Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 23:29
Foix. On se prépare pour l'étape du tour «Mondovélo»
du 14 au 16 juillet.
L'Ariège lance un appel aux bénévoles
 
Avant d'accueillir une semaine plus tard les pros du peloton pour le Tour de France, les Fuxéens ont une autre étape de montagne à franchir : la réception de pas moins de 8 500 cyclosportifs venus du monde entier. Pendant trois jours (samedi 14 juillet, dimanche 15 et lundi 16), la cité comtale va vivre au rythme de la plus grande épreuve cyclo du monde, l'Étape du Tour Mondovélo. Le départ de l'imposant cortège sera donné devant les halles en plein centre-ville. La logistique se trouvera place du Champ de Mars et plaine de l'Ayroule où le village départ (13 000 m2) sera érigé. Une organisation énorme qui demandera la mobilisation de tous. Présent à Foix cette semaine, Jean-François Alcan (directeur d'épreuves chez Amaury Sport Organisation) a lancé un appel à toutes les bonnes volontés. Pendant trois jours, 200 bénévoles, au moins, sont attendus. Treize missions leur seront dévolues, de la mise en sac des paquets cadeaux à la remise des dossards en passant par la répartition et le contrôle des coureurs… Les personnes intéressées, qui doivent absolument être majeures, peuvent consulter les listes affichées dans les locaux du secteur jeunesse, au deuxième étage de la mairie de Foix. Il est possible de s'engager sur plusieurs missions à condition qu'elles ne se chevauchent pas. Les amateurs de vélo du département sont déjà mobilisés.
Renseignements tél. 05 61 05 42 14.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 23:22
Une société Algéro-Espagnole des énergies renouvelables
 
Le solaire rapproche l'Algérie et l'Espagne
Une société mixte algéro-espagnole vient de voir le jour pour assurer le développement des énergies renouvelables. Alsolar, société algérienne, est le premier opérateur national dans le domaine des énergies renouvelables. Isofoton, société espagnole qui compte parmi les leaders européens dans la fabrication de cellules photovoltaïques. Ces deux là viennent de se réunir dans une société mixte qui a pour objet d'assurer le développement des énergies renouvelables en Algérie. Et la synergie ne fait aucun doute !

Via ce regroupement, la nouvelle société peut revendiquer côté algérien, un actif d'installations de 2 mégas watts à travers l'Algérie, particulièrement dans le sud algérien, en rase campagne où les panneaux solaires permettent de fixer les populations. Grâce au potentiel d'Isofoton, la création de cette société mixte permettra de facto un meilleur approvisionnement en panneaux solaires et en éoliennes sur ce territoire baigné de soleil. Il faut rappeler que 'Algérie s'est fixé comme objectif de couvrir 10% de la demande nationale en 2015.

Mais cet accord va plus loin encore. L'Algérie, pays ensoleillé, pourra dans un avenir proche, si des efforts soutenus sont fournis, faire partie des grands pays producteurs d'énergie solaire. Et pourquoi pas fournir à moyen terme la rive Nord de la Méditerranée en électricité (une étude de faisabilité avec l'Espagne est en cours) ? Une grande ambition pour une société qui donne l'exemple : son siège sera à 100% alimentée par de l'énergie solaire.

Source Plein Soleil ( via Forum Algérie)
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 23:10
Une Entrée
Aubergines à la Sauce Vinaigrée
 
Cuisson : 20 minutes

Ingrédients :

1kg d’aubergines.
5 gousses d’ail.
Carvi.
Du vinaigre.
De l'huile d’olive.
Sel.

