du foncier. L’expansion rapide de la grande distribution en Algérie est subordonnée à l’accès aux terrains et à une révision de la réglementation sur le bail et sur le transfert des royalties. La politique des prix pratiquée sera un facteur également décisif. Moins chers, les produits proposés encourageront une consommation de masse et entretiendront l’engouement des ménages pour ces commerces des ères modernes. Encore faut-il que l’accès aisé aux moyens de transport facilite aussi la tendance.
Par ailleurs, le cas du centre commercial d’El-Qods soulève la question de l’impact et de l’efficacité de l’investissement arabe orienté essentiellement vers l’immobilier. En l’occurrence, le saoudien Sidar, confronté aux dures réalités du marché algérien, devra revoir et améliorer ses plans de développement s’il veut garantir le succès de ses opérations. Il ne faut pas se leurrer également, il faudra plusieurs années pour que se constitue un tissu important d’hypermarchés en Algérie. De quoi soulager les propriétaires de supérettes et les marchands de l’informel. En attendant, l’enjeu pour ces premiers hypermarchés reste de séduire et de fidéliser la clientèle.

LIRE TOUT LE DOSSIER EN CLIQUANT ICI

Source Liberté Khaled R.
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:48

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé mercredi des engagements...

Ban-Ki-moon.jpg

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé mercredi des engagements à hauteur de 40 milliards de dollars pour améliorer la santé des femmes et des enfants dans le monde qui, selon lui, permettront de sauver des millions de vie.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé mercredi des engagements à hauteur de 40 milliards de dollars pour améliorer la santé des femmes et des enfants dans le monde qui, selon lui, permettront de sauver des millions de vie.
"Nous savons ce qui marche pour sauver la vie des femmes et des enfants, et nous savons que les femmes et les enfants sont un élément crucial pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD)", a déclaré le secrétaire général dans un communiqué diffusé au dernier jour du sommet de l'ONU à New York.
Il a souligné que les donateurs -- gouvernements, groupes privés, philanthropes -- avaient fait preuve de "leadership" en permettant de lever 40 milliards de dollars.
Ban Ki-moon a estimé que cette Stratégie globale visant la santé des femmes et des enfants sauverait 16 millions de vies d'ici 2015.
Diminuer la mortalité des femmes pendant la grossesse et au cours des naissances ainsi que les morts prématurées d'enfants de moins de cinq ans sont les deux objectifs qui progressent le plus lentement, parmi les huit OMD fondamentaux fixés en 2000.
Selon l'ONU, dépenser pour les femmes et les enfants réduit la pauvreté, stimule la croissance économique et constitue un droit de l'homme fondamental.
Des pays comme l'Afghanistan et la Zambie -- mais aussi l'Australie, la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l'Allemagne, l'Inde, le Japon, la Russie et les Etats-Unis -- participent à cette initiative.
Les fondations des hommes les plus riches du monde, Bill Gates (Etats-Unis) et Carlos Slim (Mexique), des ONG comme Amnesty International et des multinationales comme The Body Shop, LG Electronics et Pfizer font aussi partie des donateurs.
"Jamais autant (d'hommes et d'organisations) ne se sont réunis pour sauver les vies de femmes et d'enfants", a lancé le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, dont le pays est l'un des plus généreux donateurs dans le monde.
Pour la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, investir dans la santé des femmes et des enfants "mérite d'être en tête de notre ordre du jour de développement".
Selon un communiqué de l'ONU, le résultat positif de l'initiative annoncé mercredi permettra de sauver plus de 15 millions d'enfants de moins de cinq ans entre 2011 et 2015. L'initiative permettra aussi d'éviter 33 millions de grossesses non désirées et d'empêcher que 740.000 femmes meurent de complications liées à la grossesse et à la naissance. En outre, 120 millions d'enfants seront protégés contre la pneumonie.

