Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 23:26

Sidi Bel Abbes - La magie des monts Tessala

Si le Tessala n’existait pas, il aurait peut-être fallu le créer, note le chercheur et universitaire Hani Abdelkader.
C’est dire l'importance de cette dorsale montagneuse indispensable aux écosystèmes des plaines d’Oran au nord et celles de Sidi Bel Abbes au sud.

Véritable tampon naturel, cette chaîne, atteignant en son point culminant, le djebel Tessala, les 1 063 mètres d’altitude, abrite un ensemble de communes montagneuses, à cheval entre les wilayas de Sidi Bel Abbes, Oran et Aïn Témouchent. La commune de Tessala couvre une superficie de 11 824 ha et regroupe une population estimée à 7 222 habitants. Selon le chercheur Hani Abdelkader, de l'université de Sidi Bel Abbes, le Tessala était jadis «une terre à blé».
Les populations locales y ont souvent trouvé «refuge lorsqu’elles se sentaient menacées par quelque envahisseur extérieur», de l'époque romaine à celle de la colonisation. Pendant longtemps, a indiqué le chercheur, les archéologues ont cru y trouver la cité antique d’Astacilis, «mais ont fini par abandonner cette hypothèse». En fait, l’occupation par Rome de cette région habitée très tôt par des tribus berbères, a été «presque exclusivement militaire», les légions romaines qui s’y établirent s'étant retranchées dans des cantonnements fortifiés dont des vestiges se trouvent à Aïn Zertita et Aïn Bent Soltane. Avec l'avènement de l'Islam, l'histoire du Tessala s'enrichit de pans relevant tant de faits historiques que de légendes, faisant tour à tour défiler autant d'hommes historiques que de savants ayant décrit la région, avec successivement le soufi Sidi Yedder, le géographe et botaniste andalou El-Idrissi, les tribus hilaliennes des Beni Ameur, Léon L’Africain, ou encore le précurseur de la sociologie moderne, Ibn Khaldoun, puis la résistance contre l'occupation espagnole et les relations mitigées avec l'administration ottomane.
Mais c'est la colonisation française qui allait déstructurer les agrégats sociologiques de cette région où les colons français avaient convoité les terres fertiles. Ce sera aussi, selon les historiens, les premières causes de la dégradation du milieu naturel. La faune et la flore de cet écosystème particulier ont été touchées par une agriculture intensive et un déboisement démesuré.
La prospérité des colons s'était, en somme, déployée au détriment des populations locales. Aujourd'hui, il s'agit de renforcer le programme de protection de cet écosystème dans une trajectoire de développement durable, préconise le conservateur local des forêts. «Notre mission consiste à protéger ces monts des incendies de forêts et de multiplier les opérations de reboisement», a-t-il indiqué, décrivant les richesses naturelles du Tessala connu pour ses chênes, dont le Taillis dense de chêne vert, le Matorral dense de chêne kermès, en plus du pin d’Alep, et de l'eucalyptus. Par ailleurs, le directeur du tourisme, M. Abdelkader Toualbia a fait savoir que ce site avait été choisi pour abriter une zone d’extension touristique (ZET) dont le dossier est en voie de finalisation.
Le Tessala est très fréquenté, surtout pendant les week-ends, notamment pour son sanatorium pour enfants asthmatiques, son centre de vacances, ses espaces de détente et de loisirs, ainsi que son fort, l’un des rares vestiges de l’empire romain.
Source Info Soir R.L.
Le Pèlerin

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 23:06

Les Forges de Pyrène

Un pour être partagé Les sabots, le pain, les peignes, l'or... Tout est à vous !

 

Vous entrez dans un hameau hors du temps. Sur le site de l'ancienne forge de Montgaillard transformée en taillanderie (fabrication d'outils) au XIXe siècle, les Forges de Pyrène présentent un intéressant patrimoine régional : 130 métiers d'autrefois, une collection de 6500 instruments et machines et plusieurs ateliers animés : le forgeron, le sabotier, le boulanger, l'orpailleur, le fabricant de peignes en corne, le martinetteur...

Classée monument historique en 1983, la forge à martinet (gros marteau de forge actionné par une roue hydraulique) est la dernière encore en activité tous les jours en France. Une référence dans les Pyrénées !

NOUVEAU

Parcours scénographique "Les Ages de la Vie" :

Un spectacle, avec une histoire et de l'émotion, conduit par Baptistou (85 ans) qui raconte sa vie en Ariège à Manon, son arrière-petite-fille.

