Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 08:15

Algérie - Fausses autorisations d’importation de téléphones mobiles : Six nouveaux mandats de dépôt

fraude-telephonie.jpg

 

C’est le branle-bas de combat au service de la lutte contre la fraude de la direction générale des Douanes. Depuis l’éclatement, il y a quelques semaines, du scandale des fausses autorisations d’importation de téléphones mobiles, le contrôle a posteriori a été renforcé et élargi à une bonne partie des opérations commerciales sur au moins quatre années. Les premiers résultats des enquêtes laissent perplexe. Des centaines d’autorisations délivrées par l’Autorité de régulation des postes et télécommunication (ARPT), de l’Office national des droits d’auteur (ONDA), de l’Office national de métrologie légale (ONML) et des services du commerce se sont avérées fausses.

Des plaintes vont être déposées ces jours-ci contre les auteurs de ces malversations qui sont, dans leur majorité, des personnes morales. C’est ce que nous avons appris auprès du directeur de la lutte contre la fraude, Regue Benamar, qui a déclaré que « cette affaire ne va pas s’arrêter aux dernières opérations d’importation mais touchera toutes celles engagées durant au moins quatre ans ».

Un travail, a-t-il souligné, titanesque qui va « permettre de poursuivre tous ceux qui ont violé la loi ». M. Regue a noté que la prescription en matière de faux est de 15 ans, « cela nous permettra de prendre tout le temps qu’il faut pour tout contrôler ». Le responsable a reconnu que le préjudice engendré « est colossal » avant de révéler que l’affaire Raya Algérie, une société égyptienne dont le patron est actuellement en prison, a quant à elle seule causé une perte de « plus d’une centaine de milliards de centimes ». Des sources aéroportuaires avancent le chiffre de 184 milliards de centimes de pertes sèches liée à l’évasion des droits et taxes douaniers. « La société a payé cash la somme de 34 milliards de centimes, mais a refusé de s’acquitter du reste du montant, arguant qu’elle n’en était pas responsable. La justice a été saisie et c’est à elle de trancher… », a expliqué M. Regue tout en refusant de donner plus de détails sur le dossier. En fait, l’affaire est devant le tribunal de Hussein Dey. Lors des présentations devant le parquet, trois personnes, dont le patron de Raya, un ressortissant égyptien, et le directeur général de Nokia, ont été mises sous mandat de dépôt et sont incarcérées à la prison d’El Harrach, à Alger. Six autres prévenus ont été placés sous contrôle judiciaire, parmi lesquels des actionnaires de Raya et des représentants d’autres sociétés privées. Une décision qui a fait l’objet d’un appel auprès de la chambre d’accusation près la cour d’Alger, l’un introduit par le parquet général et l’autre par les mis en cause. Finalement, ces derniers ont été déboutés. Un mandat de dépôt a été décidé à leur encontre, ce qui les met en situation de recherche par les services de sécurité.

Les faits remontent à juillet dernier, lorsqu’un contrôleur (des douanes) des opérations commerciales au niveau de l’aéroport Houari Boumedienne d’Alger a découvert le pot aux roses en vérifiant les autorisations délivrées par l’ARPT à la société Raya spécialisée dans l’importation de téléphones mobiles. Il a saisi alors les officiers de la police judiciaire du Département de renseignement et de sécurité (DRS). Les vérifications vont dévoiler de nombreuses fausses autorisations scannées, dans le but évident de réduire au minimum les droits et taxes douaniers, et ce, depuis au moins quatre ans, mais également une grande opération de mise sur le marché de produits contrefaits ne répondant pas aux normes requises. Des sources crédibles n’écartent pas d’éventuelles complicités que la société et bien d’autres commerçants ont pu obtenir auprès de certains agents des services des douanes au niveau du fret à l’aéroport d’Alger. Pour l’instant, rien n’a été décelé par les enquêteurs qui se limitent aux actes de faux dont seraient responsables les dirigeants des sociétés incriminées. Ce qui a poussé la direction générale des Douanes à décider dans un premier temps le blocage de toutes les opérations d’importation de téléphones mobiles et de procéder à l’authentification a priori des autorisations délivrées par l’ARPT. Une véritable panique s’est emparée des importateurs et une anarchie indescriptible a gagné les services de fret. Quelques jours plus tard, une note émanant du directeur général fait état de la levée du blocage et d’un contrôle a posteriori des autorisations. Néanmoins, il est important de constater que l’homme par qui l’affaire a éclaté a fini par être suspendu de son poste, faisant l’objet de poursuites judiciaires pour une raison non encore connue. Trop de coïncidences ont marqué cette décision. La première est l’affaire Raya, puisque c’est ce cadre qui a dévoilé les fausses autorisations de l’ARPT. La seconde est cette mystérieuse affaire d’importation de cartes Al Jazeera, dont on ne connaît toujours pas les tenants et les aboutissants.