Source El Watan /  AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:47

Algérie - Les rendez-vous ratés de la diplomatie algérienne

bouteflika

 

La diplomatie algérienne, qui relève depuis plusieurs années du domaine réservé et exclusif du chef de l'Etat, semble floue dans ses contours. L'Algérie avait plus d'un tour dans son sac pour retrouver sa place au lendemain des attaques du 11 septembre 2001.
Le président Bouteflika n’a pas jugé utile de se rendre à la réunion plénière de haut niveau de l’Assemblée générale de l’ONU. Est-ce parce que le sommet des objectifs du Millénaire n’intéresse pas une participation à haut niveau de l’Algérie ? Difficile de le savoir ! La raison : les canaux de la communication officielle sont si hermétiques qu’on ne peut obtenir des explications. Mais plus que cela encore, la diplomatie algérienne, qui relève depuis plusieurs années du domaine réservé et exclusif du chef de l’Etat, semble floue dans ses contours. Si au début des années 2000, le pari était clair pour le président de la République qui devait, et c’était l’un des objectifs dès son premier mandat, replacer l’Algérie sur la scène internationale, les choses ont fini par s’embrouiller au fil des ans. De Crans Montana à Pékin en passant par plusieurs capitales occidentales, et participant à une multitude de forums, Abdelaziz Bouteflika a beaucoup voyagé pour redorer le blason, dit-on, d’un pays qui avait trop souffert de l’isolement, notamment dans les années 1990 où il a eu à combattre seul, dans un environnement international d’incompréhensions, le terrorisme. C’était une sorte d’activisme diplomatique pour redonner de la voix à l’Algérie dans le concert des nations.
Aidé par un bouleversement de la perception de la communauté internationale de la réalité du terrorisme dans notre pays, suite aux attaques du 11 septembre 2001, mais aussi par la remontée des cours de pétrole depuis le début des années 2000, l’Algérie avait plus d’un tour en poche pour retrouver sa place. Sur le plan économique, elle sortait petit à petit de la spirale de l’endettement grâce à la manne des hydrocarbures. L’explosion des prix du pétrole et la bonne santé de la trésorerie rendront le pays davantage fréquentable ou plutôt intéressant. Le ballet diplomatique, visites de chefs d’Etat, de ministres, de délégations d’hommes d’affaires, commencent alors à Alger. Mais au bout de la conclusion de quelques gros contrats pour les sociétés étrangères dans les grands projets d’infrastructures, les choses ne tarderont pas à tourner rond.
L’économie ne décollera pas, le pétrole restera notre unique source de revenu, les premières affaires de corruption commencent à éclater – l’on ne peut pas mesurer la portée des éclats diplomatiques qu’a eus à provoquer la bombe Sonatrach.
Les investissements étrangers ne viendront pas.Sur le plan politique, tout est plombé, les champs d’expression plurielle sont tour à tour fermés. Les droits de l’homme sont bafoués à tel point que l’Algérie a fini par se mettre à dos les ONG internationales. Cela arrive au moment où l’on met plusieurs tours de vis aux lois économiques après avoir autorisé des ouvertures, pour le moins que l’on puisse dire, irréfléchies. Elles résultent de l’échec de la relance de la machine de production nationale et de la panique de voir nos devises partir sous le nez. En somme, les nouvelles lois ne sont pas celles qui attireront des capitaux étrangers.
L’Algérie donne l’image d’un pays qui se referme sur lui-même. Et il est consacré qu’en diplomatie, l’on n’en récolte que les fruits que reflète l’image qu’offre à voir la situation interne d’un pays sur tous les plans. Les critères de croissance, de démocratie avec tout ce que cela implique comme respect des libertés, des droits de l’homme, sont le meilleur ambassadeur qui puisse exister. Quelles ont été les initiatives algériennes qui ont abouti ? Le président a tenté d’introduire vainement des réformes de la Ligue arabe. Le Nepad, sur lequel Bouteflika a beaucoup misé au début, semble subir le même sort parce que butant sur le manque de volonté des pays développés à accompagner l’Afrique dans la solution de ses problèmes. Que dire du projet de l’Union pour la Méditerranée ?
Source El Watan Saïd Rabia

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:43

Polémique sur les Roms: Viviane Reding exprime ses «regrets» mais ne présente pas d’excuses

Viviane-Reding.jpg

 

Viviane Reding a tancé la politique française vis à vis des Roms le mardi 14 septembre, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

EUROPE - La commissaire européenne à la Justice a estimé mardi être sortie «renforcée» de la polémique provoquée par ses critiques virulentes contre les renvois de Roms par la France...

