Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 23:26

Hassi Messaoud 
Un projet pour une «oasis urbaine»


Faute de photo de la ville nouvelle, voici Hassi Messaoud aujourd'hui


La ville nouvelle de Hassi Messaoud devant être réalisée d’ici à 2016 reflétera l’image d’une ‘’oasis urbaine’’ unique dans son genre en Algérie lorsqu’on se réfère à son plan d’aménagement et d’urbanisme.
Couvrant une superficie 4.483 hectares sur le territoire de la commune de Hassi Messaoud, la ville nouvelle ‘’va remplir toutes les conditions fonctionnelles et d’intégration environnementale appropriée dans une atmosphère communautaire de qualité’’, apprend-on auprès de l’Etablissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH).
Le nouveau Hassi Messaoud, situé à équidistance (80 km environ) des villes de Ouargla, Touggourt et Hassi Messaoud, comprendra une grande variété de zones résidentielles attractives puisqu’elle sera dotée de tous les équipements d’un centre urbain de haut niveau, dont les fonctions de base sont les activités énergétiques, universitaires, culturelles, sportives et de loisirs.
Ainsi, le programme urbain de cette ‘’Oasis pétrolière’’ qui va coûter près de six (6) milliards de dollars, prévoit la réalisation de deux programmes d’habitat individuels et collectifs et d’un troisième pour les équipements d’accompagnement.
Le programme habitat destiné pour une population de 80.000 habitants comprend la réalisation de 7.929 logements individuels et 10.446 logements collectifs.
Quant au programme des équipements, il inclut toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir la population de l’ancienne ville, déclarée zone à risques majeurs par les autorités en raison de son implantation sur le périmètre du plus grand champ pétrolier du pays (Hassi Messaoud).
Le plan urbain de la ville nouvelle de Hassi Messaoud prévoit la réalisation d’infrastructures pour les secteurs respectivement de l’éducation nationale (43 infrastructures), l’énergie (12), santé de la population (30), jeunesse et sport (37), culture (27), administrations (27), finances et assurances (5), commerce (253), tourisme (3), culte (6), divers (7) en plus d’une gare routière et d’une décharge publique.
Pour le secteur de l’éducation, l’établissement de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (EVNH), chargé de la concrétisation du projet, prévoit la construction de 10 crèches et jardins d’enfants, 22 écoles primaires, 6 collèges d’enseignement moyen, 3 lycées, un institut technologique et un centre de formation professionnelle.
Quant au secteur de l’énergie, il est prévu notamment la réalisation d’un institut Algérien du pétrole, d’un centre de recherches et développement de Sonatrach et 10 sièges régionaux pour cette entreprise et ses différentes filiales, selon l’EVNH .
La ville nouvelle comprendra également 2 hôtels, un parc de loisirs et des sièges administratifs qui concernent pour l’essentiel des sièges pour les corps de la sûreté urbaine, la gendarmerie, les douanes ainsi que des bâtiments administratifs destinés à accueillir notamment la Daïra, l’APC, l’OPGI, l’EPLF...
Le secteur de la culture a également était de mise dans ce programme puisqu’il est prévu notamment la construction de 6 maisons de jeunes, 4 centres culturels, 5 salles de cinéma, d’un amphithéâtre, d’un théâtre et d’un musée.
Il est également prévu la réalisation de 31 terrains de jeux et sport en plein air, 2 piscines et 2 salles de sport spécialisées.
Concernant le secteur de la santé, il est inscrit dans ce programme la réalisation d’un hôpital de 240 lits, de 4 maternités urbaines, de 3 polycliniques, de 4 centres de santé, de 6 centres médico-sociaux, d’un foyer pour personnes âgées, de 6 cliniques dentaires, 4 pharmacies et un orphelinat.
Il est à rappeler qu’en application de la loi relative à la prévention des risques majeurs datant de 2004, le périmètre d’exploitation de Hassi Messaoud avait été déclarée zone à risques majeurs.
A ce titre, la délocalisation de la ville de Hassi Messaoud a été décidée par les hautes instances du pays en 2006 à travers un décret pour la création d’une ville nouvelle dénommée ‘’Ville Nouvelle des Hassi Messaoud’’.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 23:21