L’opération d’importation a été engagée par quatre sociétés privées, dont une, spécialisée en produits électroménagers, avait la part du lion. Le même contrôleur avait découvert qu’il y avait non seulement une majoration de valeur, puisque une des sociétés déclarait l’unité à 60 dollars, alors que les autres à 1 dollar, mais aussi une importation frauduleuse (dans des cabas) de cartes, par celle-là même qui avait la part du lion. Toutes les opérations ont été par la suite bloquées pendant quelques semaines seulement. Que s’est-il passé ? On n’en sait rien. Ce qui est certain, c’est que le contrôleur de l’aéroport a été suspendu dans des conditions encore non élucidées. Selon des sources douanières, cette décision serait liée à une affaire de cotation, bien antérieure à cette cascade de scandales, et pour laquelle le douanier aurait été blanchi par l’inspection générale. En tout état de cause, ce qui est désormais appelé l’affaire Raya montre à quel point le marché algérien est devenu un « dépotoir » des marques contrefaites. Parce que les produits importés avec de fausses autorisations proviennent des marchés asiatique, turc et des pays du Golfe, au nez et à la barbe des propriétaires des marques, représentés pourtant en Algérie. En fait, chacune des parties semble trouver son compte dans ce marché juteux de la téléphonie mobile au détriment des intérêts des consommateurs et du Trésor public.

Source El Watan Salima Tlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 08:10

Algérie – Football - La JSK portée aux anges par sa victoire contre l’équipe égyptienne Al-Ahly

JSK-1--Ahly-0--jpg

 

C’est une victoire qui restera dans les annales de l’Histoire. Les Joueurs de la JSK en sont bien conscients. D’ailleurs, après leur victoire arrachée avec les tripes, dimanche soir, contre la constellation d’étoiles de l’AL-AHLY du Caire, les joueurs et les membres du staff technique de la Jeunesse de Kabylie n’ont guère caché leurs émotions et leur bonheur.

A commencer par le président du JS Kabylie Mohand Cherif Hannachi lequel n’a pas manqué de dédier la victoire de son club face au Ahly du Caire sur le score de 1 à 0 "à tout le peuple algérien venu des quatre coins du pays pour supporter la JSK". "Nous avons joué au football, et nous avons remporté une victoire ne souffrant d’aucune contestation. Maintenant si les Egyptiens ont des réserves à faire qu’ils les fassent ", a affirmé encore Hannachi en réagissant aux réactions indélicates des joueurs égyptiens qui ont tenté d’agresser l’arbitre de touche lequel a invalidé leur but entaché d’un hors-jeu clair et net.

Cette victoire exceptionnelle qui a ouvert pour la première fois les portes des demi-finales de la Champions Ligue Africaine à un club Algérien a également ravi le coach helvétique de la JSK. " Cela fut une victoire de la discipline. Nos joueurs ont respecté durant toute la partie les consignes de jeu qui leur ont été données, ce qui s’est traduit par une victoire, fruit d’une efficacité qui ne sacrifie rien au spectacle ", confie Geiger en assurant que la JSK aura encore son mot à dire pour le match retour qui aura lieu au Caire. "Nous nous préparerons en conséquence pour continuer sur notre lancée. Certes la marge de 05 points que nous avons prise sur le Ahly est sécurisante, mais il nous faut encore aligner au moins une victoire pour garantir définitivement notre qualification aux demi finales", a-t-il relevé, dimanche soir après le match.

" C’est désolant de s’en prendre à l’arbitre"

Pour sa part, Kamel Bouhallal, entraîneur adjoint, a tenu surtout à féliciter les joueurs de la JSK pour " avoir su garder leur calme et éviter de répondre aux provocations fomentées par des éléments de l’équipe adverse ". Et à ce propos, il a estimé que " c’est désolant de s’en prendre à l’arbitre de cette manière exagérée et irrespectueuse, alors que le hors jeu était plus que manifeste. Nous espérons qu’ils ont réagi sous la pression de l’enjeu du match. Mais nous les laissons à leur conscience, pour découvrir à tête reposée et en visionnant l’action contestée (hors jeu) qu’ils avaient tort de réagir comme ils l’avaient fait ".