Viviane Reding met les choses au point. «Lorsqu'un homme tape du poing sur la table, c'est jugé viril, il se défend. Si une femme tape du poing sur table elle est hystérique», a-t-elle regretté, signifiant ainsi avoir eu le sentiment d'être vilipendée avec excès.

La commissaire européenne à la Justice Reding s'exprimait au cours d'une conférence de presse au Parlement européen pour sa première intervention publique depuis ses propos controversés du 14 septembre. Elle avait alors menacé Paris de poursuites en justice en comparant les renvois de Roms par Paris avec les déportations de la Deuxième Guerre mondiale. Un parallèle qui lui a valu le courroux de la France et les critiques de tous les dirigeants des pays de l'Union européenne.

Décision le 29 septembre contre la France

Sur le fond en revanche, la plupart des chefs d'Etat et de gouvernement l'avaient soutenue, jugeant que la Commission était dans son droit en demandant des explications à la France.

Interrogée au Parlement européen pour savoir si elle n'était pas trop affaiblie après les critiques à son égard, Viviane Reding a répondu par la négative. «Je pense que cela m'a renforcée» au contraire, a-t-elle dit.

Et sur la forme, elle a seulement réitéré ses «regrets», sans vouloir s'excuser explicitement. Et en laissant entendre que la controverse autour de son parallèle avec la déportation avait peut-être servi d'écran de fumée pour dissimuler le vrai problème sur les renvois de Roms. «J'ai dit (...) que je regrettais beaucoup le fait que mes phrases ont été déformées de telle sorte que certaines personnes se sont senties offensées, probablement pour ne pas se concentrer sur le vrai problème, et à la place de discuter de problèmes annexes n'ayant rien à avoir» avec les Roms, a-t-elle insisté.

Elle a averti que sa volonté restait intacte de vérifier si les renvois de Roms roumains et bulgares par la France n'avaient pas enfreint la législation européenne. La Commission, qui analyse actuellement le cas français, devrait prendre une décision le 29 septembre sur le lancement ou non de deux procédures d'infraction contre la France pour non-respect de la législation européenne.

Source AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:43

3 ans de prison requis par le procureur

arrestation non jeuneurs

Telle a été la condamnation, hier, par le procureur de la République à la fin du procès des deux citoyens âgés respectivement de 34 et 47 ans.

Le procès a eu lieu, hier, au tribunal de l’ex-Michelet au moment où, des dizaines de citoyens observaient un rassemblement afin de signifier leur solidarité avec les deux accusés, mais aussi pour dénoncer ce qu’ils qualifient à l’unanimité, d’atteinte à la liberté de culte et aux libertés individuelles. Le procès s’est ouvert le matin à 9 heures. Les deux citoyens qui étaient à la barre des accusés n’ont aucunement réfuté les faits qui leur sont reprochés, à savoir d’avoir mangé puis bu de l’eau le 12 août dernier, pendant la journée en plein mois de Ramadhan. Ce sur quoi ils ont insisté, par contre, c’est le fait qu’ils étaient à l’intérieur du chantier dans lequel ils travaillaient au moment où ils ont été surpris par deux policiers en train de se désaltérer. Leurs avocats ont abondé dans le même sens tout en s’attardant sur un fait important, à savoir l’inexistence d’un texte de loi interdisant aux Algériens de manger ou de boire le jour pendant le mois de jeûne. Quand on sait que les deux concernés sont de confession chrétienne, on s’interroge s’il ne s’agit pas tout simplement d’une atteinte à la liberté de culte pourtant reconnue, noir sur blanc, dans le texte de loi le plus important du pays: la Constitution. Donc, les avocats ont beaucoup insisté sur cet élément qui innocente de fait leurs clients. Aussi, ils ont nié l’existence d’une quelconque plainte déposée par des citoyens de la région résidant aux alentours de l’endroit où le jeûne n’a pas été observé. L’information de l’existence d’une plainte a été révélée, hier, par le procureur lors de son réquisitoire.