Tournoi de Pétanque la nuit du destin à Cherchell

Les Pieds Noirs ont introduit la pétanque en Algérie. Malgré leur départ, la pratique de ce sport s’st perpétuée en Algérie.
La pratique de la pétanque et restée fortement ancrée dans les traditions sportives cherchelloises…Certes ce sport est loin de rivaliser avec  le Football ou le Basket mais si vous vous promenez sur la place centrale de Cherchell vous trouverez des joueurs de qualité en découdre les uns les autres avec assiduité et acharnement….
Les plus anciens vous diront avoir partagé la pratique de ce sport avec les Pieds Noirs depuis partis…. à la glorieuse époque dont ils gardent tous un souvenir ému….
Je ne trouvais donc à Cherchell en plein Ramadan en ce 27ème jour du ramadan qui semblait avoir laissé des traces sur les organises de chacun d’eux….Il avait fait extrêmement chaud en ce début de ramadan ; cela avait laissé des traces…
Votre serviteur qui chaque fois qu’il se rend en Algérie co-pratique l’abstinence (non pas par conviction religieuse mais par respect d’autrui et respect des traditions locales).
Cela ne faisait guère que deux jours que j’étais en Algérie et je ne souffrais guère des effets de la pratique du jeune qui devait se terminer 5 jours plus tard...
A l’occasion de la 27ème journée du ramadan et donc la nuit du destin, l’association sportive locale, le Mouvement sportif de Cherchell - MSC,  organisait un grand tournoi de pétanque où se retrouvaient l’élite des pétanqueurs Cherchellois et régionaux.
Au terme de parties fortement acharnées il fut décerné aux trois vainqueurs de ce tournoi des lots fort intéressants aux trois triplettes en tête de ce concours à savoir :
-       Mokaïdi Aziz
-      Nedjma Azaïne
-      Yacine

Votre Serviteur remet le premier prix à Mokaïdi Aziz
Rachid remet le second prix
Les autres membres des triplettes 
Le troisième prix à Yacine

Votre serviteur eut  l’honneur de remettre le premier prix au vainqueur du tournoi à Aziz qui eut l’honneur (je cite ses propos) de jouer avec les Pieds Noirs cherchellois de l’époque…
Toutes mes félicitations aux lauréats ainsi qu’à tous les participants perpétuant ainsi la pratique d’un sport que j’avais également exercé dans ma chère ville d’Hussein-Dey comme le montrent certaines photos incluses dans l’un de mes blogs.

L'organisateur, le MSC et son Président ( ci-dessus)

Mes félicitations s’adressent également aux organisateurs de ce tournoi qui s’est admirablement bien déroulé

Votre Correspondant

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 23:14

L’Algérie un pays riche !

 

