Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:43

Polémique sur les Roms: Viviane Reding exprime ses «regrets» mais ne présente pas d’excuses

Viviane-Reding.jpg

 

Viviane Reding a tancé la politique française vis à vis des Roms le mardi 14 septembre, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

EUROPE - La commissaire européenne à la Justice a estimé mardi être sortie «renforcée» de la polémique provoquée par ses critiques virulentes contre les renvois de Roms par la France...

Viviane Reding met les choses au point. «Lorsqu'un homme tape du poing sur la table, c'est jugé viril, il se défend. Si une femme tape du poing sur table elle est hystérique», a-t-elle regretté, signifiant ainsi avoir eu le sentiment d'être vilipendée avec excès.

La commissaire européenne à la Justice Reding s'exprimait au cours d'une conférence de presse au Parlement européen pour sa première intervention publique depuis ses propos controversés du 14 septembre. Elle avait alors menacé Paris de poursuites en justice en comparant les renvois de Roms par Paris avec les déportations de la Deuxième Guerre mondiale. Un parallèle qui lui a valu le courroux de la France et les critiques de tous les dirigeants des pays de l'Union européenne.

Décision le 29 septembre contre la France

Sur le fond en revanche, la plupart des chefs d'Etat et de gouvernement l'avaient soutenue, jugeant que la Commission était dans son droit en demandant des explications à la France.

Interrogée au Parlement européen pour savoir si elle n'était pas trop affaiblie après les critiques à son égard, Viviane Reding a répondu par la négative. «Je pense que cela m'a renforcée» au contraire, a-t-elle dit.

Et sur la forme, elle a seulement réitéré ses «regrets», sans vouloir s'excuser explicitement. Et en laissant entendre que la controverse autour de son parallèle avec la déportation avait peut-être servi d'écran de fumée pour dissimuler le vrai problème sur les renvois de Roms. «J'ai dit (...) que je regrettais beaucoup le fait que mes phrases ont été déformées de telle sorte que certaines personnes se sont senties offensées, probablement pour ne pas se concentrer sur le vrai problème, et à la place de discuter de problèmes annexes n'ayant rien à avoir» avec les Roms, a-t-elle insisté.

Elle a averti que sa volonté restait intacte de vérifier si les renvois de Roms roumains et bulgares par la France n'avaient pas enfreint la législation européenne. La Commission, qui analyse actuellement le cas français, devrait prendre une décision le 29 septembre sur le lancement ou non de deux procédures d'infraction contre la France pour non-respect de la législation européenne.

Source AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:43

3 ans de prison requis par le procureur

arrestation non jeuneurs

Telle a été la condamnation, hier, par le procureur de la République à la fin du procès des deux citoyens âgés respectivement de 34 et 47 ans.

Le procès a eu lieu, hier, au tribunal de l’ex-Michelet au moment où, des dizaines de citoyens observaient un rassemblement afin de signifier leur solidarité avec les deux accusés, mais aussi pour dénoncer ce qu’ils qualifient à l’unanimité, d’atteinte à la liberté de culte et aux libertés individuelles. Le procès s’est ouvert le matin à 9 heures. Les deux citoyens qui étaient à la barre des accusés n’ont aucunement réfuté les faits qui leur sont reprochés, à savoir d’avoir mangé puis bu de l’eau le 12 août dernier, pendant la journée en plein mois de Ramadhan. Ce sur quoi ils ont insisté, par contre, c’est le fait qu’ils étaient à l’intérieur du chantier dans lequel ils travaillaient au moment où ils ont été surpris par deux policiers en train de se désaltérer. Leurs avocats ont abondé dans le même sens tout en s’attardant sur un fait important, à savoir l’inexistence d’un texte de loi interdisant aux Algériens de manger ou de boire le jour pendant le mois de jeûne. Quand on sait que les deux concernés sont de confession chrétienne, on s’interroge s’il ne s’agit pas tout simplement d’une atteinte à la liberté de culte pourtant reconnue, noir sur blanc, dans le texte de loi le plus important du pays: la Constitution. Donc, les avocats ont beaucoup insisté sur cet élément qui innocente de fait leurs clients. Aussi, ils ont nié l’existence d’une quelconque plainte déposée par des citoyens de la région résidant aux alentours de l’endroit où le jeûne n’a pas été observé. L’information de l’existence d’une plainte a été révélée, hier, par le procureur lors de son réquisitoire.

