Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 14:41

Pavillons bleus 2010 : les plus belles plages où se baigner

3944296984_06568aec4a.jpg

 Port  Leucate 

 

Vacances

À partir d'aujourd'hui, les pavillons bleus 2010 flottent au-dessus des plages qui le méritent. Ecolabel à forte connotation touristique, créé en 1985 par la Fondation pour l'Éducation à l'Environnement, il récompense et valorise chaque année les communes engagées dans une démarche d'excellence environnementale répondant à des critères bien spécifiques en matière d'éducation à l'environnement, de gestion des déchets, de gestion de l'eau et d'éducation à l'environnement. Les jurys français et international du Pavillon Bleu ont retenu pour 2010, 124 communes en France dont 25 en Languedoc -Roussillon et 8 en Gironde, Les Pyrénées Atlantiques et les Landes n'ayant pas présenté de dossier.

Les communes continentales aussi

Qui l'a obtenu une année n'est pas assuré de le conserver l'année suivante si pour une raison ou une autre les conditions très strictes ne sont pas remplies.

Sur la côte méditerranéenne, Gruissan est un nouveau venu au palmarès. La liste des lauréats 2010 se caractérise en particulier par la candidature accrue des communes continentales, 11 communes en 2009, 21 en 2010) dont Trébas-Les-Bainsdans le Tarn dont la base de loisir présente une eau d'excellente qualité et une gestion des déchets sans reproche. En Tarn -et-Garonne, Molières et Monclar-du Quercy qui l'ont gagné il y a plusieurs années continuent à l'arborer fièrement et figurent au palmarès 2010.

Internationalement reconnu, il a été adopté par 41 pays répartis sur les cinq continents. 3 450 sites l'arborent dans le monde. L'Afrique du sud qui s'apprête à accueillir la coupe du monde de football a obtenu ses premiers pavillons en 2001.

Pour fêter leurs vingt-cinq ans les Pavillons bleus ont demandé à Maud Fontenoy d'être leur marraine ce qu'elle a accepté avec joie. Porte-parole de l'Unesco et vice-présidente du Conservatoire du littoral, la navigatrice, se réjouit de ce que « Le palmarès 2010 des communes voit le nombre de labellisés en nette augmentation par rapport à 2009.Le Pavillon Bleu, démarche volontaire, est un investissement sur le long terme qui profite aux populations touristiques et résidentes, et valorise la commune. S'il connaît un rayonnement tel, c'est certainement parce qu'il répond aux attentes des élus comme des touristes. Là où il s'installe, il engendre un cercle vertueux », dit-elle.

Les pavillons de la région

Aude : Fleury d'Aude (Les Cabanes, Saint-Pierre-la-Mer), Gruissan (Grazel, Les Chalets, Mateille. Leucate (La Franqui, Leucate Plage, Naturistes, Carats, Coppacabana) Narbonne-Plage, postes de secours, Créneau naturel) Port la Nouvelle (Plage Sud).

Pyrénées-Orientales : Argelès sur Mer (Marenda-Tamariguer, Centre-Pins, Plage Sud, le Racou). Canet en Roussillon (Roussillon, Centrale, Grand large, Marenda, Mar Estang). Port Barcarès (Village, Lydia). Saint Cyprien, l'Art PS1, 2, et 3, Capellans, la Lagune). Sainte Marie La Mer (camping municipal, 2e épi, Centrale). Torreilles (Plages Centre, Nord et Sud)

Tarn : Trebas les bains (Base de loisir)

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 14:28

Johnny Hallyday: les experts expriment un avis mais aucune conclusion

Johny-hallyday.jpg

 Johnny Hallyday et son épouse Laetitia le 14 mai 2010 à Los Angeles

 

Les experts chargés d'évaluer les problèmes de santé post-opératoires de Johnny Hallyday ont exprimé un avis "favorable" au chirurgien français qui l'a opéré, selon l'avocat du médecin, mais n'ont annoncé "aucune conclusion", selon le conseil du chanteur, tous deux interrogés jeudi par l'AFP.

"Il est acquis que l'opération s'est déroulée normalement, que les complications ont été bien traitées", a déclaré à l'AFP Me Hervé Temime, en estimant avoir "d'ores et déjà la preuve" que son client "a été stigmatisé".

"Les experts nous ont demandé la stricte confidentialité. On ne se substitue pas à eux. Ce qui a été évoqué n'est ni écrit, ni acté. Laissons les rendre leur rapport. Ils ont jusqu'au 15 juillet. Quand ils auront rendu leurs conclusions on pourra les commenter", a dit de son côté Me Virginie Lapp, avocate du chanteur, interrogée par l'AFP.

 

Le neurochirurgien Stéphane Lajoux, le neurochirurgin-Johnny.jpg10 avril 2010 à Paris

Selon l'avocate, les experts ont "longuement entendu mercredi Johnny et Laeticia, son épouse, en présence des avocats, des médecins et des assureurs".

"Il est vrai que ce ne sont pas des conclusions écrites", a admis Me Temime. "Les experts ont reconnu qu'il ne leur appartenait pas de prendre en considération le +contexte+, c'est-à-dire la relation patient/chirurgien, les antécédents, le métier", a-t-il ajouté.