L’Algérie a gardé dans la région arabe, durant ces trois dernières années, sa position concernant les réserves en or qu’elle possède selon les estimations du Conseil Mondial de l’Or. Des réserves estimées à 137.6 tonnes, sans compter celles de la banque d’Algérie, représentant 20 millions de dollars, ce qui fait d’elle la deuxième nation Arabe, après le Liban.
L’Algérie a, dans ce domaine, dépassé les pays du Golf à leur tête le Royaume de l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis aux dépens de la Libye.
Malgré la stabilité de la valeur des réserves en or pour l’Algérie, cette dernière demeure parmi les pays les plus importants que ce soit au niveau Arabe ou bien dans le monde car elle est classée 23eme mondialement, au moment où plusieurs pays arabes ont vendu des quantités de leurs réserves en or entre l’année 2005 et l’année 2007.
La réserve en or Algérienne demeure, selon l’estimation du conseil de l’or mondial, qui est considéré comme la plus importante institution spécialisée dans l’appréciation du marché de l’or et les transactions concernant le métal précieux, challenge les plus grandes réserves mondiales, la valeur de la réserve en or dont dispose l’Algérie est importante, que ce soit celle déposée au niveau de la banque d’Algérie qui a soutenu le code du crédit et de la monnaie dont les dispositions sont modifiées dans la gestion de la réserve Algérienne en or ou bien celle déposée à l’extérieur, car l’Algérie garde une partie de l’or comme sa réserve, en contrepartie du transfert de l’autre partie sous forme d’obligations du trésor Américain
et placements, ces différents placements et contributions ont dépassé au milieu de l’année en cours le plafond de 6000 milliards de dinars l’équivalant de plus de 98 milliards de dollars, et ces placements multiples dont la majorité est sous forme d’obligations du trésor Américain avec des taux d’intérêts ne dépassant pas les 4% mais qui restent garantis et loin des changements que les différentes actions et indices financiers connaissent.
Si la réserve de la banque d’Algérie connaît une hausse incessante depuis le début de l’année en cours et qui dépasse le plafond de 140 milliards de dollars, les réserves en or ont gardé leurs niveaux élevés au moment où les prix de l’or ont connu des niveaux records depuis le début de l’année, pour connaître une certaine stabilité, où ils ont atteint les limites de 1000 dollars pour les lingots, le prix de l’or est estimé entre 805 à 802 dollars pour les lingots durant la semaine en cours, et il a atteint , hier, 802 dollars pour la bourse Parisienne

Source El Khabar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 23:06

 Un peu de poésie

Pourquoi...

Pourquoi faut-il toujours
Que les histoires d'amour
Ne puissent se terminer
Comme on l'aurait désiré ?

Pourquoi faut-il que nos rêves
Même les plus petits
S'arrêtent comme des manèges
Sans que l'on en ait envie ?

Pourquoi faut-il avoir de la peine
Quand dans notre vie
On n'a plus de veine
On n'a plus d'amis ?

Pourquoi faut-il se quitter
Avant qu'on ait pu tout se dire ?
Pourquoi faut-il se séparer

Avant que tout ait vraiment commencé ?
Pourquoi faut-il se laisse
Quand on dit s'aimer ?

Auteur inconnu

De la part d’une Correspondante

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 23:00

Conchita voulait une
augmentation de salaire

La Maîtresse de maison très énervée par cette requête lui demande:  

"Et pourquoi voulez-vous une augmentation, Conchita ?"  

Conchita : "Eh bien Madame pour 3 raisons.  La 1ère, c'est parce que je repasse mieux que Madame"

Madame: "Et qui vous dit ça"  

Conchita : "C'est Monsieur qui me dit ça".  

Madame: "Oh!"

Conchita : "La 2ème, c'est que je cuisine mieux que Madame".  

Madame: "Et qui dit que vous cuisinez mieux que moi?"  

Conchita : C'est Monsieur qui dit que je cuisine mieux que Madame".  

Madame: "Oh!" 

Conchita : "Ma 3ème raison, c'est que je fais mieux l'amour que Madame" 
Madame (hors d'elle): "Et c'est Monsieur qui vous dit que vous faites mieux l'amour que moi?"  
 

Conchita : "Non, Madame. C'est le jardinier  

Elle a eu son augmentation de salaire...!!!

De la part d'une Correspondante

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 07:17

Sœur Emmanuelle – Inhumation à Caillan dans le Var, dans la plus stricte intimité