Possibilités de visite de 2h jusqu'à la journée. Aire de pique-nique au bord d'un plan d'eau, jeux pour enfants, restaurant, chenil gratuit.

http://www.sesta.fr/

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Pyrénées
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 15:23

«Le Monde» de mardi interdit au Maroc pour avoir publié un sondage sur le bilan du Mohammed VI

La couverture du magazine marocain TelQuel.

Un hebdomadaire marocain est également victime de la censure...

Pas touche au roi. L'édition du journal «Le Monde» daté du 4 août «n'a pas été autorisée à fouler le sol marocain à son arrivée lundi soir à l'aéroport de Casablanca. Il ne sera pas mis en vente mardi dans les kiosques», a déclaré à l'AFP un responsable marocain. Motif: «Le Monde» a publié un sondage sur le bilan du règne du roi Mohammed VI.

Cette interdiction s'ajoute à la saisie samedi par les autorités des deux derniers numéros des hebdomadaires indépendants marocains TelQuel et Nichane, sa version arabe, relate le quotidien du soir.
«La monarchie ne peut être mise en équation»
Cette grande première au Maroc n’était pas du goût du gouvernement. «La monarchie ne peut être mise en équation, même par la voie d’un sondage», a déclaré, selon «Le Monde», le ministre de la communication Khalid Naciri.
Ce qui est d’autant plus surprenant, note le quotidien français, c’est que le sondage «est extraordinairement favorable à Mohammed VI. Le roi est même plébiscité par le peuple marocain». 91% des personnes interrogées trouvent que le bilan des 10 ans de règne est positif.
Reporters sans frontières condame
«Le Monde» a annoncé depuis Paris qu'il maintenait la publication de ce sondage à destination du Maroc préférant faire endosser la responsabilité de l'interdiction aux autorités marocaines que de «s'auto-censurer».
Dès samedi, le ministère marocain de la Communication Khalid Naciri avait averti que si «Le Monde» maintenait la publication de ce sondage, il ne sera pas mis en vente au Maroc 

Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) et Reporters sans frontières (RSF) ont condamné avec «force» la saisie des 100.000 exemplaires de TelQuel et de Nichane.

Source 20minutes.fr O.R. et P.
Le Pèlerin

Repost 0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 06:50

Santé - L’art de vieillir en pleine forme !

Bien vieillir, rester jeune et en pleine forme : activité, soins de soi, prévention, alimentation... Tout savoir sur l'art de vieillir en pleine forme !
1- Faites de la prévention : toutes les maladies, surtout le stress, accélèrent le vieillissement de l’organisme car celui-ci «surproduit» alors des radicaux libres. Or, une bonne hygiène de vie et une alimentation riche en fruits et légumes peut prévenir de nombreuses maladies. En effet, une alimentation équilibrée est nécessaire à l’organisme que l’on soit en poids normal ou en surpoids. Pour ce faire, suivez les règles suivantes :
Choisissez les aliments qui vous conviennent et vous apportent les éléments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.
Équilibrez vos repas : pas d’excès suivis de restrictions, bonne régularité du rythme des repas dans la journée et dans la semaine.
2- La majorité des femmes de plus de 55 ans pensent qu’il faut manger moins pour rester jeune.
Ce n’est pas nécessaire, car nos besoins restent stables. Pour les couvrir, nous devons apporter au moins 1500 calories sous forme d’aliments riches en nutriments (fruits, viandes, légumes, poissons, produits laitiers, œufs…). Lorsqu’on prend de l’âge, notre corps absorbe de moins en moins bien les vitamines et les utilise de plus en plus mal. C’est pourquoi il faut augmenter l’apport en fruits et légumes et baisser la consommation des produits transformés.
3- Notre visage est constamment exposé aux différents agents atmosphériques.
Pas étonnant qu’il vieillisse plus vite. Protégeons-le avec des crèmes hydratantes contenant des filtres anti-UV. Ne vous exposez pas trop souvent au soleil. En fait, notre corps a besoin de vingt minutes de lumière du soleil par jour. Au-delà, on accélère son vieillissement.
4- La meilleure résolution est de quitter son joli canapé et pratiquer une activité physique régulière pendant quinze à trente minutes par jour, au moins trois fois par semaine. Les mouvements permettent de maintenir convenablement la colonne vertébrale et assurer ainsi un bon maintien. Les meilleurs sports pour perdre du ventre sont : la natation, la marche et la gymnastique aquatique qui font muscler les abdos en douceur, la danse, les cours d’abdos fessiers évidemment, qui améliorent la tonicité, et aussi la corde à sauter et le jogging !
5- Penser à hydrater l’épiderme matin et soir en utilisant une crème de nuit nourrissante, qui va aider la peau à trouver son éclat. Les huiles pures font le plus grand bien à la peau. L’huile de rose musquée et l’huile d’argan sont deux huiles possédant des propriétés cosmétiques exceptionnelles.
6- Vous entraînez votre corps et cela vous parait normal ? Continuez toute votre vie à faire marcher votre esprit. Plus il fera de gymnastique, plus vos fonctions cérébrales seront bien entretenues.
Source L'Internaute
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Santé
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:19

