Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 05:02

Algérie - Le DG de la CNR explique les modalités de calcul de la pension : 414 000 bénéficiaires de la retraite proportionnelle à fin 2009

retraites-algeriens.jpg

 

Le système national de retraite a fait l’objet de plusieurs réformes et a évolué en fonction du développement qu’a connu le pays aux plans économique et social.

Cette réforme s’est  traduite, selon M. Mohamed Taher Beldjoudi, directeur général de la Caisse nationale des retraites (CNR) par l’uniformatisation des prestations et de l’unification administrative dans le fonctionnement. D’importantes modifications au plan des cotisations et du niveau des avantages ont été introduites. C’est dans ce cadre d’ailleurs que la retraite anticipée a été instituée par une ordonnance en 1997. Actuellement, sur décision du gouvernement, ce système fait également l’objet de révision. Une commission de travail a été installée au début de l’année en cours conformément aux recommandations de la 13e tripartite tenue en décembre dernier. Celle-ci est chargée de mettre en place des mécanismes à même de faciliter le retour à l’ancien système à savoir la retraite avec conditions d’âge.
Cette décision a, à plus d’un titre, apaisé la CNR qui a fait face à une forte augmentation des charges de retraite. La mise en œuvre du dispositif de la retraite anticipée s’est, souligne M. Beldjoudi, traduite en effet, « par une augmentation accrue des effectifs des retraités dont le nombre de bénéficiaires de ce dispositif a atteint, à fin 2009, 414.000 retraités pour un coût cumulé de 463 milliards de dinars ». Le directeur de la CNR explique que seuls les travailleurs qui remplissent, avant la date de l’abrogation de ladite mesure, les conditions de bénéficier de a retraite proportionnelle pour 32 ans d’activité continueront à en bénéficier.
Pas de rachat des annéeqs non cotisées

A la question de savoir si les travailleurs qui, durant une période de leur activité, n’ont pas été déclaré à la sécurité sociale pourront racheter les années non cotisées, le DG de la CNR a précisé que la législation en vigueur ne prévoit pas de rachat de cotisations.  Ainsi, pour prétendre au bénéfice de la pension de retraite, le travailleur doit obligatoirement réunir les deux conditions d’âge de 60 ans (55 pour la femme travailleuse à sa demande) et le cumul des années de   travail  pendant 15 ans au moins.
Pour ce qui est des critères de calcul de la pension de retraite, le DG de la CNR explique que son montant brut est lié au salaire mensuel moyen des cinq dernières années ayant précédé la date d’admission à la retraite, ou celui des cinq années ayant donné lieu à la rémunération la plus élevée, par le taux global des années validées (chaque année d’activité est validée au taux de 2,5%). Le montant de la pension connaît, note-t-il, deux limites, un maximum de 80% s’agissant du travailleur ayant la qualité de moudjahid. Ce maximum est porté à 100% du salaire moyen ayant servi de base de calcul de la pension. Le minimum ne peut être inférieur à 75% du SNMG.
Pour le moudjahid, ce seuil est fixé à 2,5 fois le SNMG.  « En tout état de cause, à compter du 1e janvier 1999, le montant de l’avantage principal brut de la pension ne peut en aucun cas être supérieur à 15 fois le montant mensuel du salaire national minimum garanti. A ce montant s’ajoute pour le retraité qui a un conjoint à charge, une majoration qui, actuellement, est égale  à 1 500 DA par mois ». En outre, le retraité pourrait bénéficier d’une majoration pour tierce personne.
Celle-ci lui sera attribuée « lorsque après contrôle médical de la Caisse, son état nécessite le recours à l’assistance d’une tierce personne pour effectuer les actes ordinaires de la vie ». Concernant les allocations de retraite, le retraité peut en bénéficier s’il justifie de 20 trimestres d’activité au moins et être âgé de 60 ans. En cas de décès d’un retraité ou d’un travailleur en activité, hacun des ayants droit peut bénéficier d’une pension de reversion.
A cela s’ajoute l’avantage d’octroi de l’indemnité complémentaire mensuelle de pension de retraite et d’invalidité aux retraités dont le montant mensuel est inférieur à 7000 DA. Le montant de l’ICAR varie de 10 à 50% en fonction du niveau de l’allocation. Il convient de noter qu’un seuil minimum pour les allocations de retraite est de 3500 DA et d’une majoration exceptionnelle de 5% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant n’excède pas les 11 000 DA. Cette indemnité est également à la charge de l’Etat.  Pour l’année 2009, l’opération a concerné 1.863.020 bénéficiaires.
Il convient de remarquer que durant les sept dernières années, le montant de la pension servie a évolué de presque 47%. Pour ce qui est de la revalorisation annuelle des pensions, le conseil d’administration se réunira incessamment, selon les déclarations du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. 