Préparation :

Faire griller les aubergines et ensuite les peler.
Préparer une sauce avec le carvi, le sel et l’ail pilés ensemble.
Diluer avec 3 cuillères d’eau puis joindre le vinaigre.
Verser la sauce sur les aubergines et arroser d’huile.
bonne appétit
 
Source Bahdja.com
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 23:07
Monsieur Lucien
 
En 1987, un jeune couple se rend à la foire du village.
En se promenant, les 2 amoureux s’arrêtent devant une baraque.
Sur l’affiche est écrit :
 
DEVANT VOS YEUX EBAHIS 
MONSIEUR LUCIEN ECRASE 
1 NOISETTE 
AVEC SON SEXE 
ENTREE : 2 FRANCS 

Les 2 jeunes se disent : 
« Après tout, pour le prix, on peut aller voir » 
Ils entrent dans la baraque foraine, et tous les spectateurs crient : 
- « LUCIEN, LUCIEN, LUCIEN,… » 
Après 10 minutes, Lucien arrive. Une assistante pose une noisette sur une table. Monsieur Lucien sort son sexe, et BAMM ! il explose la noisette en mille miettes.
 Le public :  
-          « BRAVO LUCIEN, BRAVO LUCIEN, … »
-           
Nous sommes en 2007, le même couple se rend à nouveau à la foire du même village. 
Ils s’arrêtent à nouveau devant la même baraque. 
Cette fois-ci, sur l’affiche est écrit : 
DEVANT VOS YEUX EBAHIS 
MONSIEUR LUCIEN ECRASE 
1 NOIX DE COCO
AVEC SON SEXE 
ENTREE : 2 EUROS 
Ils se disent : 
« C’est pas possible, après 20 ans, ça doit pas être le même, il est trop vieux. Tant pis, on va voir » 
Ils entrent dans la baraque foraine, et comme il y a 20 ans, tous les spectateurs crient : - « LUCIEN, LUCIEN, LUCIEN,… » 
Même scénario, après 10 minutes, Lucien arrive. L’assistante pose une noix de coco sur la table. Monsieur Lucien sort son sexe, et BAMM ! il explose la noix de coco en dix mille miettes. 
Le public :  - « BRAVO LUCIEN, BRAVO LUCIEN, … » 
Interloqués, les 2 mari et femme se disent :
« C’est extraordinaire, ce qu’il fait à son âge. On va aller le voir, il doit avoir un secret ! »
Ils vont donc voir Monsieur Lucien dans sa roulotte.
-          « Bonjour Monsieur Lucien, c’est formidable ce que vous faites,
-          il y a 20 ans une noisette, et maintenant une noix de coco, vous êtes devenu beaucoup plus fort ? »
-          Monsieur Lucien leur répond :
-          - « Oh non, c’est pas ça. Maintenant je suis obligé d’utiliser une noix de coco, parce que ma vue baisse ! »
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 23:01
Plats :tarte tatin d’artichauts bien cuits
 
 
Recette pour 4 personnes
Temps de cuisson : 25 mn à 30 mn

Ingrédients :

400 g d’oignons
2 cuil. à soupe de sucre roux
30 g de beurre
400 g de d’oignons surgelés
1 rouleau de pâte feuilletée
300 g de fonds d’artichauts
30 g de basilic
Thym
1 cuillères. à soupe de vinaigre balsamique
3 cuillères . à soupe d’huile d’olive

Préparation :

Faire cuire les fonds d’artichauts dans une casserole d’eau bouillante, avec du jus ou des quartiers de citron. Lorsque vous pouvez planter facilement une lame de couteau dans les fonds d’artichauts, cela signifie qu’ils sont bien cuits.
Les refroidir dans de l’eau. Puis les émincer en lanières.
Faire fondre le beurre dans une grande poêle et faire revenir l’oignon à feu très doux pendant 35 à 40 minutes.
Lorsqu’ils sont bien dorés, ajouter le sucre, le vinaigre balsamique et le thym. Saler et poivrer. Poursuivre la cuisson 5 à 10 minutes.
Faire revenir légèrement les lanières d’artichauts pendant 3 à 4 minutes dans la poêle avec un peu d’huile d’olive, du sel et du poivre.
Ciseler le basilic.

Disposer en cercles vos lanières d’artichauts. Garnir d’oignons et de basilic.
Couvrir avec la pâte feuilletée. Couper les bords, puis les replier autour des fonds d’artichauts.
Cuire au four durant 25 à 30 minutes. Servir tiède avec une salade mixte.

bonne appétit
 
Source Bahdja.com
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 23:24

 

Humour, Les Dernières

PORTABLEALGERIEN-copie.jpg

salaire-blonde-copie.jpg

blonde-avis-recherche-copie.jpg

De la part d'une Correspondante; qu'elle en soit remerciée...