«Je n’ai pas de commentaire à faire»

Le premier responsable de la Justice a refusé de s’exprimer sur le procès des non-jeuneurs. Interrogé, en marge de la séance de vote des ordonnances tenue hier à l’APN, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Belaïz s’est montré réservé. «Je n’ai pas de commentaire à faire sur ce procès», a-t-il répondu aux journalistes. Le ministre justifie son silence par le fait que l’affaire est au niveau du tribunal. A la question de savoir si ce procès est légal où illégal, le ministre dira: «Il y a des magistrats compétents qui vont juger cette question.»

Selon les affirmations du procureur, les deux policiers ayant procédé à l’arrestation des deux «dé-jeûneurs» le 12 août dernier à Aïn El Hammam n’avaient pas agi spontanément, mais suite au dépôt d’une plainte de la part d’un groupe de citoyens que les agissements des accusés dérangeaient!
D’ailleurs, même le procureur a avoué l’inexistence de textes de loi interdisant de manger ou de boire durant le mois de Ramadhan. Mais ce qui semble être à l’origine de cette affaire, c’est le fait que les citoyens auraient mangé de manière ostentatoire. Ceci, bien que les accusés eux-mêmes et leurs avocats, ont affirmé que «l’événement» s’est déroulé à l’intérieur du chantier où ils travaillaient et ce, loin de tout regard. En dépit de toutes ces précisions, le réquisitoire du procureur a été annoncé à la fin du procès: 3 ans de prison ferme. Deux chefs d’inculpation ont été retenus contre les mis en cause: atteinte à l’ordre public et atteinte à la religion musulmane.
Le rassemblement qui s’est déroulé simultanément avec la tenue du procès a duré jusqu’à midi. Etaient présents à ce sit-in, des citoyens anonymes ainsi que des représentants de quelques organisations citoyennes et politiques comme le Congrès mondial amazigh, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie et la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme. Aucune réaction de la part des partis politiques, notamment ceux qui sont représentatifs dans la région n’a été enregistrée. Quant à la population de la wilaya de Tizi Ouzou, elle trouve qu’il est regrettable d’assister à ce genre d’affaires au moment où des défis plus importants dont dépend l’avenir économique de notre pays sont à relever. Le verdict dans cette affaire sera rendu le 5 octobre prochain.
Notons que dans le registre du même genre d’affaires de justice, un autre procès aura lieu le 26 septembre prochain. Des Algériens de confession chrétienne seront présentés devant le tribunal de Larbâa Nath Irathen pour le chef d’inculpation de pratique illicite du christianisme.

Source L’Expression Aomar Mohellebi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:41

Le nouveau barème sera appliqué à compter du 1er janvier 2010

retraites-algeriens.jpg

 

