Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:46

Les Marines s'entraînent dans les... Pyrénées afghanes !
marines-pyrenees.jpg

Ne soyez pas surpris d'observer dans le ciel des hélicoptères de la US Air Force. Trois hélicoptères Pave Howk et 85 hommes du « 56th Rescue Squadron » dont vingt pilotes multiplient actuellement les exercices dans les Pyrénées. Vols en montagne, récupération de personnels en situation hostile, hélitreuillage… La raison ? « La topologie est très proche de celle de l'Afghanistan, avec les montagnes, la neige, l'altitude », explique leur lieutenant-colonel Neil Eisen. Et « les conditions d'entraînement sont exceptionnelles », assure-t-il
C'est la première fois qu'un escadron américain est accueilli en France, sur la base aérienne de Cazaux en Gironde. Dans le cadre de l'opération « Red Devil », du 5 au 24 janvier, ils travaillent avec leurs homologues français de l'escadron d'hélicoptères 01/067 de Cazaux.
Habituellement cantonnés au Royaume-Uni, à Lakenheath, les soldats américains profitent des avantages des Pyrénées avant de rejoindre l'Afghanistan en mars, à Bagram exactement, à 20 minutes de vol de Kaboul où est stationné l'escadron français depuis avril 2008.
« Nous sommes tous ensemble »
Car outre le fait que le relief pyrénéen est proche de celui de l'Afghanistan, l'objectif est aussi que les deux armées de l'air puissent travailler de concert puisqu'ils sont appelés à intervenir sur des missions communes de terrain : « Les Américains ont une certaine technique pour le débarquement des commandos, des tactiques de vol, de pénétration en basse altitude, l'objectif est de mettre tout ça en commun sur le terrain » déclare le lieutenant-colonel Fabrice Albrecht, commandant en second de l'escadron français, celui qui était intervenu le 18 août 2008 dans la vallée d'Ouzbin, lors de l'embuscade qui avait coûté la vie à dix soldats français et blessé 21 autres.
Ces missions d'entraînement conjointes ont donc pour but de partager les expériences de chacun car comme le déclare Neil Eisen : « Quand nous sommes déployés, il n'y a plus de Français, d'Américains, d'Anglais, nous sommes tous ensemble ».
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:41

Humour - Du golf dans le lit...
4228383208_344b8d5de6.jpg

Un gars, le soir de sa nuit de noce, demande à sa femme combien d'amants elle a eu dans sa vie.
Elle lui répond: «Un seul, la fois où j'ai travaillé à l'omnium de golf du Canada, et c'était Tiger Woods.»
Le gars est assez fier de sa femme, un seul amant et c'est Tiger Woods, c'est spécial !
La nuit de noce débute..  Ils font l'amour et le gars se lève pour aller commander un repas à la chambre.
Sa femme lui dit:
«C'est pas ça que Tiger Woods y ferait, lui ! »
Bon, le gars demande : «Ok ! y ferait quoi, Tiger Woods ? »

«Ben, Tiger Woods, y me ferait l'amour une autre fois ! »
Le gars revient et il refait l'amour à sa femme.
Après les ébats amoureux, il se lève pour enfin aller commander un repas  à la chambre.
Sa femme lui dit : «C'est pas ça que Tiger Woods y ferait, lui ! »
«Bon, demande le pauvre gars, y ferait quoi, Tiger Woods ? »
«Tiger Woods, y m'ferait encore l'amour une autre fois ! »
Se sentant encore d'attaque, il recommence et, finalement, il réussit à combler son épouse une troisième fois.
Il va pour se lever et téléphoner quand sa femme lui dit:
«Tu vas commander à manger, c'est pas ça que Tiger Woods y ferait, lui ! »
Furieux, le gars répond:
« Non, j'commande pas à manger.
J'téléphone à Tiger Woods.
J'veux savoir c'est quoi la normale Sur ce trou-là ! » ? ?
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:27

Ariège Pyrénées - L'immense plateau blanc - Le plateau de Beille

Découvrir la vie des trappeurs en Ariège... grandeur nature: Transneige sur le Plateau de Beille avec ANGAKA