Source Horizons Wassila Ould Hamouda.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 05:00

Algérie - Tipasa - Tazrout, Daïra de Damous : Le désenclavement à grands pas

Tazrout-Damous-Tipasa.jpg

 

Des efforts ont été déployés pour le désenclavement avec la réalisation de plusieurs projets.

Plusieurs projets de développement local sont à réaliser à Tazrout dans la daïra de Damous, wilaya de tipasa. Une enveloppe financière de plus de 23 millions de dinars a été dégagée pour la concrétisation de ces projets de proximité de développement rural intégré.

Une bonne nouvelle attend les habitants de la petite localité montagneuse de Tazrout relevant de la daïra de Damous.
En effet, les efforts déployés jusqu'à maintenant par les pouvoirs publics visant son désenclavement, notamment avec la réalisation de plusieurs projets, entre autres une école, un réseau d'assainissement ainsi que l'aménagement de nouvelles routes la reliant avec le reste des localités de la daïra, se poursuivront avec de nouvelles opérations. Ces futurs projets toucheront donc différents secteurs sous-tendant l'amélioration du cadre de vie des populations locales. A ce propos, lors de la dernière visite d'inspection de Mohamed Ouchen, wali de Tipasa sur les lieux, et après s'être entretenu avec les citoyens, il a décidé d'affecter une assiette de terrain pour la construction d'un ensemble de 80 logements de type rural ainsi que la réalisation à terme d'une salle de soins qui profitera grandement aux habitants. Les autres opérations qui seront lancées concerneront un secteur qui n'est pas des moindres et surtout indispensable pour aboutir en premier temps au désenclavement de ladite localité et en deuxième lieu à booster fortement le développement local notamment l'agriculture qui a subi les conséquences de la tragédie nationale. Sur ce registre, Badjou Mohamed, le chargé de la communication de la wilaya confiera que «le wali lors de son déplacement à Tazrout, a décidé de faire bénéficier la population locale des actions de PPDRI (projets de proximité de développement rural intégré) pour l'année 2010».  D'une manière globale, rappelle le chargé de communication, la daïra de Damous, dont dépend Tazrout, a bénéficié dans ce cadre d'une enveloppe financière de l'ordre de 23,4 millions de dinars. «Sept douars épars relevant de Beni Milleuk (daïra de Damous) ont bénéficié de ce programme axé sur la plantation d'arbres rustiques sur 11 hectares, dont 103 hectares réservés à l'olivier et à l'apiculture qui enregistre 13 bénéficiaires. Pour 2010, il est prévu de redoubler ces efforts en ce sens que 63 apiculteurs sont inscrits et 260 éleveurs vont bénéficier de caprin», détaille le même vis-à-vis. Et d'ajouter : «le wali a instruit les services de la conservation des forêts de créer une pépinière de chêne en vue de réhabiliter cet arbre ancestral qui s'accommode très bien au relief et au climat de cette région». Par ailleurs, au cours de la même visite à Damous et en se rendant au douar Sidi Charef, le wali a donné instruction pour réaliser une étude de faisabilité d'un projet d'aménagement et de réalisation d'une route et un réseau d'AEP. Pour ce faire, une enveloppe de 8 millions de dinars a été dégagée.

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 01:22

Le nuage volcanique arrive dans le sud de la Francenuage isandais

 

Le nuage de cendres volcaniques, qui se dirigeait hier en direction de la péninsule ibérique, devait arriver dans la nuit sur “la moitié du sud de la France”, ont indiqué les services météorologiques français.