Le montant de l’IRG va baisser pour les retraités, notamment ceux qui perçoivent une pension supérieure à 20 000 DA. Cette baisse aura un effet rétroactif, puisqu’elle sera appliquée à compter du 1er janvier 2010 : les retraités concernés se verront rembourser par la CNR le «trop versé».
Pour rappel, dans «Le Soir retraite» du mercredi 21 juillet 2010, nous avions annoncé que la prochaine loi de finances complémentaire (LFC) 2010 sera porteuse d’une disposition relative à une baisse de l’impôt sur le revenu global (IRG) pour certaines catégories de retraités. C’était une revendication de nombreux retraités, plus particulièrement ceux qui perçoivent une pension autour de 20 000 DA et qui avaient été lésés lors des revalorisations annuelles de 2009 et 2010. Cette revendication avait été portée par la FNTR et dans ces colonnes, nous avions publié à plusieurs reprises des articles et des courriers des lecteurs à ce sujet. L’annonce de cette révision à la baisse avait été faite mercredi 21 juillet par le gouvernement. Ce dernier a élevé le plafond des pensions jusqu’à 40 000 DA pour les retraités pouvant bénéficier de réduction de l’IRG. Pour être précis, cette réduction concerne les catégories comprises entre 20 000 et 40 000 DA. Toujours selon le gouvernement, le gain moyen serait de 900 DA par mois pour les retraités concernés. Une des répercussions attendues de cette mesure – qui n’est que justice sociale —, c’est que la situation des 20 000 retraités n’ayant pas bénéficié de la revalorisation annuelle de 5% en 2009 sera régularisée à travers la LFC 2010. Ces 20 000 personnes auront un rappel à partir de mai 2009.
Un taux d’abattement de 10 à 80%
Mais il a fallu attendre la publication de cette LFC 2010 au Journal officielpour en savoir plus, ce qui fut fait dans le n°49 du 29 août 2010, à travers l’ordonnance n°10-01 du 26 août 2010 portant loi de finances complémentaire pour 2010, dont voici ci-dessous les articles concernant la baisse de l’IRG. L’article 104 mentionne que «L’impôt sur le revenu global................. sans changement jusqu’à 1 500 DA/mois. En outre, les revenus des travailleurs handicapés moteurs, mentaux, non-voyants ou sourdsmuets, ainsi que les travailleurs retraités du régime général bénéficient d’un abattement supplémentaire sur le montant de l’impôt sur le revenu global (IRG), dans la limite de 1 000 DA par mois, égal à : 80% pour un revenu supérieur ou égal à 20 000 DA et inférieur à 25 000 DA ; 60% pour un revenu supérieur ou égal à 25 000 DA et inférieur à 30 000 DA ; 30% pour un revenu supérieur ou égal à 30 000 DA et inférieur à 35 000 DA ; et 10% pour un revenu supérieur ou égal à 35 000 DA et inférieur à 40 000 DA. L’article 3 précise que «les dispositions spécifiques relatives à l’abattement de l’IRG visé à l’article précédent s’appliquent à compter du 1er janvier 2010». Aux lecteurs concernés de nous écrire pour nous faire part des retombées concrètes de ces dispositions et de nous signaler tout retard ou mauvaise application de cette mesure.
Source Le Soir d’Algérie - Djilali Hadjadj

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:41

Santé - Cancer et la qualité de vie : Les bienfaits du Yoga

Yoga.jpg

Le yoga améliore nettement le sommeil et la qualité de vie des survivants du cancer, révèle l’étude clinique la plus étendue, conduite à ce jour pour mesurer les effets de cette discipline sur ces patients, dont les résultats ont été présentés jeudi.« Très peu, sinon aucun traitement, n’est efficace très longtemps pour régler les troubles du sommeil et la fatigue dont souffrent les survivants du cancer », est-il expliqué. Cette étude a été présentée lors d’une conférence de presse téléphonique organisée par l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) en prélude à sa conférence annuelle devant se dérouler du 4 au 8 juin à Chicago. Les problèmes du sommeil et la fatigue sont les effets secondaires les plus fréquents affectant les personnes ayant survécu à un cancer, des troubles qui peuvent altérer leur qualité de vie. Quelque 80% des patients font part de difficultés à dormir durant leur traitement anticancéreux et jusqu’à 65% signalent ce problème après la fin de leur thérapie.

 L’étude clinique a été menée avec 410 survivants du cancer dont la maladie avait été détectée au tout premier stade. Quelque 96% étaient des femmes, dont 75% avaient eu un cancer du sein. Ces patients ont fait part de troubles du sommeil dans une période allant de 2 à 24 mois après la fin de leur thérapie anticancéreuse. La moitié des participants a été traitée avec des somnifères tandis que l’autre partie a suivi, en plus, un programme de yoga de quatre semaines à raison de deux séances hebdomadaires. Ce programme a consisté en des exercices de méditation, de respiration et de positions assise, allongée et debout. 22% des patients ayant pratiqué le yoga ont fait part d’une nette amélioration de la qualité de leur sommeil contre 12% dans le groupe témoin.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:06

Algérie - Ain Taya : Les plages attendent les estivants

ain_taya.jpg

 

La commune de Ain Taya (Est d'Alger) maintient toujours l'éclat de ses plages devenues une référence pour les estivants. La côte Est à l'eau verte et très profonde continue ainsi de rivaliser avec la côte Ouest caractérisée par les plages à l'eau bleue mais peu profonde.