Enfin, les traits de la joie et de l’exultation ont été surtout visibles sur les visages des joueurs de la JSK. Jeunes et inexpérimentés pour la plupart d’entre eux, ils ont bien savouré cet exploit accompli avec l’Art et la Manière. « C’est le plus beau jour de ma carrière de footballeur, si ce n’est de ma vie. Je suis doublement comblé, parce que nous avons, grâce à notre esprit de groupe et de solidarité, triomphé d’une constellation d’étoiles. Mais mon ravissement s’explique aussi par le bonheur qu’a procuré cette victoire au merveilleux public qui nous a soutenu de bout en bout. Nous lui promettons d’autres victoires et nous assurons nos fans que nous irons en Egypte pour gagner ", a conclu le défenseur malien, tout gonflé d’optimisme, sur un ton jubilatoire.

Source El Watan Abderrahmane Semmar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 08:09

Ligue des champions. JSK 1 - Ahly 0: Ziti enflamme Tizi

JSK-1-Ahly-0.jpg

 

Les Kabyles ont réussi à mater l’équipe du Ahly. Ils ont surtout fait un match de haute facture, particulièrement en première période. Il faut dire qu’ils ont remporté la bataille du milieu grâce au dispositif mis en place.

En évoluant en 4-5-1, les Canaris ont verrouillé le dispositif ahlaoui. Avec un Coulibaly impérial dans l’axe et bien couvert par Belkalem, les Egyptiens avaient tenté de contourner la défense kabyle par les ailes, surtout la gauche, mais sans résultat. Mieux, Berrefane, le portier remplaçant de Asselah, forfait à la dernière minute suite à une angine, a réussi lui aussi à tirer son épingle du jeu. Quant à Oussalah et Ziti, ils ne se sont pas contentés de défendre, ils ont porté le danger dans cette défense du Ahly. Mieux, Ziti a été l’auteur de l’unique but de la partie en reprenant à la 24’ un coup franc fuyant de Tedjar au second poteau.

Le dispositif mis en place par Geiger et Bouhellal avait contraint le coach, El Badry, à revoir sa copie. Ainsi au retour des vestiaires, il fera sortir Jédo, puis 10 mn plus tard, Aboutrika, sur lesquels ils avaient basé leur dispositif offensif. Deux changements qui ont été porteurs sur le plan du volume de jeu de leur équipe, mais point au tableau d’affichage. Les Cairotes étaient plus présents.

Les Egyptiens pensaient avoir tenu le bon bout à la 88’ lorsque la balle avait franchi la ligne de Berrafane. Mais c’était sans compter sur le bon jugement de l’arbitre assistant qui invalida le but pour position d’hors-jeu. C’était suffisant pour les Egyptiens pour transformer leur impuissance sur le terrain à dominer la JSK en une mêlée générale en s’attaquant à tout ce qui se trouve sur leur chemin. A Commencer par les arbitres, puis les policiers en survêtement en charge de la protection du trio togolais avant de s’en prendre aussi au public et au coach, Geiger, qui est resté stoïque devant leurs provocations. Des provocations qui ont courroucé le public qui s’en est pris à eux-mêmes en dehors du terrain.

La partie avait été ainsi arrêtée pendant au moins 6 mn avant qu’elle ne reprenne mais sans Hossam Ghali, expulsé par l’arbitre. Par désespoir, les Ahlaouis se sont jetés corps et âme dans la bataille par de longues balles dans l’axe kabyle, mais c’était sans résultat puisque le staff kabyle avait cadenassé sa défense par l’incorporation de Berchiche, El Orfi et Remache venus renforcer l’axe défensif. La JSK avait bien tenu le match et sa victoire lui ouvre grandes les portes de la qualification aux demi-finales.

