Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:53

Santé - Marcher = moins de risques d'attaques ?

marcher.jpg

 

Les femmes qui marchent au moins deux heures par semaine ou qui marchent à une vive allure auraient moins de risques de faire une attaque, selon une étude publiée dans Stroke : Journal of the American Heart Association, mardi 6 avril. Les chercheurs ont observé une réduction de 37% des risques d'attaque pour les femmes qui marchent à vive allure et une baisse de 30% pour les femmes qui marchent pendant deux heures ou plus par semaine.

 

L'étude révèle également que les femmes qui marchent à vive allure ont 68% de chances en moins d'avoir un accident hémorragique et 25% de chances en moins de faire un infarctus cérébral. Une diminution de 57% des risques d'accident hémorragique a aussi été observée chez les femmes qui marchent au moins deux heures par semaine.
Pratiquer une activité physique, notamment la marche régulière, est un comportement à adopter pour prévenir les attaques. L'activité physique est essentielle pour réduire les risques de développer des maladies cardiovasculaires et la marche à pied est considérée comme une bonne pratique physique. Les résultats de cette étude indiquent qu'elle permet de réduire les risques de faire tous types d'attaques", explique Jacob R. Sattelmair, principal auteur de l'étude.
Quelque 39.315 femmes d'un âge moyen de 54 ans ont été suivies pendant près de 12 ans par des chercheurs pour les besoins de l'étude "Women's Health Study".

Source Seniorplanet - Relax news

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:40

  Société – Environnement - le réchauffement climatique, une vaste plaisanterie ?

changement-climatique.jpg

 

A force d’entendre vérités et contre-vérités sur le réchauffement climatique, on ne sait plus qui croire. Quelles hypothèses sont les plus vraisemblables ? Planet.fr s’est plongé dans ce dossier "chaud" pour vous aider à y voir plus clair.

1. Réchauffement : peut-on parler d'une 'imposture climatique' ?

Il faut reconnaître qu'il existe une certaine incertitude chez les scientifiques du monde entier concernant les causes précises et conséquences du changement climatique. On peut regretter le point de vue radical de quelques personnalités écologistes qui laissent peu de place au débat contradictoire. De là à parler "d'une vaste plaisanterie" ou d’une "imposture climatique" (Claude Allègre), il ne faut pas tomber dans l’excès inverse.

Il faut se méfier autant des thèses catastrophistes trop faciles et culpabilisantes, que de la "théorie du complot" qui verrait les lobbys écologiques internationaux infiltrer la communauté scientifique dans une lutte effrénée au pouvoir.

2. Les climato-sceptiques se renforcent : VRAI

En mars 2010, une étude de l’institut américain Gallup a confirmé la montée du scepticisme vis-à-vis du réchauffement climatique : 48% des Américains sondés se sont dits persuadés que les discours sur les dangers du réchauffement climatique sont exagérés contre 41% l’année dernière et 31% en 1997. Les deux tiers pensent que ce phénomène ne va pas bousculer leur existence. Et ils ne sont plus que 50% à rendre l’homme responsable des désordres de la planète.

Ce scepticisme ambiant trouve des échos en Europe et en France, avec le récent livre de Claude Allègre, accentué par les erreurs du GIEC. L’hiver rigoureux cette année en Europe et en Amérique du Nord a conduit certains à remettre en cause l’idée d’un réchauffement. Pourtant 63% des Européens estiment toujours que le réchauffement climatique "est un problème très grave" (sondage Eurobaromètre déc. 2009).

3. Les scénarios du GIEC sont-ils fiables ?

Afin de prévoir les évolutions du climat, le groupe d’experts du GIEC (ou IPCC en anglais) a planché depuis plus de dix ans sur des scénarios fondés sur des hypothèses. Au départ sérieuses, ces hypothèses ont été entachées d’erreurs qui ont décrédibilisé l’organisme et ses partenaires. Cela dit, il faut se méfier des raccourcis trop rapides, tous les travaux du GIEC ne sont pas vains. Cet organisme, qui a essuyé de violentes critiques ces dernières semaines, doit mettre plus de rigueur dans son fonctionnement et de transparence pour étayer ses rapports sur des faits incontestables. Son prochain rapport est prévu pour 2014…

4. Le climategate jette le discrédit sur les travaux des climatologues

Ce que la presse anglo-saxonne a baptisé "climategate", suite au piratage d’emails de climatologues en novembre 2009, sème le trouble sur les travaux issus de certains laboratoires et du GIEC : des chiffres avant publication ont été manipulés, un graphique sur l’évolution des températures du dernier millénaire a été tronqué pour ne pas montrer que l'augmentation des températures précédait celle du CO2. C’est d’autant plus dommage que les décideurs mondiaux ont besoin de données fiables et que les négociateurs climatiques ont déjà tendance à prendre des libertés avec les chiffres.
Rappelons cependant que les publications scientifiques critiques ont elles-mêmes accumulé les approximations et les erreurs. Le climat est décidément une science complexe.