Plage les Cigognes. la brise marine chatouille les narines. Cette petite plage au sable fin ne semblait pas avoir renoué avec l'ambiance estivale. En ce jour de semaine, seuls quelques enfants se barbouillaient au bord de mer. Certains étaient dotés de leurs bouées, d'autres plus âgés se contentaient de faire une légère trempette juste pour se rafraîchir.

Sur place, les parasols ont déjà été installés. Le jeune homme qui s'en occupe, les propose entre 100 et 150 DA l'unité pour toute la journée. «C'est mon gagne pain durant l'été », dit-il. Et d'avouer: «Je fais cela de ma propre initiative, mon activité n'a pas été légalisée par l'APC ».

La plage a également été dotée de benne à ordures pour préserver l'environnement de la pollution et inciter les citoyens et particulièrement les enfants à y jeter leurs restes. En plus, deux agents chargés du nettoyage de la plage ont été engagés par l'agence pour la promotion et la protection du littoral algérois (APPL) pour effectuer les travaux d'assainissements. Ils sont aidés par les propriétaires des parasols qui se chargent aussi de la sécurité des baigneurs en plus des maîtres nageurs qui surveillent de près les baigneurs.

Plage de Tamenfoust Est. Ici seuls quelques estivants savourent le calme du site à peine troublé par le ressac des vagues. Là, les parasols sont loués à 150 DA l'unité. Pour ceux qui souhaitent une table et des chaises, ils devront débourser la somme de 450 DA. Leurs propriétaires ont bien équipé cette plage pour attirer les estivants, particulièrement les familles. En outre, le client peut louer un pédalo à 400 DA l'heure ou choisir une virée sur une planche à voile pour 100 DA l'heure. «Notre objectif est d'attirer le maximum d'estivants pour sauvegarder la réputation de nos plages», souligne l'un des jeunes chargés des prestations au niveau de la plage.

A Tamenfoust Ouest, la petite plage a été squattée par des jeunes. Casquette sur la tête, cigarettes au coin de la bouche, Amine, Lotfi, Mohamed et leur chien font face à la mer, le regard porté vers l'horizon. Ils affectionnent particulièrement cette petite plage pas très  fréquentée par les familles, pour s'évader et oublier leur quotidien «morose», comme ils l'ont qualifié.

Au niveau du port de Tamenfoust, plusieurs voitures luxueuses sont garées dans le parking payant. Les clients au niveau de plate-forme, sont venus déguster quelques spécialités fruits de mer. A quelques mètres de là un petit balcon donne sur la mer. Ici, plusieurs personnes profitent pour prendre des photos souvenir avec un arrière plan sur la baie d'Alger enjolivée par la grande bleue paisible et aguicheuse. Ceux qui admirent ce tableau, plongent dans un silence méditatif. Un calme qui ne va pas durer. «Vers la fin juin début juillet il faut venir très tôt le matin pour dénicher une place», affirme le gardien du parking, un ancien pêcheur. En sortant du port, plusieurs villas à l'architecture grandiloquente ont été érigées à même la plage. Leurs imposantes architectures attirent les regards même des plus indifférents.

Source Horizons Rym Harhoura.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 10:02

Paris sollicite l’aide d’Alger

coucher-soleil seine

 

Le porte-parole du Quai d’Orsay a affirmé hier que la France entretient avec l’Algérie, un pays qui est fermement engagé contre le terrorisme au Sahel, un dialogue étroit à tous les niveaux.