“Une dépression est en train de se creuser au large de l’Espagne et du Portugal qui va repousser les cendres en direction du Sud-Ouest et à cause d'elle, le nuage devrait toucher en fin de journée, ou cette nuit, la moitié du sud de la France”, a expliqué hier Roxane Désiré, ingénieur prévisionniste à Météo France.  “On attend des concentrations de cendres entre le sol et 6 000 m d'altitude, supérieures au seuil défini par les motoristes (de l'industrie aéronautique) et gênantes pour le trafic aérien”, a-t-elle précisé. Ces concentrations sont “plus fortes que lors du précédent épisode de la mi-avril”, a-t-elle ajouté.

Le panache de cendres du volcan islandais qui descend au-dessus de l’Atlantique en direction du sud a déjà conduit l'Espagne à fermer neuf aéroports, hier, dont celui de Barcelone. L’espace aérien européen avait été en grande partie fermé pendant une semaine le mois dernier à la suite de l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll, bloquant des dizaines de milliers de passagers. Les cendres volcaniques peuvent endommager sérieusement le fonctionnement des avions en vol.

Source Liberté Rédaction

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:41

Economie – Crise financière - Rumeurs, Panique et Désespoir

 

crise.jpg

 

 

 

Sur les places financières mondiales, l'atmosphère est plutôt délétère. La Bourse de New York, déjà fort déprimée, a amorcé un plongeon spectaculaire imputé à une erreur d'un agent de change - un de ces fameux traders - qui aurait confondu millions et milliards de dollars. L'alerte a été chaude. Un vent d'incertitude a aussitôt balayé une planète financière très nerveuse. Ce n'est pas la franche panique mais une sorte d'anticipation fiévreuse de turbulences à venir. Quelle est la part d'irrationnel et quel est le soubassement réel d'une telle inquiétude ?

 

Tout a commencé avec la crise grecque et sa gestion tout à fait étonnante par les « frères » européens. Ses dirigeants, en particulier allemands, ont suscité des doutes sur leur détermination à secourir un pays de la même zone monétaire. Les préteurs en ont profité pour augmenter les taux de crédit à la Grèce, sachant pertinemment que le risque d'insolvabilité de ce pays est essentiellement théorique. De leur côté, les spéculateurs ont joué l'euro à la baisse, ce qui a nourri des hypothèses sur la volonté germanique d'accélérer sa reprise économique par une stimulation supplémentaire à ses exportations. L'Allemagne est l'une des principales économies exportatrices, la baisse de l'euro profite à ses exportations. Mais en laissant planer l'incertitude sur la solidarité européenne vis-à-vis de la Grèce, les Européens ont pris le risque de la propagation des rumeurs déstabilisatrices non seulement à des pays du sud du continent, le Portugal et l'Espagne, mais également au Royaume-Uni dont les comptes publics sont lourdement déficitaires.

 

Certains voient dans ce tableau aux couleurs sombres, la vengeance des agences de notation, accusées de tous les maux pour n'avoir pas su évaluer la fragilité des banques impliquées dans les produits dérivés issus du marché immobilier américain. D'autres y voient la réponse cyniquement ingrate des banques aux plans d'aide massifs qui leur ont permis de traverser la crise sans dommage. Toujours est-il qu'après bien des atermoiements, le plan d'aide à la Grèce a été approuvé par les principales capitales européennes. Ce plan, assorti de conditionnalités draconiennes, est pire qu'un plan d'ajustement structurel, a estimé l'association altermondialiste Attac. Son objectif évident est d'assurer aux préteurs d'être remboursés au détriment des catégories sociales les plus fragiles de ce pays qui expriment leur désespoir dans des manifestations, parfois violentes. L'argument des évangélistes de marché est le même: l'efficacité de la gouvernance est directement liée à la réduction des budgets « non productifs ».

 

Sur un plan plus global, l'austérité radicale imposée aux Grecs doit envoyer un signal fort aux marchés sur la détermination européenne à réduire les déficits. Cette crise de la monnaie européenne révèle les limites d'une intégration a minima désirée par les ultralibéraux. Monnaie unique et politiques économiques nationales ne font pas visiblement bon ménage, d'autant que la disparité de niveaux économiques crée des distorsions structurelles entre pays riches et pays moins avancés de la même zone monétaire. Le peuple grec paye ainsi la facture… d'autres suivront peut-être. Les banquiers, eux, font des bénéfices

 

Source Le Quotidien d’Oran

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:37

Humour – Une vie de retraités… !!!

les-vieux.jpg

 

Les gens qui travaillent demandent souvent aux retraités à quoi ils occupent leurs journées.