Fiche technique :

Stade du 1er Novembre (Tizi Ouzou)

Arbitres : Koko, Jakouri, Mathias (Togo)

But : Ziti (23’) (JSK)

Averts : Hossam Achour, Gomaâ, Hossam Ghali, Ahmed Fathi (Al Ahly)

Expuls : Hossam Ghali (90’) (Al Ahly)

JSK : Berrefane, Oussalah, Ziti, Coulibaly, Belkalem, Naïli, Douicher (El Orfi 80’), Yahia-Cherif (Berchiche 90’+6), Tedjar (Remache 80’), Nessakh, Aoudia
Entr : Geiger

Ahly : Akram, Abdelfadil, Barakat, Al Sayad, Gedou (Talaât 46’), Moawad, Hossam, Aboutrika (Hassan 52’), Fathi, Achour, Gomâa

Entr : Badri

Echos de Tizi :

Les services de l’ADE ont servi des sachets d’eau à profusion à tous les fans. Que ce soit hors de l’enceinte ou à l’intérieur, l’eau coulait à flots si bien que parfois elle se retrouvait sur la pelouse comme projectiles.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, a dépêché son conseiller, Saïd Bouamra, pour le représenter dans cette rencontre JSK-Ahly. C’est d’ailleurs lui qui avait salué les deux équipes en présence du wali et de l’ambassadeur d’Egypte en Algérie.

Ni la FAF ni la LNF n’ont daigné envoyer, à défaut de leurs présidents respectifs MM. Raouraroua et Mechrara, ne serait-ce qu’un seul délégué pour les représenter dans cette joute internationale. Une absence remarquée et des interrogations qui n’ont pas cessé de fuser.

Mathias Ayéna, le second assistant, est journaliste sportif de profession. En effet, il est chef du département des sports de la Radio nationale du Togo et correspondant sportif de la BBC. L’autre assistant, Biagui, est professeur alors que les deux frères Kokou sont l’un (arbitre central) cadre au niveau d’un ministère et l’autre (4e arbitre) est avocat.

A l’issue de la rencontre, le président de la JSK a déclaré qu’au cas où son équipe reviendrait avec le nul du Caire, l’entrée au stade pour la rencontre JSK-Ismaïly sera gratuite.

« On se croirait à Omdurman », nous dira un confrère ayant vécu l’ambiance de Khartoum en voyant tous les drapeaux aux couleurs nationales agités dans les gradins. Il faut dire que pour beaucoup, c’est un remake du 18 novembre 2009. Preuve en est que le but victorieux des Algériens a été inscrit par un défenseur.

Les Egyptiens refusent toute déclaration à la presse algérienne. Mauvais perdant qu’ils sont, ils n’ont parlé qu’aux envoyés spéciaux ramenés dans leurs bagages.

Malgré toute l’attention dont ils avaient joui tout au long de leur séjour à Tizi Ouzou, certains joueurs et leur coach du Ahly ont promis l’enfer à la JSK.

Source El Watan Mohamed Rachid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 08:02

Algérie - Rapport du CNIS pour le premier semestre 2010 : Diminution des importations de 5,82%

port alger commerce

 

Le volume des importations enregistré par le commerce extérieur algérien au cours du premier semestre 2010 est de 19,71 milliards de dollars, soit une diminution de 5,82% par rapport aux résultats du premier semestre 2009, selon le rapport du Centre national de l’information et des statistiques (CNIS).

Les importations réalisées ont été financées essentiellement cash à raison de 58,52%, soit près de 11,53 milliards de dollars, enregistrant ainsi une diminution de 31,52% par rapport au premier semestre 2009. Les lignes de crédit ont financé 30,55% du volume global des importations, soit une importante hausse de près de 130% qui s’explique par la mise en œuvre de la mesure du crédit documentaire introduite dans la loi de finances complémentaire, depuis une année, note le rapport du CNIS. Le reste des importations est réalisé par le recours aux comptes de devises propres et aux autres transferts financiers à raison de 10,93%, soit en valeur absolue de 2,15 milliards de dollars. Une baisse des importations est ainsi signalée sur les principaux groupes de produits, en l’occurrence les biens d’équipement qui est de 5,58% par rapport à la même période de 2009.

Soit une baisse de plus de 458 millions de dollars en valeur absolue. Les baisses ont aussi concerné les biens alimentaires 10,88%, les biens de consommation non alimentaires avec 4,42% et les biens destinés à l’outil de production avec 4,11%. Le groupe des « biens alimentaires » vient en troisième position dans la structure des importations réalisées durant le premier semestre 2010 avec 2,99 milliards de dollars, soit 15,17% du volume global. En valeur absolue, les importations de ce groupe ont diminué de 365 millions de dollars. Les céréales, semoule, farine et viandes ont connu une baisse respectivement de 34,13% et 24,47%, alors que le lait et les produits laitiers enregistrent une diminution de 16,73%. Les sucres et les sucreries ont quant à eux augmenté de 20%. Le groupe des « biens de consommation non alimentaires » occupe le dernier rang dans la structure de nos importations avec la quote part de 15,15% et un volume de 2,98 milliards de dollars dont les médicaments avec une baisse de 23,74%, les véhicules de tourisme 17%.