Stéphane Delajoux, le neurochirurgien qui a opéré le 26 novembre 2009 Johnny Hallyday d'une hernie discale, a été gravement mis en cause notamment par le producteur de la rockstar, Jean-Claude Camus.

Le rockeur, âgé de 66 ans, qui s'est rendu aux Etats-Unis après cette opération, a été admis en urgence le 7 décembre à l'hôpital Cedars-Sinaï de Los Angeles pour une infection. Il a été placé en coma artificiel à deux reprises. Son service de presse avait alors expliqué que cette décision avait été prise "pour l'empêcher de souffrir".

Il est rentré en France dimanche pour y subir des examens médicaux à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), dans le cadre d'une expertise judiciaire qui doit déterminer les circonstances exactes de ses problèmes de santé post-opératoires de l'hiver.

L'hebdomadaire l'Express, disant s'être procuré le dossier médical du chanteur lors de son hospitalisation en Californie, a affirmé que son bilan de santé révélait une dizaine de pathologies dont certaines liées à un long passé de tabagisme et à une "consommation excessive d'alcool".

Source L’Internaute Actualités

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 07:23

La polémique qui a entouré le long métrage de Rachid Bouchareb Hors-la-Loi est qualifiée de lamentable par Khalida Toumi.hors-la-loi-de-rachid-bouchareb

 

« Cette polémique est triste de la part de certains, elle est lamentable de la part d’autres. Et je mesure mes mots. Les gens qui ont alimenté cette polémique ne représentent pas tous les Français. Je suis même persuadée du contraire », a déclaré la ministre de la Culture, mercredi soir, en marge de la cérémonie d’ouverture du troisième Festival international de la littérature et livre de jeunesse (Feliv) à l’esplanade de Riadh El Feth à Alger. « Quand la majorité des Français verra le film, à partir de septembre, elle va beaucoup apprécier le travail cinématographique ainsi que le courage de Bouchareb d’avoir enfin ouvert un débat qui n’était pas voulu. Un débat qui a été étouffé pendant longtemps. Je hais la colonisation où qu’elle se trouve ! », a-t-elle ajouté.

Un financement à majorité algérienne

Pour elle, Rachid Bouchareb est un grand réalisateur. « Ses pairs le disent et ses travaux plaident en sa faveur. Le ministère de la Culture était fortement représenté à la projection du film à Cannes. Nous sommes très fiers que l’Algérie compte un réalisateur de cette envergure et de cette qualité. Notre délégation a constaté que la salle était archicomble et qu’après la projection, l’ovation a duré une quinzaine de minutes », a-t-elle appuyé. Revenant sur le financement du film, elle a révélé que l’Etat algérien est majoritaire dans la coproduction. « Les fonds publics français sont de 650 000 euros, alors que les fonds algériens sont de 4 millions d’euros. Le reste de l’argent mis par la partie française provient de télévisions privées comme Canal +.

Le film de Bouchareb n’a pas ruiné les caisses de l’Etat français », a-t-elle précisé. Selon elle, le Trésor français souffrira plus des violences dont ont fait preuve ceux qui se sont opposés à Hors-la-loi. Une partie de la presse française s’est interrogée sur le financement de l’œuvre de Rachid Bouchareb. « De l’argent public devait-il financer cette œuvre de fiction qui dessert l’histoire ? », s’est demandé l’hebdomadaire français Valeurs actuelles qui a qualifié le film de « fiction manichéenne de facture médiocre ». Le projet de Rachid Bouchareb de réaliser un long métrage sur l’Emir Abdelkader sera appuyé par le ministère de la Culture. « Le ministère de la Culture soutiendra selon ses moyens », a promis Khalida Toumi. Rencontré en marge d’un vernissage de l’exposition des tableaux du peintre français Olivier Debré, Zahia Yahia, directrice de cabinet au même ministère, a qualifié le futur film sur l’Emir Abdelkader de projet phare.

Autre film, autre petit débat : La Chine est encore loin... de Malek Bensmaïl. Khalida Toumi a déclaré que ce documentaire n’est pas censuré en Algérie. « Ce film a bénéficié du soutien de l’Etat. A ce titre, les règles en Algérie, qui sont valables ailleurs, obligent le producteur à remettre une copie du film. A ce jour, nous n’avons pas reçu cette copie. Le producteur n’a pas fait de demande de visa d’exploitation. Où est l’interdiction alors ? », s’est-elle interrogée.

Les salles de cinéma, un dilemme

Le Festival du cinéma arabe d’Oran, qui se tient habituellement en juillet, n’est pas annulé. « C’est un festival institutionnalisé. Il aura lieu l’automne prochain », a-t-elle annoncé. Le report est expliqué par la tenue de la Coupe du monde de football et le Ramadhan. « Cette année, le festival sera concentré sur le Maghreb. Les pays qui composent cette région appartiennent aussi au monde arabe. Le festival dirigé sur les films destinés au cinéma. Pas de téléfilms donc », a-t-elle soutenu. Khalida Toumi n’adhère pas à l’idée que la production cinématographique est faible en Algérie. « Des films ne sont pas vus parce que les salles de cinéma n’appartiennent pas au ministère de la Culture. Nous avons des difficultés à récupérer ces salles. Des résistances existent encore au niveau des collectivités locales », a-t-elle dit.