Découvrir la vie des trappeurs en Ariège... grandeur nature: Transneige sur le Plateau de Beille avec ANGAKAA l'initiative de deux élèves du BTS Tourisme du Lycée Gabriel Fauré, Diane PASQUIER et Gaia HOMAN, l'événement LA TRANSNEIGE aura lieu sur le plateau de Beille.
Ces deux élèves proposent avec les professionnels de la base ANGAKA de venir découvrir le mode de vie des trappeurs au cours d’un week-end exceptionnel.
Mushers et accompagnateurs en moyenne montagne emmèneront petits et grands à bord d’un traîneau ou sur des raquettes à la découverte de la faune et de la flore ariégeoise.
Au travers de ce week-end d’initiation il s’agit de faire la rencontre des chiens nordiques et, après une confiance mutuelle établie avec l’attelage; tel Nicolas Vanier la balade permettra la découverte d’un site exceptionnellement protégé: Le Plateau de Beille.
En raquette à neige plusieurs parcours thématiques attendent les visiteurs: suivre les traces des animaux du Plateau ou encore apprendre à s’orienter selon différentes méthodes.
Les plus jeunes pourront suivre des parcours ludiques et pédagogiques ou encore apprendre à construire des igloos tel les peuples nomades.
Au programme un festin trappeur, puis à la nuit tombée en suivant les pas du guide, au flambeau, à travers les bois feuillus et sauvages, ce sera l’occasion d’une rencontre des lieux à l’heure où la vie s’y endort.
Enfin pour le repos de l’aventurier, le village trappeur accueillera le visiteur dans ses tippi, yourte, et cabanne chauffés.

Au programme:

½ journée:

- accueil au secrétariat de la base ANGAKA sur le Plateau de Beille dès 9h30.
Départ des activités 10h00. Circuit raquettes 1h au choix et balade traîneau. Fin des activités 12h15.
Possibilité de déjeuner sur place avec un buffet trappeur (sur réservation)

Journée:

- Accueil au secrétariat de la base ANGAKA sur le Plateau de Beille dès 9h30.
Départ des activités 10h00 Choix entre un parcours de 2h en raquettes ou un parcours médium 1h et activité construction d’igloo. A déterminer lors de la réservation.
Fin des activités de la matinée à 12h15.
Possibilité de déjeuner sur place avec un buffet trappeur (sur réservation).
Reprise des activités à 14h00. Initiation à la conduite d’attelage. Visite du chenil menée par l’un des mushers.
Fin des activités 17h00.
Possibilité de se restaurer sur place à l’Abeille Gourmande ou bien si vous choisissez la formule bivouac, la restauration aura lieu dans le village trappeur.
A déterminer lors de la réservation
Animation nocturne et bivouac.

Week-end:

"Formule intense": activités de la Journée puis venez déguster un bon repas.
La restauration aura lieu dans le village trappeur.
A déterminer lors de la réservation.
Après vous être bien restauré, découvrez l’animation nocturne que nous vous réservons ; puis bivouaquez à l’abri de nos yourtes, tipis et cabanes chauffés.
Le dimanche matin, les activités reprendront leur cours.

Niveau
Sans difficulté technique, penser à bien se prévenir du froid car toute la journée les activités se déroulent à l'extérieur.
Enfant à partir de 8 ans environ.
Durée
2 jours (du 1er jour 9h30 au 2ème jour 17h)
Dates
Le samedi 26 et dimanche 27 janvier 2008
Encadrement
Accompagnateurs en montagne diplômé d’Etat et mushers.
Nombre de participants
Groupe de 10 à 12 personnes.
Inscriptions individuelles auprès du secrétariat d’Angaka.
Matériel à emporter
Sac à dos, gourde, vêtements chauds, chaussures adaptées, sac de couchage…
Une liste complète vous sera fournie à la réservation.
Accès
Depuis Toulouse par l’A66 et le tunnel de Foix.
Depuis Barcelone par Berga, tunnel del Cadi et tunnel Puymorens.
Gare SNCF (forfaits SKIRAIL) aux Cabannes
Aéroport Toulouse-Blagnac ou Carcassonne-Salvaza.
Information et réservations:
Base aventure ANGAKA
Plateau de Beille 09310 Les Cabannes
Tél : 05.61.01.75.60
http://angaka.free.fr
email: angaka@free.fr

Source La Dépêche du Midi 

Le Pèlerin

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:25

Algérie - Départ à la retraite - “Les années d'inactivité du fait du terrorisme comptabilisées”
retraites-algeriens.jpg
Retraités algériens