Sœur Emmanuelle a été inhumée mercredi matin selon son souhait dans la plus stricte intimité à Caillian (Var) avant de recevoir un hommage officiel et solennel dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence du président Nicolas Sarkozy.
Décédée dans la nuit de dimanche à lundi à 99 ans au terme d'une longue "histoire d'amour avec les pauvres", selon les mots d'André Vingt-Trois, l'archevêque de Paris, elle repose désormais dans le petit cimetière situé sur les hauteurs du village où elle vivait depuis 1993.
Sœur Emmanuelle a été inhumée dans le carré des religieuses de l'Ordre de Notre-Dame de Sion, la congrégation où elle avait prononcé ses vœux.
Peu avant 11h30, le cortège funéraire avait emporté son cercueil couvert de fleurs depuis la maison de retraite "Le Pradon" où Madeleine Cinquin -son vrai nom- s'est éteinte.
Auparavant, une cérémonie d'une heure, "simple et sobre" selon le maire de Callian François Cavallier, avait été célébrée dans la chapelle de l'établissement.
Sœur Emmanuelle avait demandé des obsèques comme celle de toutes les soeurs", avait prévenu le père Maurice Franc avant le début de la messe, vers 10h00.
Devant la maison de retraite, parmi une trentaine d'anonymes Josette Roustan, une habitante de Callian, confiait: "Elle était unique, on n'en aura pas d'autres comme elle, aussi généreuse".
Autre tonalité dans l'après-midi où une messe de requiem a été dite en la cathédrale Notre-Dame de Paris, placée sous haute surveillance policière.
Dans les travées de la cathédrale, dont les 2.000 places étaient occupées, avaient pris place des membres de l'association Asmae, des religieuses et les officiels (une centaine de places). Les anonymes occupaient le reste de la nef et quelques milliers de personnes stationnaient sur le parvis, la préfecture de police ayant dénombré au total 5.000 personnes (intérieur plus extérieur).
Le chef de l'Etat et son épouse Carla Bruni-Sarkozy occupaient des fauteuils dorés devant les officiels, au premier rang desquels Jacques et Bernadette Chirac.
Le président de l'association Asmae a d'abord lu le testament posthume de Sœur Emmanuelle dans lequel elle parle d'amour, de générosité et d'enthousiasme.
Dans son homélie, le cardinal André Vingt-Trois a évoqué "la puissance de l'amour", rappelant le "basculement total" de la vie de sœur Emmanuelle au service des enfants du Caire.
"Notre véritable hommage à Sœur Emmanuelle n'est-il pas de tirer les leçons de son histoire d'amour avec les pauvres de ce monde ? (...) N'est-il pas de nous interroger sur le déséquilibre qui marque notre univers ", pour les uns la richesse et le confort, pour les autres "l'insécurité absolue sur les besoins élémentaires de l'existence ", a poursuivi le cardinal.
Se demandant si  Sœur Emmanuelle aurait été "à l'aise dans notre hommage national" il a estimé qu'elle aurait "jubilé de voir que sa mort est une occasion de rappeler à tous l'urgence du service des pauvres de ce monde".
"L'humilité était le choix de Sœur Emmanuelle, ce que nous faisons (ndlr cette cérémonie officielle) c'est le nôtre", avait-il dit avant la cérémonie, soulignant: "Elle a suffisamment fréquenté les plateaux de télé pour ne pas avoir peur maintenant des caméras".
Samedi, selon le vœu de la religieuse, une autre messe sera dite, à la chapelle de la Médaille miraculeuse à Paris.
Jeudi sortent en librairie ses mémoires (Flammarion) et son testament spirituel (Presses de la Renaissance).