Etat d’alerte en France. Le risque d’attentat s’est accru et la menace terroriste est réelle depuis jeudi dernier. Le constat est rappelé hier par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux,. «Notre vigilance est renforcée», précise le ministre qui rappelle que le plan Vigipirate restait activé au niveau rouge, avant-dernier échelon avant le niveau écarlate, déclenché en cas de risque d’attentat imminent.
Selon des informations rapportées par les médias locaux, les services de renseignement intérieur (Dcri) ont appris dans la nuit de mercredi à jeudi qu’une femme kamikaze s’apprêtait à commettre un acte terroriste à Paris, dans la journée. «Il s’agit d’une menace dont on pouvait penser qu’elle visait les transports» précise une source au ministère de l’Intérieur.
L’inquiétude se fonde «sur la base d’un renseignement venu d’un pays ami avec lequel la France travaille très régulièrement», selon lequel Aqmi «ferait peser une menace imminente d’attentat sur le territoire national», a précisé la source de sécurité. Selon une autre source proche du ministère français de l’Intérieur, citée par l’AFP, le renseignement aurait été transmis par l’Algérie. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le sujet. Interrogés par l’AFP, les services de renseignement estiment que les éléments en leur possession portent la menace à un «très haut niveau». «On ne sait pas quand et où l’attentat aura lieu, mais on sait qu’il aura lieu», a affirmé un responsable, sous couvert de l’anonymat.
La crise sécuritaire à laquelle fait face la France a, paraît-il, renforcé la coopération entre les deux pays en matière d’échange d’information. Selon le quotidien national Le Jeune Indépendant, citant «un haut responsable sécuritaire algérien qui est très au fait du dossier», la France a sollicité l’aide militaire de l’Algérie pour tenter de retrouver ses cinq ressortissants enlevés au Niger. Les militaires algériens postés près des frontières avec le Niger et le Mali sont «en état d’alerte maximale» et «de nouvelles troupes ont été dépêchées pour prêter main forte aux soldats du dispositif militaire en place», ajoute le journal rappelant qu’une délégation militaire française de haut rang avait séjourné en Algérie le 1er août dernier pour des discussions avec les autorités militaires algériennes dans la perspective d’une coopération militaire dans la région. Hier, le porte-parole du Quai d’Orsay, interrogé sur la coopération entretenue avec l’Algérie au sujet de la recherche de ces otages, confirmera à demi-mot cette information:
«Nous entretenons avec l’Algérie, un pays qui est fermement engagé contre le terrorisme au Sahel, un dialogue étroit à tous les niveaux», précise-t-il. L’Algérie a toujours entretenu une position de principe, rejetant toute ingérence étrangère dans la région. Un avis qui n’est pas partagé par nos voisins, notamment le Mali et le Niger. Notre pays a proposé la création d’une unité de défense régionale qui sera composée par les pays du Sahel, et fera surtout barrage à l’intervention militaire des occidentaux, notamment des Américains et des Européens pour traquer les terroristes d’Al Qaîda au Maghreb.
Concernant la menace sur le territoire français, les responsables de la lutte antiterroriste s’inquiètent du récent retour en France de jeunes volontaires européens partis s’entraîner et combattre dans la zone pakistano-afghane et en Irak. Deux réseaux jihadistes distincts, qui étaient dormants, repérés et disposant de moyens financiers en France, se seraient récemment réveillés.
La menace d’un attentat-suicide n’est pas la seule crainte des services français, qui semblent aussi redouter une action ciblée contre une personnalité symbolique. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, fait ainsi l’objet d’une protection rapprochée depuis jeudi soir. Trois personnes relevant du Service de protection des hautes personnalités (Sphp) sont chargées de sa sécurité, pour une durée qui n’a pas été précisée. Selon une source proche du ministère de l’Intérieur, citée par la presse française, cette mesure «n’est pas liée au renforcement de la menace, mais tout le monde se souvient que la série des attentats de 1995 a débuté avec l’assassinat de l’imam Sahraoui». Le 11 juillet 1995, Abdelbaki Sahraoui, imam modéré de la mosquée de la rue Myrha, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, était tué par balles en compagnie de son secrétaire particulier, par deux hommes qui n’ont jamais été identifiés.

Source L’Expression Achira Mammeri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 10:00

Paris recherche une femme kamikaze

laicite

L’inquiétude de Paris fait suite à un renseignement fourni par un pays ami. Une source proche  de l’Intérieur français a précisé que le renseignement a été transmis par l’Algérie.