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 23:24

L’Algérie est un pays à risque alimentaire élevé  

 

 «Les ravages provoqués par la révolution agraire des années 1970 sont un lointain souvenir. Désormais, la production nationale remplace peu à peu les importations de denrées alimentaires. Mieux, le secteur est devenu exportateur.» (!) On croit rêver. Cette affirmation de Jeune Afrique (du 1er au 14 avril 2007) prêterait à un grand éclat de rire si la situation de notre agriculture n’était pas aussi grave.

Une contribution du professeur Hamid Aït Amara, spécialiste des questions agricoles, parue dans le quotidien El Watan du lundi 3 avril 2007, rappelle quelques réalités qui donnent «froid dans le dos». Nous connaissions notre handicap agricole même si certains ont pu croire à la légende de l’Algérie «grenier à blé du monde» (?!) Nous mesurions avec gravité notre dépendance alimentaire qui amplifiait au rythme de notre croissance démographique. Mais les chiffres que présente Hamid Aït Amara jettent un éclairage bien utile, mais surtout inquiétant par le rappel qu’ils soulignent de l’indigence des politiques agricoles menées jusqu’à maintenant dans notre pays. De même, cette contribution met-elle en exergue le manque de vision dont font preuve nos gouvernants notamment pour les enjeux agricoles et les risques que nous prenons à sous-estimer la question alimentaire.

Hamid Aït Amara commence par rappeler que l’Algérie est le pays maghrébin le moins doté en terres cultivables puisque le ratio hectare cultivable/sur population est de 0,26 hectares par habitant en 2004 (il était de 1,3 ha/hbt en 1900). Ce même ratio est de 0,5 hectare par habitant en Tunisie et de 1 hectare par habitant au Maroc. L’absence de politique de mise en valeur de nouvelles terres et la perte de terres cultivables par érosion et détournement du foncier agricole pour la construction d’habitat ont considérablement détérioré la dotation en terres cultivables du pays alors que la démographie n’a cessé de progresser.

L’auteur, reprenant un classement international, souligne que dans le domaine de la population que peut nourrir le pays avec ses propres terres, l’Algérie est classée au septième rang sur une échelle de 0 à 9. L’Algérie est un pays à risque alimentaire élevé.

Dans le domaine des potentialités agricoles, Aït Amara rappelle que l’Algérie est frappée par quatre facteurs défavorables :

1- les sols sont peu profonds
2- la fertilité naturelle est faible
3- la pluviométrie est insuffisante
4- les terres sont en pente

Ces handicaps expliquent pour une grande part - parce qu’ils ne sont pas corrigés par des politiques agricoles judicieuses – la faible productivité de l’agriculture algérienne – Les rendements – tant des cultures que ceux de l’élevage – sont bien faibles et l’auteur indique que les rendements céréaliers sont de l’ordre de 70 quintaux à l’hectare en Union européenne et seulement de 10 hectares en Algérie (qui plus est, cultive ses terres une année sur deux) –.
La production laitière n’est pas mieux lotie puisque le rendement par vache laitière est de 8000 à 10 000 litres par vache en Europe. Il n’est que de 3000 litres en Algérie. Bien évidemment, tout cela se traduit par une dépendance alimentaire de l’Algérie de plus en plus inquiétante : 80% des besoins algériens en céréales sont importés (soit nous dit Aït Amara, 6 millions de tonnes de céréales importés pour 2 millions de tonnes produits localement. Ainsi «2 calories sur 3 consommées sont importées».