Les années d'inactivité des travailleurs licenciés pour des faits liés au terrorisme sont comptabilisées pour le départ à la retraite. Cette annonce a été faite jeudi dernier à l’Assemblée populaire nationale (APN) par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh. L’annonce du ministre est en rapport avec une question orale sur la situation des travailleurs licenciés pour des faits liés au terrorisme. Cette mesure est prise “en vertu d'un décret présidentiel promulgué en 2006 au titre des textes d'application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale”, a noté le ministre, avant de préciser que le décret présidentiel fixe “les modalités de réintégration ou d'indemnisation des personnes  ayant fait l'objet de mesures administratives de licenciement pour des faits liés à la tragédie nationale”. Évoquant les méthodes adoptées pour le calcul des années d'inactivité des travailleurs au système de retraite, le ministre fera remarquer  que “les personnes concernées bénéficient du rachat des cotisations, au titre de Sécurité sociale, pour les années d'inactivité résultant du licenciement”. Et de noter que “le rachat de ces cotisations se fera sur le budget de l'État sans aucune contribution des personnes concernées conformément aux dispositions d'un article dudit décret”. Le travailleur concerné bénéficie de tous les avantages prévus par la législation du travail et le système de Sécurité sociale en vigueur, y compris pour les années de licenciement qui sont comptabilisées avec les années de travail effectif passées dans son poste de travail, fera observer M. Louh. “668 dossiers ont été pris en charge”, dira le ministre.
Source Liberté  Nadia Mellal B
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:17

 Le régime alimentaire méditerranéen

Le régime alimentaire méditerranéen riche en huile végétale et poisson est tout aussi bon pour les cardiaques que celui très stricte recommandé par l'Association américaine du cœur (AHA) faible en graisses, selon une étude publiée dimanche.
"Nous n'avons rien trouvé dans cette étude comparative indiquant une différence entre les deux groupes objet de cette recherche", a expliqué le Dr. Katherine Tuttle, directrice du centre médical et scientifique Providence à Spokane dans l'Etat de Washington (nord ouest) principal auteur de cette étude.
Le régime méditerranéen suscite un grand intérêt pour la médecine en raison des études épidémiologiques montrant que cette manière de se nourrir est liée à une faible incidence de maladies cardio-vasculaires, relève cette cardiologue.
"La bonne nouvelle pour les personnes ayant souffert d'une attaque cardiaque est que le régime méditerranéen --riche en acide gras polyinsaturées comme l'oméga-3 abondant notamment dans certains poissons-- est tout aussi bon que celui de l'American Heart Association", a-t-elle dit. Dr. Tuttle et son équipe de hercheurs ont recruté 101 personnes ayant eu une attaque cardiaque au cours des six semaines précédentes pour participer à cet essai clinique baptisé (THIS-Diet) présenté ce week-end au 56e congrès annuel de l'American College of Cardiology (ACC) à la Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud) auquel participent quelque 30.000 spécialistes.
Ils ont réparti ces sujets en deux groupes qui ont suivi l'un la diète de l'American Heart Association et le second, le régime alimentaire méditerranéen. Tous les participants ont eu deux consultations individuelles avec un diététicien lors du premier mois et répété ces deux rencontres mensuelles au troisième, sixième, douzième, dix-huitième et vingt-quatrième mois.
De plus, les sujets de cette recherche ont assisté en groupe à au moins six séances de formation en nutrition au cours des deux ans.
Les diététiciens ont recommandé à tous les participants de l'étude de limiter leur consommation de cholestérol à 200 milligrammes quotidiennement. Ils ne devaient pas non plus absorber davantage que 7% de calories provenant de gras saturé.
Les patients assignés au régime de l'AHA ont aussi bénéficié des conseils de diététiciens selon lesquels ils devaient aussi s'efforcer d'avoir moins de 30% de leur apport en calories venant de graisses, un taux qui se montait à 40% maximum pour le régime méditerranéen.
La différence s'explique par le fait que ce régime est plus riche en acide gras polyinsaturés bons pour le système cardiovasculaire.
Après une période de près de quatre ans, il n'y avait aucune différence dans les deux groupes en terme de décès, de nouvelles crises cardiaques, de douleur dans la poitrine, d'attaque cérébrale et d'hospitalisation pour une défaillance du cœur.
Le risque de complications cardiovasculaires a diminué de 66% dans les deux groupes combinés (régime méditerranéen et de l'AHA) comparativement à un troisième groupe de 101 personnes ayant souffert d'un infarctus mais sans bénéficier ensuite de consultations avec des diététiciens, précise le Dr. Tuttle.
Source Planetmag
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:02