Les services de renseignement français sont sur les dents. Ils sont à la recherche d’une femme terroriste, vraisemblablement d’origine algérienne, qui s’apprête à commettre un attentat kamikaze à Paris. L’alerte a été relevée au niveau rouge en raison de la menace “réelle”, selon le ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Une enquête est ouverte sur la possibilité d’un attentat suicide. Aucune précision, cependant, sur la personne ciblée par les recherches ni sur l’endroit possible de l’attentat. Certaines sources évoquent l’éventualité d’un attentat contre les transports.
Le responsable français a déclaré, hier, que “la menace est réelle, notre vigilance est renforcée”, en rappelant que le plan Vigipirate est activé au niveau rouge, considérant que “la menace est imminente”, selon une source des renseignements français cité par l’AFP.
Le chef du contre-espionnage français a été plus alarmant en évoquant “une menace terroriste majeure”.
L’inquiétude de Paris fait suite à un renseignement fourni par un pays ami avec lequel la France travaille très régulièrement, selon la source sécuritaire de l’AFP. Une source proche de l’Intérieur français a précisé que le renseignement a été transmis par l’Algérie.
La menace est prise très au sérieux par les autorités françaises, d’autant plus que Paris a, depuis quelque temps, été destinataire de messages clairs de la part de l’Aqmi, groupe terroriste très actif dans la région du Sahel. Les menaces se sont intensifiées et ciblaient le président français, Nicolas Sarkozy, dont la politique interne et les engagements militaires à l’étranger sont considérés comme un combat contre l’islam et les musulmans. “Vous avez manqué une occasion et ouvert la porte de l’horreur pour vous et votre pays”, avait ouvertement menacé l’Aqmi dans un message après le raid d’un commando français, avec l’armée mauritanienne, en juillet, contre un groupe de l’Aqmi dans le territoire malien. Le groupe terroriste a promis de venger les sept victimes et de porter le combat sur le territoire français.
Jeudi, sept employés d’Areva, dont cinq Français, ont été enlevés au Niger et seraient, selon des informations qui restent à vérifier, transférés au Mali par leurs ravisseurs. Mardi soir, la Tour Eiffel et la station de Saint-Michel, à Paris, ont été évacuées après des alertes à la bombe.
Par ailleurs, le recteur de la Mosquée de Paris fait l’objet d’une protection rapprochée. Il est évident que le religieux est menacé en raison de ses positions, notamment sur la question de la burqa dans les lieux publics, dont la loi d’interdiction a été adoptée le 14 septembre dernier.
S’il est, désormais, certain que l’auteur de l’attentat-suicide projeté est identifié comme étant une femme, on soupçonne la réactivation d’au moins deux réseaux
dormants, qui se sont renforcés par l’arrivée d’autres extrémistes en provenance du Pakistan et de l’Afghanistan.
Il est, cependant, à se demander
comment les services français ont perdu la trace des éléments de ces réseaux, sachant que le pays était sous le coup d’une menace même s’il a été épargné depuis 1995.
La France s’alarme, s’inquiète du risque d’un attentat, mais le gouvernement, sur un tout autre plan, peut souffler après  les scandales en cascades, les réformes
et les lois qui ont augmenté sa cote  d’impopularité.

 Source Liberté : Djilali Benyoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:59

La DS3 (DS pour Different Spirit) vient de faire son entrée sur le marché national de l’automobile.

DS3.jpg

 

Le lancement commercial de cette berline de luxe a eu lieu mardi dernier au siège de Saïda Citroën à Réghaïa (Alger). Ce premier modèle de la ligne DS, (on attend la DS 4 et DS 5 pour 2011), se distingue par une robe moderne assortie d’un vaste programme de personnalisation. La carrosserie de cette nouvelle venue aux allures de coupé, se distingue par quelques traits de style originaux tels qu’un toit qui semble flotter au-dessus de l’habitacle, un pied milieu en aileron de requin et des écopes avant garnies de diodes. La DS3 se démarque aussi et surtout par un innovant programme de personnalisation qui permet de se concocter une voiture sur mesure. Ainsi donc, toit, caisse, coques de rétroviseurs et roues sont autant de zones extérieures personnalisables pour faire de la DS3 un véhicule à son image.