Les pays de l’Union européenne restent toujours les principaux partenaires de l’Algérie durant ce 1er semestre 2010, avec les proportions respectives de 51,55% des importations et de 47,34% des exportations. Par rapport au premier semestre 2009, les importations en provenance de l’UE ont enregistré une baisse de l’ordre de 10,91%, passant de 11,41 milliards de dollars au premier semestre 2009 à près de 10,16 milliards de dollars pour la même période 2010. Par contre, les exportations de l’Algérie vers ces pays ont augmenté de 980 millions de dollars, soit 8,56%. « A l’intérieur de cette région économique, on peut relever que notre principal client est l’Italie qui absorbe près de 13,78% de nos ventes à l’étranger, suivi de l’Espagne, 10,80%, et la France, 8,83% », précise le CNIS. Pour les principaux fournisseurs, la France occupe le premier rang avec plus de 16,57%, suivie de l’Italie et de l’Allemagne avec les proportions respectives de 9,06% et 6,47% dans les importations de l’Algérie au courant du premier semestre 2010. Le volume des échanges avec les pays du Maghreb (UMA) a enregistré une augmentation de 59,1% par rapport au premier semestre 2009 en passant de 467 millions de dollars à 743 millions de dollars.

Les pays arabes (hors UMA) ont, quant à eux, enregistré une baisse de 2,03% par rapport au premier semestre 2009, puisque le volume global des échanges commerciaux avec ces pays est passé de 838 millions de dollars à 821 millions de dollars. Le CNIS a, par ailleurs, souligné que le volume global des exportations est de 26,25 milliards de dollars, ce qui s’est traduit, selon lui, par un excédent de la balance commerciale au premier semestre 2010 de l’ordre de 6,53 milliards de dollars contre un déficit de 1,17 milliard de dollars pour la même période 2009. Les hydrocarbures continuent à représenter l’essentiel de nos ventes à l’étranger durant le premier semestre 2010 avec une part de 96,99%. Les exportations hors hydrocarbures demeurent toujours marginales, avec seulement 3,01% du volume global des exportations, soit une valeur de 790 millions de dollars. Elles ont enregistré aussi une augmentation appréciable plus de 64% par rapport au premier semestre 2009. Les principaux « produits hors hydrocarbures » exportés sont constitués essentiellement par le groupe « demi-produits » qui représente une part de 2,11% du volume global des exportations, soit l’équivalent de 554 millions de dollars. Le groupe « biens alimentaires » vient en seconde position avec une part de 0,42%, soit 109 millions de dollars suivi des groupes « produits bruts » et « biens de consommation non alimentaires » avec les parts respectives de 0,39% et 0,05%, soit en valeurs absolues respectives 102 et 14 millions de dollars US et enfin le groupe « biens d’équipement industriels » avec une part de 0,04%.

Source El Watan Djamila Kourta

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 08:00

Algérie - Djezzy : Des appels gratuits de 18h à minuit

Djezzy.jpg

 

Durant le mois sacré de Ramadhan, tous les appels vers Djezzy et Allo OTA sont gratuits de 18h jusqu’à minuit. Cette promotion exclusive destinée  aux abonnés Djezzy Carte offre des minutes gratuites le soir pour permettre aux abonnés de profiter pleinement de leurs LAYALY ramadane. Ce n’est pas tout, ils peuvent aussi bénéficier de tarification avantageuse vers les autres réseaux nationaux, et communiquer à prix unique, à seulement 3,25 DA/30 sec. Avec Liberty LAYALY, les abonnés Djezzy Carte peuvent profiter de tous ces avantages de 18h jusqu’à minuit autant de fois qu’ils le souhaitent sans conditions ni limite ! C’est le moment de partager SAHARATES Ramadhane avec les proches et amis !

Cette promotion est simple et facile à utiliser : pour en bénéficier immédiatement, sans attendre, l’abonné doit simplement composer *720# depuis son mobile puis choisir
« Promotion Ramadhan » et sélectionner « Liberty LAYALY » à 99 DA/24H.

Source Horizons

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:42

Téléphonie – Les deux opérateurs ont abandonné leurs plaintes devant la justice

..orange.jpg. free.jpg

 

Orange (France Telecom) et Free enterrent la hache de guerre. Les deux opérateurs ont renoncé aux plaintes qui empoisonnaient leurs relations depuis des années, selon des informations publiées lundi par le quotidien La Tribune, et globalement confirmée par Orange.