«Je n’ai pas de commentaire à faire»

Le premier responsable de la Justice a refusé de s’exprimer sur le procès des non-jeuneurs. Interrogé, en marge de la séance de vote des ordonnances tenue hier à l’APN, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Belaïz s’est montré réservé. «Je n’ai pas de commentaire à faire sur ce procès», a-t-il répondu aux journalistes. Le ministre justifie son silence par le fait que l’affaire est au niveau du tribunal. A la question de savoir si ce procès est légal où illégal, le ministre dira: «Il y a des magistrats compétents qui vont juger cette question.»

Selon les affirmations du procureur, les deux policiers ayant procédé à l’arrestation des deux «dé-jeûneurs» le 12 août dernier à Aïn El Hammam n’avaient pas agi spontanément, mais suite au dépôt d’une plainte de la part d’un groupe de citoyens que les agissements des accusés dérangeaient!
D’ailleurs, même le procureur a avoué l’inexistence de textes de loi interdisant de manger ou de boire durant le mois de Ramadhan. Mais ce qui semble être à l’origine de cette affaire, c’est le fait que les citoyens auraient mangé de manière ostentatoire. Ceci, bien que les accusés eux-mêmes et leurs avocats, ont affirmé que «l’événement» s’est déroulé à l’intérieur du chantier où ils travaillaient et ce, loin de tout regard. En dépit de toutes ces précisions, le réquisitoire du procureur a été annoncé à la fin du procès: 3 ans de prison ferme. Deux chefs d’inculpation ont été retenus contre les mis en cause: atteinte à l’ordre public et atteinte à la religion musulmane.
Le rassemblement qui s’est déroulé simultanément avec la tenue du procès a duré jusqu’à midi. Etaient présents à ce sit-in, des citoyens anonymes ainsi que des représentants de quelques organisations citoyennes et politiques comme le Congrès mondial amazigh, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie et la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme. Aucune réaction de la part des partis politiques, notamment ceux qui sont représentatifs dans la région n’a été enregistrée. Quant à la population de la wilaya de Tizi Ouzou, elle trouve qu’il est regrettable d’assister à ce genre d’affaires au moment où des défis plus importants dont dépend l’avenir économique de notre pays sont à relever. Le verdict dans cette affaire sera rendu le 5 octobre prochain.
Notons que dans le registre du même genre d’affaires de justice, un autre procès aura lieu le 26 septembre prochain. Des Algériens de confession chrétienne seront présentés devant le tribunal de Larbâa Nath Irathen pour le chef d’inculpation de pratique illicite du christianisme.

Source L’Expression Aomar Mohellebi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:41

Le nouveau barème sera appliqué à compter du 1er janvier 2010

retraites-algeriens.jpg

 