5. Les institutions internationales travaillent dans le même sens : FAUX

La conférence mondiale sur le climat qui a eu lieu à Copenhague fin 2009 a été un échec. Les pays les plus polluants (Chine, USA, Russie, Inde…) ont fait valoir des arguments économiques pour éviter de nouvelles contraintes.
Les institutions internationales - GIEC, PNUE, ONU, etc. - sont conscientes du problème global mais leurs experts restent sous le feu croisé des influences des pro et anti-climat. Cela dit, le sommet de Bali en février dernier a vu des avancées : 60 pays, dont la Chine, les Etats-Unis et les 27 membres de l'UE, ont présenté à l'ONU des engagements individuels de réduction des émissions de gaz à effet de serre. But : limiter le réchauffement mondial à 2°C en moyenne en 2020. Les gouvernements présents ont reconnu que ''la refonte du système institutionnel global s'avère nécessaire pour gérer les questions climatiques et environnementales."

6. Climat : une opportunité pour lever des impôts nouveaux ?

La lutte contre les effets du bouleversement climatique et le développement des énergies nouvelles réclament des fonds.
La tentation des dirigeants des pays occidentaux, spécialement ceux dont l’équilibre budgétaire a été mis à mal par la récente crise économique et financière, est grande de profiter de la situation pour lever de nouveaux impôts "vertueux". La facilité est de faire appel en priorité au contribuable plutôt que d’affronter les corporatismes (industrie, agriculture, transports…) les plus polluants. D’où le débat mouvementé sur la taxe carbone en France.

7. Changement climatique : combien ça coûte ?

Agriculture, viniculture, tourisme, santé… "tous les secteurs d'activités français vont être touchés par le changement climatique / …/ cela se chiffre pour la France à plusieurs milliards d’euros par an", a annoncé l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC). En particulier en raison des bouleversements météo, des épidémies, etc. Faut-il le croire ? Ces estimations ont été calculées sur la base des scénarios du GIEC. Pourquoi avancer de tels chiffres ? Aucune certitude pour l’instant si ce n’est que le changement climatique en cours, s’il s’aggrave, aura des conséquences économiques sérieuses.

8. De gros enjeux sont sur la table : VRAI

De gros enjeux économiques poussent à minimiser le rôle de l’homme dans le réchauffement climatique et par conséquent celui des activités les plus polluantes. Plusieurs enquêtes sérieuses publiées dans la presse anglo-saxonne ont révélé que les thèses "sceptiques" ont bénéficié des largesses financières de multinationales pétrolières, profitant du doute laissé par la faiblesse de certaines études sur le réchauffement.
En 2010, les débats autour du changement climatique ont dépassé le stade scientifique pour prendre une tournure nettement plus politique et orienter les opinions publiques. La guerre entre "pro" et "anti" climat ne fait que commencer. Elle s’annonce longue.

9. Certaines mesures anti-réchauffement posent problème : VRAI

· Le développement des agrocarburants occupe des surfaces agricoles allouées à l’alimentation humaine ou des animaux ou encourage la déforestation.
· L'énergie hydroélectrique, par ses nombreux barrages, bouleverse la nature et des populations entières (Chine...)
· L’énergie nucléaire, bon élève pour sa faible contribution au réchauffement, poserait de multiples problèmes si elle était généralisée (coût, déchets radioactifs, sécurité des sites, etc.).
· La compensation des émissions carbone, organisée en marché, a montré qu’elle pouvait engendrer les mêmes dérives spéculatives que les produits financiers.

10. Les hommes sont-ils responsables ?

C’est le cœur du débat entre écologistes convaincus et climato-sceptiques de tous poils. Le GIEC affirme dans son 4ème rapport (2007) que la probabilité pour que le réchauffement climatique depuis 60 ans soit d'origine humaine est de plus de 90 %. Ses opposants remettent en cause cette hypothèse expliquant l’évolution du climat par des phénomènes naturels (activité du soleil…) et pointant du doigt l’incertitude des prévisions.
Une chose est sûre : la pollution des sols, des eaux et au fond des mers, la déforestation sont signées de la main de l’homme. Difficile de croire que ces actions n’ont pas d’incidences sur le fonctionnement de la planète. Encore faut-il être capable de mesurer cela sur des bases fiables pour pouvoir mettre en place des mesures "d'adaptation". En France, l’opinion publique reste convaincue : 2 Français sur 3 estiment "qu'il faut modifier nos modes de vie pour limiter le réchauffement climatique'' (étude ADEME en 2009).