Radars. De plus en plus de toulousains équipés d'un Coyote

Technologies. C'est en quelque sorte le remplaçant des célèbres appels de phares…

Finis les sympathiques appels de phares, l'heure est à la technologie communautaire dans le domaine de la localisation des radars fixes et mobiles. Le système Coyote propose aux automobilistes équipés d'un boîtier de signaler les radars mobiles par la pression d'un bouton, afin d'avertir tous les autres automobilistes équipés d'un Coyote. À la condition bien sûr, de souscrire un abonnement de 150 euros par ans, ou de 250 euros pour 2 ans.

Dimension communautaire

« La nouveauté avec Coyote, c'est la dimension communautaire ; un automobiliste avertit les autres », affirme Laurent Hecquet, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.

58000 conducteurs seraient équipés en Coyote dans la région Midi-Pyrénées, d'après le constructeur de l'engin. Et dans un magasin Feu Vert de Toulouse, un responsable affirme que « ces petits boîtiers se vendent de plus en plus, et ce depuis qu'ils ont été créés ». D'après Laurent Hecquet, le Coyote serait un outil utile pour les professionnels tels que les commerciaux, « qui roulent beaucoup et doivent constamment vérifier leur tableau de bord, ce qui est très stressant ». Il ajoute que « les gens ne vont pas payer 150 euros par an s'ils ne roulent pas, or ce ne sont pas les professionnels équipés de Coyote qui vont provoquer des accidents ». Mais pour Jean-Marie Leverrier, membre du bureau de la Ligue contre la violence routière, « le système Coyote est un système pervers, qui incite les automobilistes à transgresser la loi et la morale ». Il indique que « les radars sauvent des vies » ajoutant qu'il existe déjà des techniques de régulation ou de limitation de la vitesse. « Le Coyote sert surtout à vendre des grosses voitures puissantes et qui montent à des vitesses excessives », conclut-il. Hecquet au contraire pense que « le Coyote est légal donc il faut le considérer comme un instrument positif ; il aide à réduire les petites fautes qui coûtent beaucoup de points sur le permis et qui finalement ne sont dues qu'à des moments d'inattention ». Autrement dit, le débat sur le Coyote est loin d'être clos.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:17