Selon elle, le ministère n’entend pas gérer ces salles, mais les réhabiliter et les mettre à niveau. « Les salles seront données en gestion avec un cahier des charges et un programme de formation pour les gestionnaires. On ne gère pas une salle de cinéma comme une pizzeria », a-t-elle noté. Interrogée sur la faiblesse de l’affectation budgétaire réservée à la culture dans le plan présidentiel d’équipement public de 286 milliards de dollars (2010-2014), la ministre a estimé que l’idéal est d’arriver à 1% du budget de l’Etat consacré à ce secteur. « Je suis une ministre qui passe son temps à demander plus d’argent pour le secteur de la culture. En ce sens, j’attends beaucoup du soutien de la presse », a-t-elle affirmé. Elle a annoncé, sans grande précision, que la prochaine loi de finances complémentaire sera porteuse de nouvelles mesures en faveur du livre. « Nous avons l’accord du président de la République et du Premier ministre. Nous voulons que le livre soit moins cher, plus accessible. Des mesures incitatives seront prises », a-t-elle attesté.

Source El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 07:15

Le match révélateur - La sélection nationale disputera Ce soir au stade RDS Main Arena à Dublin, un match de préparation pour le mondial 2010, contre l’Eire.

eire algerie

 

 

C’est la deuxième fois dans l’histoire des deux pays qu’ils s’affrontent en match amical après 1982. Les Verts s’étaient imposés à l’époque par 2 à 0, au stade du 5 Juillet. Les deux buts ont été l’œuvre de Madjer et Assad. La délégation nationale composée de 23 joueurs la non sélection de Zemmamouche est arrivée hier après midi à Dublin à bord d’un avion spécial, via Genève. Les capés de Saâdane ont été accueillis par des représentants de l’ambassade d’Algérie à Londres ainsi que des responsables de la Fédération de football de la République d’Irlande, ainsi que des centaines d’Algériens munis de drapeaux étaient également présent à l’aéroport.

Le sélectionneur national Rabah Saâdane était très content de l’accueil chaleureux qui leur a réservé. «Etre accueilli de la sorte nous motive d’avantage. Comme prévu, une séance d’entraînement aura lieu ce soir. Nous allons essayer de faire un beau match. C’est un match test qui va nous édifier sur les capacités de l’équipe», a déclaré le parton des Verts. Selon les dernières informations, 2000 places seulement sont accordés aux supporters algériens, en raison de l’exiguïté du stade. Par ailleurs, le gardien de but Zemmamouche, non retenu parmi les 23 a regagné hier le pays pour rejoindre son équipe, le MCA qui joue le titre aujourd’hui face au CRB. En revanche, Meghni, le grand absent du Mondial, assistera au match de ce soir avant de quitter la sélection.

Source El Watan S.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 05:28

Santé - Comment perdre la graisse située autour du ventre ?

peniscope

Comment perdre la graisse disgracieuse située autour du ventre ? Le gras a tendance à s'accumuler vers le milieu du corps. Même si nous pesions le même poids 10 ans plus tôt, peu à peu on commence à remarquer la formation d'une «bouée» ou de «poignées d'amour».
Nous devons d'abord éliminer : bonbons, biscuits, gâteaux, cola et frites, et également limiter les aliments frits à une fréquence d'une fois par mois, et gare au grignotage des chips, biscottes et pains raffinés. Dites-vous bien que plus vous allez faire de l'exercice, plus vous allez être performant et pourrez faire travailler votre corps. Vous commencez à 30 minutes par jour, ou 30 minutes au moins plusieurs fois par semaine.
Entrainez-vous jusqu'à ce que vous soyez capable de faire de l'exercice confortablement pendant une heure, trois à cinq fois par semaine. Si tout ce programme est trop dur pour vous, commencez par marcher une demi-heure par jour, tous les jours. Rappelez-vous, nous devons tous commencer quelque part et vous êtes seulement en compétition avec vous-même.
Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 05:00

Humour noir - Le Moribond

verite-femme-diction.jpg

C'est un gars sur son lit de mort. Toute la famille est à son chevet: sa femme et ses quatre enfants. Il y a 3 garçons beaux, grands, robustes, et le quatrième tout rachitique et moche comme un pou. Le mourant se tourne vers sa femme et lui demande dans un soupir:

- Chérie, avant que je meure, jure-moi que notre quatrième fils est bien de moi. Dis-moi la vérité, je veux le savoir avant de mourir. Je te pardonnerai de toute façon, mais je veux savoir!

Sa femme lui pose l'index sur les lèvres et le rassure:

- Chhhut. Bien sûr mon chéri qu'il est de toi. Je te le jure sur la tombe de ma mère!

Et l'homme s'éteint, heureux...

Alors sa femme murmure entre ses dents:

- Heureusement qu'il ne m'a pas demandé s'il était le père des trois autres...

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 23:43

Société algérienne -Lise au pays des merveilles

seduction-algerie.jpg 

Chère Françoise, depuis que je vis en Algérie, je note tout ce que je vois et tout ce que j'entends, scrupuleusement, avidement, je ne rate pas une miette de la vie ensoleillée, bizarre et pittoresque qui grouille et bourdonne autour de moi. Les sens perpétuellement à l'affût, le moindre objet, le moindre bruit, allèche ma curiosité, la fait saliver abondamment, la fait haleter de fièvre.