A bord, le bandeau de planche de bord, le pommeau de levier de vitesse et bien d’autres éléments intérieurs s’habillent de nombreuses couleurs, tissus ou matériaux. Et pour aller encore plus loin, plusieurs thèmes de personnalisation, qui reflètent des tendances et styles de vie, sont proposés. La DS3 innove en révélant aussi une vocation de berline polyvalente, que sa silhouette ne laisse pas forcément présager. Pour exploiter pleinement ses 3,95 m de long, 1,71 m de large et 1,46 m de haut, elle est dotée d’une architecture particulièrement intelligente : la planche de bord est surélevée pour privilégier l’espace aux jambes, tandis que les sièges minces et la ligne arrière favorisent l’espace arrière.

Autant de choix de conception qui permettent à la DS3 de proposer 5 vraies places, des rangements multiples ainsi qu’un coffre de 285 litres, rendu modulable par une banquette rabattable 2/3-1/3. Dès le premier niveau d’équipement, la DS3 reçoit également divers équipements d’aide à la conduite comme le régulateur/limiteur de vitesses ou encore l’indicateur de changement de rapport, qui préconise les changements pour une conduite à la fois plus économique et plus écologique. Ne négligeant aucunement le côté sécurité, la DS3 est proposée avec une multitude d’équipements dédiés à ce volet. On peut citer à titre d’exemple l’ABS, AFU, REF et ESP, la direction assistée variable, les airbags passagers, conducteur, thorax et rideaux ou encore le radar de recul arrière, en sus des phares antibrouillard et l’éclairage LED à l’avant.

Pour encore plus de confort de conduite, les concepteurs de ce nouveau-né l’ont doté d’un ordinateur de bord, de la climatisation automatique, des rétroviseurs électriques, des vitres arrière surteintées et des lève- vitres avant séquentiels. La DS3 est dotée également du hifi system qui vous permet un traitement acoustique de très haut niveau, contribuant à créer une ambiance feutrée. Un système audio CD compatible avec les fichiers mp3/WMA, mais aussi un kit mains libres bluetooth s’ajoute à cette panoplie d’instruments. Côté propulsion, la DS3 est équipée, pour notre marché, du seul moteur 1.4 essence VTi développant 95 ch à 6000 tr/mn pour un couple maxi de 135 Nm à 4000 tr/mn.

Ce moteur sera couplé à une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports. Pour la tarification, la DS3 est facturée à 1 970 000 DA auquel il faut ajouter la nouvelle taxe sur les véhicules neufs (TVN) qui est de l’ordre de 70 000 DA. De plus en plus d’informations sur son comportement routier, sa motorisation et ses différents équipements vous seront communiqués lors des essais que nous allons organiser, pour vous, dans les prochains jours.
Source El Watan Nadir Kerri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:58

Algérie - Quand la pratique de l’islam devient un calvaire pour les Algériens

omra-enfer.jpg

 

Depuis quelques jours, des milliers d’Algériens partis effectuer la Omra en Arabie Saoudite vivent un véritable calvaire. Air Algérie, la compagnie nationale qui exerce un monopole absolu sur le ciel algérien, a encore une fois raté l’opération Omra 2010. Plus de 3500 Algériens, qui ont fait la Omra durant ramadhan, sont toujours bloqués aux aéroports saoudiens de Djeddah et de El Madina faute d’avions. Certains ont dépensé tout leur argent et sont donc dépendants de « la générosité » des passagers saoudiens et d’autres pays musulmans.
Ce blocage a entraîné le décès, selon le quotidien El Khabar, de Aicha Benmessaoud de Ain Salah. La défunte, âgée de 55 ans, est morte d’un malaise cardiaque. Les malheureux passagers, pour la plupart des personnes âgées issues du Sud du pays, dorment sur des cartons. Ils attendent la visite du consul d’Algérie à Djeddah. Une visite qui tarde à venir.
Le calvaire ne s’arrête pas là. Les autorités de Médine viennent de demander à la direction d'Air Algérie d'évacuer tous les passagers en souffrance sous 24 heures. Ces autorités savent pertinemment que les justificatifs de la compagnie aérienne algérienne ne sont pas recevables. Cette compagnie n’a présenté aucune excuse aux personnes prises en otage à Medine et Djeddah en raison de retards incompréhensibles.
La désorganisation logistique qui entoure la Omra et El Hadj est devenue presque systématique. Chaque année, les mêmes protestations sont émises par les Algériens qui se rendent aux lieux saints de l’Islam. Pour un temps, le gouvernement a accusé les agences privées d’être à l’origine de la faillite. La création d’un office qui s’occupe du Hadj n’a pourtant pas réglé les problèmes. Au contraire, les procédures sont devenues plus complexes et plus bureaucratiques.
Autre pratique religieuse, autre période pénible pour les Algériens. Comme c’est le cas depuis maintenant de nombreuses années, le mois de ramadhan qui vient de s’achever a été dur pour les Algériens. En plus de la chaleur, des coupures d’électricité et du manque d’eau, les familles ont souffert de la cherté des produits alimentaires indispensables pour préparer le repas du soir. Malgré les promesses du gouvernement, les mécanismes de la régulation commerciale n’ont pas fonctionné. Au marché, la flambée des prix n’a pas baissé. Faire le jeûne, devoir religieux dans un pays où l’islam est religion d’Etat, est devenu très éprouvant.