Et bien par exemple, un jour de la semaine dernière, ma femme et moi on est allé en ville.

On n'était pas depuis cinq minutes dans une boutique, qu'en sortant, il y avait une contractuelle en train d'écrire un PV.

On s'approche, et je lui dis :

- "Alors, salope, tu peux pas un peu foutre la paix aux retraités ?"

Elle fait semblant de pas entendre et continue à griffonner :je la traite de sous-auxiliaire nazie.

Elle me regarde d'un œil rond stupéfait et commence à rédiger un deuxième PV, pour pneus lisses : alors ma femme la traite de pouffiasse fasciste.

Elle glisse son second PV sous l'essuie-glace avec le premier, et elle en démarre un troisième.

On a tenu dix minutes. Plus on l'injuriait, et plus elle écrivait de PV.

Nous, on s'en foutait, on était venus en bus.

A la retraite, on essaie de rigoler un peu tous les jours :

....C’est important, à notre âge !

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:19

Algérie - L’insécurité persiste dans la région : Le terrorisme plombe la Kabylie

printemps berbere

 

Des faits d’une extrême gravité se superposent et créent un climat extrêmement lourd, plongeant la population locale dans une terreur permanente et enrayant toute perspective de développement économique.

L’accalmie temporaire sur le front des kidnappings est loin de rassurer les entrepreneurs dont beaucoup ont donné un coup d’arrêt à leurs investissements. Les gangs du kidnapping n’ont pas abandonné leur activité florissante et continuent à écumer de nombreuses localités livrées à l’insécurité la plus totale. Lorsque les bandes des ravisseurs n’agissent pas, elles sont tout simplement en train de recueillir des renseignements sur de nouvelles cibles. Les groupes terroristes chargés de « lever des fonds » pour la branche Al Qaîda ont pratiquement les coudées franches dans ce no man’s land sécuritaire.

A présent, ce ne sont plus les maquis qui font peur, mais aussi les routes, et plus récemment, les champs près des villages. La menace des bombes posées dans les champs d’oliviers ou les pâturages est apparue dans la région il y a un an et demi. Un jeune homme de 22 ans avait péri en novembre 2008 dans l’explosion d’un engin artisanal en pleine cueillette des olives. Plusieurs autres villageois ont été mutilés dans les mêmes circonstances, dans plusieurs localités de la wilaya. En octobre 2009, un jeune du village Aït Bouhouni, dans la commune d’Azazga, a été grièvement blessé lors d’une déflagration qui a eu lieu près d’une source d’eau, dite Amizab, dans un champ exclusivement consacré au pâturage depuis des générations. Mardi dernier, une mère de famille, que rien ne destinait à subir les affres du terrorisme, a perdu une jambe en marchant sur une bombe alors qu’elle ne s’était éloignée que de 200 mètres de la maison, au village Boumansour, dans la commune de Yakouren. C’est la population rurale –tirant sa subsistance de l’agriculture vivrière et du petit élevage – qui est ainsi frappée d’interdiction de s’aventurer dans les environs immédiats des villages. Les groupes terroristes qui multiplient ce genre d’attentats essaient d’imposer ainsi un couvre-feu permanent et mortel aux populations villageoises.

C’est le sommet de l’insécurité. Ce type d’attentats, d’une particulière lâcheté, ne fait pas l’objet de mise en ligne sur Internet, une technique de propagande terroriste qui est pourtant bien maîtrisée par les « seriate » de l’ex-GSPC. Si la menace plane sur la vie quotidienne des simples citoyens, elle plombe pareillement les lendemains et les perspectives de développement de toute la région. Lorsque l’on sait que les trois quarts de la population vivent dans des localités rurales, on mesure les effets dévastateurs de la menace terroriste sur les programmes de développement attendus depuis des décennies, et qui ne sont pas près, vraisemblablement, d’être mis en place ou relancés à court terme. Dans la commune de Yakouren, qui vient d’être secouée par le drame qui a touché une simple ménagère, un projet de délimitation d’une zone d’expansion touristique (ZET) vient d’être exhumé. La zone concerne un périmètre forestier d’une haute valeur touristique, appelé « Bois sacré », et devrait recevoir des projets d’aménagement de nature à donner une vie économique à cette localité dotée d’atouts naturels majeurs mais qui continue à se morfondre dans le dénuement le plus total.