11. Le climat global de la planète se réchauffe ? VRAI

S’il est un point sur lequel la communauté scientifique internationale s’accorde c’est bien celui-là : la moyenne des températures du monde entier augmente. Même si certains spécialistes préfèrent parler de "changement" ou de "bouleversements" climatiques plutôt que de réchauffement. Claude Allègre, pourtant très critique en France, ne remet pas en cause ce constat. En revanche, les controverses fusent pour évaluer l’importance du rôle des activités humaines dans ce phénomène.
Attention : il s’agit d’une tendance globale sur l’ensemble de la planète, ni uniforme ni continue. Cela n’exclut pas de fortes disparités : l’Arctique se réchauffe plus vite qu’ailleurs et on assiste à des fortes chutes des températures dans certaines parties du monde

12. Les séismes sont plus fréquents ? VRAI ET FAUX

Les "événements extrêmes" dont parlent les météorologues ne semblent plus exceptionnels, mais réguliers. Comme ces derniers mois : tremblements de terre en Haïti, au Chili et au Japon, tempêtes violentes en Europe et sur la côte est des États-Unis, inondations... Pour autant le centre de recherches de Météo-France relativise : "Le lien entre le réchauffement climatique et la fréquence ou l’intensité des tempêtes reste une question ouverte." Et de rappeler que si certaines observations concernant l’intensité des cyclones en Atlantique par exemple ou la remontée des tempêtes vers l’Europe semblent se confirmer, on ne sait pas encore si elles sont dues à la variabilité naturelle du climat ou au réchauffement climatique

13. Les glaciers et les calottes glaciaires fondent : VRAI

Dans de nombreux coins "froids" du globe, la banquise fond (Arctique) et les glaciers reculent. Cela semble correspondre à un réchauffement climatique sans que cette hypothèse puisse être confirmée : certains glaciers ont amorcé leur retrait avant l’ère industrielle du XIXème siècle et le recul de la mer de glace à Chamonix a laissé découvrir des restes humains du Moyen-Age.
Il ne faut aller trop vite et conclure comme le GIEC (groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat), suite à une erreur, que les glaciers de l’Himalaya allaient disparaître en 2035…

14. Si les glaciers fondent, les mers vont s'élever de 80 m : FAUX

Comme souvent dans ce type de débat, il faut éviter de trop généraliser et de lancer des prévisions fantaisistes. Si la température terrestre et maritime augmente, le niveau des océans s’élève. Quelques dizaines de centimètres suffisent pour menacer les terres basses. C’est déjà le cas dans certaines îles du Pacifique. Des polémiques vives portent sur les dangers que courent les terres prises sur la mer (aux Pays-Bas par ex.).
Si l’image du glaçon qui fond dans le verre d’eau sans le faire déborder a marqué les esprits, elle masque une partie de la réalité. Les causes de la montée des eaux sont multiples, due aussi à la dilatation thermique des océans et à la modification des régimes de précipitations, certaines régions devenant plus arides et d’autres beaucoup plus arrosées. Les premiers "réfugiés climatiques" ne sont pas une invention de journalistes.

Source Seniorplanet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:15

Humour - Le génie

1 evolution de la femme

 

C'est un mec qui trouve une lampe dans laquelle il y a un génie. Celui-ci lui dit : "Tu peux faire un vœu et je te l'exaucerai"
"Euh... J'ai toujours rêvé d'aller de France en Amérique en voiture donc je voudrais un pont qui relie les deux continents"
"Faut pas exagérer dit le génie, tu te rends compte la quantité de béton, de fer qu'il faudrait, non c'est impossible, choisis un autre vœu réalisable."
"Bon, ben je voudrais trouver une femme compréhensive, douce, agréable, jolie, intelligente"
Le génie réfléchit et dit : "Bon, le pont, tu le veux avec 2 ou 3 voies ?"
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:01

Airbus : un long courrier en version cargo

A-330-200-freighter.jpg

C'est son frère jumeau en version cargo. L'Airbus A 330-200F Freighter vient d'obtenir sa certification de l'EASA (European Aviation Safety Agency) après une campagne d'essais de 200 heures. L'appareil a déjà reçu 68 commandes et devrait entrer en service cet été.