Alors, je me jette sur mon stylo et consigne l'évènement. J'en ai ainsi bourré de notes deux gros cahiers à spirale. C'est te dire qu'ici, j'ignore ce qu'est l'ennui, mes journées sont bien remplies ! Ce n'est pas comme en France, où une grisaille poisseuse et épaisse m'enveloppait de temps à autre, faisant moisir mes os et ma chair pendant des semaines entières, entraînant ma tête vers les grottes humides où chantent les voix qui appellent à la mort.

Mais comment quelqu'un pourrait-il s'ennuyer dans ce foisonnement d'images, de bruits et d'odeurs, dans ce fantastique bric-à-brac trépidant dans lequel je vis maintenant, qui n'en finit pas de me surprendre, qui n'en finit pas de me fasciner ? Car chaque instant m'apporte dans ses flancs son lot de nouveautés qu'il étale devant mes yeux généreusement comme pour me séduire ! Ah ! Françoise, je prie Dieu, le Clément, le Miséricordieux, de mettre sur ton chemin un Algérien, comme Farid mon mari, qui te proposera le mariage ! Mais il faut que tu te convertisses à l'Islam le plus tôt possible ! Ne perds pas une minute, Françoise ! Car les hommes de ce pays sont éblouis par les étrangères à la peau blanche qui adoptent leur religion ! Ce n'est pas de l'amour qu'ils ressentent à leur égard, c'est de la vénération ! Presse-toi !

Pour te faire baver de jalousie et te pousser à te dénicher au plus vite un époux algérien, un beau brun moustachu, petit et léger, délicieusement inexpérimenté et maladroit, qui perd les pédales avant de monter sur le vélo, je vais t'entretenir d'un des traits de caractère qui font ces gens insolites !

Ma chère Françoise, dans la culture de mon mari, la flatterie occupe une place de choix. Je sais que tu vas m'accuser d'exagération, je vois d'ici poindre sur tes lèvres cette grimace dubitative avec laquelle tu as l'habitude d'accueillir mes propos, mais je l'écrirai quand même, j'affirmerai que pour un Algérien, être régulièrement caressé dans le sens du poil est un besoin peut-être plus vital que celui de se nourrir ou de respirer. Pour te dire la chose d'une autre manière, les enfants de ce peuple sont capables de supporter toutes les misères que tu pourrais imaginer, mais ils ne survivraient pas une seconde à un manque de flatteries.

Depuis que je suis ici, je les vois tous les jours aller et venir, discuter et rire, dans des espaces encerclés de tas d'ordures puantes, zébrés de sachets en plastique de toutes les couleurs, de mouches harceleuses, de chiens qui errent la gueule ruisselante de salive, de motos et de véhicules montés par des fous à ligoter, sans la moindre trace de gêne ou de désapprobation sur le visage. Mais, jusqu'à maintenant, je ne crois pas avoir vu autour de moi quelqu'un parmi eux vivre plus de deux jours sans cajoleries. Pourtant, je te le répète encore une fois, la rigueur avec laquelle je les observe ferait pâlir de jalousie un flic chevronné.

Ma chère Françoise, généralement, lorsqu'ils se rencontrent, après de longues embrassades enflammées, les Algériens s'échangent des flatteries. C'est un spectacle inoubliable ! Tu décèles alors sur leur visage les frémissements délicieux qui inondent leur chair. Ils jouissent, ils se régalent comme lorsqu'ils mangent un plat de couscous à l'agneau ou dégustent des gateaux ruisselant de miel.

Ma chère Françoise, à l'Algérien, tu peux faire avaler les flatteries les plus volumineuses que tu souhaites. En cela, il rappelle la gueule d'un serpent qui peut s'ouvrir très largement et avaler une proie de taille phénoménale. Glouton, il t'en redemandera, non pas avec des paroles, il est timide, mais avec des yeux humides et grouillants de prières, des joues ramollies, la lèvre inférieure pendante, il te fera comprendre qu'il désire que ta langue ne s'arrête jamais de le goinfrer de ces gentillesses sucrées. Mais à aucun moment, mais jamais, tu ne verras apparaître dans ses yeux les étincelles du soupçon. Ce n'est pas comme en France où tes paroles sont examinées au microscope, où tu ne peux jamais prononcer un mot sans faire grimacer ton interlocuteur ! Oh ! Françoise ! je suis arrivé à la conclusion qu'un escroc étranger pourrait transformer ces innocents en esclaves dévoués, rampant devant ses pieds voluptueusement. Il lui suffira de les flatter. Car la flatterie est pour un Algérien ce que le virus du sida est pour le corps humain : elle détruit son système défensif. Il n'est alors que consentement, il ne sait plus refuser, il s'ouvre à tes demandes, et tu peux faire de lui ce que tu désires. Docile comme un bélier apprivoisé, il te précédera en sautillant de joie sur le chemin qui conduit à l'abattoir, dans la main le couteau avec lequel tu comptes lui trancher la gorge. Encore une fois, le doute tortille tes lèvres et plisse tes yeux ! Tu exiges des preuves ! Très bien ! Voici alors comment j'ai abouti à ce résultat.