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 07:03

Algérie - Projets d’assainissement de la capitale

Plus de rejets des eaux usées en mer après 2009


«Il faut d’abord subvenir aux besoins des citoyens de la région et de toute la wilaya. De plus, le barrage de Douéra viendra au secours d’autres régions de la capitale en cas de pénurie.» C’est ce qu’a déclaré M. Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, aux responsables de ce projet hydraulique, tout en insistant sur la nécessité d’entamer sa mise en eau avant fin avril 2009. Effectuant, hier, une visite d’inspection et de travail dans la wilaya d’Alger, M. Sellal a mis en garde contre tout retard qui pourrait être enregistré dans la réalisation des projets, appelant les responsables à lancer d’abord la mise en eau de ce barrage et achever par la suite les travaux restants afin de les livrer dans les échéances fixées. La livraison du barrage, dont les travaux ont été entamés en janvier 2005, qui devrait être faite en mars 2008, est reportée pour la fin 2009 pour des problèmes d’ordre technique. D’’une capacité de stockage de 118 millions de m3, ce barrage, selon les explications de ces responsables, sera alimenté par les eaux épurées de la steppe de Baraki, de l’Oued Mazafran et de Hammam Melouane. Comme il contribuera en autre à l’irrigation de plus de 17 000 hectares de terres agricoles, principalement les cultures pérennes de la Mitidja, et permettra, expliquent-ils, à la nappe phréatique de se reconstituer pour des besoins en alimentation en eau potable.
Le directeur de l’hydraulique de la wilaya d’Alger a indiqué, pour sa part, que ce projet est à même de renouveler l’ensemble du système d’assainissement de la région, puisqu’une étude a été faite pour la réalisation de 6 mini-stations de pompage d’eaux usées, d’un système de réseau gravitaire chargé de ramener ces eaux de la commune de Douéra vers ces stations et de collecteurs de refoulement acheminés vers la steppe de Baraki pour fins de traitement. Le premier responsable du secteur a  également visité le projet de dédoublement du collecteur de Oued M’kecel (Frais Vallon), chargé du captage des eaux pluviales du massif de Bouzaréah et leur rejet en mer. Ce projet, précisent les responsables, vient en continuation des travaux du premier collecteur d’assainissement de Oued M’kecel effectués après les inondations de 2001.
La livraison de ce  projet de dédoublement du collecteur, d’un coût de plus de 5 milliards de dinars, est prévue en octobre 2009.  En plus de ces points, le ministre a inspecté le collecteur d’eaux usées de Raïs Hamidou.  Il s’agit d’un  collecteur côtier traversant plusieurs communes sur une longueur de 20 km et interceptant tous les rejets qui sont en mer pour les évacuer vers la station d’épuration de Baraki. Des tronçons de ce collecteur sont en cours de réalisation à  Bab El Oued, boulevard de l’ALN, les Sablettes et Caroubier.
M. Sellal a fait savoir que l’achèvement dans les délais des projets d’assainissement de la wilaya d’Alger permettra de mettre un terme à tous les rejets d’eaux usées en mer d’ici à 2009.

Source La Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 06:58

Union Européenne - Feu vert des 27 pour la “Carte Bleue”


Attendu pour la fin de l’année en cours, l’aval des vingt-sept pays membres de l’Union européenne pour la mise en œuvre de la “carte bleue”, pour attirer vers le vieux continent des diplômés étrangers et une main-d’œuvre qualifiée,  a été finalement donné hier à l’unanimité.
La République tchèque et la Bulgarie, qui s’opposaient au lancement du projet de la “carte bleue”, ont levé, hier, leurs réserves, permettant son adoption définitive par les ministres européens en charge des questions de l’immigration. Cet accord permettra la concrétisation de l’opération dans les meilleurs délais, bien que son application a été retardée jusqu’en 2011. En effet, ce nouveau document concernant l’immigration en Europe ne devrait entrer en vigueur que dans trente mois, selon l’“accord de principe” donné par les vingt-sept pays membres de l’Union européenne pour la mise en œuvre de cette carte bleue, censée rivaliser avec la “green card” américaine pour attirer des diplômés étrangers et une main-d'œuvre qualifiée. Ce délai de trente mois a été imposé par la République tchèque, parce que ses ressortissants, comme ceux des autres pays de l'Est qui viennent d'adhérer à l'UE, n'ont pas encore libre accès au marché du travail de tous leurs partenaires européens. Ces dernières entraves doivent être levées en 2011. Pour rappel, la “carte bleue”, qui s'adresse à des diplômés étrangers et leur permet de postuler à des emplois hautement qualifiés dans les États membres, vise à réguler l'immigration à des fins professionnelles et à répondre aux besoins d’une main-d'œuvre qualifiée de l'Union européenne. Elle vient compléter le dispositif mis en place avec le pacte pour l'immigration et l'asile, entériné par les dirigeants européens lors de leur sommet la semaine dernière. Il y a lieu d’insister sur les avantages salariaux qu’offre ce document aux postulants. En effet, les emplois, qui leur seront proposés, se distinguent par le fait que leur niveau de rémunération : le salaire offert à l'impétrant doit êtr 1,5 fois supérieur au niveau moyen des salaires dans l'État membre, où ils seront acceptés. Néanmoins, certains pays membres de l’Union européenne refusent de s’aligner sur ce taux et préfèrent limiter leur offre à 1,2 fois seulement. La “carte bleue” européenne est un document qui permettra à son titulaire et aux membres de sa famille d'entrer, de séjourner et d'accéder au marché du travail dans l'État membre demandeur pour un secteur concerné. Toutefois, ce permis de travail ne constitue pas une autorisation permanente, ni un titre de travail valable pour l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. La rivalité avec la “green card” a été soulignée, même si le ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux, l’avait écartée lors de la précédente réunion de l’UE sur le sujet. “La carte bleue n'est pas la green card”, avait-il affirmé.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 06:52