«Les différends qui nous opposaient à Free ont été réglés au cours du premier semestre», a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe, tout en se refusant à préciser lesquels sous couvert de confidentialité. Contacté par l'AFP, Free s'est de son côté refusé à tout commentaire.

Plainte en 2006

L’affaire remonte à décembre 2006. Free avait assigné France Télécom en lui reprochant d’avoir mis en œuvre une stratégie pour l’empêcher de déployer l’ADSL entre 2000 et 2005. L’opérateur historique aurait ensuite retardé la progression de Free sur ce marché. Ce dernier demandait donc à la justice de condamner Orange à lui payer la somme provisionnelle de 500 millions d’euros. Le groupe avançait un préjudice théorique de 1,9 milliard d’euros.

Abandons

Mais le temps des querelles judiciaires semble révolu. Dans son rapport financier du premier semestre, France Telecom indique qu'un dossier lié au déploiement de l'ADSL a été réglé à l'amiable avec Free.

Selon La Tribune, l’opérateur a par ailleurs abandonné les plaintes pour diffamation déposées l'an dernier contre Free, après des déclarations de son patron Xavier Niel. Ce dernier l’avait notamment traité de «délinquant multirécidiviste».

Nouveau PDG

En signe d'apaisement, Free a de son côté retiré le 29 juin dernier sa plainte contre France Télécom devant la justice européenne, ajoute le quotidien économique. L’opérateur lui reprochait ses pratiques commerciales et tarifaires après l'ouverture à la concurrence du marché de l'Internet.

Il demandait notamment la scission de France Telecom, avec d'un côté son réseau, accessible à tous, et de l'autre son activité de services.

Cette pacification des relations intervient quelques mois après l'arrivée de Stéphane Richard à la tête de l’opérateur historique. Selon une source interne au groupe, «on sent qu'il y a un nouvel esprit, un esprit d'apaisement»  avec «un peu l'idée de faire table rase du passé».

Source 20minutes.fr E.M. avec AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:40

Les étrangers appelés à la rescousse

bouteflika code des marches

 

 

Les cadres du secteur bancaire ne sont plus dans la capacité de le gérer correctement: Bouteflika fera appel aux étrangers.

La modernisation du système bancaire et financier doit se poursuivre avec le concours de partenaires dans des fonds mixtes et même, le cas échéant, le recours à l’expertise étrangère à même de participer à l’amélioration de la gestion des banques et établissements financiers publics. C’est la teneur de l’ordre donné avant-hier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au ministre des Finances Karim Djoudi. Ce dernier était le premier responsable du gouvernement à être reçu dans le cadre des auditions du président organisées chaque Ramadhan.

Ce rappel à l’ordre trouve sa genèse dans les performances calamiteuses des banques algériennes. Si le président décide d’appliquer ces consignes, il faut s’attendre à ce que des gestionnaires étrangers occupent des postes importants au sein de ces institutions. A coup sûr, le président est loin d’être satisfait de la méthode de fonctionnement des banques. Avant d’arriver à ces conclusions, le président a écouté l’exposé du ministre ayant fait état de «l’augmentation appréciable du niveau des crédits à l’économie» en 2009.

En effet, a-t-il dit, de 2615,5 milliards de DA en 2008, les crédits à l’économie sont passés à 3045,2 milliards de DA en 2009, soit une augmentation de 16,4%. Le ministre continue à aligner d’autres chiffres pour attester de la bonne santé de l’économie nationale. La valeur des importations a enregistré une baisse de 1% en 2009.
Les exportations ont reculé de plus de 40% du fait d’un recul équivalent enregistré par le prix des hydrocarbures. Le président et le ministre se sont félicités du fait que malgré le choc externe induit par la crise financière et économique internationale à travers le comportement du prix du baril de pétrole brut sur le marché mondial, la balance des paiements a affiché un solde des paiements courants de 520 millions de dollars US pour l’année 2009. Dans ce contexte, les réserves de change étaient de 147,2 milliards de dollars US à la fin de la même année 2009.

Durant la même audition, d’autres sujets ont été évoqués. C’est le cas pour le programme d’action de l’Administration des domaines visant le parachèvement des opérations d’établissement du cadastre général pour l’ensemble du territoire national ainsi que le soutien et l’accompagnement des opérations d’envergure nationale prévues par le programme quinquennal 2010-2014. Les Douanes sont aussi sous la tutelle du ministre, ce qui le conduit à évoquer leur modernisation.