L'Arcep délivre officiellement à Free sa licence d'opérateur mobile
freebox-free-mobile.jpg

Un utilisateur de Free contacte l'assistance téléphonique

Free officiellement dans la course. L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) lui a délivré mercredi sa licence de 4e opérateur mobile, pour laquelle les premières offres commerciales sont attendues début 2012.
Cette «autorisation d'utilisation de fréquences» de téléphonie mobile est assortie d'obligations, calquées sur les engagements qu'a pris Free dans son dossier de candidatures, explique l'Arcep dans un communiqué. L'Autorité avait annoncé le 18 décembre qu'elle retenait la candidature de Free à la quatrième licence mobile, une décision sans surprise puisque le fournisseur d'accès Internet du groupe Iliad était le seul candidat.
Entre 10 et 15% du marché mobile»
L'Arcep avait précisé à cette date qu'au moment de délivrer officiellement cette licence, Free devrait payer 240 millions d'euros, une somme versée au fonds de garantie des retraites. En incluant le déploiement du réseau, l'Arcep évalue l'investissement à environ 2 milliards.
Les enjeux de la 4e licence mobile
Free s'est engagé à lancer ses offres au plus tard début 2012, promettant de couvrir alors 27% de la population, puis 75% en 2015 et 90% en 2018. Grâce à sa base de clients - 4,4 millions de foyers, soit 10 à 12 millions d'individus, Free vise «entre 2015 et 2020, entre 10 et 15% du marché mobile», avait indiqué l'Arcep en décembre.
Le reliquat de fréquences de téléphonie mobile encore disponibles «sera attribué dans le cadre d'une nouvelle procédure de sélection ouverte à tous les acteurs, qui sera lancée très prochainement», selon le communiqué.
Source 20minutes.fr
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 19:56

A Alger, Notre Dame d’Afrique fait peau neuve  

1-Basique-ND-d-Afrique-12-07-07.jpg

12 juillet 2007 Arrivée des echaffaudages

2-Basique-ND-d-Afrique-14-07-07.jpg

14 juillet 2007 Début d'installation


3-Basique-ND-d-Afrique-15-07-07.jpg

Un jour après

4-Basique-ND-Afrique-2-8-07.jpg

2 août 2007

 

 

Le Pèlerin.

 

 

 

 

 

En venant du bord de mer, on doit emprunter une petite rue sinueuse qui prend d'assaut la colline depuis laquelle Notre Dame d’Afrique veille sur Alger la blanche. Après la traversée du quartier de Bab-el-Oued, on arrive sur le plateau de Bouzaréah. De là, la vue sur la mer est imprenable.

Madame l'Afrique, comme les Algérois nomment amicalement la basilique, trône bien qu'elle ait perdu de sa superbe. Elle est même menacée par les outrages du temps et des séismes à répétition. Notamment celui de 2003, qui lui a porté un rude coup. Mais elle est sur le point de se refaire une beauté.

La municipalité de Marseille, le conseil général des Bouches-du-Rhône, la Région Provence Alpes côte d'Azur, l'État français, l'Europe et la wilaya d'Alger sont à son chevet. Tous ont promis des aides substantielles pour cette cure de jeunesse qui devrait coûter quelque 5,3 millions d'euros. Les trois collectivités locales françaises viennent de voter des subventions de 440 000 euros chacune, abondées à parité par l'État.

Signe de ce que représente la basilique, la municipalité d'Alger s'est engagée à participer à hauteur de 600 000 euros, l'Union européenne ayant débloqué un million d'euros.