Tipasa - Formation Professionnelle

Le ministère et Iqra signent une convention

à Hadjout pour l’intégration des sans niveau


 

Une convention de partenariat a été signée, hier à Hadjout, entre le ministère de l'Enseignement et la Formation professionnels, représentée par Mme Chergou, directrice centrale chargée de la formation continue et des relations intersectoriels, et Mme Aïcha Barki, présidente de l'association nationale d'alphabétisation Iqra.

La cérémonie de signature s'est déroulée à l'institut national spécialisé de formation professionnelle lors de l'ouverture des travaux de la conférence de wilaya sur l'emploi et la formation professionnelle. Cette convention, qui, par ailleurs, renforce celles déjà conclues entre les deux parties, vise dans ses objectifs l'intégration des jeunes de faible ou sans niveau d'instruction d'intégrer plus facilement le circuit de la formation et de l'enseignement professionnels aux fins de leur garantir une qualification.
A ce propos, les signataires œuvreront à travers ce nouveau dispositif, selon les teneurs de la convention et en application des orientations du gouvernement qui sous-tendent la prise en charge des besoins de la jeunesse et des femmes en matière d'apprentissage, à créer des groupes de formations professionnelles dans les CFPA au profit des sans-niveau et des analphabètes, de développer des formations et les adapter aux niveaux d'instruction acquis dans le cadre des actions d'alphabétisation, et ce, en adéquation avec les conditions requises pour suivre une formation professionnelle. Aussi, les deux parties ont pris l'engagement, en plus de l'organisation de campagnes de sensibilisation et de vulgarisation visant notamment la formation de cette frange, de dispenser des cours d'alphabétisation au profit des candidats à la formation.
« Actuellement, le secteur de la formation professionnelle dispose dans sa nomenclature 85 spécialités, entre autres dans les domaines de l'artisanat, de l'agriculture et du BTP, destinée intégralement aux jeunes qui n'ont aucun ou un faible niveau d'instruction.
A travers cet accord, nous escomptons intéresser le plus de jeunes possible, dans le milieu rural ou urbain qui bénéficieront, en même temps de leur période d'apprentissage, d’une instruction à même de renforcer leur niveau, pour qu'ils optent pour un apprentissage au bout duquel une qualification leur sera acquise. Ainsi, ces jeunes qualifiés auront un métier en main pour qu'ils montent leur propre affaire dans le cadre des dispositifs ANSEJ, ANGEM et CNAC ou intégrer le circuit professionnel, tout en sachant que le marché actuel du travail, le BTP par exemple, offre des opportunités considérables en matière d'embauche.
En un mot, nous visons à garantir aux jeunes une vraie chance pour bien débuter leur vie professionnelle », explique Mme Chergou, la directrice centrale au niveau du ministère de l'Enseignement et de la Formation professionnels, la portée de la convention.
Toujours dans le même contexte, le wali de Tipasa, également présent à la conférence, a révélé qu'une commission de wilaya a été mise sur pied ces derniers jours pour prendre en charge l'opération de recensement et de sensibilisation de cette catégorie de jeunes qui n'osent pas s'inscrire dans les différents CFPA de la wilaya, et ce, à cause de leur niveau d'instruction. «Des commissions seront progressivement installées au niveau des daïras et des communes pour en premier lieu recenser, puis encourager les jeunes qui n'ont aucun ou un faible niveau à opter pour une formation dans les CFPA de la wilaya.
C'est dire que notre tâche s'inscrit dans le cadre d'un travail de proximité qui ambitionne de garantir une formation et une qualification pour cette catégorie et, par voie de conséquence, lutter contre l'exclusion sociale », affirme le directeur de la formation professionnelle de Tipasa.