 La vocation de cet avion a nécessité des transformations adaptées au fret : une porte latérale pour les containers ; une modification du train d'atterrissage pour que l'avion reste horizontal, facilitant ainsi les opérations de chargement. Le nez de l'A 330 a été ainsi relevé alors que sur le modèle passagers, il est incliné vers l'avant. Selon Christian Favre, ingénieur en chef de l'A 330/340, cette certification intervient alors que le marché du fret connaît un regain d'activité de l'ordre de 20 % cette année. Dans la gamme des longs courriers, Airbus n'avait plus de cargo depuis l'arrêt des livraisons de l'Airbus A 300 en juillet 2007.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:00

Dégâts des eaux en Algérie
 
Les travaux d’assainissement faisant défaut,
 
les Intempéries  sèment toujours mort et désolation
!

degats-des-eaux.jpg

La moindre intempérie est suivie de pertes humaines et de dégâts matériels. Depuis le début de l’année, des dizaines de personnes ont péri et des centaines d’habitations se sont effondrées.
Les fortes précipitations de ces derniers mois sur les régions du nord du pays n’ont pas été sans conséquences désastreuses. A l’est, à l’ouest et au centre du pays, plusieurs accidents de la circulation ont été signalés, des habitations se sont effondrées et des réseaux routiers ont été coupés à la circulation.
Cinq personnes ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessées en moins de 24 heures. Les enquêtes ont révélé que l’inondation des routes par les eaux pluviales et la grêle ont été les principaux facteurs de ces accidents. Les conducteurs ont, alors, perdu le contrôle de leurs véhicules sur une chaussée devenue trop glissante.
A Birtouta (Alger), les pluies ont causé le renversement d'un minibus transportant des voyageurs. Cet accident a fait 9 blessés. Plusieurs autres accidents ont été signalés à travers les différentes régions du pays. La neige a causé la fermeture de plusieurs réseaux routiers à la circulation. Ainsi, la route nationale reliant Tizi Ouzou à Bouira, au niveau du col de Tirourda (commune d'Iferhounène), et celle entre Tizi Ouzou et Bouira, au lieu dit Tizi n’Kouilel (commune d'Iboudrarène), ont été coupées à la circulation pendant près d’une semaine au début de ce mois de mars. La neige a pareillement bloqué, durant trois jours, la RN reliant Illoula Oumalou à Béjaïa, au lieu dit Fedj Chelata (commune d'Illoula Oumalou), ainsi que la RN reliant Aïn El-Hammam à Azazga, entre les communes d'Aït Yahia et Aïn El-Hammam.
Le réseau routier à la hauteur de la RN reliant Bouira à Tizi Ouzou, au lieu dit Assoul (commune d'El-Esnam), et celui de la RN reliant Chréa à Blida et le Chemin de wilaya (CW) entre Chréa et Douar Tabeinet, au lieu dit Mirador (commune de Chréa), a été aussi sérieusement perturbé à cause de la neige.
A Sétif, le chemin communal entre les localités d'Aït Naoual Mezada et Bouandas a subi le même sort. Dans l'ouest du pays, les fortes pluies ont inondé la chaussée au niveau de la RN reliant Aïn Sefra à Naâma, au niveau de la commune d'Asselah. Outre le blocage de la circulation, les intempéries ont également été à l’origine de l’effondrement d’un pont, construit récemment, à Baghlia (Boumerdès). Par ailleurs, plusieurs habitations se sont effondrées à Alger, Constantine, Souk Ahras, Khenchela et Biskra.
Il s’agissait de vieilles bâtisses qui n’ont pas été réhabilitées depuis plusieurs années. En outre, des milliers d’habitations ont été inondées par les pluies, ce qui a nécessité l’intervention des éléments de la Protection civile pour évacuer les habitants.
Source infosoir Ahmed Haniche
Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:22

Economie - L’Europe prépare un sauvetage de la grèce d’au moins 30 milliards d’euros

crise.jpg

 

Les pays de la zone euro ont mis dimanche à disposition de la Grèce un plan d'aide sans précédent, passant par des prêts d'au moins 30 milliards d'euros pour l'aider à sortir de la crise budgétaire dans laquelle elle est engluée et qui fragilise l'Europe tout entière.

Lors d'une réunion par téléconférence convoquée en urgence, les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord sur les conditions de ce programme inédit depuis le lancement de la monnaie commune en 1999, a annoncé leur chef de file, le président luxembourgeois de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

"Les Etats membres de l'Eurozone vont mettre à disposition" de la Grèce "des fonds via des prêts bilatéraux", a indiqué M. Juncker lors d'une conférence de presse à Bruxelles, précisant que "tous les Etats membres de la zone euro participeront" en fonction de leurs moyens.

Le plan d'aide envisagé court sur trois ans. Et "le montant total pris en charge par les Etats membres de la zone euro pour la première année s'élèvera à 30 milliards d'euros", a souligné M. Juncker, "chiffre qui doit être complété" par le FMI.

"Les montants pour les années suivantes seront déterminés ultérieurement, en fonction de l'évolution de la situation financière de la Grèce", a-t-il encore dit.