La délimitation du périmètre a été effectuée, ces derniers jours, en présence des responsables forestiers et de l’environnement, selon le P/APC de Yakouren, joint hier par téléphone. Il faut noter que ce projet de ZET forestière date du début des années 1990, lorsque la première APW pluraliste avait mis en place l’Office de gestion des zones d’expansion touristique (OGZET), disparu très rapidement. Vingt ans plus tard, les plans d’aménagement sont remis à l’ordre du jour, mais à l’ombre d’un terrorisme qui ne laisse aucun répit à la population locale et aux opérateurs économiques.

Source El Watan Djaffar Tamani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 11:41

Des Américaines montrent leurs seins pour provoquer des séismes

seins.jpg

 

Des Américaines ont entrepris lundi de répondre à un dirigeant religieux iranien, selon qui le sexe serait fauteur de séismes, en arborant des décolletés provocants, histoire de voir si la terre tremble effectivement.

Répondant à des propos tenus mi-avril par l'ayatollah Kazem Sedighi, imam de la prière du vendredi de Téhéran, une étudiante de l'Indiana (nord), Jennifer McCreight, a appelé via l'internet les femmes à revêtir la tenue la plus affriolante possible pour tenter "l'expérience".

"Lundi 26 avril, je revêtirai le décolleté le plus plongeant de ma garde-robe, celui que je mets d'habitude pour une soirée en ville", affirme Jennifer, une étudiante en biologie qui se présente comme une blogueuse "féministe, athée et perverse".

Photo à l'appui sur sa page du site de socialisation Facebook, la jeune femme se montre en débardeur rouge, laissant deviner une provocante paire de seins.

"J'appelle les autres incroyantes à me rejoindre et à embrasser la soi-disant puissance surnaturelle de leur poitrine. Ou alors à mettre un short ultra-court, si c'est leur forme préférée d'impudeur. Avec la force conjuguée de nos corps scandaleux, nous allons sûrement provoquer un tremblement de terre", affirme Mlle McCreight, qui a baptisé l'expérience "Boobquake" ("séisme des nichons".

L'appel s'est répandu comme une traînée de poudre. Lundi dernier, plus de 55.000 personnes soutenaient le "Boobquake". Des rassemblements étaient prévus dans la soirée aux Etats-Unis.

"Beaucoup de femmes mal habillées (ne respectant pas la tenue islamique, ndlr) corrompent les jeunes et l'augmentation des relations sexuelles illicites accroît le nombre des tremblements de terre", avait affirmé l'ayatollah Sedighi, cité il par le quotidien iranien Aftab.

Source La Dépêche du midi / AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:47

Finale de la H Cup : Toulouse – Biarritz - La polémique des billets - Le fait du jour

rugby-Biarritz-Stade-Toulousain.jpg

 

L'ERC, instance organisatrice de la Coupe d'Europe de rugby, organise la pénurie de billets. Elle ne veut plus que se reproduise le bide de la finale Toulouse-Perpignan en 2003, qui n'avait accueilli que 28 600 spectateurs dans un stade de 60 000 places, à Dublin. Elle a donc mis en vente 42 000 places pour la finale du 22 mai prochain au Stade de France dès mai 2009. Joli coup : dès décembre 2009, les billets étaient tous vendus.

 Dans l'histoire, les perdants sont donc les supporters de Toulouse et de Biarritz, qui n'ont obtenu que 7 500 places chacun. À l'ERC, on détaille : « 42 000 places ont été vendues au grand public ; 9 000 ont été allouées à la Ligue et à la Fédération française de rugby, pour contenter les clubs et les comités ; 2 000 places sont réservées par le consortium Stade de France, pour tous les matchs ; 3 000 sont des loges VIP. Il y a ensuite 700 places pour les journalistes, 1 650 pour la sécurité et les handicapés, 1 000 pour les ventes groupées, et 5 000 pour les partenaires de l'ERC ». Total : 64 350. Il ne reste donc que 15 000 places pour les deux clubs finalistes. Un quota stable depuis plusieurs années. « En voulant absolument remplir le stade, et vendre au prix fort sa compétition aux télés, l'ERC piétine la passion », déplore Jean-Marc Arnaud, président du Huit, club de supporters toulousains. Depuis huit jours, c'est la ruée au standard du Stade, mais aussi au comité Midi-Pyrénées : « Il n'y a plus rien : les clubs devaient réserver dès novembre, sans aucune visibilité, pour être sûrs d'avoir leurs places », témoigne un responsable. Aujourd'hui, il ne reste plus que le marché noir : un très grand nombre de places achetées l'an dernier y sont en vente. Souvent au double, voire au triple de leur prix…