Le calvaire des fidèles ne s’est pas limité à la cherté de la vie. A la veille de l’Aïd el Fitr, le ministère des Affaires religieux a créé une véritable confusion. Comme l’Aïd coïncidait avec le vendredi, le département de Gholamallah Bouabdallah a cru bon d’envoyer une instruction aux imams leur ordonnant d’assurer les deux prières, celle de l’Aïd, le matin, et celle du vendredi, la mi-journée. Certains imams n’ont pas appliqué cette instruction, se basant sur des règles islamiques qui prévoient que la prière de l’Aïd annule celle du vendredi, lors que la fête de la fin du ramadhan coïncide avec le jour du repos des musulmans.
Ces règles ont été respectées les années précédentes. La « fetwa » administrative du ministère des Affaires religieuses a ajouté à l’embarras des fidèles comme si l’épreuve difficile du carême n’était pas suffisante.
Autant donc dire que la pratique religieuse des Algériens n’est pas de tout repos. Dans un pays où l’islam est religion d’Etat, c’est une situation paradoxale. Une des conséquences d'une faillite généralisée de la gouvernance.

Source TSA

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:57

Algérie - Mascara : Jean-Pierre Chevènement hôte de la ville de Sig

jp chevenement

Jean-Pierre Chevènement a entamé son déplacement à Sig par la visite du siège de l’APC, réalisé à l’époque coloniale, avant de se rendre au jardin public, situé au cœur de la ville 

Jean-Pierre Chevènement, l’ancien ministre d’État et Sénateur du territoire de Belfort en France, a effectué, dans la matinée de ce lundi 20 septembre, une visite dans la commune de Sig, à 45 km de Mascara. 

Il était accompagné par MM. Jean-Louis Soriano et Diégo Colas, respectivement Consul général de France à Oran et Ministre conseiller de l’Ambassade de France en Algérie. 

Les hôtes de la ville des olives ont été accueillis au siège de l’hôtel de ville par le président de l’APC, M. Benyettou Habib.

M. Jean-Pierre Chevènement a entamé son déplacement à Sig par la visite du siège de l’APC, réalisé à l’époque coloniale, avant de se rendre au jardin public, situé au cœur de la ville.

Mettant à profit sa présence à Sig, l’ex-Saint-Denis-Du-Sig, le sénateur français a visite l’hôpital de la ville, une structure qui faisait office de caserne à l’époque coloniale et au sein de laquelle l’ancien ministre d’État, M. Jean-Pierre Chevènement a effectué son service militaire. Il a clôturé sa tournée par la visite de l’école Frantz Fanon.

Selon le maire de Sig, Benyettou Habib, l’hôte de la ville des olives s’est dit émerveillé par les changements qu’à connue la région de laquelle il garde de souvenirs indélébiles.     

Jean-Pierre Chevènement, notons-le, est le fondateur du mouvement des Citoyens, en 1992, devenu en 2003, le mouvement Républicain et citoyen (MRC), dont il est son président d’honneur. Il a été élu Sénateur du Territoire de Belfort, le 21 septembre 2008.

Source El Watan Abdelouahab Souag

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0