 Nissan présente sa première voiture entièrement électrique

Nissan a présenté dimanche à Yokohama, près de Tokyo, son premier modèle de voiture entièrement électrique, la "Leaf". Le constructeur automobile japonais, partenaire du Français Renault, inaugure ainsi sa nouvelle stratégie, commercialiser des véhicules à "zéro émission" de polluants.
La "Leaf" ("feuille", en anglais) est une voiture de taille moyenne (4,44m) à cinq places, dotée de quatre portes. Sa ligne moderne et assez sportive n'a cependant rien de futuriste, et s'apparente à celle d'un véhicule à essence ou diesel de même catégorie. La commercialisation doit débuter fin 2010 au Japon, aux Etats-Unis et en Europe.
"Ce n'est pas une voiture destinée à un marché de niche. Nous ne lui avons pas donné une apparence inhabituelle. Cela devait être une véritable voiture", a expliqué le designer Shiro Nakamura lors de la présentation du véhicule à la presse, en présence du PDG de Nissan et Renault, Carlos Ghosn. La "Leaf" a été dévoilée à l'occasion de l'inauguration du nouveau siège social de Nissan, dans la ville portuaire de Yokohama, située à une trentaine de kilomètres au sud de Tokyo.
Voiture entièrement électrique, la "Leaf" n'émet aucun gaz d'échappement. Elle est équipée d'une batterie de type lithium-ion lui conférant une autonomie à pleine charge de 160km. Selon Nissan, les études montrent que cette "autonomie satisfait les besoins de plus de 70% des consommateurs dans le monde conduisant des automobiles".
La batterie peut être rechargée à domicile, sur prise secteur, ce qui prend environ huit heures. La recharge à 80% de la capacité peut aussi être effectuée en 30 minutes avec un chargeur rapide, qui sera par exemple disponible dans des stations prévues à cet effet.
Nissan précise avoir conclu une trentaine d'accords de partenariat, notamment avec des collectivités locales et entreprises privées au Japon, aux Etats-Unis et en Europe, pour le "développement d'un réseau étendu d'infrastructures de recharge". Le constructeur table également sur des "encouragements et subventions de gouvernements locaux, régionaux et nationaux".
Sur le plan de la conduite, Nissan promet un véhicule capable d'atteindre 140km/h, "hautement réactif" et "à hauteur des attentes des consommateurs par rapport à des automobiles traditionnelles à essence".
Cette voiture "constitue une véritable avancée", a souligné Carlos Ghosn. "Nous avons travaillé sans relâche pour arriver à ce jour et dévoiler une voiture conçue pour le réel et qui n'émet pas" de polluants, a-t-il dit.
Nissan n'a pas dévoilé dans l'immédiat le prix de la "Leaf". Le constructeur assure cependant qu'il devrait être voisin de celui de la Versa à moteur thermique, dont la version de base est commercialisée à l'étranger à partir de l'équivalent de 7.000 euros
Concurrent de Nissan, Mitsubishi Motors a lancé en juin sa propre voiture électrique, l'i-MiEV. Mais le constructeur japonais a reconnu que son prix -4,59 millions de yens (34.160 euros)- est trop élevé. Toyota, autre concurrent nippon de Nissan, prépare également son propre véhicule électrique.
Toyota, ainsi que Honda, commercialisent déjà des véhicules à technologie hybride (moteurs à essence et électrique) de plus en plus populaires au Japon.
Source : AP

Le Pèlerin
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Economie
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:14

Tâter pour ma reconnaitre

Deux hommes sortent ivres de la maison d'un collègue chez qui ils sont allés prendre l'apéritif.
"Ouktami la bagnole ?"
"Jsais plus !"
"Bon je vais chercher par là et toi par là..."
Et les voila qui tâtent le toit de deux voitures.
"C'est pas celle-la !"
"Pas celle-la non plus !"
Et ils tâtent les toits de deux autres voitures.
"Pas celle-la..."
"Pas celle-la non plus..."
Et ils continuent.
Un passant qui promène son chien, intrigué, demande au plus proche :
"Je ne suis pas curieux mais j'aimerais savoir, comment vous pouvez reconnaître votre voiture en tâtant le toit ?"
"Tout simple, sur le toit de la nôtre, il y a un gyrophare bleu..."
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:07

En Août, c'est la fête aux villages

Fêtes

Du 6 au 9.août 2009

Garanou. Les 7 et 8, Repas sous chapiteau à 21 heures, (azinat), feu d'artifice, concours de pétanque, bal les 2 jours.

Sentenac-de-Sérou. Le 7, à 20 h 30, grand loto ; le 8, à partir de 8 heures, vide-greniers et à 10 heures, démonstration de cuisson de céramique technique Raku, les arts de feu, concours de dessin pour enfants, grillades et buvette sur place, concours de pétanque, apéritif offert par la municipalité et animation avec la banda des Gais Rimontais, repas dansant à 20 h 30.

Artix. Le 7, concours de belote ; le 8, grillades, bal avec orchestre ; le 9, midi et soir, mounjetado et orchestre, vers 16 heures, concours de pétanque.

Dun. Le 7, marché fermier à 16 heures, bal à 22 h 30. ; le 8, concours de pétanque, bal ; le 9, bal à 22 h 30.

Prades. Le 7, à 22 heures, disco mobil ; le 8, à 14 heures, concours de pétanque, à 15heures spectacle inter vachette, à19 heures apéro tapas, à 22 heures disco mobil ; le 9, fête des Estives, repas à 13 heures.

Rieucros. Le 7, soirée neige ; le 8, repas avec bandas, soirée avec Festitour 2009 ; le 9, repas avec orchestre.