De grandes entreprises algériennes et françaises, comme Sonatrach, Sonelgaz ou Total Algérie vont également verser leur obole. Car Madame l'Afrique est un symbole important en cette période troublée d'affrontements entre le monde occidental et les musulmans les plus radicaux. Un symbole traduit en une phrase inscrite, en français, en arabe et en kabyle à même le mur d'abside derrière l'autel : « Notre Dame d’Afrique, priez pour nous et pour les musulmans. »

La basilique « unit autour d'elle les deux visages de la Méditerranée, celui du rivage européen et celui du rivage africain et arabo-musulman », aime à souligner l'artisan de cette restauration, Mgr Henri Teissier, le discret archevêque d'Alger, en réponse à ceux qui y voient un autre symbole, celui de la colonisation. L'homme sait de quoi il parle. Cela fait soixante ans qu'il vit en Algérie. Ordonné prêtre en 1955, il a opté pour la nationalité algérienne et n'a jamais quitté ce pays, même aux heures les plus sombres.

Les assassinats ont pourtant frappé de plein fouet la petite Église d'Algérie, avec dix-neuf morts sur un total de cent soixante-dix religieux tués. « Nous avons participé aux souffrances avec le peuple algérien : après onze religieux et religieuses assassinés, sept moines ont été égorgés fin mai 1996 à Tibhirine et, le 1er août dernier, Mgr Pierre Claverie, évêque d'Oran, a été tué dans un attentat », rappelle Mgr Teissier. Cela ne l'empêche pas, à 77 ans, d'oeuvrer encore pour le dialogue entre musulmans et chrétiens.

Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, qui conduisait récemment une mission de coopération de trois cents personnes à Alger, a immédiatement répondu présent quand il a été sollicité par Bernard Panafieu, alors archevêque de Marseille, et par Henri Teissier. Ce dernier cherchait le moyen de sauver « sa » basilique. Il était préalablement venu visiter le chantier de la restauration de Notre dame de la garde.

« À Marseille, ceux qui ne sont pas de religion chrétienne ne voudraient pas qu'on touche à Notre dame de la garde, nous avons senti ici le même état d'esprit », explique Jean-Claude Gaudin, qui souligne la similitude entre les deux villes et leurs basiliques, construites, toutes deux, dans les années 1850, dans le même style romano-byzantin, sur des collines dominant leur ville respective.

« Il y a 150 000 musulmans à Marseille dont 80 % d'origine algérienne. Je veux une ville où règnent le respect et la tolérance et où les musulmans peuvent exercer leur culte au même titre que les catholiques ou les juifs. Aujourd'hui, j'ai le sentiment que ce message a été reçu par les autorités algériennes, poursuit le maire selon lequel, Notre Dame d’Afrique est un symbole de paix et de rapprochement entre les peuples. » Les travaux devraient commencer début 2007.

Il y a urgence ! « La basilique est dans un état alarmant », s'inquiète Xavier David, l'architecte marseillais qui supervise le chantier algérois après avoir conduit celui de la « Bonne Mère ».

Depuis cent trente ans, les séismes ont régulièrement ébranlé l'édifice. Des fissures fragilisent sa structure, ses quatre clochetons, son campanile et son dôme.

D'autre part, la « peau » de la basilique est attaquée. Côté montagne, une contamination végétale ronge les enduits ; côté mer, c'est le sel qui abîme la pierre.

La désintégration a atteint l'intérieur même du bâtiment. La première tranche de travaux va concerner la nef et le porche. Deux des clochetons et la coupole vont être démontés, réparés et remontés à l'identique. Pour cela, des experts français en taille de pierre, couverture et consolidation en inox et fibre de carbone vont être sollicités.

José, avocat marseillais à la retraite, qui revient pour la première fois depuis 1962 à Alger, a du mal à cacher son émotion : « Notre Dame d’Afrique, c'était une église importante pour tout le monde. Il y avait une dévotion particulière. Un peu comme pour Notre dame de la garde à Marseille. »

Même trouble chez Solange Moll, adjointe au maire de la Cité phocéenne, qui, elle aussi, a quitté Alger à 20 ans. « Les retrouvailles avec Notre Dame d’Afrique sont toujours émouvantes. Mes grands-parents et un oncle sont enterrés ici. J'y ai fait ma communion. On y venait souvent pour prier, pour les petits bobos de la vie et pour les grandes occasions. Le lien avec elle est très fort », confie-t-elle.

Madame l'Afrique est devenue un lieu de pèlerinage pour les pieds-noirs, mais elle est également fréquentée par une petite communauté de quelques milliers de fidèles, des étudiants de l'Afrique subsahélienne, des Libanais, des expatriés européens et même des Chinois.