Le montant de l’IRG va baisser pour les retraités, notamment ceux qui perçoivent une pension supérieure à 20 000 DA. Cette baisse aura un effet rétroactif, puisqu’elle sera appliquée à compter du 1er janvier 2010 : les retraités concernés se verront rembourser par la CNR le «trop versé».
Pour rappel, dans «Le Soir retraite» du mercredi 21 juillet 2010, nous avions annoncé que la prochaine loi de finances complémentaire (LFC) 2010 sera porteuse d’une disposition relative à une baisse de l’impôt sur le revenu global (IRG) pour certaines catégories de retraités. C’était une revendication de nombreux retraités, plus particulièrement ceux qui perçoivent une pension autour de 20 000 DA et qui avaient été lésés lors des revalorisations annuelles de 2009 et 2010. Cette revendication avait été portée par la FNTR et dans ces colonnes, nous avions publié à plusieurs reprises des articles et des courriers des lecteurs à ce sujet. L’annonce de cette révision à la baisse avait été faite mercredi 21 juillet par le gouvernement. Ce dernier a élevé le plafond des pensions jusqu’à 40 000 DA pour les retraités pouvant bénéficier de réduction de l’IRG. Pour être précis, cette réduction concerne les catégories comprises entre 20 000 et 40 000 DA. Toujours selon le gouvernement, le gain moyen serait de 900 DA par mois pour les retraités concernés. Une des répercussions attendues de cette mesure – qui n’est que justice sociale —, c’est que la situation des 20 000 retraités n’ayant pas bénéficié de la revalorisation annuelle de 5% en 2009 sera régularisée à travers la LFC 2010. Ces 20 000 personnes auront un rappel à partir de mai 2009.
Un taux d’abattement de 10 à 80%
Mais il a fallu attendre la publication de cette LFC 2010 au Journal officielpour en savoir plus, ce qui fut fait dans le n°49 du 29 août 2010, à travers l’ordonnance n°10-01 du 26 août 2010 portant loi de finances complémentaire pour 2010, dont voici ci-dessous les articles concernant la baisse de l’IRG. L’article 104 mentionne que «L’impôt sur le revenu global................. sans changement jusqu’à 1 500 DA/mois. En outre, les revenus des travailleurs handicapés moteurs, mentaux, non-voyants ou sourdsmuets, ainsi que les travailleurs retraités du régime général bénéficient d’un abattement supplémentaire sur le montant de l’impôt sur le revenu global (IRG), dans la limite de 1 000 DA par mois, égal à : 80% pour un revenu supérieur ou égal à 20 000 DA et inférieur à 25 000 DA ; 60% pour un revenu supérieur ou égal à 25 000 DA et inférieur à 30 000 DA ; 30% pour un revenu supérieur ou égal à 30 000 DA et inférieur à 35 000 DA ; et 10% pour un revenu supérieur ou égal à 35 000 DA et inférieur à 40 000 DA. L’article 3 précise que «les dispositions spécifiques relatives à l’abattement de l’IRG visé à l’article précédent s’appliquent à compter du 1er janvier 2010». Aux lecteurs concernés de nous écrire pour nous faire part des retombées concrètes de ces dispositions et de nous signaler tout retard ou mauvaise application de cette mesure.
Source Le Soir d’Algérie - Djilali Hadjadj

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:41

Santé - Cancer et la qualité de vie : Les bienfaits du Yoga

Yoga.jpg

Le yoga améliore nettement le sommeil et la qualité de vie des survivants du cancer, révèle l’étude clinique la plus étendue, conduite à ce jour pour mesurer les effets de cette discipline sur ces patients, dont les résultats ont été présentés jeudi.« Très peu, sinon aucun traitement, n’est efficace très longtemps pour régler les troubles du sommeil et la fatigue dont souffrent les survivants du cancer », est-il expliqué. Cette étude a été présentée lors d’une conférence de presse téléphonique organisée par l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) en prélude à sa conférence annuelle devant se dérouler du 4 au 8 juin à Chicago. Les problèmes du sommeil et la fatigue sont les effets secondaires les plus fréquents affectant les personnes ayant survécu à un cancer, des troubles qui peuvent altérer leur qualité de vie. Quelque 80% des patients font part de difficultés à dormir durant leur traitement anticancéreux et jusqu’à 65% signalent ce problème après la fin de leur thérapie.

 L’étude clinique a été menée avec 410 survivants du cancer dont la maladie avait été détectée au tout premier stade. Quelque 96% étaient des femmes, dont 75% avaient eu un cancer du sein. Ces patients ont fait part de troubles du sommeil dans une période allant de 2 à 24 mois après la fin de leur thérapie anticancéreuse. La moitié des participants a été traitée avec des somnifères tandis que l’autre partie a suivi, en plus, un programme de yoga de quatre semaines à raison de deux séances hebdomadaires. Ce programme a consisté en des exercices de méditation, de respiration et de positions assise, allongée et debout. 22% des patients ayant pratiqué le yoga ont fait part d’une nette amélioration de la qualité de leur sommeil contre 12% dans le groupe témoin.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0