Ustou. Le 7, à19 heures, bandas et grillades ; le 8, tour de ville et vide-greniers, chasse aux trésors l'après-midi, repas ssuivi d'un bal; le 9, apéritif , concours de pétanque.

Gourbit. Le 7, retraite au flambeaux et bal en soirée ; le 8 et le 9, bal; le 10, jeux d'enfants et concours de pétanque.

Saurat. Quatre jours de fête.

Verniolle. Le 7, soirée dansante ; le 8, tapas et soirée dansante avec orchestre ; le 10, soirée dansante avec orchestre ; le 11, paëlla avec soirée dansante. 5 soirées consécutives de festivités avec fête forraine, bals, vide grenier, buvette, animations.

Illier-et-Laramade. Le 7, apéritif sur la place du village. bal avec orchestre.

Bénac. Le 8, concours de pétanque, à20 heures mounjetado, à 22 heures bal; le 9, à 12 heures apéritif concert, à 18 heures apéritif dansant, à 21 heures soirée dansante.

Méras. Le 8 concours de belote ; le 9 repas et animation.

Soulan. Du 8 au 10, animations ; le 9, repas champêtre, concours de pétanque ; paint-ball et quad pour les enfants.

Siguer. Le 9, à 20 heures, repas et animation musicale ; le10, challenge de pétanque.

Mercus.Le 8, à 10 heures, concours de boules lyonnaises, à 20 heures repas à thème sur la place du village, à 22 heures bal; le 9, à 12 heures, apéritif concert sur la place, à14 heures concours de pétanque, à17 heures spectacle, à 22 heures bal; le 10, concours de pétanque , à22 heures feu d'artifice tiré sur le lac et bal.

Goulier. Les 8, 9 et 10, bal tous les soirs, animations diverses; le 11 concours de pétanque.; le 12 vide -greniers sur la place.

Hameau de Saint-Cirac - Soula. Le 8, pétanque, cochon à la broche et bal.

Fêtes locales également au Puch, Trémoulet, Esplas, Larcat, Sinsat, Castelnau-Durban, Ercé, Artigues, Rouze (11 et 12) et Cescau,

Du 12 au 17 aout 2009.

Varilhes. Le 13, à 21 heures, concours de belote ; le 14 ,à 15 heures jeux pour enfants, à 18h30 apéritif concert, à 21h30: bal avec orchestre; le 16, à 18h30, apéritif concert et à 21h30, bal; le 17, à 21h30: Machprod Festy Tour 2000 animera la soirée avec cotillons et cadeaux, à 23heures, feu d'artifice et reprise du bal.

Ax-les- Thermes.Les 14 et 15,fêtes européennes. Au programme: fête Foraine, spectacles pyrotechniques, bal populaire, village découverte des saveurs d'Europe du sud, concours de pétanque et spectacles traditionnels.

Carla de- Roquefort - Villeneuve-d'Olmes.Le 14, à 12 heures, apéro concert, à 19 h30 mounjetado avec animation banda, à 22heures bal; le 15, à 14 heures pétanque, à 19h30 grillade, à 22 heures bal, à 23 heures, feu d'artifice avec embrasement de l'église.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Pyrénées
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:06

Le changement mais avec qui ?