L'enveloppe globale envisagée, incluant le FMI, pourrait atteindre jusqu'à 45 milliards d'euros la première année, dans la mesure où les Européens ont indiqué travailler sur une répartition du financement de deux tiers pour la zone euro, qui doit être majoritaire, et d'un tiers pour le FMI.

Une réunion d'experts de la Commission européenne et du FMI est prévue lundi à Bruxelles pour finaliser les détails.

L'accord trouvé dimanche a validé un compromis technique déjà trouvé au niveau des hauts fonctionnaires vendredi à Bruxelles.

"Nous sommes désormais opérationnels si le mécanisme devait être activé", a souligné M. Juncker, en précisant toutefois que pour le moment "aucune décision d'activation" n'a été prise.

Il revient au gouvernement grec de dire d'abord s'il le souhaite ou pas. L'activation du mécanisme dans ce cas serait "très rapide", a précisé le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn.

A ce stade, le plan de soutien se veut un message destiné à rassurer les marchés sur la disponibilité de l'Europe à aider la Grèce, les promesses faites jusqu'ici ayant été jugées trop peu concrètes.

Le gouvernement grec a réaffirmé dimanche qu'il n'avait pas demandé d'activer le mécanisme de soutien européen. Il continue à dire qu'il s'en sortira par ses propres moyens grâce aux mesures d'économies budgétaires déjà prises.

Toutefois, de l'avis des professionnels des marchés, il est de plus en plus probable qu'Athènes va y recourir.

Les pays de la zone euro sont disposés à prêter des fonds à la Grèce à un taux "autour de 5%", soit nettement moins que le taux de 7,5% que doit acquitter Athènes aujourd'hui sur les marchés obligataires, a précisé Olli Rehn.

Il a toutefois réfuté l'idée selon laquelle cela constituerait une "subvention" à la Grèce. L'Allemagne en particulier a insisté pour que les taux ne soient pas trop bas, afin de ne pas donner le sentiment qu'on récompense les mauvais élèves de la zone euro.

La Grèce est confrontée depuis plusieurs mois à une crise budgétaire sans précédent.

Du fait de l'ampleur de ses déficits, beaucoup plus élevés que prévu, et de sa dette (300 milliards d'euros), le pays éprouve des difficultés grandissantes à emprunter sur les marchés financiers qui ont perdu confiance et exigent des taux toujours plus élevés.

Ces derniers atteignent actuellement plus du double de ceux que doit payer l'Allemagne.

Source Journal du Net

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 18:08

Bordeaux – Toulouse - Le sillon définitif de la LGV se profile

tgv1.jpg

 

transports Les études sur les tracés alternatifs de la future ligne à grande vitesse ont été dévoilées

Le tracé le plus à l'est tient la corde. Après trois mois de réflexion, Réseau ferré de France (RFF) a dévoilé vendredi les résultats des études comparatives des fuseaux de 1000 m de la future ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. En Haute-Garonne, il semble privilégier celui longeant une partie de l'autoroute A 62, avant de rejoindre au nord la gare de triage de Saint-Jory.

Un fuseau loin de faire l'unanimité
Une option déjà contestée par le collectif Union pour la sauvegarde des villages qui rassemble de nombreuses communes touchées, parmi lesquelles Pompignan, dont la traversée s'effectuerait en sous-terrain. Ses membres préconisaient un passage le long de l'autoroute A 62 avec un raccord au sud de Saint-Jory. Mais selon RFF cela pose des problèmes de faisabilité. « Les rayons de courbure nécessaires à la conception d'une LGV et les pentes ne permettent pas de suivre le tracé sinueux de l'A 62 dans ce secteur », justifie le responsable des études.
La solution du fuseau D, moins nuisible sur l'environnement et les activités humaines, satisfait les élus de Castelnau-d'Estrétefonds. Ils étaient contre la demande de fuseau alternatif préconisé par le collectif. « Les études comparatives confirment l'impossibilité de ce tracé qui isolerait les espaces situés entre l'autoroute et la LGV. Si la solution à l'ouest de l'autoroute semble la plus faisable, elle touchera quand même notre commune mais reste la moins impactante », explique Daniel Dupuy, adjoint au maire de Castelnau. RFF doit rencontrer cette semaine les maires des villes concernées, avant la tenue de la prochaine commission consultative en Haute-Garonne le 10 mai et une décision finale prise en comité de pilotage le 31 mai.

Source 20minutes.fr Julie Rimbert

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 17:11

À deux mois du mondial en Afrique du Sud, le séjour des 2 000 supporters algériens compromis !

folles des verts

 

 

Si vous résidez en Algérie, et que vous avez envie d’assister aux matches de l’EN lors du Mondial prochain, alors sachez que vous avez toutes les raisons d’appréhender votre éventuel séjour en Afrique du Sud.