A l’issue du débat consacré à ce dossier, le président de la République a relevé quelques satisfactions. Il indique que grâce à la mise sur pied du Fonds de régulation des recettes, le paiement anticipé de la dette extérieure et le renoncement à tout emprunt de l’étranger, l’Algérie a pu faire face aux effets des crises financière et économique mondiales. Le chef de l’Etat a, cependant, relevé que cette situation invite à la prudence et à l’action prospective.

Le chef de l’Etat a rappelé que la conduite du programme quinquennal d’investissements 2010-2014 fera l’objet d’une évaluation annuelle pour tenir compte de la situation de nos finances publiques.

Il a également ordonné au gouvernement de veiller, grâce à l’ensemble des mesures arrêtées en matière de dépenses publiques, à prévenir les réévaluations coûteuses des projets et à prohiber toutes formes de gaspillage.

D’autres instructions sont données par le président pour dynamiser la diversification de la production économique du pays pour réduire la dépendance nationale excessive envers les hydrocarbures. C’est dans ce contexte que le président de la République a relevé les mesures mises en place pour encourager et soutenir les entreprises nationales publiques et privées. Ce dossier pousse le président à revenir sur les instructions données par le gouvernement pour dynamiser l’accès des entreprises au financement par les banques et le marché financier. Il insiste sur la transparence et le respect des critères universels.

Source L’Expression Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:32

Comment calmer les nerfs de sa femme…

  coquine

 

C'est l'histoire d'un homme qui discute avec un ami dans un bar. Il commence à se faire tard. L’homme dit à son ami :

- Ah non! Il est tard! Ma femme va me faire une scène en rentrant à la maison !

Son ami lui répond:

- Moi, j'ai un truc. J'entre dans la maison sans faire de bruit. Puis, dans la chambre, sous les couvertures, je lui fais un gros câlin pour la calmer.

L’homme lui demande:

- Hein ? T'es sûr ?

Après que son copain l'ait rassuré, l’homme part chez lui. Il entre dans la maison, dans la chambre à coucher puis se glisse sous les couvertures. Là, c'est la folie. Les ébats terminés, l'homme, content de lui, se lève pour aller aux toilettes. En ouvrant la porte, il tombe nez à nez avec sa femme. Sa femme lui dit en chuchotant :

- Fais pas de bruit ma mère dort dans notre lit.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:45

Conséquences de la chute de la production, les recettes aurifères de l’Algérie en net recul

or algerien 

En nette régression, les recettes d’exportation aurifère de l’Algérie sont passées à 2,4 millions de dollars au premier semestre de l’année, contre 14,07 millions de dollars générés à la même période de 2009, avons-nous appris auprès du Centre national de l’informatique et des statistiques relevant des douanes.

Cette dégringolade s’explique principalement par la baisse de la production aurifère en Algérie due à la crise financière de la société Gold Mining Algeria (GMA), la filiale du groupe australien GMA, qui exploite la mine d’or d’Amesmessa, à Tamanrasset, en partenariat avec Sonatrach.

Durant le premier trimestre de l’année 2010, la production aurifère a baissé à 5 731 onces, contre 9 829 onces produites à la même période de 2009. Pour augmenter la production, la GMA a affirmé que l’entreprise est conditionnée par la mobilisation de moyens financiers supplémentaires nécessaires à augmenter la production aurifère, d’autant que les niveaux actuels de production d’or n’ont pas été suffisants pour couvrir les coûts d’exploitation.
Pour combler ce déficit financier et garantir un fonds de roulement pour l’entreprise, les Australiens veulent associer des investisseurs potentiels leur permettant de lever des fonds.

En 2009, les revenus de l’Algérie générés par l’exportation de l’or ont atteint 26,54 millions de dollars, contre 15,76 millions en 2008. Ces recettes proviennent exclusivement de la Suisse qui reste notre seul client étranger en or, y compris l’or platiné. Le reste de ce métal précieux est acheté par l’Agence nationale des métaux précieux (Agenor) qui se charge de son affinage et de sa commercialisation pour les bijoutiers et artisans nationaux. Quant à la production aurifère réalisée par l’Enor durant l’exercice 2009, elle a augmenté à 1,16 tonne, contre 600 kilos pour toute l’année 2008.

En termes de réserves en or, l’Algérie est classée à la 22e place par le Conseil mondial de l’or, avec un volume de stock estimé à 173,6 tonnes. Le dernier rapport de cet organisme basé à Londres indique également que les réserves officielles en or de l’Algérie représentent 4,3 % de l’ensemble de ses réserves internationales.