La facture alimentaire est alors de plus en plus lourde puisqu’elle était de 1 milliard de dollars dans les années 1970, 2 milliards de dollars dans les années 1980, 2,5 milliards de dollars dans les années 1990 et 3 milliards de dollars dans les années 2000 (cités par H. Aït Amara). Et cette facture payée intégralement par nos hydrocarbures, ressources épuisables, risque d’être encore plus lourde à l’avenir puisque, si l’on en croit les spécialistes, l’agriculture mondiale commence déjà à faire face à trois objectifs concurrents :

1- assurer l’alimentation
2- produire des carburants
3- préserver la biodiversité

Il faut savoir en effet que la production de carburants verts (pour faire face aux pénuries annoncées du pétrole et un peu plus tard de gaz) devrait au minimum quintupler d’ici à 2030 (prévisions de l’Agence internationale de l’énergie). De ce fait, la part des terres arabes consacrées aux cultures énergétiques qui est actuellement de 1% passerait à 2,5% ou à 3,5% selon les scénarios.

Pour nourrir 9 milliards de personnes en 2050, il faudra doubler la production agricole mondiale mais la montée des biocarburants va se traduire par une «compétition pour la terre entre cultures alimentaires et cultures énergétiques. La rareté de l’énergie risque de créer une rareté alimentaire». (Michel Griffou Le Monde3 avril 2007)

Et les prévisionnistes précisent que les grandes firmes pétrolières vont se lancer dans une course à la terre (au foncier agricole) pour créer ex-nihilo des plantations qui produisent les bio-carburants. Enfin, et comme pour assombrir encore plus le tableau pour les pays africains, le changement climatique à plus long terme, se traduira pour le continent notamment, par de plus longues périodes de sécheresse. Comme on peut le voir, pour notre pays, l’enjeu agroalimentaire est considérable et les défis à relever sont autrement plus sérieux que ceux visés par le PNDRA !!

Source Le Soir

 

 

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 23:12
Artichauts farcis aux sardines
 
Temps de Préparation: 30mn - cuisson : 90mn
Difficulté: Moyen
 
Ingrédients:
 
500g de sardines.
6 fonds d’artichauts.
1kg de petits pois écossés.
2 oignons.
2 tomates ou 1 cuillère à soupe de concentré
1 tête d’ail.
5g de ras Ras el hanout.
2dl d’huile soit 1 verre classique.
1 botte de coriandre.
Poivre.
Sel
 
Préparation
 
Malaxer les sardines après avoir délicatement retirer les arêtes et les têtes. Saler, poivrer puis ajouter le Raz El Hanout, un oignon, de l’ail et la coriandre hachés. Bien mélanger et en farcir les fonds d’artichauts.De plus, faire revenir les tomates coupées en quartiers dans l’huile, le second oignon ainsi que le reste d’ail. Ajouter les petits pois et couvrir d’eau. Mettre les artichauts farcis et laisser cuire à petit feu en faisant attention au niveau de la sauce jusqu’à la cuisson complète.
 
Commentaire additionnel
 
On peut remplacer les artichauts par des cardes coupées en petits dés, bouillies et égouttées. Vous devez alors former des boulettes de sardines et les plonger dans la sauce sur les petits pois et les cardes
 
Source Bahdja.com
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 23:02

«Le tourisme saharien, principale destination Algérie»  

 

«Le tourisme saharien, principale destination Algérie» 

 