Deux cents à trois cents musulmans la fréquentent aussi chaque jour, selon Mgr Teissier. C'est le cas de Lamia, pour qui « elle fait partie de notre environnement. C'est un trait d'union entre nos deux cultures ». Et cela, même si de l'aveu de Mgr Teissier, il y a aujourd'hui « un resserrement des mentalités et une imprégnation de plus en plus grande de l'islam dans la vie sociale algérienne ».

Source le Figaro; information relayée par:

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 14:17

Ski. Les stations pyrénéennes suscitent l'engouement des Britanniques et des Irlandais.
britaniques-aeroport-blagnac.jpg

C'est un véritable débarquement. Les Anglais, Irlandais et Écossais arrivent en grand nombre, chaque semaine, à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Près de 10 000 touristes atterrissent dans la Ville rose, prêts à passer une semaine dans la région Midi-Pyrénées.
L'office du tourisme toulousain indique que les Britanniques représentent « 4 % de l'ensemble des personnes interrogées en 2009. » Il s'agit du troisième score de touristes étrangers à Toulouse, derrière les Espagnols (14 %) et les Allemands (5 %), mais devant les Belges (3 %). Les raisons de l'attrait du Capitole en Grande-Bretagne s'expliquent, selon l'Office du tourisme, par l'intérêt pour le sport. « L'entrée du TO XIII dans le championnat de seconde division anglais attire, dix fois par saison, plus de 200 Anglais par match. Toujours en rugby, la Coupe d'Europe du Stade Toulousain draine beaucoup de supporters britanniques. »
L'attrait de la montagne
En ce qui concerne l'hôtellerie, les Britanniques ont représenté 77 000 arrivées en 2008, pour 129 000 nuitées. Soit une moyenne de deux jours par visite sur le sol toulousain.
Si les rencontres sportives ou la visite du patrimoine culturel peuvent expliquer cette venue massive de Britanniques à Toulouse, elles n'en sont pas les principales raisons. La destination privilégiée de ces touristes reste la montagne et les stations de ski.
L'aéroport Toulouse-Blagnac enregistre chaque dimanche 2 400 arrivées et autant de départs entre plusieurs villes anglaises et irlandaises et Toulouse . Les tour-opérateurs affrètent des vols avec des compagnies «low cost» et prennent en charge l'acheminement en bus depuis l'aéroport vers les stations andorranes. Là-bas, on constate effectivement une hausse de la fréquentation britannique des pistes. Effrayés par le cours de la livre il y a quelques années, les Anglais avaient fui la campagne française. Aujourd'hui touristes le temps d'un weel-end, on peut supposer, à en croire les consulats britanniques en France assez optimistes, qu'ils reviendront progressivement séjourner dans les villages du sud, voire de toute la France.
Le chassé-croisé des charters du ski
Comme d'habitude ce dimanche, plusieurs vols charters arriveront de Bristol, Manchester, Birmingham, Londres, Belfast et aussi de Dublin. Et, entre 10 heures et 13 heures, un véritable chassé-croisé entre le Royaume-Uni, la République d'Irlande et l'aéroport de Toulouse-Blagnac permettra à plusieurs centaines de touristes de rentrer au pays ou à l'inverse de filer (à l'anglaise) en autobus vers les pistes immaculées des stations de ski andorranes. Cela fait environ quatre ou cinq ans que trois compagnies anglaises (Thomsonfly, Thomas Cook Airlines et Bmibaby) transportent des Britanniques et des Irlandais friands de sport hiver. Géré de bout en bout par les Anglais, ce tourisme entre l'Angleterre et l'Irlande et les Pyrénées a été organisé au départ dans le but, dit-on, d'offrir à la classe ouvrière les joies de la neige et des vacances. Aujourd'hui, les passagers des charters du ski comptent toujours des familles, mais également beaucoup de jeunes et de couples. Pour l'anecdote, la neige a contraint les avions à atterrir à Barcelone dimanche dernier.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 09:53

Algérie -  Arcelormittal Annaba - Les grévistes menacent de paralyser le haut fourneau
arcelormittal.jpg