 L’article publié par Liberté, dans son édition du 28 mars dernier, a fait réagir plusieurs Algériens résidant au pays de Mandela. Ces derniers (il y a 480 Algériens enregistrés à l’ambassade à Pretoria dont des dizaines d’universitaires) tirent la sonnette d’alarme. Nous avons reçu ainsi plusieurs documents, avec détails à l’appui, pour dénoncer l’attitude des responsables algériens dans les préparatifs entourant le déplacement des 2 000 supporters des Verts. Ces documents étaient adressés, selon leurs auteurs, aux autorités algériennes. Décryptage : les packages proposés par l’ONAT et Air Algérie (uniquement annoncés lors d’une conférence de presse et sans aucune information depuis) sont ainsi totalement remis en cause. Il y a d’abord un problème de date. Le premier vol est prévu le 10 juin. Pour 12 nuitées et 13 jours, les supporters seront donc obligés de rentrer le 22 juin. Pourtant le dernier match de l’EN, prévu à Pretoria, se jouera le… 23 juin.
Pour l’hébergement, l’ONAT a mentionné l’existence d’hôtels, deux étoiles. “Il n’y pas ce type d’hôtels en Afrique du Sud”, affirment les Algériens résidant sur place en précisant que “ce type de logements n’apparaît que dans les packages des agences de voyages françaises”.
À propos de la restauration, le package DZ précise que les dîners n’y sont pas inclus. La raison invoquée est le manque de nourriture hallal. “Faux” répondent les Algériens établis en AFS. “C’est la preuve que personne de l’Onat ne s’est déplacé sur place”, avant de mentionner qu’“il y a plus de deux millions de musulmans installés dans ce pays et dans chaque grande ville, il y a plusieurs restaurants qui proposent de la nourriture hallal avec une très bonne qualité en plus”.  Dans les documents dont Liberté dispose, les Algériens établis en Afrique du Sud, affirment que depuis la fin de l’année 2009 plusieurs réunions avaient rassemblé un membre de l’ambassade algérienne, un certain M. B., et des représentants de la communauté algérienne. Des rencontres dont le but était “la préparation du séjour des supporters lors de la Coupe du monde”. Tous les plans élaborés, et en collaboration (jusqu’à la fin février) avec Air Algérie, l’ONAT et Touring Club, sont finalement tombés à l’eau. Plusieurs entreprises sud-africaines ont été de leur côté surprises par ce qui se passait du côté algérien. Beaucoup de temps a été perdu et aussi beaucoup d’opportunités. Les représentants de l’ONAT ne se seraient présentés en Afrique du Sud que le 15 mars dernier “après la plainte de la communauté algérienne auprès de l’ambassade”. Pessimistes, les Algériens établis en Afrique du Sud assurent qu’il “est impossible d’organiser de tels packages pendant un temps aussi court”.  
Face à la désorientation de la communauté DZ en Afrique du Sud, il faut ajouter l’absence de communication totale de la part d’Air Algérie, de l’ONAT et du Touring Club, le trio chargé de l’organisation du départ des éventuels 2 000 supporters algériens. Il suffit de surfer sur leurs sites respectifs pour le confirmer. Aussi le brouhaha total dans lequel s’effectuent  ces préparatifs semble perdurer sans que personne ne puisse donner plus d’éclaircissements. Cette attitude avait d’ailleurs débuté depuis le match de l’EN contre l’Égypte à Oum Dorman, soit le 18 novembre dernier. La qualification acquise,  des “flots” de promesses étaient lancées aux Algériens désireux d’accompagner la troupe à Saâdane en Afrique du Sud. Trois jours après le match, des “sources diplomatiques algériennes” annonçaient la décision des Sud-Africains de la suppression des visas. Faux. Il n’a jamais été question de suppression et le visa est toujours en vigueur. Il y a tout de même une différence dans les conditions d’octroi aux Algériens à l’occasion de la Coupe du monde. Auparavant, il fallait laisser une caution de 140 000 DA qui n’était récupérée qu’au retour du voyageur. Avec l’avènement du Mondial, les Algériens n’auront pas à laisser de caution. Cependant, le visa ne sera délivré qu’à ceux qui disposeront des tickets de stade, du billet d’avion (aller-retour) et d’un carnet de vaccination. L’autre flop était le projet mort-né d’utiliser des navires touristiques pour le transport des supporters algériens des Verts, en Afrique du Sud. Il en a été question dès décembre mais, depuis, c’est le mutisme total sur cette option. 

Source Liberté Salim Koudil

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 07:32

Algérie - Suppression du crédit à la consommation : Les concessionnaires automobiles tentent de s’adapter DACIA_SANDERO.jpgSupprimé en juillet dernier par la loi de finances complémentaire (LFC) 2009, le crédit à la consommation perturbe différentes activités commerciales, entre autres, le marché de l’automobile.