Dans certaines circonstances, la femme se doit d'employer la flatterie pour obtenir de son mari l'objet de son désir. Par exemple, lorsqu'elle a envie d'aller papoter avec une voisine, ou sortir en ville faire un tour et lécher les vitrines. C'est qu'elle a appris, étant encore jeune fille, qu'un époux Algérien répond presque toujours par un non à une demande directe. Car, dans la culture de Farid, dire oui aussitôt fait partie des signes qui caractérisent un homme que sa femme mène par les oreilles. Dire non est un signe de virilité. Comme les moustaches. En vérité, c'est plus compliqué que ça, c'est plus profond : j'ai découvert que l'homme, avant d'accorder la permission à son épouse, attend d'elle une poignée de succulentes flatteries. Evidemment, la femme sait cela. C'est un rituel sacré.

C'est pourquoi, afin d'obtenir de son mari ce qu'elle désire, elle procède comme le renard du conte chantant le plumage du corbeau qui tenait en son bec un fromage, elle commence par le flatter.

S'il s'agit d'une femme au foyer, elle préludera par exemple ainsi : «Les hommes de ce pays ne sont plus ce qu'ils étaient jadis ! Quand le fouet sifflait sans répit aux longues oreilles des femmes à longueur de journée ! Maintenant, elles sillonnent les rues sans retenue, parfois dans des tenues qui te donnent l'impression de vivre dans un pays étranger ! Bientôt, ces dévergondées se promèneront complètement nues dans la rue ! Où sont les hommes de naguère ? Où sont-ils ? Ah ! si je pouvais rester tranquillement dans mon foyer ! Mais les obligations, les devoirs qui nous sont imposés, nous poussent violemment vers ces rues peuplées de barbares ! Et je ne peux quand même pas te demander de tout faire !...»

Si par contre, il s'agit d'une femme qui travaille, elle lui racontera par exemple qu'une de ses amies lui a dit un jour : « Tu as de la chance ma sœur, tu as épousé un bel homme. Dis-moi où as-tu déniché ce beau gosse ? Surveille-le bien ! je pourrais te le choper un jour ! » Il te faut bien remarquer qu'elle attribue le compliment à une amie. En effet, l'Algérien se méfie des paroles mielleuses qui appartiennent à son épouse, mais adore celles qui proviennent de la bouche des voisines, des amies ou des collègues de celle-ci. Cependant, quelques jours après avoir obtenu l'autorisation, l'angoisse s'empare de l'épouse qui n'oublie pas de revenir sur le sujet pour effacer tous les fantasmes dangereux qu'aurait produits entre-temps l'imagination de son mari : «Au fait, mon amie s'est trompée, il ne s'agissait pas de toi. Comme elle porte des verres, elle t'a confondu avec une autre personne.» Car l'Algérien fantasme sans trêve, ma chère Françoise ! C'est une machine qui n'arrête pas de fabriquer des images. Un Algérien qui ne rêve pas tout le temps est comme un dinosaure, il n'existe pas. Comme la flatterie, les fantasmes font partie de la culture du peuple de mon mari. Je t'en parlerai un jour. J'ai pris sur le sujet des dizaines de notes.

Mais il n'y a pas que les couples, Françoise, qui respectent le rituel de la flatterie. Farid m'a raconté que, dès qu'un Algérien est nommé à un poste de responsabilité, tous les subalternes doivent accourir, pour le submerger de câlineries ! La cérémonie se divise en deux étapes.

Dans un premier temps, les subalternes doivent dénigrer tout ce qui a été fait par le prédécesseur. Il faut noircir le tableau sans lésiner. Ce qui ne veut nullement dire que c'est la vérité ! C'est la tradition qui veut ça. Après quoi les langues s'occupent de la viande du nouveau patron. C'est un besoin qui doit être satisfait quotidiennement ! Farid m'a longuement expliqué que flatter un chef est un devoir à ne pas confondre avec la flagornerie ! Il m'a dit : «Dans notre culture, pour qu'il puisse s'adonner convenablement à ses devoirs de responsable, un chef doit être flatté. Même lorsqu'il s'agit d'un type médiocre, le devoir exige de nous de lui masser son amour-propre ! Les étrangers ne comprennent pas ce rituel, et nous jugent avec les lunettes de leurs propres coutumes. Mais Dieu merci, de plus en plus de femmes étrangères se convertissent à l'Islam ! Elles seront les porte-parole de notre civilisation ! Au fait, Françoise s'est-elle décidée ?»

Mais il est temps maintenant, Françoise, que j'arrête ce flot de paroles qui jaillit de mon gosier ! J'aurais aimé te parler encore des Algériens et de la flatterie, mais mon mari me demande. De temps à autre, il me demande de lui parler en Français ! Il adore m'entendre gazouiller en notre langue ! Ses yeux s'illuminent, son visage s'épanouit, et il murmure : « Encore, Lise, encore ! Je t'en supplie ! ne t'arrête pas ! Continue! Oh ! oui ! Oh ! oui ! Ce ne sont pas des paroles qui sortent de tes lèvres, ce sont des merveilles ! Oh ! Mon Dieu ! Quelle délicieuse langue !»

Source Le Quotidien d’Oran Boudaoud Mohamed

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 08:47

«La responsabilité politique et sociétale des médias»

afrique-magazine.png

 

«La responsabilité politique et sociétale des médias» est le thème retenu pour les 42es assises de la presse francophone qui se tiendront du 1er au 4 juin 2010 à Rabat, au Maroc.