Au 5e jour de la grève générale et illimitée qui a paralysé totalement le complexe sidérurgique ArcelorMittal El Hadjar et ses structures commerciales, le syndicat hausse le ton et menace de radicaliser ses actions de protestation si les parties concernées ne s’engagent pas officiellement dans un plan d’investissement global incluant la réhabilitation de l’unité cokerie.
L’engagement officiel des pouvoirs publics, de Sider et d’ArcelorMittal sur un plan d’investissement global en Algérie, y compris la réhabilitation de la cokerie, est la condition incontournable pour arrêter la grève générale au complexe sidérurgique d’El Hadjar. Sinon, nous sommes prêts à arrêter le HF n°2 (haut fourneau) et déplacer notre mouvement de protestation sur Alger », a prévenu hier Smaïl Kouadria, secrétaire général du syndicat de l’entreprise ArcelorMittal El Hadjar, lors d’un point de presse tenu à l’usine d’El Hadjar. D’un ton empreint de colère, le conférencier a voulu mettre dos à dos ArcelorMittal et l’Etat algérien car, pour lui, ni l’un ni l’autre n’ont respecté leurs engagements conformément à la convention de partenariat signée le 15 août 2001. Pour responsabiliser les deux parties, Smaïl Kouadria a souligné : « La convention prévoit que pendant la durée de l’accord, l’investisseur, alors ISPAT, ne pourra pas sans consentement écrit au préalable de Sider fermer un atelier. Or, la cokerie en est un. Quant à l’Etat, il s’est engagé dans la même convention dans l’article 4, alinéa 3 de protéger la production nationale de produits sidérurgiques. Il n’a pas respecté son engagement et l’importation du rond à béton fait actuellement rage dans nos ports. » Ce qui a poussé le syndicaliste à annoncer le maintien de la grève qu’il compte durcir par le biais de plusieurs actions radicales. Il se dit prêt, avec la concertation des travailleurs, à l’inscrire dans la durée et même déplacer le mouvement de protestation au niveau central. Entre autres menaces, le chef de file des grévistes prévoit – outre l’arrêt du haut fourneau n°2 – de réduire considérablement le service minimum, d’interdire l’accès aux clients étrangers du complexe et organiser des marches pacifiques et des sit-in devant le siège du ministère de tutelle et de l’UGTA, notamment après la réception de la lettre de réponse qu’a adressée Driss Tandjaoui, secrétaire général du ministère de l’Industrie, à ArcelorMittal Annaba. Une réponse qui, pour lui, n’ouvre aucune perspective pour le règlement de ce conflit social après la proposition du partenaire indien au gouvernement de négocier un plan global d’investissement en Algérie (2010-2014) incluant la cokerie.
200 millions de dollars pour la période 2010/2014
« En ce qui concerne les points relevant du code des investissements, ils pourront faire l’objet d’un examen dès que le plan d’investissement relatif au complexe sidérurgique d’El Hadjar est finalisé et déposé auprès des services de l’ANDI », peut-on lire dans ce document, qui a exacerbé davantage la tension au sein des grévistes. Implicitement, la direction générale d’ArcelorMittal Annaba a réagi dans un communiqué de presse et précisé : « Le plan d’investissement de la société est axé sur le cœur de métier, la cokerie n’est pas indispensable au fonctionnement de l’usine. » C’est dire que le géant indien de l’acier s’est rétracté et revenu à la copie originale annonçant le 11 janvier son plan d’investissement qui prévoit une enveloppe de plus de 200 millions de dollars pour la période 2010 à 2014. Pour sensibiliser les parties concernées et mettre en exergue l’impact positif d’un éventuel investissement, le secrétaire général du syndicat d’entreprise a précisé qu’« une étude gouvernementale a défini les besoins de l’Algérie, en 2010 et 2020, en produits sidérurgiques s’élevant respectivement, selon elle, à 5 et 11 millions de tonnes d’acier. Pourquoi alors ne pas investir à l’usine d’El Hadjar d’autant que le complexe dispose de toutes les commodités nécessaires et de surcroît d’une assiette de terrain de 200 h pour accueillir des investissements sans recourir à l’importation. »
Source El Watan F. Gaïdi
e Pèlerin

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 09:40

Algérie - Saâdane et les joueurs boycottent la presse nationale – La colère est-elle mal placée?
saadane-et-la-presse.jpg