 

 

 

Aujourd’hui, quel est l’état de ce marché ? Comment les concessionnaires essaient de s’adapter à cette disposition pour rester présents sur le marché algérien ? A entendre des représentants des constructeurs automobiles, les ventes ont baissé certes, mais des solutions sont initiées à l’effet de s’adapter à la disposition 75 de la LFC en question, laquelle indique que « les banques ne sont plus autorisées à accorder des crédits aux particuliers que dans le cadre des crédits immobiliers ». 

 Contacté à ce sujet, le directeur général d’Aldicar, représentant exclusif en Algérie du constructeur automobile chinois Chery, Mohamed Amine Aït Ahcène, relève avoir importé 1500 véhicules en 2009. Cependant, au deuxième semestre de la même année, « nous avons enregistré une baisse de 13% en matière de livraison ». Pour s’adapter à la situation générée par l’article 75 de la LFC 2009, « nous avons augmenté le nombre de nos agents sur le territoire national. En 2009, ils étaient 9. Ils sont aujourd’hui 16 ». Pour l’année en cours, poursuit-il, « nous ne nous sommes pas prononcés encore sur la question des importations, sachant que le marché est en baisse, entre-temps, la concurrence est rude. Nous devons nous donner un temps de réflexion suffisant pour voir l’évolution de la situation et prendre les décisions adéquates en conséquence. Dans notre plan d’action performance 2010, nous avons prévu pour l’instant la promotion de notre marque, la prospection et le développement de notre réseau à l’échelle nationale ». A son tour, le directeur marketing du concessionnaire Famoval pour les véhicules respectivement chinois et iranien, à savoir Lifan et Ikco, Hakim Ikni constate une chute « conséquente » des ventes automobiles sur le marché algérien.

 Pour perpétuer sa présence sur le marché, le même responsable évoque des solutions à l’exemple du « recours à l’option crédit fournisseur et la promotion de la marque ». De son côté, le directeur général de Toyota Algérie, Noureddine Hassaïm évalue la baisse des importations des véhicules en Algérie durant les deux premiers mois de l’année en cours à 30% par rapport à la même période de 2009. Toyota Algérie, selon le même interlocuteur, a enregistré une chute de 20% de ses ventes les deux premiers mois 2010 comparativement à la même période 2009. Alors que le crédit à la consommation contribue à raison de 40% dans les ventes du concessionnaire en question. Pour demeurer au marché, ajoute le même interlocuteur, « nous optons pour les ventes promotionnelles. Il y a toujours une demande de marché en matière d’automobiles ».

 

 

 

Il évoque en parallèle la mesure annoncée l’été dernier par les pouvoirs publics de réorienter le trafic des marchandises non conteneurisés du port d’Alger vers les ports de Djendjen et de Mostaganem. Mesure effective depuis octobre passé. Cette nouvelle réglementation, observe-il, de « délocalisation nous concerne. Elle perturbe la chaîne logistique d’où les retards dans les délais de livraisons des véhicules à nos clients ». Le crédit à la consommation contribue entre 20 et 25% dans les ventes de Peugeot Algérie. C’est ce que relève la chargée de presse du concessionnaire en question Mme Rosa Mansouri. Avec la suppression de ce crédit, estime la même voix, « nous évaluons la baisse de nos ventes de septembre dernier à ce jour entre 15 et 20% ». A l’effet de maîtriser les effets de cette conjoncture, « nous organisons des ventes promotionnelles avec des remises fixées selon le type de véhicule convoité par le client. C’est ce que nous avons fait à titre d’exemple durant le mois de mars dernier ».

 

Source El Watan Amnay Idir

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 06:15

  Arts et Spectacles - Françoise Fabian,  l'Hussein-Déenne

 

francoise-fabian-2.jpg

 

 Si je cite Françoise Fabian, c'est avant tout parce que c'était la petite fille de ma « proprio » qui vivait en haut de la rue Charcot, tout prés de la rue Parnet. A part cela, elle a fait une carrière fort honorable.jugez en par vous même. 

De son vrai nom Michèle Cortes de Leone y Fabianera, Françoise Fabian est née le 10 mai 1932 à Hussein-Dey, elle a des origines espagnoles (Catalogne) par son père et polonaises par sa mère. Elle commence sa formation artistique au Conservatoire de Musique d'Alger, où elle apprend le piano et l'harmonie.

Arrivée en France au début des années cinquante, elle s'inscrit au Conservatoire d'art dramatique, où elle a comme camarades de promotion Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle. Si elle débute sur les planches en 1954 dans Le Pirate, l'actrice est en 1956 à l'affiche de pas moins de cinq longs-métrages, de Mémoires d'un flic - son tout premier film - à Michel Strogoff.