Ces assises coïncident avec le 60e anniversaire de l’Union de la presse francophone (UPF), coorganisatrice de cette manifestation avec les autorités marocaines. Une cinquantaine de pays, représentés par près de 300 journalistes, participeront aux côtés de journalistes marocains aux travaux de ces assises. L’Algérie sera représentée avec une délégation de journalistes dirigée par Amer Oumalou, président de la section algérienne de l’UPF et vice-président international de la section Maghreb de l’union.
L’UPF regroupe 3 000 journalistes, responsables et éditeurs de la presse écrite et audiovisuelle répartis sur 110 pays et régions du monde.
L’UPF a tenu ses 41es assises en 2009 dans la capitale camerounaise Yaoundé sous le thème «Ethique et déontologie à l’heure de l’Internet : liberté et responsabilité des journalistes».
L’UPF a été créée à Limoges, en 1950, par le journaliste canadien Dostaler O’Leary.
Au terme de ces assises, l’UPF sortira avec un rapport et des résolutions.
autour de la suppression de la peine privative, de la protection du droit d’auteur, des nécessités des instances de régulation et de la suppression de la peine privative de liberté.
Dès l’installation de sa section locale, l’Algérie a participé aux travaux et débattu des sujets liés à l’exercice de la profession.
L’UPF compte parmi ses responsables de grands journalistes comme Georges Gros et Hervé Bourges, ancien président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) français, ex-patron de TF1, France 2 et France 3 et grand ami de l’Algérie.
Certains le surnomment Hervé Bourges l’Africain pour son amour pour ce continent.
Source le Jeune Indépendant M. Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 08:37

Algérie - Crédit immobilier bonifié - Le montant extensible à 10 millions de dinarsBillets-de-200-dinars.jpg

 

Le montant moyen du prêt immobilier pourrait aller jusqu’à 10 millions de dinars grâce au nouveau dispositif de crédit bonifié, déjà opérationnel au niveau de quelque 600 agences bancaires.

C’est la prévision du président et du délégué général de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF) qui étaient hier les hôtes du centre de presse d’ El Moudjahid. Selon Bessa Djamel et Abderrahmane Benkhalfa, le stock des crédits immobiliers arrêté au 31 décembre 2009 était de 300 000, avec une moyenne de prêt de 4 millions de dinars. Avec le nouveau dispositif, et d’autant que les crédits croissent en rythme annuel de 20%, et que 80% des salariés sont éligibles, ce montant moyen est multiplié par deux et plus. Le nouveau dispositif permet aux citoyens, selon les critères d’âge et de revenus, d’emprunter avec des intérêts de 1% pour les revenus inférieurs à 90 000 DA par mois et de 3% pour ceux compris entre 90 000 et 180 000 DA. En outre, l’Etat assume le différentiel, durant 30 ans, et la Caisse nationale du logement (CNL) accorde une aide frontale, le cas échéant. Ce dispositif vise notamment à booster l’offre de logements, notamment le segment promotionnel, et à améliorer la solvabilité. Il ne concerne que l’acquisition d’un logement collectif neuf et la construction en milieu rural, la primo-acquisition. Accessible aux promoteurs immobiliers, il exclut cependant la coopérative immobilière, l’acquisition vente sur plan, ainsi que l’achat de particulier à particulier. Et ce d’autant que le marché secondaire est marqué par une certaine «opacité», selon le président de l’ABEF, et pour éviter «l’inflation», selon le directeur de la promotion immobilière au ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, L. Ferroukhi. A charge cependant aux postulants de rembourser leurs prêts, selon l’échéancier convenu, et les contrevenants sont passibles de représailles selon le délégué général de l’ABEF. Ce dispositif est déjà opérationnel au niveau de quelque 600 à 700 agences bancaires selon Abderrahmane Benkhalfa. Une douzaine de banques ont déjà «mis ce type de produit sur le pipe», explique-t-on et même certains établissements s’y étaient déjà préparés, à l’exemple de la banque de droit algérien BNP Paribas.
Source Le Soir d’Algérie - Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 08:26

Algérie - Logement, ADSL, PME et Oléiculture - Le «million» dans le programme 2009-2014

Algerie-attentat.jpg

 

Le chiffre de un million est devenu presque une «mode» chez nos responsables dans la perspective de développement de leurs secteurs. Le premier secteur concerné est celui de l’habitat qui s’est vu confier la réalisation de un million de logements. Conscient que le problème du logement est un facteur majeur, après celui de l’emploi, dans l’instabilité sociale, le président de la république en a fait une priorité durant la campagne électorale d’avril 2009, en annonçant la réalisation de 1 million de logements. A côté du logement, le chef de l’Etat s’est fixé également comme priorité l’emploi. Et c’est ainsi que le gouvernement, dans le cadre de la loi de finances complémentaire de 2009, s’est fixé comme objectif de créer un million de PME durant le plan d’action 2009-2014 pour tenter de relancer de nombreux secteurs d’activités économiques comme le bâtiment, l’industrie et les services. Par ailleurs, dans la perspective de la généralisation des nouvelles technologies, notamment dans le cadre de E-Algérie 2013, les pouvoirs publics ont décidé de multiplier le nombre d’accès à haut débit, avec comme objectif un million d’abonnés Adsl à l’horizon 2013. Sur un autre plan, le département de l’agriculture a annoncé, récemment, le lancement d’un programme de plantation de un million d’hectares d’oliviers d’ici à 2014. Toutefois, une question s’impose : ces projets seront-ils menés à terme, sachant que la plupart des secteurs cités ont eu des difficultés dans le passé dans leur politique de développement ?