Avant propos du Pèlerin
La critique est aisée mais l’art est difficile…
Si la presse veut commenter de nombreux matches, il faut d'abord que l’Algérie en gagne ...des matches..Pour cela l’équipe doit connaitre une certaine sérénité..
Les histoires de primes, de recherche de transfert, de jalousie entre joueurs sont des sujets quotidiens dans leur vie Ne rajoutons pas à tous ces petits tracas, la remise en cause systématique du rôle de chacun des membres de l’équipe et du staff.
Tout le monde a le droit à l’erreur, si celle-ci ne se répète pas et ne devient pas le pain quotidien des détracteurs
Il y a peu de temps Saâdane était l’homme de l’année en Algérie….Ne soyons pas versatiles au point de haïr ce que nous avons aimé hier.
Toute l’équipe a besoin, non seulement de sérénité mais du support de la presse et du peuple algérien…comme à Kartoum…..Alors supportez par tous les moyens la tâche de l’équipe face à l’Angola….afin de ne pas avoir une éventuelle défaite sur la conscience
Cela étant vous lirez ci-dessous l’article d’infosoir sur le sujet
Rien ne va plus entre les journalistes algériens d’une part et les Verts et le staff technique d’autre part. Saâdane a ordonné leur boycott n’ayant pas digéré le flot de critiques, suite à la débâcle — c’en était une qu’il le veuille ou non — face au Malawi.
Ce ne sont sûrement pas les journalistes algériens et encore moins la chaleur ou l’humidité qui ont été la cause de la débâcle de l’Equipe nationale face au Malawi. Il faut tout simplement admettre qu’ils ont été nuls. L’attitude des joueurs algériens après la victoire face au Mali, montre combien ils ont encore beaucoup à apprendre quant au professionnalisme. Au moment où les stars du football mondial, à l’image de Kanouté (Séville), Keïta (Barcelone), Diarra (Real Madrid), Sissoko (Juventus) affichent leur entière disponibilité à répondre aux questions des journalistes algériens, les nôtres décident de boycotter tout ce qui est algérien ! Ils préfèrent la presse étrangère à celle de leurs compatriotes.
L’entraîneur Rabah Saâdane n’a pas hésité à remettre en cause l’algérianité de certains journalistes et s’est trouvé une nouvelle vocation de donneur de leçons de patriotisme. La cause ? Elle est presque incongrue qu’incompréhensible. Saâdane et son entourage auraient voulu que les journalistes disent que tout est beau au sein de cette Equipe nationale après son humiliation par le Petit Poucet du tournoi, le Malawi en l’occurrence. Le staff technique espérait, peut-être, des louanges de la part de la presse après cette débâcle de 3 à 0 contre le Malawi.
Les joueurs – ou du moins certains d’entre eux dont nous ne citerons pas les noms de peur de nous faire traiter de traîtres – semblent nous en vouloir puisqu’ils n’ont pas hésité à dire : «Ne parlez pas avec les Algériens», à leur passage au niveau de la zone mixte pour rencontrer les journalistes. Mis à part les mêmes, Meghni, Bougherra, Laïfaoui, Bouazza et le capitaine Mansouri, le reste a tout simplement boycotté les envoyés spéciaux de la presse algérienne. Mais dès qu’un journaliste étranger leur tend le micro, le joueur «algérien» se laisse emporter dans le jeu des questions-réponses de nos confrères de RFI, Sky Sport, Canal + et d’autres venus d’outre-mer. Certains joueurs ont même humilié les journalistes algériens.
D’autres ont carrément versé dans l’insulte. Le tout, avec la bénédiction du président Raouraoua qui ne souhaite guère mettre le holà à cette situation. Il faut signaler que seule l’Algérie, parmi les trois autres équipes qui forment le groupe A de Luanda, ne communique pas. Au moment où l’Angola, le Malawi et le Mali organisent une rencontre avec la presse sur leur lieu d’hébergement, les nôtres se sont contentés d’une seule conférence de presse, qui s’est déroulée le vendredi 8 janvier… dans les vestiaires du stade Coqueiros. C’est indigne et c’est un manque flagrant de respect pour des personnes qui ont soutenu cette équipe dans les moments les plus difficiles et les épopées du Caire et de Khartoum en sont témoins. Il faut dire que vous vous trompez de cible… compatriotes.
Source Infosoir DJ.O.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0