Mais Françoise Fabian, mariée au réalisateur Jacques Becker jusqu'à la mort de celui-ci en 1960, devra attendre que la libération des moeurs gagne le grand écran pour trouver des rôles à sa mesure.

En 1963, elle épouse Marcel Bozzuffi (1963-1988), avec qui elle restera jusqu'à son décès.

Pensionnaire de la maison de passe de Mme Anaïs dans Belle de jour de Luis Bunuel, jeune veuve vertueuse, mais dévorée par la passion, dans Raphaël ou le débauché de Deville, elle trouve un de ses plus grands rôles dans Ma nuit chez Maud d'Eric Rohmer, en 1969. L'actrice y incarne une femme éprise de liberté, dont le charme et l'éloquence font vaciller les convictions du sage et fidèle Jean-Louis Trintignant.

Non dénuée de fantaisie, comme elle le prouve notamment en 1973 dans La Bonne année, comédie de Lelouch avec Lino Ventura, et plus tard dans La Bûche, Françoise Fabian rencontre un grand succès en interprétant le rôle-titre d'un classique de l'érotisme à la française, Madame Claude, et en participant à la très populaire série télévisée Les Dames de la côte. Mariée durant 25 ans au comédien Marcel Bozzuffi, l'actrice à la beauté altière enchaînera dans les années 70 les productions italiennes d'inégale qualité. A partir de la décennie suivante, elle confèrera élégance et mystère aux personnages de mère que lui confieront des esthètes tels que Demy 

Filmographie 

·      1955 : Bon voyage de Louis Felix

·      1956 : Mémoires d'un flic de Pierre Foucaud 

·      1956 : Le Feu aux poudres de Henri Decoin 

·      1956 : Cette sacrée gamine de Michel Boisrond 

·      1956 : Le Couturier de ces dames de Jean Boyer  

·      1956 : Michel Strogoff de Carmine Gallone   

·      1957 : Ce sacré Amédée de Louis Felix 

·      1957 : L'Aventurière des Champs-Élysées de Roger Blanc  

·      1958 : Chaque jour a son secret de Claude Boissol  

·      1960 : La Brune que voilà de Robert Lamoureux  

·      1963 : Maigret voit rouge de Gilles Grangier  

·      1965 : L'Aigle de Florence de Riccardo Freda  

·      1966 : Le Voleur de Louis Malle  

·      1966 : Belle de jour de Luis Bunuel  

·      1969 : L'Américain de Marcel Bozzuffi 

·      1969 : Le Spécialiste de Sergio Corbucci  

·      1969 : Ma nuit chez Maud de Eric Rohmer  

·      1970 : Etes-vous fiancée a un marin grec ou a un pilote de ligne? de       Jean Aurel  

·      1970 : Out 1 - Noli me tangere de Jacques Rivette  

·      1971 : Raphaël ou le débauché de Michel Deville  

·      1971 : Out 1: Spectre de Jacques Rivette  

·      1972 : Torino nera de Carlo Lizzani  

·      1972 : Au rendez-vous de la mort joyeuse de Luis Bunuel  

·      1973 : Les Voraces de Sergio Gobbi  

·      1973 : Projection privée de François Leterrier  

·      1973 : Salut l'artiste de Yves Robert  

·      1973 : Un condé La Bonne année de Claude Lelouch 

·      1974 : Perché si uccide un magistrato? de Damiano Damiani  

·      1974 : Un Condé de Yves Boisset  

·      1975 : En descendant les marches d'antan de Mauro Bolognini  

·      1977 : Madame Claude de Just Jaeckin  

·      1977 : Les Fougères bleues de Françoise Sagan  

§       1982 : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne  

·      1983 : Le Cercle des passions de Claude d'Anna  

·      1983 : L'Ami de Vincent de Pierre Granier-Deferre  

·      1983 : Benvenuta de André Delvaux  

·      1984 : Partir, revenir de Claude Lelouch  

·      1986 : Faubourg Saint-Martin de Jean-Claude Guiguet 

·      1988 : Trois places pour le 26 de Jacques Demy  

·      1988 : L'Ami retrouvé de Jerry Schatzberg  

·      1990 : Plaisir d'amour de Nelly Kaplan  

·      1993 : Femmes un jour de fête de Salvatore Maira  

·      1997 : Secret défense de Jacques Rivette  

·      1999 : La Lettre de Manoel De Oliveira  

·      1999 : La Bûche de Danièle Thompson  

·      2003 : 5 x 2 de François Ozon 

   Distinctions  

Françoise Fabian est Commandeur des Arts et Lettres, Officier de la Légion d'Honneur et Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

Sources : sites divers sur Internet

 Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0