«Le tourisme saharien constitue la force de frappe de la stratégie globale du gouvernement visant à remettre en selle la destination Algérie », a souligné le ministre du Tourisme, Noureddine Moussa, dans un entretien accordé hier à la Chaîne III de la Radio nationale dont il était l’invité de la rédaction.
Dans ce sens, il annonce la création de cinq pôles touristiques : le Tassili, Tamanrasset-Ahaggar, la Boucle des Oasis, la Saoura et le Touat Gourara. Pourquoi ce choix? Le ministre en explique les raisons site par site : le Tassili est un grand musée à ciel ouvert de 83 millions de km2 ; Tamanrasset-Ahaggar connaît un afflux de visiteurs en accroissement (ils sont passés de 8 000 en 2005 à 21 000 en 2006); la Boucle des Oasis, qui part de Ghardaïa, Ouargla, Biskra et d’autres villes du Sud, est une randonnée traditionnelle très en vogue à une époque (les années 70) ; le Touat Gourara est en voie d’être classé grâce à une démarche entreprise par le ministère de la Culture et la Saoura contient d’énormes potentialités, notamment ses peintures rupestres récemment découvertes. Le tourisme saharien répond, en outre, aux critères du marché, c’est à dire qu’il offre ce que demandent les touristes : dépaysement, évasion, aventure, souci de l’environnement, découverte de la nature... Toutes choses qui n’exigent pas de gros moyens en matière d’infrastructure. Le tourisme saharien peut satisfaire les besoins des étrangers mais aussi des nationaux en stimulant la demande interne qui sera sans doute favorisée par la culture de l’étalement des vacances.
Évidemment, tous ces avantages ne dispensent pas du travail de mise en valeur des sites, autrement dit le travail de promotion qui est indispensable pour faire connaître le tourisme saharien. C’est l’affaire de l’organe institutionnel qu’est l’Office national du tourisme mais c’est aussi celle des opérateurs qui doivent mettre en valeur le produit et contribuer à améliorer l’image Algérie et la rendre attractive et ils doivent être soutenus dans cet effort. Cela se fait notamment à travers les salons et foires à l’étranger.
Le tourisme saharien n’est pas individuel, fait remarquer le ministre, il doit être organisé par des agences professionnelles dans des circuits qui permettent d’assurer la sécurité des personnes et également la protection du patrimoine archéologiques dont on sait qu’il est l’objet de convoitises de pilleurs qui n’hésitent pas à voler des pièces de valeur pour les sortir du territoire et les acheminer à l’étranger. Il rappelle que cette pratique est combattue par les autorités avec l’arsenal de lois et de règlements dont dispose l’Algérie.
Quand verrons-nous l’impact de cette stratégie ? Il faut être patient, répond le ministre. L’activité touristique demande du temps. Le processus vient tout juste de commencer, en mars 2006. Nous mesurerons l’évolution par les flux d’arrivées d’étrangers vers les sites touristiques. On a déjà de premiers résultats, par exemple, Biskra qui a connu une évolution de 400% entre 2005 et 2006, sur le nombre d’étrangers qui sont allés dans cette ville. Or, on le sait, il y a plein de services (hôtellerie, restauration, commerces,...) derrière le séjour d’étrangers dans un lieu touristique. A propos du classement des hôtels, le ministre a rappelé les opérations en cours : sur 40 dossiers de classement, 35 hôtels ont été classés et 5 ajournés, d’autre part, 116 établissements ont été fermés pour se mettre à niveau et des hôtels ont été déclassés pour devenir dortoirs 

 

 

Source Algerie-dz.com 

 

 

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 23:07
Antoine Chatelard
Membre de l'ordre des Petits Frères de Jésus, Antoine Chatelard est installé à Tamanrasset (Algérie) depuis 1954. Il connait bien le milieu touareg et le Tamacheq, il est l'auteur de nombreux articles et d'études sur Charles de Foucauld.
il a écrit deux livres sur la mort puis a vie de Charles de Foucauld à savoir :
1.         La mort de Charles de Foucauld
2.         Charles de Foucauld – Le Chemin vers Tamanrasset
 
Il doit rédiger un troisième livre qui fasse la jonction entre ces deux livres ; mais ses activités ne lui permettent guère de le faire
 
12-mars-2007--17-.jpg
Antoine, près de Rachid,  à la reception du soir organisée par Larshen
12-mars-2007--18-.jpg
Antoine à la Chapelle à Tamanrasset
12-mars-2007--6-.jpg
Antoine, Larshen, Philippe et moi
12-mars-2007--4-.jpg
Antoine Chatelard a vécu simplement dans cette société d’adoption où il a été tour à tour boulanger, météorologue et ingénieur hydraulique tout en œuvrant auprès des réfugiés.
Homme de relations harmonieuses entre l’occident et le monde musulman, il trouve son inspiration dans la vie de Charles de Foucauld, converti au siècle dernier, qui a passé sa vie à côtoyer les musulmans dans le désert.
 
J’ai eu l’occasion de rencontrer cet homme charmant et très disponible et apprécié de tous. J’en garde un souvenir inoubliable
Je vous en présente quelques photos lors de mon passage à Tamanrasset les 5 et 12 mars 2007
 
cordialement
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0