Source Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 06:46

L’association des grands invalides de la révolution l’a révélé hier : Douze mille faux moudjahidine démasqués


Le dossier des faux moudjahidine connaîtra-t-il enfin son épilogue ? Le ministère en charge du secteur enquête, depuis quelques mois, sur les dossiers des bénéficiaires et les premiers résultats de l’enquête sont déjà connus. Selon le président de l’Association des grands invalides de la guerre de Libération nationale (ANGIG), Mohamed Bouhafsi – qui dit être en contact permanent avec le ministère des moudjahidine –, environ 12 000 dossiers de bénéficiaires faussaires auraient été découverts et suspendus. « Le peuple algérien a le droit de connaître la vérité. »

Le ministre des moudjahidine a chargé, depuis quelques mois déjà, un inspecteur d’éplucher tous les dossiers et il a déjà suspendu 12 000 dossiers de faux moudjahidine. Il ne reste actuellement qu’une poignée de faussaires, qui seront tôt ou tard démasqués », a révélé M. Bouhafsi lors d’une conférence de presse animée hier à Alger. Une conférence organisée spécialement pour répondre aux députés du RCD à l’Assemblée populaire nationale (APN), qui ont soulevé, lors d’un débat général sur le projet de loi de finances, la question des faux moudjahidine et la consécration des budgets colossaux au ministère des moudjahidine. Le premier responsable de l’Angig affirme aussi que près de 85 000 dossiers de demande de reconnaissance de la qualité de moudjahid sont bloqués au niveau de la commission ministérielle chargée du traitement des dossiers. Un chiffre établi, explique-t-il, depuis la suspension de l’opération de reconnaissance des nouveaux moudjahidine par le ministère en charge du secteur. « Il ne reste que cinq à six ans et vous n’allez plus entendre parler des moudjahidine. Ils sont tous vieux », ajoute-t-il.

Les révélations faites par le président de l’Angig vont, sans nul doute, raviver la polémique sur la question des faux moudjahidine et leur nombre exact. Alors que le département de Mohamed Chérif Abbès maintient toujours « sous embargo » les résultats de cette enquête évoquée par le président de l’Angig, la polémique autour du dossier des faux moudjahidine enfle. Après les déclarations du colonel Ben Chérif et de Mustapha Bougouba qui n’ont pas cessé d’appeler à ouvrir le dossier des faux moudjahidine et qui ont fait couler beaucoup d’encre, l’intervention du député du RCD à l’APN Noureddine Aït Hamouda a suscité une levée de boucliers de la part des organisations dites de « la famille révolutionnaire ». Ces dernières considèrent l’intervention de Noureddine Aït Hamouda comme « une atteinte » aux martyrs et aux moudjahidine. « Notre association dénonce avec véhémence les déclarations de ces députés qui visent à dévaloriser l’histoire de la révolution et à attenter à nos martyrs et au moudjahidine », lance M. Bouhafsi, en affirmant que son association n’entamera aucune action contre le député Noureddine Aït Hamouda. « On lui a accordé beaucoup d’importance. Il faut le laisser parler comme il veut », enchaîne-t-il.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0