Dans une tribune publiée dans le dernier numéro de la revue «Diplomatie», le docteur Saïd Sadi, leader du RCD, a exprimé le point de vue que «l'avènement d'un changement dans le pays est plus qu'une évidence et que le question n'est pas de savoir s'il aura lieu, mais d'en anticiper les procédures et la nature». Sa conviction en un changement à venir inéluctable, le leader du RCD l'a étayée par une analyse extrêmement sombre de la situation politique et sociale de l'Algérie actuelle. Laquelle, selon lui, se caractérise par le «divorce entre le régime et une société composée en particulier de jeunes qui ne songent qu'à quitter le pays». Au point que «le pays se dévitalise, les cadres fuient, faisant que la situation est intenable».
 Ce tableau de l'état des lieux politique et social de l'Algérie, tel que le dresse le docteur Saïd Sadi, les causes qu'il avance comme étant à l'origine de la crise dans laquelle se débat le pays, sont d'une implacable vérité, que ne récuseront que les laudateurs stipendiés du régime. Aussi juste est le constat qu'il fait que la manne financière dont dispose le pays ne sert qu'au maintien du système car elle permet à ses dirigeants «de voir venir et de refuser la moindre évolution».
Comme d'autres personnalités de l'opposition, le leader du RCD s'est fait à la certitude que le changement dont il prédit l'avènement inévitable ne viendra pas du système mais en dehors de lui. Mais sa certitude énoncée, il ne propose rien en tant qu'acteur politique qui soit en mesure de fédérer les volontés déterminées à «résoudre la problématique des procédures» à mettre en action pour rendre possible un changement qui viendrait de l'extérieur du système. On est d'accord avec Saïd Sadi que «la plus grande partie de cette problématique devra être résolue par les Algériens eux-mêmes», mais en lui faisant remarquer toutefois que c'est en premier la mission des formations de l'opposition de faire oeuvre de propositions et de s'en faire les vecteurs crédibles auprès de ces Algériens.
Ce qui n'est malheureusement pas le cas de ces formations, dont la sienne. Certaines de ces formations ou les personnalités de l'opposition ont fait un moment illusion en proposant, qui un projet de programme devant servir de plate-forme au changement pour lequel ils disent travailler, qui une initiative destinée à déclencher la mobilisation populaire en faveur de ce changement et à être le cadre de son organisation. Tous enfin ont appelé à la fédération des forces acquises au principe du combat pour faire aboutir ce changement par une transition pacifique et démocratique.
Où en est-on de tout cela ? Dans l'hibernation la plus profonde des promoteurs de ces projets et initiatives. Alors, l'inquiétant est que si l'avènement d'un changement est une évidence de par la situation politique et sociale du pays, il est à craindre qu'il se produise par des «procédures» sur lesquelles ces formations et personnalités de l'opposition n'auront aucune prise et donc la capacité d'en empêcher la récupération à des fins qui n'ont rien à voir avec l'espérance de démocratie et d'Etat de droit.
Source  Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 16:29

Algérie - Marché parallèle: L'euro flambe

C'est la saison des bonnes affaires pour les cambistes informels. La place du 1er Novembre, réputée place forte du change parallèle, située au cœur de la ville de Constantine, juste en face du siège de la BNA et de la grande poste, grouille de monde dès la première heure de la matinée.
Des liasses de billets de 1.000 dinars entre les mains, des jeunes guettent les passants, scrutant les visages pour détecter le client potentiel, et n'hésitent pas à proposer leur service presque à la criée: «euro, euro», font-ils entendre à la ronde. Le taux de change des devises, l'euro particulièrement, connaît une hausse assez importante ces derniers jours, vu la forte demande sur le marché. Départs vers les lieux saints (Omra), ou en vacances, des dizaines de citoyens rallient cette place pour effectuer le change de la monnaie locale en euro.
Un cambiste nous confiera que l'euro, échangé hier à la vente à 12.350 dinars contre 100 euros, a atteint un seuil inimaginable si l'on se réfère à l'avènement récent de la crise financière mondiale et ses répercussions sur le change des monnaies étrangères.
Beaucoup de facteurs ont donné des ailes au marché des devises, dont les départs à l'étranger de nombreux nationaux, pour des raisons touristiques, ou de business. Et contrairement à ce que l'on pouvait attendre, l'arrivée massive des émigrés n'a pas du tout influé sur le taux de change de l'euro qui a gardé sa cote en hausse, faisant peu cas de la masse d'argent mise à l'occasion en circulation sur le marché noir. «Les émigrés ne viennent pas au pays avec les poches remplies d'argent», signalent les cambistes. Ajoutant dans ce sillage que «la crise économique les a touchés, eux aussi, de plein fouet.» Pour un autre cambiste, le marché des devises obéit, au-delà des considérations saisonnières, aux manœuvres des grands affairistes. On soutiendra aussi que c'est la fuite des capitaux qui alimente réellement le marché de la devise. «Des sommes colossales en dinars sont échangées en euros sur le marché parallèle, parfois en tranches pour plus de discrétion, que l'on achemine aussitôt à l'étranger pour les placer dans des comptes bancaires», soutient-on. Ces affirmations sont étayées par les arrestations opérées récemment par les éléments de la gendarmerie nationale dans la région d'Oum El-Bouaghi, où les saisies de sommes en millions d'euros révèlent une grave saignée de l'économie nationale. Le marché parallèle des devises sera florissant tant que durera la mise en circulation de grandes masses d'argent en monnaie locale.
Quotidien d'Oran A. Zerzour
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article