Logement, l’éternel chantier

Grandiose est le projet de un million de logements que le ministère de l’habitat compte réaliser d’ici à 2014. Mais est-il réalisable ?

Pas si sûr, si l’on se réfère aux difficultés rencontrées par le secteur durant le précédent quinquennat. Si le ministre de l’habitat, Noureddine Moussa, s’est montré jusqu’ici confiant quant à la réalisation de un million de logements dans les meilleures conditions, tel qu’exigé par le président de la république, certains experts se montrent sceptiques vu les nombreuses difficultés.

Ainsi le retard accusé sur le précédent projet et le manque constaté dans certaines réalisations sur le plan qualité poussent ces experts à douter de la faisabilité du présent projet. «Si on fixe comme objectif la quantité, on aura toujours les problèmes de viabilisation (VRD), ces appartements ne sont lotis ni en électricité, ni en gaz, ni même en eau.

Les besoins sont tellement importants qu’on continue à faire les mêmes erreurs. Si les logements construits ne sont pas habitables, le problème du logement, pour les nouveaux locataires, serait toujours là», expliquent-ils. Autre problème, le foncier. Le ministre de l’Habitat, lui-même, a argué, à maintes reprises, que les retards ont été causés «par le manque d’assiettes foncières autour des villes». A cela, s’ajoute la crise aiguë que connaît la production de ciment ces dernières années, dont le prix s’est envolé.

Une crise qui risque de perturber les projections du ministre qui ne manque pas d’exprimer son optimisme à chaque visite sur le terrain quant à l’aboutissement du projet dans les meilleures conditions. Toutefois, et malgré l’importation d’une tonne de ciment, la crise est toujours là et la fièvre des prix n’est pas près de baisser. Les pouvoirs publics doivent donc s’armer d’une stratégie efficace pour résoudre le problème du logement dans un pays où le parc immobilier ne dépasse pas 7 millions d’appartements pour une population de 35 millions d’habitants et où près de 400 000 nouveaux ménages s’ajoutent tous les ans à la liste des demandeurs de logements.

Il faut aussi décider parallèlement au projet de construction, de récupérer 1,5 million de logements inoccupés, dont le dernier recensement de la population a révélé l’existence. Et devant l’absence de données qui permettent une régulation du marché, certains experts estiment qu’il est temps que le ministère de l’habitat procède à un recensement général. «Il est urgent de recenser le patrimoine inachevé et les réserves foncières. Les communes pourraient ainsi identifier les besoins.»

«Là, nous saurons si nous pouvons colmater les besoins, s’il y a véritablement une crise ou si la cause principale est la mauvaise gestion», a appelé, dans ses différentes interventions, le représentant du collège des architectes, Abdelhamid Boudaoud.

ADSL : quand l’Eepad se déconnecte du réseau !

Premier fournisseur privé en Algérie, l’Eepad, «compte atteindre un million d’abonnés à l’Adsl 2013». Cette déclaration a été faite par le P-DG de l’Eepad, Nouar Harzallah, avant que le litige commercial qui l’opposait à l’opérateur historique Algérie Télécom, ne prenne une tournure critique. A l’origine de ce conflit, qui dure depuis plus d’une année, le refus du provider Eepad de respecter le calendrier d’échelonnement de ses impayés. AT a procédé unilatéralement à la coupure de l’internet au provider ; le retour à la normale est conditionné par le paiement de la dette qui s’élève à 2,5 milliards. Alors, un accord provisoire a été trouvé. Mais en mai 2009, l’opérateur historique a pris une autre décision qui est venue en appui à celle prise en mai de la même année à l’encontre du provider faute de paiement de ses redevances ; qui ont atteint cette fois-ci 3,5 milliards. Faute d’un terrain d’entente, l’affaire a été portée devant la justice et le conflit demeure toujours en suspens. «Malheureusement, le conflit qui nous oppose à l’Eepad n’a toujours pas connu de fin, compte tenu du fait que ce dernier ne s’est toujours pas acquitté de ses dettes envers Algérie Télécom, de même qu’il n’a pas présenté de propositions conséquentes à même de résoudre ce problème», a affirmé récemment le président-directeur général d’AT, Moussa Benhamadi, dans un entretien accordé à Tsa algérie. «L’affaire est aujourd’hui entre les mains de la justice», a-t-il ajouté.
Toutefois, malgré les assurances du patron d’Algérie Télécom, estimant que son entreprise a déployé tous ses efforts afin d’arriver à une solution à l’amiable, le basculement forcé d’Eepad vers Djaweb de tous les clients professionnels qui représentaient la base de l’investissement de l’Eepad, l’a fragilisé. De ce fait, le projet de un million d’abonnés à l’Adsl sera difficilement réalisable même si le provider revient sur le marché, comme il peut ne jamais voir le jour si l’Eepad est dissoute.

Des perspectives favorables

Le PIB par habitant de l’Algérie devrait atteindre 6 266 dollars en 2014, selon un rapport du IHS Global Insight.