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:24

Algérie - Une ONG française saisit le secrétaire d’état à la Défense

setif-mai-1945.jpg

 

La section de Toulon de la Ligue française des droits de l’homme a saisi Hubert Falco, maire de cette ville du sud de la France et également secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants, pour lui rappeler « l’autre 8 Mai 1945 », marqué par le massacre de milliers d’Algériens à Sétif, Guelma et Kherrata, notamment. « Vous allez, ce 8 mai, célébrer le 65e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie. L’armée française, qui a libéré la France, en commençant par Toulon en août 1944, comportait de nombreux combattants coloniaux – notamment des Algériens – dont beaucoup perdirent la vie au cours de cette guerre », écrit cette section dans une correspondance cosignée par plusieurs associations de la région.

« Le 8 Mai 1945, on fêta la capitulation allemande. Alors que Paris était en délire ; à Sétif, une manifestation de nationalistes algériens fut réprimée dans le sang », rappellent les signataires de la lettre, qui ont décrit les circonstances du déroulement des massacres et la « brutalité extrême de la répression, faisant des dizaines de milliers de victimes algériennes dans l’Est algérien, à Sétif, Guelma et Kherrata, pour une centaine de morts européens ». L’ONG française a rappelé aussi qu’en avril 2008, l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet, a reconnu à Guelma la « très lourde responsabilité des autorités françaises de l’époque dans ce déchaînement de folie meurtrière », alors que dans son discours prononcé à Constantine, le 5 décembre 2007, le président Nicolas Sarkozy a évoqué « le système colonial (...) injuste par nature » et qui « ne pouvait être vécu autrement que comme une entreprise d’asservissement et d’exploitation ». Dans ce sens, les signataires de la lettre ont appelé le secrétaire d’Etat français à « amplifier, à l’occasion de cette commémoration, les efforts de vérité de notre pays sur son passé colonial », soulignant également que « la France a du mal à assumer cette page de son histoire ». La section de Toulon de la LDH a tenu, dans le document, « à rappeler les deux aspects de la journée du 8 Mai 1945 » et annoncé qu’elle « s’associera notamment à l’hommage que le peuple algérien rendra aux victimes de ces massacres ».

Source El Watan / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:09

Aimé Jacquet: «La vie privée de Ribéry est donnée en pâture aux chiens»aime-jacquet.jpg

Aimé Jacquet, le 25 avril 2003 à Paris

 

FOOT - L'ancien sélectionneur des Bleus ne comprend pas l’acharnement dont le joueur du Bayern fait l'objet...

«Il y a eu un problème, mais c’est son problème à lui. Qu’on en parle, c’est logique, mais qu’on en fasse la Une, ça me dépasse.» Aimé Jacquet n’a que très peu goûté le traitement médiatique qui a été réservé à Franck Ribéry depuis qu’on a appris son implication dans une affaire de proxénétisme. «Je suis extrêmement déçu que les journaux sportifs s’emparent de l’événement comme ça, je pensais qu’on parlait foot», déplore le sélectionneur champion du monde 1998, interrogé par l’AFP.

«Je suis déçu que sa vie privée soit donnée en pâture aux chiens, surtout dans notre milieu. C’est de l’hypocrisie en plus, poursuit-il. Allons, s’il vous plaît… Si on posait la question à certains, si on leur demandait comment ils se sont comportés, ils seraient embêtés, hein…» Aimé Jacquet conclut néanmoins sur une note positive: « A la Coupe du monde, il va pouvoir se venger sur le terrain, ce serait la plus belle des réponses.»

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0