Les réserves internationales d’un pays sont, généralement, l’ensemble des disponibilités composant le portefeuille des actifs que sa Banque centrale détient (devises, or, droits de tirages spéciaux ou DTS et positions de réserves au FMI).

Les stocks officiels en or possèdent deux fonctions : c’est à la fois un instrument d’échange et une réserve de valeur, souligne-t-on.

Les réserves officielles en or détenues à travers le monde se sont établies à près de 26 700 tonnes à la fin de 2008 et les cinq premiers détenteurs sont les Etats-Unis (8 133,5 tonnes), l’Allemagne (3 406,8 tonnes), le Fonds monétaire international (2966,8 tonnes), l’Italie (2 451,8 tonnes) et la France (2435,4 tonnes), selon le même rapport.

A l’échelle africaine, l’Algérie occupe le premier rang devançant la Libye et l’Afrique du Sud, classées respectivement aux 24e et 27e places mondiales. Dans la région arabe, le pays est classé troisième après l’Arabie saoudite (16e rang avec 322,9 tonnes d’or) et le Liban (18e avec 281,6 tonnes).

Source Le Jeune indépendant Z.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 08:36

Algérie - L'anniversaire du repos

jeunesse kabyle

 

 

Il paraît qu'avant-hier, c'était le premier anniversaire du nouveau week-end. Il paraît qu'un docte monsieur est passé sur l'écran Unique pour dire tous les bienfaits de cette adaptation à la finance. Excusez l'expression, c'est du pipeau.

Les banques et établissements financiers ont toujours bossé le jeudi, pour se reposer le vendredi-samedi. Ils ont été les précurseurs de la formule. Le nouveau week-end ne leur apporte rien. Au plan des transactions internationales, le vendredi demeure pour eux une journée morte, comme le dimanche où il travaille.

Mais bon, il faut bien se reposer, même s'il y a des nuisances - pour ne dire que cela - à l'économie nationale. Alors reposons-nous. C'est le mot que s'est donné la majorité des autochtones de la multitude. Avant, il n'y avait qu'une journée et demie de repos hebdomadaire. Aujourd'hui, nous croulons sous les biens que nous produisons, nous sommes tellement riches qu'on s'offre deux jours. Vendredi et samedi.

Il y a, bien sûr, cette pauvre minorité d'autochtones soumis au travail posté, dans la Protection civile et les différents autres services publics qui fonctionnent H-24, dont les hôpitaux.

 Encore que, hier dimanche premier jour de la semaine nationale, à 13h30, j'étais à l'hôpital de Beni-Messous (Alger) : c'était le service minimum. De nombreux employés étaient partis pour cause « d'astreinte ramadanesque », c'est-à-dire faire les courses, flâner, etc., m'a-t-on sérieusement expliqué, mais sous couvert d'anonymat.

Au-delà de l'aspect anecdotique, il est admis qu'en temps normal, le temps de travail - ici - n'est pas respecté. Alors, avec ce nouveau week-end, on n'y comprend rien. On ne comprend pas pourquoi les services de la Poste travaillent le samedi et pas ceux de la commune. On ne comprend pas que les enseignants universitaires bossent le samedi. Il paraît que c'est pour compenser la demi-journée de l'ancien week-end (mi-journée de jeudi et vendredi). Et donc ces enseignants et d'autres dans le secondaire, eux, n'auraient qu'une journée et demie (fractionnée) de repos hebdomadaire, tandis que la majorité des autochtones de la multitude jouiraient eux de deux jours. Injuste ! On ne comprend rien à la logique de ce système. Il est désorientant.

Faut-il s'étaler sur les cinq jours de la semaine censés être travaillés par ceux qui ont la chance d'avoir un emploi ? De vieilles statistiques des années 80, dans le secteur public, disaient que sur les 44 h, on bossait un peu plus de 10%. Cela aurait légèrement évolué. Mais dans l'ensemble, par rapport au temps travail hebdomadaire, on se repose beaucoup. C'est l'anniversaire du repos presque tous les jours. Gratter les heures de travail dans le secteur public, le premier employeur du pays, c'est un autre sport national.

Ce nouveau week-end de 48 h s'ajoute aux autres moments de repos volés par-ci par là. Finalement, tous ceux qui ont un salaire ignorent leur bonheur puisque, tout le temps, ils célèbrent l'anniversaire du repos.

Source Le Quotidien d’Oran Oualid Ammar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0