Le PIB par habitant, qui était de 4 424 dollars en 2004, reviendra à 570 dollars en 2010 et sera de 4 864 dollars en 2011, 5 337 dollars en 2012 et 5 823 dollars en 2013, selon les prévisions du cabinet américain de consulting et d’évaluation des risques en matière d’investissements, IHS Global Insight.
Ce centre de recherche estime le taux de croissance de l’Algérie à 2% en 2009, à 3,1% en 2010, à 3,5% en 2011 et à 3,6% entre 2012 et 2014.
Quant au Produit intérieur brut (PIB), le rapport souligne qu’il devrait passer de 154,4 milliards de dollars en 2009 à 161,9 milliards de dollars en 2010, 174,9 milliards de dollars en 2011, 194,7 milliards de dollars en 2012, 215,6 milliards de dollars en 2013 et 235,3 milliards de dollars en 2014.
Pour l’Algérie, ce cabinet dont les analyses constituent une des références principales pour les investisseurs internationaux et d’aide à la décision aux Etats-Unis, prévoit aussi une reprise de la croissance du secteur des hydrocarbures, une baisse de l’inflation et du chômage dans les prochaines années. Il prévoit des perspectives économiques positives pour l’Algérie à moyen et long termes. Il a consacré son analyse au risque souverain de l’Algérie ainsi que sur sa situation économique actuelle et ses perspectives.

Dans ce document, les Américains parlent du nouveau plan quinquennal 2009-2014 qui «devrait se traduire par une hausse des investissements et des dépenses sociales et le confortement de la croissance économique» grâce notamment aux «bonnes perspectives des cours du pétrole et la reprise attendue de l’économie mondiale qui favoriseront l’Algérie en lui permettant d’engager des investissements robustes, d’avoir une demande interne plus importante et une production d’hydrocarbures en hausse». Toutefois, la dépendance de l’économie algérienne des hydrocarbures est, encore une fois, confirmée. S’agissant de la situation financière et monétaire, IHS Global Insight observe tout d’abord que la politique de désendettement externe et interne engagée par l’Algérie a permis à sa politique budgétaire de faire face au choc de la crise financière mondiale.

Pour ce qui concerne le système bancaire, il considère que ce dernier continue à être modernisé et que d’autres réformes devront se poursuivre dans ce secteur. «Un bon espoir sur l’attractivité de l’Algérie des investissements directs étrangers (IDE) à moyen et long termes, notamment par l’amélioration de la situation sécuritaire», selon le cabinet américain IHS Global Insight.

PME : des difficultés persistent

Afin de permettre à l’entreprise algérienne de participer à la mise en œuvre du nouveau plan quinquennal 2009-2014, le gouvernement s’est fixé pour objectif de créer un million de PME durant le plan d’action prévu pour la période considérée, et ce, pour relancer de nombreux secteurs d’activités économiques comme le bâtiment, l’industrie et les services.
Il a donc introduit des facilitations aux entreprises algériennes, telles la création de fonds de garantie régionaux, l’augmentation des montants de garantie à l’investissement qui passent de 50 à 250 millions de dinars, la bonification du taux d’intérêt des crédits aux jeunes promoteurs, la défiscalisation de la recherche et de l’innovation, etc. Cependant, certains analystes estiment que la création de PME en Algérie rencontre de nombreux écueils dont le plus important est celui lié au financement.
Les entreprises de cette taille ont plus de difficultés à avoir accès à des crédits bancaires d’investissement que les grandes entreprises. L’Algérie a cumulé le plus mauvais score dans une étude sur le financement des PME dans les pays du Bassin méditerranéen, réalisée par l’institut européen Anima Network Investment.

Avec une note de 2,5 seulement, elle ne devance que la Syrie (1,7) et la Palestine (2,3) dont la situation est instable du fait de la conjoncture géopolitique et dont le score est très proche de celui de l’Algérie qui jouit pourtant de bien meilleures conditions. Et même quand les projets arrivent à maturité, ils résistent difficilement. D’ailleurs, le taux de mortalité des PME est de 10% annuellement. Autant dire que le climat des affaires est loin d’être favorable aux PME en Algérie.

Oléiculture : le moteur sera-t-il huilé ?

Le ministère de l’Agriculture et du développement rural, dans sa perspective d’augmenter la production oléicole, s’est fixé comme objectif d’atteindre une superficie de un million d’hectares d’oliviers d’ici à 2014. Les investissements consacrés au programme 2010 s’élèvent à 52 millions de dinars, soit 70 000 DA l’hectare. Ces plantations, initiées par la DSA en collaboration avec la conservation des forêts, seront concrétisées à travers plusieurs programmes et toucheront plusieurs wilayas. Cette opération devrait permettre d’augmenter la consommation de l’Algérien en la matière qui est de 5 litres d’huile/an/habitant, loin de la moyenne mondiale qui est de 16 l/an/habitant encore en deçà des populations des pays du pourtour méditerranéen, tels les Italiens qui, eux, consomment 30 l/an/habitant. Une baisse de consommation due à la baisse de production laquelle a pour cause les conditions climatiques, mais aussi des erreurs humaines, à savoir l’abattage d’oliviers, plusieurs fois centenaires pour certains, afin de construire des logements ou faire passer une voie de chemins de fer. L’huile d’olive est ainsi devenue un produit de luxe.

Source Infosoir Mohamed Mahdjane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0